Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Allo ! Hillary, on n'entend rien !

Lewinsky Monica.jpg

Des dizaines de milliers de femmes s’arment de courage et révèlent sur Twitter, avec le hashtag #MeToo (#moi aussi) les agressions sexuelles dont elles ont été victimes, et pas seulement à Hollywood : à la radio, à la télé, dans les entreprises, dans les administrations…

Mais une femme en particulier a attiré l’attention des observateurs, et c’est Monica Lewinsky, qui a rejoint le mouvement et a tweeté ces deux mots : #MeToo, moi aussi j’ai été sexuellement harcelée, en retweetant un message qui  dit ceci :

« A toutes les femmes qui ont subi des histoires d’agressions sexuelles et de harcèlement sexuel, merci de votre bravoure en prenant la parole. Vous n’êtes pas seules. #MeToo. »

Le Tweet de Lewinsky a de quoi surprendre.

Elle a eu une aventure sexuelle avec le président Bill Clinton alors qu’elle était stagiaire à la Maison-Blanche dans les années 1990, et elle n’avait jamais livré de détails sur cette expérience. Plusieurs femmes ont accusé Clinton d’agression sexuelle, remontant à son mandat de gouverneur de l’Arkansas. Clinton a seulement admis avoir eu une relation consensuelle avec Lewinsky et Gennifer Flowers.

C’est la version couramment admise.

Le tweet que Lewinsky a posté indique le contraire. Elle aussi a donc été sexuellement weinsteinisée par le président Clinton.

Comment va réagir Hillary Clinton qui à l’époque avait traîné dans la boue les femmes qui avaient accusé son mari, mais soutient maintenant, dans sa « lutte » pour la cause des femmes, qu’il faut encourager les femmes qui révèlent avoir été sexuellement agressées (bien qu’il lui ait fallu 5 jours pour réagir aux accusations contre son ami Weinstein et qu’elle ait accepté des millions de dons de pays arabes pour sa fondation en échange de son silence sur le traitement qu’ils réservent aux femmes).

© Hervé Stammers pour Dreuz.info.

Écrire un commentaire

Optionnel