Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pays réel

  • Bonne et heureuse année !

    Depuis-Horloge.jpegDepuis 268 ans, elle repose au château de Versailles, dans le petit appartement du roi. Mais avec le temps, le mécanisme s’est encrassé et l’horloge subit des arrêts ponctuels. Les experts ont donc décidé de lui offrir une restauration complète. Pour cela, elle a été transférée au centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) pour ajuster le mécanisme et la faire fonctionner jusqu’au 31 décembre 9999, à 23 heures 59 minutes et 59 secondes. Les experts restaureront également le boitier fait de bronze ciselé et doré, émail, acier, cuivre, verre et bois. Une fois remise à neuve, l'horloge retrouvera sa place au château de Versailles à la fin de l'année 2022, pile à l'heure pour l'exposition consacrée au tricentenaire du couronnement de Louis XV.

     

    Elle a été le témoin de l’histoire depuis près de trois siècles. Mais l’histoire de France avait commencé bien des siècles auparavant. Du pré carré autour de Paris, elle est devenue, en deux mille ans, le grand pays d’aujourd’hui.

    Et cette horloge est repartie pour huit mille ans de plus !

    C’est avec plus de modestie que nous vous adressons tous nos vœux, limités à l’année qui s’ouvre. Mais comment ne pas se projeter plus loin et espérer que les dérèglements majeurs que nous connaissons ne soient qu’une mauvaise parenthèse. Notre pays vaut mieux, beaucoup mieux.

    Il ne reste plus qu’à s’interroger sur ce qui a fait sa grandeur et les causes de son abaissement. Les ambitions personnelles y sont pour l’essentiel, favorisées par un système où les rivalités semblent le seul moteur de la vie politique. Tout souci du bien commun est bien loin, oublié sur le bord du chemin. 

    C’est aux générations qui suivent que nous pensons. Puisse un avenir proche voir revenir l’équilibre, la raison et l’unité. Mais peut-être doit-on au premier chef nous souhaiter le courage d’y travailler.

    Henri Bec

  • Le clan Ménard : une nouvelle et inadmissible dérobade

    Cabrières.jpg

     

    Un prince de l'Église : Mgr de Cabrières

     

    Dimanche dernier 19 décembre à la cathédrale Saint-Nazaire de Béziers, une foule importante est venue célébrer le centième anniversaire de la mort du cardinal de Cabrières (21 décembre 1921), grande figure de l’Église et du Midi languedocien. La confrérie Sant-Andiu de la Galinière, ses agrégés et ses consuls, bannières et tenues de rigueur, avait tenu à participer à cette cérémonie, sachant ce que les viticulteurs du Midi lui devaient, et spécialement ceux de Béziers.

    La messe solennelle était concélébrée par Mgr Carré archevêque de la province de Montpellier et Mgr Brugues archevêque émérite d’Angers et ancien archiviste et bibliothécaire du Vatican. Inutile de préciser que les orgues ont brillamment coloré cette splendide cérémonie.

    IMG_8404-1.jpg

     ***

    M. de Vallavielle, membre de l’Académie de Nîmes écrivait : « C’est un vrai chapitre de l’histoire de notre pays que l’on écrira le jour où l’on retracera l’existence du grand prélat dont les actions furent si intensément liés à la vie de sa ville épiscopale, de la région languedocienne, et on peut le dire sans exagération, du pays tout entier. » Mgr Blaquière, archiprêtre de Saint Nazaire, a publié un ouvrage sur le cardinal en 1947. La présente note s'inspire de l'étude complète (plus de 500 pages), parue en 1947, réalisée par M. Gérard Choly, professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université de Montpellier).

    Anatole de Cabrières nait à Beaucaire le 30 août 1830 ; son berceau, c’est le Languedoc où sa famille laisse des traces dès le XIVe siècle. Son arrière grand-père François fut officier du régiment d’Auvergne et lieutenant du roi et son grand-père, lieutenant au régiment de Picardie. Son père, né en 1788 fut le témoin des événements douloureux de la révolution qui n’ont pas épargné sa famille. Tous ses membres étaient incarcérés au 9 Thermidor.

    Ordonné prêtre le 25 septembre 1853, il est nommé évêque de Montpellier le 18 décembre 1873 malgré l’opposition de certains. Mgr Le Courtier, alors en fonction, pris dans une importante tempête médiatique, avait écrit qu’il subordonnait sa démission à l’assurance que le gouvernement ne nommerait pas Cabrières pour lui succéder ! Ce à quoi le ministre, bien que connaissant les fortes convictions royalistes de ce dernier, lui écrit : « votre nomination est désirée à Montpellier par tous les esprits sérieux. Il y a nécessité à choisir un homme du Midi à même d’apprécier et de diriger les tempéraments de nos bons méridionaux ».

    Il est élevé à la dignité de cardinal en 1911 par le pape Pie X, ce qui déclenchera un enthousiasme considérable, concrétisé par l’immense foule venue l’accueillir à son retour de Rome, 80 000 personnes sur le passage du cortège à Montpellier.

    Il serait bien long d’énumérer ses actions et interventions : citons la défense de la décentralisation et son appartenance au Félibrige, son implication dans la béatification de Jeanne d’Arc qui lui donnera l’occasion de demander une illumination de la ville de Montpellier largement suivie, la dénonciation des « erreurs d’une secte impure et violente, l’albigéisme (ce qui nous change des histoires et commentaires ridicules qui fleurissent depuis des années, comme dans un son et lumières de Béziers), sa réserve publique sur l’encyclique de Léon XIII « au milieu des sollicitudes », sa très ferme opposition à l'expulsion des congrégations religieuses qui l'amènera à notifier en personne son excommunication au préfet de l'Hérault , ses innombrables œuvres de charité, toujours préoccupé du sort des plus faibles, etc.  

    Il est élevé au grade de chevalier de la légion d’honneur en 1919 et demande au jeune comte de Paris alors âgé de 11 ans, qui le raconte dans ses mémoires, de la lui épingler sur sa poitrine.

    Tombeau.jpgSeule la mort n’a pas permis son élection à l’Académie française. De sombres et malsaines manœuvres étaient tentées pour le faire battre, par les atrabilaires de la démocratie chrétienne, mais ses amis ne manquaient pas. Il était soutenu par Bourget, P. d’Haussonville, A. de Mun, les deux Vogüe, Bazin, Barres, P. de Ségur, Émile Olivier, Lemaître, Loti, etc. Son élection était assurée.

    Venons-en à ce qui constitue son engagement le plus connu, pour lequel le midi de la vigne ne cesse de lui rendre hommage. L'épisode se situe au moment de la crise viticole de 1907, consécutive aux dégâts causés par le phylloxera et par la surproduction. De très nombreux manifestants avaient envahi les villes du  Languedoc (120 000 à Béziers, 250 000 à Carcassonne, 500 000 à Montpellier…). Les conditions d’hébergement faisant défaut, Mgr de Cabrières fit ouvrir églises et cathédrales où des milliers de femmes et enfants purent se réfugier et passer la nuit. Ces édifices appartenaient à l'État. Le cardinal s'exposait à des poursuites mais le gouvernement n'a pas osé.

    Ce n’est donc pas un hasard si, en ce 19 décembre 2021, la cathédrale Saint-Nazaire se souvenait et était à nouveau pleine. Dans le milieu viticole et à Béziers, ce sont des actes que l’on n’oublie pas !

     ***

    Malheureusement certains, si ! 

    Le clan Ménard n’a pas cru devoir s’associer à cet hommage, une absence qui n’a pas manqué d’être relevée par de nombreux participants, outrés de constater que maire, député ne s'étaient pas déplacés pour honorer cette personnalité majeure de la vie biterroise. Et marquer la plus élémentaire des corrections à l'égard de l'archevêque qui s'était spécialement déplacé. Ce qui illustre la leçon de mon ébéniste : "vous ne transformerez jamais du formica en marqueterie".

    Paniqués par les prochaines échéances électorales, piégés par des prises de position brouillonnes et incohérentes, obsédés par le politiquement correct macronien, ils ont préféré promener un sourire figé parmi les flonflons de la fête et faire le tour des foires au gras, appliquant cette vielle recette démagogique, "du pain et des jeux", qui n'est rien d'autre qu'un mépris total de la population, considérée comme incapable de réfléchir. Ils ont du estimer plus "rentable" de se livrer à des tentatives de récupération de voix avec les impôts des biterrois, que de participer à cet hommage exceptionnel. Les soupçonner d'avoir la moindre sympathie pour cette haute personnalité de Blanc du Midi n'est désormais plus compatible avec l'image pécresso-macronienne à la mode à la mairie de Béziers. Ce ne fut pas toujours le cas, mais ça, c'était avant ! Ce qui en dit long sur la solidité des convictions !

    À la sortie de la cathédrale, une dame, entendant les nombreuses protestations, s’est approchée d’un groupe : « Vous savez, dit-elle , c’est aussi bien qu’ils ne soient pas venus, ils auraient fait tache ». Et tous ont réalisé en un instant : c’est elle qui avait raison.

    Les surprises arrivent quand les petits autocrates à géométrie variable s’aperçoivent, mais trop tard, que cette population réfléchit et n’oublie pas. Décidément nous avons de plus en plus de motifs de nous souvenir, et au train où vont les choses, il y faudrait tout un livre…

    Henri Bec

     

    PS. Dernière minute

    Nous ne pensions pas que les propos ci-dessus seraient aussi vite et une fois de plus confirmés. Le 5 janvier dernier, l’Assemblée nationale a adopté le texte liberticide sur la crise sanitaire, modifiant le Code de la santé publique, nouveau coup porté à l’unité nationale. La République en Marche a aligné 134 voix, le Modem 32 et Républicains 28, et, avec quelques apports complémentaires, la loi a recueilli 214 voix sur une assemblée comptant 577 membres. C’est dire que ce ne fut pas un raz de marée.

    Mais Macron peut compter sur ses députés carpettes et sur des collaborateurs obéissants et désormais retournés qui s’efforcent de lancer des œillades complices, au cas où on ne sait jamais

    Sachez en effet et faites savoir que le député E. Menard a voté pour ce texte,Vote assemblée.JPG seule du groupe des non inscrits, les 17 autres ayant voté contre, en parfaite conformité avec leurs convictions et le mandat de leurs électeurs (et le clan reçoit aujourd'hui même, sans aucun complexe, Marine Le Pen à Béziers : le baiser de Judas !). Vous conviendrez que ces trahisons successives deviennent de plus en plus difficiles  à supporter.

    Nous l'avions déjà dénoncé ICI et ICI

  • Obligation du masque

    Philippe GUILLEMANT est un ingénieur physicien français diplômé de l’école Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe.

    Il est Docteur en Physique du Rayonnement et habilité à diriger des recherches.

    Il exerce son activité au CNRS où il est Ingénieur de Recherche Hors Classe.

    Spécialiste d’intelligence artificielle, ses travaux ont débouché sur la création de deux entreprises innovantes licenciées par le CNRS : Synapsys et Uratek, qui lui ont valu plusieurs distinctions dont le Cristal du CNRS.

    Faust.jpg

  • Il claque votre argent ! Macron dépense 424 milliards d’euros en deux ans...

    Billets.jpg

    Image d'illustration / Photo: Pixabay

    Dans les colonnes du Figaro, Nicolas Baverez, avocat et directeur de l’Institut Montaigne, définit à la perfection la situation de l’économie française. 

    “En application du mantra “quoi qu’il en coûte”, la France a engagé 424 milliards d’euros de dépenses publiques supplémentaires pour les années 2020 à 2022. Il en résulte une envolée de la dette qui a atteint 118,2% du PIB.”

    424 milliards ! La somme est tellement inouïe qu’elle dépasse l’entendement !

    “Cette dégradation des finances publiques sans précédent en période de paix est présentée comme une adaptation efficace au nouveau cours de la politique économique dans les pays développés, fondé sur le renouveau des interventions de l’État ainsi que sur le financement illimité des déficits par les banques centrales.”

    “Dégradation des finances publiques sans précédent en période de paix.” Une formule-choc, que chaque français devrait savoir par cœur, tant elle résume bien le macronisme économique.

    “Il n’en est rien : l’épidémie de Covid-19 ne marque pas une rupture mais l’accélération d’un modèle économique et social insoutenable, fondé sur l’endettement. Loin d’être dans la norme, la France fait plus que jamais exception au sein des pays développés par son addiction à la dépense publique, qui culmine à 61% du PIB.”

    Oui, la France est une exception. Exceptionnellement incompétente. Exceptionnellement endettée. Exceptionnellement en danger. C’est ça, la Macronie. Et il faut que ça cesse.

    Pascal Tenno

    Source : Le Figaro

  • Les entretiens de politique magazine

    Le mensuel Politique magazine fête cette année ses vingt ans d'existence.

    Il n'a cessé d'alerter les français

    sur les problèmes institutionnels de la France.

    Hilaire de Crémiers, son créateur, revient sur cet aspect essentiel.

     

    Cliquez sur la photo

    Hilaire-2.jpg

    Le N° 207 vient de paraitre

    PM204-une.png

  • La destruction du patrimoine archéologique et religieux s'inscrit dans la campagne de propagande menée par les groupes islamistes.

    En 2001, les talibans - qui ont repris Kaboul dimanche 15 août 2021 - dynamitaient les gigantesques Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan. Un procédé qui n'a rien de nouveau. "De tout temps lorsqu’on a fait la guerre, on s’en est pris à la culture de l’autre, pour effacer son identité et substituer un ordre culturel à un autre ordre culturel", explique à Public Sénat Bariza Khiari, vice-présidente de l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH). 

    Suite à la multiplication des attaques délibérées contre plusieurs sites mondiaux du patrimoine, le Conseil de sécurité a voté à l'unanimité en mars 2017 une résolution appelant à protéger le patrimoine archéologique et religieux.

     

    Retour en images sur certaines destructions et profanations marquantes de sites archéologiques et religieux.

     

    Les joyaux du patrimoines

    détruits par des groupes islamistes

     

    Bouddhas.jpg

    Les Bouddhas de Bamiyan détruits en 2001 par les talibans en Afghanistan.

    Photo 1/7© Didier Vanden Berghe / Wikimedia Commons

     Mausolé.jpg

    Les mausolées de Tombouctou détruits

    par des jihadistes liés à Al-Qaïda en 2012.

    Photo 2/7© Getty Images

     Temple de Bel.jpg

     Le temple de Bêl dans la cité antique de Palmyre

    tombé entre les mains des djihadistes de l'EI en 2015.

    Photo 3/7© Getty Images

     

    Vestiges de Nimroud.jpg

    Les vestiges de Nimroud en Irak un site saccagé par l'EI en 2015.

    Photo 4/7© Getty Images

     

    Le temple de Baalshamin.jpg

    Le temple de Baalshamin dans la cité antique de Palmyre,

    tombé entre les mains des djihadistes de l'EI en 2015.

    Photo 5/7© Getty Images

     

    Le site romain d'Apamée en Syrie.jpg

    Le site romain d'Apamée en Syrie pillée à de nombreuses reprises par l'EI.

    Photo 6/7© Getty Images

     La cité fortifiée d'Hatra en Irak.jpg

    La cité fortifiée d'Hatra en Irak

    Les vidéos du saccage d'Hatra ont été diffusées par l'EI sur YouTube. Il s'agit du premier site d'Irak à être inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.

    Palmyre.jpg

    Vue sur Palmyre, en Syrie, avant la destruction du site par Daesh 

    © Gettyimages

  • Vous appelez ça "les traiter comme des chiens ?"

    Bon résumé de la mission  de la France en Algérie, à rebours de ce que nos chaines de radio et de de télévision déversent dans les esprits depuis tant d'années. Il serait temps de se montrer fier du travail accompli. Les injures d'Emmanuel Macron sur ce sujet (et d'autres) sont indignes d'un chef d'État. 

     

    Cliquez sur la carte pour écouter cette mise au point de 2 mn. :

    algerie-map.gif

  • La Pologne tient tête à Bruxelles, qui n’en revient pas !

    Pologne.jpg

    C’est une déconvenue pour Bruxelles, c’est peut-être aussi une nouvelle page qui s’ouvre dans les rapports des nations avec l’Union Européenne, et ce grâce à l’attitude souveraine de la Pologne. Des injonctions et des menaces constantes de la Commission européenne pour l’obliger à adopter notamment les « valeurs » arc-en-ciel, la Pologne s’est libérée d’un seul coup. Grâce à un arrêt rendu par la plus haute juridiction polonaise en faveur de la primauté du droit national sur le droit communautaire qui met en rage Bruxelles.

    La Cour constitutionnelle polonaise a jugé « incompatible » l’interprétation par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de certains articles des traités européens avec la Constitution du pays puisque « parmi les compétences transférées de la Pologne à l’UE, il n’y a aucune compétence relative à la création ou à l’organisation ou au système judiciaire ». Dans cet arrêt rendu le 7 octobre, la juridiction polonaise accuse la CJUE de saper la souveraineté de l’État et fait donc prévaloir la primauté du droit national sur le droit européen. La primauté du droit communautaire n’est plus inconditionnelle en Pologne, et est plutôt strictement limitée aux pouvoirs délégués à l’UE. Dans le même temps, le Tribunal constitutionnel polonais a contesté le principe de coopération sincère et sincère.

    En outre, si l’ « activisme progressiste » de la Cour de justice de l’UE devait se poursuivre, en émettant des arrêts qui relèvent de la compétence exclusive des organes de l’État polonais, en sapant la primauté de la Constitution en tant qu’acte juridique de rang supérieur dans l’ordre polonais, en remettant en cause la validité universelle et la finalité des arrêts du Tribunal, ainsi que le statut des juges du Tribunal, la Cour constitutionnelle polonaise interviendra pour supprimer les décisions de la Cour européenne du système législatif polonais.

    La décision de la Cour constitutionnelle, sur la primauté ou non de la Constitution polonaise sur les normes et décisions européennes, a été demandée par le Premier ministre Mateusz Morawiecki en mars dernier. Pour le ministre de la Justice et leader de Solidarność Pologne, Zbigniew Ziobro, « le Tribunal constitutionnel a mis un frein à l’anarchisation du système judiciaire et de l’État tout entier et a confirmé la primauté de la Constitution polonaise sur le droit communautaire ».

    Cette décision a fait l’effet d’une bombe. Bruxelles a déjà brandi la menace de ne pas verser à Varsovie les fonds prévus dans le cadre du plan de relance et le mot « Polexit » a été lâché sans que cela ne fasse reculer le moins du monde la Pologne qui tient fièrement tête aux technocrates bruxellois.

    Francesca de Villasmundo

    Médias-presse info

  • Les feuillets perdus de Louis-Ferdinand Céline, enfin retrouvés

    Céline.jpg

    Crédits photo : Céline photographié par Henri Manuel (années 1930), domaine public.

    Quelques jours à peine avant sa mort, Céline écrivait ces mots poignants : « On m’a assez pris, on m’a assez dévalisé, emporté tout ! Hé, je voudrais qu’on me rende ! ». Par « tout », il entendait de nombreux manuscrits dont Casse-pipe, imaginé comme la suite chronologique de Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit. Des feuillets de la main de l’auteur, volés en 1944 à la Libération pas des « pillards », qui seraient entrés dans son appartement à Montmartre, profitant de la cohue…

    Les archives disparues depuis bientôt 80 ans de l’écrivain auront de quoi secouer le monde littéraire. Ces feuillets inédits, par milliers, avaient longtemps été considérés comme de simples fragments. Et pourtant, il n’avait cessé de le répéter : « Il faut le dire partout si Casse-pipe est incomplet c’est que les Epurateurs ont balancé toute la suite et fin, 600 pages de manuscrit dans les poubelles de l’avenue Junot. »

    Les espoirs de retrouver un jour ce trésor de littérature se sont éteints le 8 novembre 2019, à la mort de Lucette Destouches, veuve de l’auteur. Un évènement qui en déclencha d'autres : le premier se déroula quelques mois après, avec Jean-Pierre Thibaudat, critique dramatique et auteur, et sa décision de prendre contact avec un avocat.

    « Il y a de nombreuses années, un lecteur de Libération m’a appelé en me disant qu’il souhaitait me remettre des documents », a expliqué le critique. « Le jour du rendez-vous, il est arrivé avec d’énormes sacs contenant des feuillets manuscrits. Ils étaient de la main de Louis-Ferdinand Céline. Il me les a remis en ne posant qu’une seule condition : ne pas les rendre publics avant la mort de Lucette Destouches, car, étant de gauche, il ne voulait pas "enrichir" la veuve de l’écrivain. » Interrogé sur l’identité du donateur, Thibaudat s’est contenté de répondre : « Secret des sources ».

    Une histoire de vol, jusqu’au tribunal.

    Suite à cette rencontre, contact fut pris avec les deux ayants droit de la veuve de Céline : François Gibault, auteur de la biographie du romancier, et Véronique Chovin, une amie de Lucette Destouches. « Voilà soixante-quinze ans que l’on se demandait où étaient passés les manuscrits de Céline disparus à la Libération : l’annonce de leur redécouverte a été un véritable choc pour nous », a confié François Gibault.

    Un rendez-vous s’est organisé, sans conclusion satisfaisante. Véronique Chovin s’est sentie indignée, si bien que début 2021, elle mandatait un avocat, Jérémie Assous, avec François Gibaut, avant de porter plainte pour recel de vol devant le tribunal de grande instance de Paris.

    Jean-Pierre Thibaudat s’est alors vu convoqué au siège de l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC) à Nanterre. Là encore, il n’a pas dévoilé aux autorités l’identité de son mystérieux donateur – à la place, il leur a simplement remis les archives en question. Il s’est décrit comme « le dépositaire accidentel » de ces feuillets. « Ma seule crainte était qu’ils disparaissent dans un incendie. Mon plaisir a été de les retranscrire pendant des années et des années. Cela n’a pas de prix. »

    Après une expertise menée par Isabelle Le Masne de Chermont à la Bibliothèque nationale de France, qui rassure sur l’origine de ces manuscrits – du Céline, pas de doute –, Véronique Chovin et François Gibault sont repartis avec les feuillets en juillet 2021.

    « Ce fut un moment très particulier », a expliqué Véronique Chovin. « Tout le monde pensait que ce trésor avait définitivement disparu. Enfin, non, pas tout le monde. Lucette me disait souvent : “Tu verras, après ma mort, des choses vont ressortir !” Elle avait raison. »

    Des manuscrits à la valeur inestimable

    D’après Le Monde, Thibaudat a passé des années entières à trier et à retranscrire l’œuvre de Céline, soit « des milliers de pages, un peu en vrac, et il m’a fallu des mois uniquement pour les classer ». Un travail de longue haleine, grâce auquel il obtiendra, au bout de quelques mois, l’équivalent de 600 pages.

    « On y trouve plusieurs blocs inédits d’une importance capitale », a-t-il expliqué. « Dans une lettre à son éditeur Robert Denoël du 16 juillet 1934, Céline disait travailler à un projet divisé en trois parties : “Enfance, Guerre, Londres”. L’enfance, il l’a traitée dans Mort à crédit, la première guerre mondiale au début de Voyage au bout de la nuit et Londres dans Guignol’s band. Mais les manuscrits retrouvés semblent être des projets distincts, qui pourraient être destinés à ce triptyque. »

    Les archives sont composées de 600 feuillets inédits de Casse-pipe, roman jusqu’alors incomplet. Céline y transcrivait « sa vie au 12e régiment de cuirassiers de Rambouillet dans lequel il s’était engagé en 1912 ». On retrouve aussi La Volonté du roi Krogold, un autre récit presque totalement inédit du romancier. Enfin, des versions incomplètes de Mort à crédit et de Guignol’s band font aussi partie du lot. « Le manuscrit de Mort à crédit est fascinant », a indiqué François Gibault. « La première partie est plutôt fidèle au roman publié, mais toute la seconde partie présente de nombreuses variantes et repentirs. »

    Enfin, au milieu de ces écrits, se cachent aussi des artefacts personnels du romancier : notamment « des photographies de sa fille, Colette, son livret militaire, des écrits médicaux, des lettres de femmes », mais aussi, détail peut-être plus sombre, de la « documentation antisémite », qui peut-être été une source d’inspiration pour l’écriture de ses pamphlets. On pensera notamment à L'École des cadavres, paru chez Denoël en 1938  : « Les juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître ».

    Comme indiqué par Le Monde, François Gibault et Véronique Chovin caressent l’idée de donner l’intégralité de Mort à crédit à la BNF – un moyen comme un autre de « régler les frais de succession » qui découlent de la restitution de ces écrits. Concernant les autres manuscrits, rien n’a encore été décidé – quoiqu’on suppose un projet de publications.

    Source : ActuaLitté

    À lire également : rentrer dans l'intimité de Céline

  • Livre - Notre sélection : Une histoire inédite de la France en 100 cartes

    Fichier

     

    « Les éléments structurants de notre histoire ont été bouleversés »

     

    image_2021-03-02_172729.pngLe journaliste et historien Jean Sevillia fait paraître chez Perrin « Une histoire inédite de la France en 100 cartes » en collaboration avec les cartographes Jean-François Ségard et Nicolas Poussin. Il y présente une centaine de « moments » qui sont, d’après lui, des repères indispensables à la compréhension de l’histoire nationale.

    C’est en historien que Jean Sevillia donne les clés de la sociologie profonde de la France contemporaine : auteur notamment de La France catholique (Michel Lafon, 2015), il fait le choix de montrer comment certains événements décisifs de l’histoire peuvent se voir dans la géographie du peuple français, et laisser des traces jusqu’à aujourd’hui.

    En quoi votre histoire de France à travers les cartes est-elle inédite et diffère-t-elle de votre précédent ouvrage, Histoire passionnée de la France ?

    Jean Sevillia : Mon Histoire passionnée de la France (Perrin) formait un récit complet et continu de l’histoire de la France, des origines à nos jours, évidemment sous forme synthétique. Ce nouveau livre, puisqu’il braque le projecteur sur cent séquences du passé de la France, opère des choix dans ce passé, et assume ces choix : ce sont des moments charnières, des épisodes symboliques, des événements essentiels, mais qui supposent de passer très brièvement ou même de faire l’impasse sur certains autres épisodes de notre passé. Pour autant, le choix de ces séquences a été pensé de telle manière que leur enchaînement dégage une continuité qui révèle les grands traits de l’histoire de la nation française. Le caractère inédit de cet ouvrage provient du lien entre le texte et les cartes. Il existe des atlas de l’histoire de France, mais dont les textes succincts sont des légendes de cartes plus que de vrais commentaires historiques. Il existe aussi des Histoires de France qui ne comportent que quelques cartes en illustration (c’était d’ailleurs le cas de mon Histoire passionnée de la France). Dans cette Histoire inédite de la France en 100 cartes, le texte et les cartes ont autant d’importance, et se complètent ou se répondent.

    Alésia

    Carte-1.jpg

    Pourquoi écrivez-vous qu’il a existé une France avant la France, en vous appuyant sur la géographie ?

    C’est évidemment une formule, car on ne peut pas parler de la France avant le XIIe ou XIIIe siècle. Mais la richesse des sites préhistoriques de France montre l’ancienneté du peuplement de notre territoire. Mais la civilisation gauloise ou plutôt gallo-romaine, la Gaule franque rassemblée par Clovis, puis l’unité du futur territoire français au sein de l’empire carolingien et l’étendue de la Francie occidentale, née du partage de l’empire carolingien, sur les trois quarts de la France actuelle, posent des bases dont héritera la France quand elle se construira sous l’égide de la dynastie capétienne. La France ne naît qu’au début du deuxième millénaire de l’ère chrétienne, mais elle ne naît pas du néant.

    État bourguignon

    Carte-2.jpg

    Quels sont les éléments structurants de notre histoire ?  

    Ces éléments structurants sont nombreux et anciens : l’unité territoriale au moins de la France centrale ; le rôle de Paris comme centre politique (Clovis a fait de cette ville sa capitale en 508) ; le rôle de l’État, même si celui-ci a mis plusieurs siècles à s’édifier ; le rôle de la langue française comme facteur d’unité des élites politiques et culturelles, même si le français est devenu d’usage majoritaire dans la population au XIXe siècle seulement ; le fait que la France est depuis longtemps un des pays les plus peuplés d’Europe. Et bien sûr, l’ancienneté et la profondeur de l’ancrage chrétien, plus précisément catholique, chez les Français. 

    Jusqu’aux années 1960, 90 % de la population était baptisée au sein de l’Église catholique

    En dépit du choc déchristianisateur de la Révolution française, malgré l’antichristianisme et l’anticléricalisme militant du XIXe siècle qui aboutiront à la crise de la séparation de l’Église et de l’État au début du XXe, en dépit de la laïcité d’État, la France est restée très longtemps un pays catholique. Jusqu’aux années 1960, 90% de la population était baptisée au sein de l’Église catholique. Mais tous ces éléments, une grande part d’entre eux en tous cas, ont été remis en cause, voire bouleversés, depuis cette époque. Spécifiquement la remise en cause de l’État, que ce soit par le haut, du fait de la construction européenne et de la mondialisation qui ont brouillé les bornes de la souveraineté nationale, ou par le bas, du fait de la décentralisation et de la contestation de l’autorité, phénomène culturel plus large. Ajoutons la déchristianisation galopante, phénomène historiquement majeur, puisque des croyances, des rites et des traditions qui ont cimenté pendant des siècles la société française autour de sa religion dominante sont en train de s’effacer. L’ensemble de ces évolutions provoque aujourd’hui une profonde crise d’identité nationale.

    Premier Empire

    Carte-3.jpg

    « Remonter la pente, pour un pays, n’est jamais impossible. Mais il faut une volonté, et des volontaires », écrivez-vous.  Pensez-vous que les catholiques ont un rôle particulier à jouer à cet égard ?

    À l’évidence, puisque le service du bien commun fait partie du devoir des catholiques, et parce que le catholicisme français, à travers ses œuvres, possède une longue expérience du dévouement gratuit et désintéressé envers la société. Mais il ne faut pas être naïf : il existe des forces et des réseaux très puissants et implantés au cœur de l’État qui sont hostiles à l’Église, et à l’anthropologie qu’elle porte, comme on l’a vu avec le vote de toutes les lois sociétales depuis quarante ans et plus, et tout récemment au sujet de la bioéthique. De ce point de vue, évitons l’angélisme : les catholiques ont des combats à mener, mais là aussi il faut une volonté et des volontaires.

    La libération

    Carte-4.jpg

    Jean Sevillia, Une histoire inédite de la France en 100 cartes

    Perrin, 2020, 248 p., 27 euros.

  • « Pétain et les juifs » : le rabbin Alain Michel tranche la question

    Vichy et la Shoa.jpg

    Le site Dreuz info republie une lettre adressée le 12 mars 2020 à l'Union des Étudiants juifs de France par le Rabbin Alain Michel. Cet historien n'est pas n'importe qui. Docteur en histoire (Paris - Sorbonne), Rabbin diplômé du séminaire théologique Shecher à Jérusalem, il a créé et animé pendant de nombreuses années les séminaires en français de Yad Vashem et enseigne l'histoire de la pensée juive à l'institut Albert Decourtray à Jérusalem.

    Alors que "les dictateurs de haine" se lancent, avec une inculture abyssale, dans des critiques grossières à l'encontre de certains propos d'Éric Zemmour sur la question, il est sain et réjouissant de constater que des spécialistes brillants et sérieux historiens  éclairent, avec une courageuse objectivité, les complexités de l'Histoire.

    Ci- dessous, un de ces commentaires caricatural :

    Préambule – Il est important de faire une distinction, selon nous,  :entre la dimension historique, c’est-à-dire la recherche historique sur un sujet qui ne fait pas consensus entre les historiens, et l’usage politique des propos émis par Zemmour sur Pétain. Si historiquement, Pétain a fait une distinction entre les juifs vivant en France, selon qu’ils furent français ou étrangers, l’amalgame politique consistant à innocenter la France, Pétain ou les Français qui ont collaboré, dénoncé les juifs à la police française et participé à leur déportation, est irrecevable. A ce titre, les propos de Zemmour, à supposer qu’ils soient un jour historiquement non-disputés, sont et seront toujours politiquement inacceptables, et Zemmour est fautif de ne pas le relever. – Jean-Patrick Grumberg.

     

     Réponse d'Alain Michel :

     

    Alain Michel.jpgChère Madame, c’est bien sûr en tant qu’ancien membre de l’UEJF [Union des Étudiants Juifs de France] dans les années 1970, ainsi qu’ancien proche du Rabbin Léon Askenazi, Manitou, président de l’UEJF au début des années cinquante, et dont j’ai dirigé le centre d’études à Jérusalem pendant 4 ans, que je vous écris.

    Mais c’est surtout en tant qu’historien, spécialiste de la Shoah, ainsi qu’amoureux de la vérité et de la liberté. Je viens d’apprendre que vous avez attaqué en justice le journaliste Éric Zemmour pour avoir affirmé que le gouvernement du Maréchal Pétain avait sauvé les Juifs français.

    Cette décision de l’UEJF est doublement scandaleuse :

    1 - Même si les propos d’Eric Zemour étaient erronés, ce qu’ils ne sont pas, en quoi cette affirmation est-elle une négation de la Shoah ? Eric Zemmour a-t-il dit que des Juifs qui habitaient en France n’avaient pas été déportés et n’avaient pas été gazés à Auschwitz ? Pas du tout. J’ai attentivement écouté l’émission de CNEWS, et il a même parlé de « l’extermination et des camps nazis », ce qui paraît étrange pour qui est accusé de négation de crime contre l’humanité par l’UEJF.

    En réalité, l’UEJF a une attitude liberticide qui consiste, en détournant une loi anti-négationniste, d’interdire tout débat historique et d’imposer une vérité historique concernant une question importante, l’attitude de Vichy vis-à-vis des Juifs, mais question qui n’a rien à voir avec la réalité de l’existence de la Shoah.

    Lorsque dans les années 1970, l’historien israélien Yéhuda Bauer a affirmé que le nombre de victimes au camp d’Auschwitz-Birkenau était beaucoup moins important que les 4 millions qui étaient affirmés à l’époque, de nombreux historiens ou encore porteurs de mémoire, notamment au Mémorial de la Shoah à Paris, se sont levés pour dénoncer les propos de Bauer qui réduisaient soi-disant l’importance de la Shoah.

    Tout le monde sait très bien aujourd’hui qu’il y a eu au plus un million 200.000 victimes à Auschwitz-Birkenau. Si la loi Gayssot avait existé à l’époque, l’UEJF aurait-elle traînée le Professeur Bauer devant les tribunaux ? Voilà pourquoi, au nom de la défense de la liberté, il faut dénoncer la démarche de l’UEJF.

    2 - Dans son livre «Le Suicide français*», Eric Zemmour, affirmait que Pétain avait sauvé les Juifs français.

    Remarquons tout d’abord que l’UEJF, qui faisait déjà du confusionnisme en étendant la loi contre le négationnisme à toute forme de débat historique, en remet une couche, puisqu’il semble qu’elle reproche dans sa plainte au journaliste d’avoir « réaffirmé sa théorie selon laquelle Pétain aurait sauvé les Juifs de France ». Or ce n’est pas ce qu’affirme Eric Zemmour et j’ai noté dans le débat sur CNEWS que celui-ci a tout de suite précisé « les Juifs français », et non les Juifs étrangers qui étaient alors en France.

    On peut être choqué par l’affirmation de cette différence, mais c’était la décision du Vichy de 1940, pas celle des commentateurs et historiens de 2020.

    Dans son livre, Zemmour résume mon propre ouvrage «Vichy et la Shoah*» sur deux pages et dès la première présentation de son livre, dans l’émission « on n’est pas couché », le journaliste s’était « défendu » face aux attaques de la journaliste Léa Salamé en se plaçant sous mon « autorité » d’historien qui, par ailleurs, a travaillé avec Yad Vashem depuis 1987, et avec la Marche des Vivants depuis 1990 (et même avec l’UEJF jusqu’à la parution de mon livre).

    Si affirmer que le gouvernement de Vichy (c’est plus exact que Pétain) a protégé les Juifs citoyens français, en en sauvant ainsi un grand nombre, est une affirmation négationniste, je demande donc à l’UEJF de bien vouloir également me traîner devant les tribunaux, ainsi que d’autres historiens français actuels, comme le professeur Antoine Prost ou le professeur Jean-Jacques Berlière, et que l’UEJF demande également que l’on brûle les ouvrages de Léon Poliakov, qui affirmait la même chose dans le «Bréviaire de la haine*» dès 1951, ou encore ceux de l’Historien américain Raul Hillberg, qui écrivait la même chose dès le début des années soixante. Si l’UEJF agit comme l’inquisition, qu’elle le fasse jusqu’au bout.

    Au nom de la défense du libre débat sur la vérité historique, il faut dénoncer la démarche de l’UEJF.

    Avec tout le respect que j’ai pour les tribunaux, français ou autres, les palais de justice ne sont pas les lieux où l’on peut trancher de la vérité historique et de sa complexité.

    Les magistrats ne sont pas formés pour cela, et ils n’en ont pas la compétence professionnelle. Le jour où l’Union des Etudiants juifs de France le comprendra, elle pourra peut-être commencer à admettre qu’on ne peut à la fois combattre pour la démocratie et la liberté, et en même temps refuser le débat sur l’histoire et la mémoire.

    © Alain Michel

  • Livre. Notre sélection : Le Dernier Carré

    Le dernier carré.jpg

    Jean-Christophe Buisson est directeur adjoint du Figaro Magazine et présentateur de Historiquement show sur la chaîne Histoire. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur des thèmes historiques variés. Jean Sévillia est membre du conseil scientifique du Figaro Histoire et chroniqueur au Figaro Magazine. Il a publié de nombreux ouvrages d’Histoire qui ont connu de beaux succès de ventes. Ils forment le tandem qui a dirigé avec brio une équipe d’historiens et de journalistes pour aboutir à ce livre remarquable qu’est Le dernier carré publié chez Perrin.

    Waterloo, Camerone, la bataille des ponts de Saumur, Diên Biên Phu : quatre cas emblématiques de ces moments où une guerre est perdue pour l’un des belligérants, mais où une poignée d’hommes luttent jusqu’au bout, même s’ils savent que leur camp a succombé, et peut-être surtout s’ils le savent. Ces quatre exemples mythiques d’héroïsme n’apparaissent dans ce livre que par allusion. Priorité a été donnée ici à des épisodes moins célèbres mais tous aussi épiques, de l’Antiquité à nos jours. Vingt-cinq chapitres, vingt-cinq faits d’armes, vingt-cinq récits d’ultime sacrifice et de fidélité absolue qui s’étalent à travers les siècles et les continents.

    L’ouvrage débute avec les 300 soldats de Sparte dirigés par le roi Léonidas qui combattent jusqu’à la mort à l’entrée du défilé des Thermopyles face à l’offensive du roi des Perses.

    Sans citer les vingt-cinq chapitres, retenons-en quelques-uns.

    L’ultime fin de l’Empire byzantin à Trébizonde en 1463, lorsque David II Comnène, refusant de se convertir à l’islam, est exécuté au sabre sur ordre du sultan Mehmet II.

    La bataille de Culloden, en 1746, qui met fin aux insurrections des jacobites écossais fidèles aux Stuarts, dynastie catholique. C’est à la suite de cette défaite des highlanders que des lois furent promulguées visant à effacer toute la culture écossaise : interdiction du kilt, du tartan et de la cornemuse, abolition du système clanique,… Il fallut attendre 1822 pour que les traditions écossaises aient droit de revoir le jour.

    Mathieu Bock-Côté signe le beau chapitre consacré aux derniers Indiens du roi de France, épopée qui s’achève en 1766 avec la défaite de Pontiac, le plus célèbres de leurs chefs.

    Jean Sévillia fait, lui, revivre la chouannerie des Cent-Jours en 1815, témoignage de la ténacité du royalisme populaire dans l’ouest de la France.

    Ô combien méconnue est l’histoire de Stand Watie, indien cherokee, général dans l’armée confédérée durant la guerre de Sécession et dernier officier confédéré à déposer les armes en juin 1865 !

    Christophe Dickès – fils du regretté docteur Jean-Pierre Dickès – conduit le lecteur au milieu des Zouaves pontificaux qui forment l’ultime rempart du pape quand est donné l’assaut final sur Rome le 20 septembre 1870.

    Un chapitre est dédié à Saigô Takamori, le dernier samouraï, mort sabre à la main en 1877 dans une insurrection pour l’honneur contre les influences extérieures qui transforment le Japon impérial.

    Autre moment héroïque, l’insurrection catholique irlandaise contre la Couronne britannique, déclenchée lors de la fête de Pâques 1916, et qui s’achève en 1923 avec la reddition de de Valera, président de la république d’Irlande.

    L’agonie dans l’exode des armées blanches fidèles à la Russie impériale et commandées par le général Wrangel est également décrite.

    Tout comme les dernières braises des insurrections de Cristeros au Mexique qui se terminent en 1937.

    Trop méconnue est l’épopée des « Frères de la forêt », lituaniens indépendantistes et antisoviétiques qui combattront l’Armée rouge de 1944 à 1965 !

    C’est le chanteur et journaliste Jean-Pax Méfret qui signe le chapitre sur le crépuscule de l’Algérie française tandis que Jean-Louis Tremblais évoque les guérillas anticommunistes oubliées en Asie du Sud-Est jusqu’en 1975 et que Jean-René Van der Plaetsen raconte le baroud désespéré des soldats chrétiens au Liban en mai 2000.

    Un livre passionnant à plus d’un titre !

    Le dernier carré, ouvrage collectif sous la direction Jean-Christophe Buisson et Jean Sévillia, éditions Perrin, 384 pages, 21 euros

    A commander en ligne sur le site de l’éditeur   

    Le dernier carré - CP-1.jpg

  • Élites dirigeants algériennes : une fausse histoire

    téléchargé.jpg

     

    Ce qu’a déclaré le président français, Emmanuel Macron, est un coup porté au cœur même de la fausse identité algérienne fabriquée par le FLN depuis 1962.

     

    Par Bernard Lugan

    B. Lugan.jpgLe 2 octobre dernier, Alger a rappelé en consultation son ambassadeur à Paris, avant de décider de fermer son espace aérien aux avions militaires français ravitaillant Barkhane. La raison?

    Le président Macron qui, depuis le début de son quinquennat n’a cessé de donner des gages mémoriels à l’Algérie, accumulant les concessions gratuites, et qui, en échange, espérait naïvement une «pacification des mémoires», a été très mal payé en retour, les autorités algériennes n’ayant cessé de faire du maximalisme.

    Voyant dans les ouvertures et les concessions françaises une reconnaissance de «culpabilité», elles ont, comme l’on dit vulgairement «poussé le bouchon trop loin», exigeant toujours plus de la  France. Cela a fini par «agacer» les autorités françaises, poussées par une opinion publique qui ne veut plus entendre parler de repentance.

    En plus de cela, la France qui accorde chaque année des centaines de milliers de visas aux Algériens, se heurte au refus obstiné d’Alger de simplement récupérer ses ressortissants déboutés du droit d’asile ou condamnés de droit commun. Or, là encore, l’opinion française est à bout et la course électorale présidentielle qui a démarré va se faire sur la question la défense de l’identité nationale, de la fin de l’immigration incontrôlée et de la sécurité.

    Voilà pourquoi, considérant que la «coupe est pleine», le président Macron a décidé d’adresser un message très clair au «Système» algérien à travers des propos non démentis, rapportés par le journal Le Monde.

    Or, ce qu’a déclaré le président français est un coup terrible porté au cœur même de la fausse identité algérienne fabriquée par le FLN depuis 1962.

    Trois points de la déclaration présidentielle française ont particulièrement ulcéré les dirigeants algériens:

    1-Le «Système» à bout de souffle qui dirige l’Algérie survit grâce à «une rente mémorielle» entretenue par une fausse histoire.

    2-La question de l’existence de la nation algérienne peut être posée puisque le pays est directement passé de la colonisation turque à la colonisation française.

    3-Pourquoi les dirigeants algériens dénoncent-ils toujours les 132 ans de colonisation française et jamais les 276 ans de colonisation turque?

    Ces trois questions brisant le tabou mémoriel algérien, les dirigeants d’Alger ont donc immédiatement réagi.

    Dans l’une de mes premières chroniques, je posais la question de savoir pourquoi Bougie et Tlemcen n’ont pas créé l’Algérie alors que Fès et Marrakech ont fondé le Maroc?

    À travers cette interrogation, nous sommes en effet là face à la grande question posée par le président Macron. Une question qui hante les dirigeants d’Alger car, comme l’a dit l'historien algérien Mohamed Harbi : «l’histoire est l’enfer et le paradis des Algériens».

    Mohamed Harbi a raison. Cette histoire à laquelle le «Système» algérien s’accroche à travers un nationalisme pointilleux est effectivement un «Enfer» car elle montre que l’Algérie n’a jamais existé. D’où un complexe existentiel rendant impossible toute analyse rationnelle. 

    Mais cette histoire est également «Paradis», parce que, pour oublier cet «Enfer», les élites dirigeantes algériennes ont fabriqué une fausse histoire valorisante à laquelle elles sont condamnées à faire semblant de croire…

    D’où cet énorme tabou historique qui interdit aux Algériens de simplement se demander pourquoi, alors que, depuis Fès et Marrakech les Almoravides, les Almohades, les Mérinides, les Saadiens et les Alaouites, développèrent des empires s’étendant à certaines époques sur tout le Maghreb, l’Espagne et jusqu’à Tombouctou, Tlemcen et Bougie ne dépassèrent quant à elles pas le stade de principautés, certes brillantes, mais qui n’eurent pas de prolongements étatiques modernes?

    La réponse est claire: parce que, jusqu’à la colonisation turque, Bougie vécut au rythme des hauts et des bas de Tunis. Quant à Tlemcen, durant près de huit siècles, de 790 à la colonisation turque qui débuta en 1554, elle fut, sauf durant quelques décennies à la fin du XIVe siècle et au début du XVe, quasi-constamment sous influence ou sous domination marocaine.

    Là est le non-dit d’ordre psychanalytique sur lequel repose toute la diplomatie algérienne et sur lequel ont buté toutes les tentatives d’union du Maghreb.

    Nouvelles incorrectes.jpg

    Lugan-1.jpg

  • Conseil départemental de l'Hérault : ça commence bien mal !

    CD-015-1.jpg

    Dans une de nos précédentes publications (ICI) nous annoncions que les prochaines prises de position à Béziers ne manqueraient certainement pas de sel, mais nous ne pensions pas que cela se produirait dès le lendemain des élections. Il est vrai que pour le Clan Ménard, les belles déclarations de campagne sont vite revues une fois que l'électeur a voté comme on le lui demandait ! Une information, que vous ne trouverez qu'ici.

     

    *****

     

    Nous savons, par expérience, que, lorsque les socialistes sont aux manettes, il ne reste rien pour les autres. Cela permet une gestion confidentielle à l’abri des regards indiscrets. C’est ainsi que les désignations dans les différentes instances où le département est représenté (il y en a plusieurs centaines) se sont toujours faites au profit des seuls élus socialistes, les autres sont exclus.

    Ce sont des méthodes autocratiques et sectaires qui ne changent pas, mais contre lesquelles il est indispensable de s’élever. Même si ces protestations ne modifient rien, les membres de l’opposition, qui sont en principe là pour surveiller les décisions prises, les commenter, les critiquer si besoin et les porter à la connaissance des électeurs, doivent impérativement faire connaître leur point de vue et, en l’espèce, s'indigner avec vigueur contre le mépris manifesté à l’encontre d’une partie de l’opinion, et enfin, pour le moins, voter contre de telles délibérations…

    Avec une totale surprise, on constate que lors de la première session de l’assemblée de juillet dernier, ces désignations ont été approuvées à l’unanimité. Les six conseillers biterrois, dont certains se vantaient pendant la campagne qu’avec eux, au moins, « on allait voir ce qu’on allait voir », ont donc donné un blanc-seing à leurs adversaires politiques à la première occasion, et se sont pliés, sans même une tentative de contestation, aux injonctions du président… Désormais, on ne voit pas trop comment ils vont pouvoir se plaindre des décisions prises dans ces instances, au risque d’une ridicule contradiction !

    Bien mieux, on relève qu’a été également voté à l’unanimité la décision de déléguer « à la commission permanente l’ensemble des compétences du conseil départemental » (délibération n° 3) à l’exception des point relatifs au budget, au compte administratif et aux dépenses obligatoires. Il s’agit d’un aspect un peu technique qui signifie tout simplement que, sauf les questions mentionnées ci-dessus, la totalité des décisions soumises au vote du Conseil départemental seront prises dans le cadre d’une assemblée confidentielle, à huis clos, hors presse et public, où les délibérations sont votées en bloc, sans aucune discussion (dix minutes suffisent) ! Il y en a plusieurs dizaines par session, notamment les subventions diverses et variées aux associations qui œuvrent à l'immigration massive et autres aides aux différentes structures gauchistes ou mineurs isolés… qu'il eut été indispensable de traiter en assemblée publique. Ce ne sera plus le cas ! La pseudo opposition s'est volontairement bâillonnée et va ainsi pouvoir passer un mandat en toute quiétude. Le président a estimé que les contre-attaques, quelques fois musclées, auxquelles il avait dû faire face lors de la précédente mandature, ne pouvaient perdurer. Il peut être désormais rassuré, il ne sera plus ennuyé. Une belle et exemplaire reprise en main !

    Voilà donc cette ex-opposition (ça n'a duré que le temps d'une courte campagne) qui, en une seule assemblée, a rallié la majorité socialiste sans la moindre hésitation ni le moindre scrupule, comme l'avait fait auparavant le groupe Les Républicains. Ce n’est rien d’autre qu’une pitoyable tromperie à l’égard de ceux qui les ont élus.

    Ce qui est presque le plus grave, c'est le profond mépris dans lequel doivent désormais les tenir leurs adversaires, en constatant leur reddition sans condition ni résistance, mépris qui retombe nécessairement sur leurs mandants. On entend d'ici les ricanements auxquelles ils doivent se livrer. Pour le Clan Ménard qui a voulu placer ses mandats sous le signe de la résistance, c'est raté ! 

    Et nous n'irons pas jusqu'à imaginer que ces nombreuses bévues au cours de la même assemblée sont involontaires : ce serait alors le signe et la démonstration d'une incompétence dramatiquement préoccupante.

    En réalité, tout cela n’est pas anodin. Il est plus que probable, comme nous l'annoncions, que nous allons assister à Béziers, d’ici les prochaines élections présidentielles et législatives, à un glissement progressif mais rapide sur la pente du politiquement le plus correct. Le premier mot d’ordre à respecter sans discussion se résume désormais dans la formule : "pas de vagues" ! Il y avait l’UMPS, nous allons maintenant découvrir la nouvelle configuration ménardo-républicano-socialo-macronienne. Le maire de Béziers ne disait-il pas, avant les élections, à qui voulait l’entendre, que le bilan de Carole Delga était globalement positif ? Et aujourd'hui que l'on pourrait se rallier à... Xavier Bertrand ! Le système a imposé son dictat : appliquer toutes les tromperies et déloyautés, tous les mensonges, renversements et reniements pour un second mot d'ordre fondamental : tout pour être élu, "la place d'abord" !

    Henri Bec

    PS : Pour prendre connaissance de la délibération sur la commission permanente, cliquez ICI

    PS : Pour prendre connaissance de la liste des organismes dans lesquels seuls les socialistes ont été désignés à l'unanimité, cliquez ICI

    PS : exemple des désignation faites à l'unanimité, c'est ICI

  • Quelqu’un m’a demandé : « Vous êtes sûr que cet entretien est fictif ? »

    Le Pen-Zemmour.jpeg

    L'actualité biterroise nous a incité à publier une communication téléphonique entre Marine Le Pen et Éric Zemmour, qui, parait-il, est fictive. Mais après sa lecture, quelqu'un m'a demandé : "Vous êtes bien sûr qu'elle est fictive ?"

    *****

    - Marine Le Pen : Allo, Éric, c’est Marine.

    - Éric Zemmour : Ah Marine, comment vas-tu ? Ravi de t’entendre. Qu'est-ce qui t'amène ?

    - MLP : Je voulais d'abord t'apporter mon soutien à la suite de ton éviction de Cnews. Cette censure du CSA est tout de même scandaleuse. Et te parler aussi de notre caméléon.

    - ÉZ : Merci, ton soutien me réconforte. Pour le second, Je crois deviner , la nouvelle trouvaille du Clan Ménard, je suppose.

    - MLP : Bien sûr Éric. Toi aussi tu as du bien rigoler. Ça fait six ans qu’il me tape dessus et, comme par hasard, quelques mois avant les élections il m’invite pour déjeuner avec toi. Ici, au siège de Nanterre, je ne les arrêtais plus. Ils avaient tous attrapé un fou-rire monumental en apprenant cette fantaisie.

    - ÉZ : Ici c’est pareil. Moi y compris, j’en pleurais de rire. Tu sais, avec moi c’est la démarche inverse. Au début, tout allait bien et à la fin ça s’est gâté.

    Comme je l'ai rappelé dans l'émission On est en direct il m'a envoyé il y a deux ans une longue lettre pour me demander de me présenter d'abord aux européennes puis à la présidentielle, et maintenant c'est le contraire ! Mais c'était à l'époque où il voulait t'éliminer. Et  j'ai ajouté : "Robert varie, fol qui s'y fie". 

    En février 2020, d’accord avec Bompard, le maire d’Orange (il faut toujours qu’il aille chercher quelqu’un pour se mettre en valeur), il t’avait dit que ma candidature était souhaitable. Mais c’était à l’époque où il avait estimé plus opportun de s’éloigner de toi ; et puis moi, je commençais à avoir du succès à la télé. Il a dû penser que me faire des compliments lui permettrait d’y passer plus souvent. Et maintenant il raconte que ce n’est plus du tout opportun. Il faut dire que lorsqu’il est revenu vers le RN, il ne connaissait pas mes intentions, sinon il aurait été plus prudent, wait and see. Maintenant il se sent un peu coincé et il tente de s’en sortir comme il peut.

    Lors de la convention de la droite, il avait piqué sa fausse grosse colère pour, là encore, faire l’intéressant, et maintenant il dit le contraire. Tout cela est vraiment pitoyable.

    - MLP : Oui, bien sûr, on le sait, il adore faire des coups en s’imaginant qu’il va remonter dans l’opinion, mais à part quelques bénis oui-oui, la mayonnaise ne prend plus. Et en plus, il ne pense qu’à se produire à la télévision ou à la radio. On m’a rapporté les propos d’une personne de son conseil « quand il voit un micro ou une caméra, il rentre en transe » ! Mais dans le milieu de la presse il paraît qu’on commence à en avoir assez de ses demandes incessantes, d’autant qu’il raconte toujours les mêmes choses « dans "MA" ville, il y a trop de musulmans, etc. » Au début ils ont bien aimé parce que ces coups de menton ridicules faisaient de l’audience, mais tu le sais comme moi, le public s’aperçoit vite quand c’est creux et l’audience chute d’un coup.

    Tu vas voir qu'après le succès de ton livre, et  ta cote qui  monte, il va peut-être en venir à te soutenir !

    - ÉZ : Ne le dis pas trop fort Marine, pas de malheur, tu vas finir par m’attirer la scoumoune ! Il ne me manquerait plus que ça !

    C’est toujours pareil avec les egos démesurés. Ils ne se rendent que rarement compte de la situation. Ils s’imaginent toujours être le centre du monde. Pour en revenir à notre affaire, refuser ce repas au prétexte que tu ne voulais pas de publicité était très bien vu. Je n’avais plus qu’à dire que je voulais de la publicité pour faire tout capoter. En un tour de main on avait tout réglé.

    - MLP : Tu comprends bien que je n’allais pas me déplacer à Béziers pour ses beaux yeux. Je n’ai pas vocation à servir de faire valoir au Clan Ménard. D’autant qu’à l’Assemblée, elle s’ingénie souvent à ne pas voter comme nous. Et après avoir tapé sur tout le monde, le Clan prêche pour l’union des droites. Au siège j’entends souvent : « tu as des nouvelles du père Ubu ? » C’est vrai que tout cela devient brindezingue.  Comme on dit, un peu ça va, trop c’est trop.

    - ÉZ : Moi non plus, je n’ai aucune envie de me ridiculiser. J’y suis allé pour vendre mes livres, c’est suffisant. Surtout si maintenant il passe son temps à me critiquer, tout en enrobant le tout de grandes déclarations d’amitié… Il a toujours tendance à prendre les autres pour des imbéciles.

    - MLP : D’autant qu’il était capable de nous demander de nous retirer tous les deux de la présidentielle à son profit, parce qu’il ose tout, tu sais.

    - ÉZ (après un grand éclat de rire) : Je n’avais pas pensé à cette option. Je vais la raconter au président de mon comité de soutien, il va s’étrangler de rire lui aussi.

    Et tu as vu la dernière, il sort un nouvel opuscule pour te donner des leçons de stratégie politique. C’est de plus en plus calamiteux. Je me souviens de la maxime de La Rochefoucauld que tu m’avais rappelée quand on évoquait le sujet : « le propre de la médiocrité est de se croire supérieur ».  Elle est, décidemment, chaque jour un peu plus d’actualité.

    - MLP : Éric, je vois sur mon agenda qu’on déjeune ensemble bientôt. On ajustera mieux notre position pour les présidentielles. On ne va pas perdre notre temps avec ces incidents mineurs. J’estime maintenant que ce genre de plaisanterie a assez duré. On a quand même autre chose de plus sérieux à faire. Toi, tu vas pouvoir attirer cette vielle droite réactionnaire et me laisser le champ libre pour cette vielle gauche réactionnaire. Nous aurons tout le temps de faire ami-ami au second tour.

    - ÉZ : C’est parfait. Tu sais, je veux apporter un témoignage. C’est la lecture de Bainville qui m’a décidé à m’engager pour appuyer ce que j’écris ou ce que je dis à la télé.

    - MLP : Oui, je sais. Il faut rester sur la même ligne. C’est comme cela que l’on pourra peut-être parvenir à remplir les urnes, c’est l’essentiel ; et non en organisant de grands baroufs qui se cassent la figure deux jours après.

    - ÉZ : Marine, on reparle de tout cela bientôt. Bonne continuation pour ta campagne.

    - MLP : Merci Éric, toi aussi.

  • Quand Robert Ménard réclamait un chef pour 2022... Lui peut-être ?

    ZEMMOUR.jpg

    Le 30 août dernier, le site très suivi, Le Salon Beige,  a repris la déclaration d'Érik Tegner, organisateur de la Convention de la droite, excédé, comme beaucoup, des incohérences du Clan Ménard qui se dit, parait-il, partisan de l'union des droites. S'il souhaite la faire échouer il ne s'y prendrait pas autrement. Mais il est vrai que dans son esprit cette union n'avait de valeur que s'il en était le pilote ! Comme on dit chez nous, "pauvret".

    Ce qui est aussi très intéressant, ce sont les commentaires qui suivent. Ils sont, bien sûr, tous tirés de l'article du Salon Beige.

     

    *****

    Erik Tegnér, co-organisateur de la Convention de la droite en 2019, pousse un coup de gueule contre Robert Ménard, qui avait critiqué, à demi-mots, Marion Maréchal (de ne pas revenir en politique) lors de cette convention et qui semble aujourd’hui reprocher à Éric Zemmour sa possible candidature pour 2022 :

     « J’en ai assez de ceux qui se trouvent des excuses pour ne pas se présenter en 2022 ! Trop vieux, trop intello..je m’en fous! On a besoin d’un chef ! »

    Ça c’est l’engueulade de Robert Ménard à la Convention de la Droite. Maintenant il reproche à #Zemmour... de l’avoir écouté.

    … Je n’arrive plus à le suivre, comme beaucoup. Y compris parmi ceux qui soutiennent Marine Le Pen. Même s’ils se réjouissent évidemment qu’il la soutienne (pour l’instant !).

    On avait organisé une belle convention à la sueur de notre front. Robert Ménard est venu juste pour nous engueuler et doucher l’ambiance. Certains se sont bougés... Et maintenant il les engueule à nouveau. Éric Zemmour et son entourage (toujours facile de critiquer les proches...).

    Quand on a une voix qui porte…, on se doit de suivre une cohérence. Au risque de semer le trouble. On ne peut pas inciter des gens à se jeter dans le grand bain, puis dès que c’est fait, à les lâcher. Ou alors qu’on ne parle pas d’amitié.

    … Mais le coup du “avec Éric, on est potes” sur BFMTV après avoir critiqué Zemmour pour la ixième fois de la semaine, c’était trop… Un peu de décence dans ses critiques de Zemmour serait la bienvenue.

    Et cerise sur le gâteau, Robert Ménard se justifie de son côté au point d’imaginer pouvoir se ranger derrière…Xavier Bertrand pour 2022 :

    « Soyons réalistes. Soyons intelligents. Que les candidats de droite s’engagent à soutenir celui ou celle qui sera en tête au premier tour, que ce soit Le Pen, Zemmour, Bertrand ou le candidat LR  » !

     

    COMMENTAIRES DES LECTEURS

    31 août 2021

    Tout à fait d’accord avec lui, ces critiques vis à vis de Zemmour sont assez ridicules. Hier, Zemmour de retour de vacances était dans une forme olympique à Face à l’info : pas un autre politique n’aurait parlé aussi courageusement et intelligemment que lui sur l’Afghanistan, le pass sanitaire et l’immigration.

    31 août 2021

    Le problème de Robert Ménard c’est qu’il se serait bien vu à la place de Zemmour mais que personne ne l’a mis à cette place. Il y a un peu de jalousie, c’est dommage.

    31 août 2021

    Après ses prises de position sur le vaccin et le passe sanitaire, et aujourd’hui sur l’éventuelle candidature Zemmour, on se demande si Ménard n’a pas été atteint par un virus à conséquences neuronales. À vouloir toujours être à contre-courant de la pensée dominante, le voici maintenant à jouer les mascarets dans son propre camp.
    Hé Robert, tu joues à quoi là ?

     31 août 2021

    Robert Ménard est fondamentalement de gôôche. C’est un nuisible.

    31 août 2021

    Il faut être bien naïf pour ne pas avoir vu que Robert Menard avait viré du côté de la macronie depuis des mois, ses propos de soutien à la politique sanitaire sur les plateaux ne laissaient pas de doutes, c’est qu’on appelle un collabo, tout comme Estrosi ou Falco.

     31 août 2021

    La navrante dérive de RM prend sa source dans sa peur de la “pandémie” – il devrait sans doute se désintoxiquer des médias dominants qui semblent son unique source d’information.

     31 août 2021

    La solution est justement de ne plus le suivre. Les plus clairvoyants avaient subodoré dès le début ce qui se vérifie depuis plusieurs mois : le couple Ménard n’a aucune conviction. Sa seule motivation est la réélection, ce qui justifie tous les renoncements, contradictions, désertions, et autres capitulations. L’habileté dans la communication n’arrive plus à cacher le vide des idées… et finalement le retour vers les premières amours gauchistes. Cela devient insupportable.

     31 août 2021

    Mettre sur le même plan Bertrand, Pécresse et Zemmour non mais ça va pas, les deux sont des lèche-babouches qui seront des incapables, ils continueront sur la lancée de l’ignoble micron et nous enfoncerons encore plus, qu’attendre de FM pourris ? Zemmour c’est quand même autre chose sortir la France du puits où elle est tombée ce n’est pas avec une sauterelle et un crabe qu’on se sortira de ce m…….

     1 septembre 2021

    Mais surtout stupéfiant pour quelqu’un qui se disait défenseur de la liberté d’opinion et d’expression que de refuser à Z sa signature de maire pour la présidentielle

     1 septembre 2021

    ‘Cherchez la femme’ ! Ainsi vous comprendrez mieux les positions du siège, devenues acrobatiques, manifestées oralement par Robert Ménard. Se déroulent actuellement des discussions foudroyantes au sein du foyer de Robert Ménard…

    La voilà un peu marginalisée par un homme de haute valeur virile et chevaleresque, je nomme Eric Zemmour. Et le mari Robert perd alors pieds et se lance dans des discours sulfureux sur le passe sanitaire sans voir l’apartheid et la discrimination en droit qu’il recèle…

    La dérive intellectuelle de Robert est donc liée à une question de couple en politique lors de la venue du cas Zemmour dans leur planning. Robert a fait son outing, il est sorti de la cohérence de ‘Droite’. Emmanuelle va essuyer les pots cassés.

  • Non chrétiens : les plus attentifs à la préservation de l'héritage judéo-chrétien ?

    Rome.jpg

     

    « Bien sûr que je regrette la civilisation judéo-chrétienne. Pour l’heure, je me bats pour elle.  » Michel Onfray

     

    Par Gérard Leclerc - France catholique

    Leclerc.jpgLe cardinal De Kesel, archevêque de Bruxelles-Malines, vient de publier un essai sur la situation des chrétiens dans une société qui n’est plus chrétienne (Foi & religion dans une société moderne, Salvator). Faute de l’avoir lu, je ne me permettrai pas d’interpréter sa pensée.

    Je m’interroge néanmoins sur l’analyse qu’il peut faire de cette société. S’il lui accorde des crédits, quels sont-ils ? Peut-être ses jugements sont-ils accordés à la complexité du monde actuel. Mais je me pose tout de même une question. Signale-t-il le basculement spirituel, moral, d’une civilisation qui, de chrétienne, est devenue a-chrétienne ? Un Chesterton, un Bernanos étaient particulièrement sensibles à un tel basculement, car pour eux, un monde qui avait perdu le sens de Dieu, était mûr pour les pires déviations.

    Athéisme et christianisme

    Ce qui me frappe, aujourd’hui, c’est que ce sont le plus souvent des non-chrétiens, ou des gens éloignés de la pratique religieuse, qui se montrent les plus attentifs au caractère judéo-chrétien de notre civilisation et à la perte irréparable que constitue le naufrage de cet héritage. Le cas de Michel Onfray est particulièrement significatif. Il a commencé sa carrière philosophique à l’enseigne d’un athéisme revendiqué et d’une déconstruction du christianisme. Et voilà qu’il déclare dans Le Figaro du 18 juin : « Je regrette le déclin de la civilisation judéo-chrétienne, je me bats pour elle. » De ce déclin, il nous offre une analyse qui fait plus que froid dans le dos et qui devrait singulièrement alerter tous ceux qui, du côté chrétien, chantent les louanges de notre bel aujourd’hui. Le mieux est de le citer longuement.

    « La fin du sacré tuile avec la prochaine civilisation qui sera probablement post-humaniste. Rien ne pourra moralement interdire son avènement qui seffectue avec dactuelles transgressions qu’aucune éthique, aucune morale ne saurait arrêter. L’intelligence artificielle qui crée des chimères faites d’humain et d’animaux, la marchandisation du vivant, l’abolition de la nature naturelle au profit de l’artifice culturel, constituent une barbarie qui, un jour, sera nommée civilisation, car toute civilisation nouvelle est dite un jour barbare par les témoins de ceux qui voient la leur s’effondrer. Nous sommes dans le temps nihiliste du tuilage qui tuile la décomposition et le vivant (…). Eu égard à ce qui nous attend, et en regard de l’idéologie “woke“ qui travaille à l’avènement de ce nouveau paradigme civilisationnel, bien sûr que je regrette la civilisation judéo-chrétienne. Pour l’heure, je me bats pour elle. »

    Le rôle des non-chrétiens

    Voilà qui contraste avec les complicités des chrétiens qui saluent sans regrets « feu la chrétienté ». Faut-il donc un non-chrétien pour mesurer les dégâts irréversibles dune mutation de civilisation ? Peu importe que je sois en désaccord avec Michel Onfray sur la cause de ce décrochage. Cause qu’il attribue à une Renaissance qui annoncerait les Lumières. Érasme et Pic de la Mirandole sont des génies chrétiens qui attestent combien l’humanisme post-médiéval ne va pas sans un ressourcement aux origines chrétiennes. Fides et ratio marchent de concert. Mais le problème actuel n’est pas là. Il réside dans une déshumanisation consécutive à une déchristianisation. « Ôtez le surnaturel, écrivait Chesterton, et il ne reste plus que ce qui n’est pas naturel. »