G-BDQD17ZWM0

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pays réel

  • La réalité des votes d'E. Ménard : très instructif !

    Danger.png

    La vie politique amène très souvent la presse, ou le public, ou les candidats eux-mêmes à avancer des contre-vérités ou à prendre des positions contradictoires que la vitesse des informations a vite fait d'effacer. Il n'est donc pas inutile de rappeler les faits bruts et indiscutables. Nous donnons ici un florilège de quelques prises de position de la députée actuelle du biterrois, qui ne donne pas un exemple parfait de constance et de conformité à d'autres déclarations totalement incompatibles avec les votes à l'assemblée ! Sur l'immigration par exemple.

    Les renseignements ci-dessous sont directement tirés du site officiel de l'Assemblée nationale. Ce sont évidemment des textes parmi les plus importants dont a eu à connaître le Parlement. On constate des orientations laxistes sur la grande question de l'immigration, liberticides sur d'autres ou dangereuses.

     

    IMMIGRATION

    La loi "asile et immigration", durcissant les conditions d'accueil

    (adoptée le 1er août 2018)

    Emmanuelle Ménard a voté contre en deuxième lecture

    Emmanuelle Ménard n’était pas présente lors de la lecture définitive

    • Raccourcissement des délais pour le dépôt et le traitement des demandes d'asile, durcissement des mesures d'éloignement, allongement de la rétention administrative... Cette loi a permis de faciliter les reconduites à la frontière.

    Déclaration d'E. Ménard le 7 novembre 2019. Elle dénonce le "record absolu des titres de séjour délivrés, (...) des nouvelles demandes d'asile",  "Commençons peut-être à nous occuper de rendre le travail plus attractif, d’aider les chômeurs de longue durée à retrouver du travail plutôt que tout de suite aller dire ’on va faire venir des gens de l’extérieur"

    Un coup à droite, un coup à gauche !

     

    COVID-19

    La loi instaurant l'état d'urgence sanitaire (adoptée le 22 mars 2020)

    Emmanuelle Ménard a voté pour lors de la lecture définitive

     

    ENVIRONNEMENT

    La loi réautorisant les néonicotinoïdes (adoptée le 30 octobre 2020)

    Emmanuelle Ménard a voté pour en première lecture

    Emmanuelle Ménard n’était pas présente lors de la lecture définitive

    • Cette loi a autorisé les producteurs de betteraves à sucre à recourir jusqu'en 2023 aux néonicotinoïdes, des insecticides dits "tueurs d'abeilles" interdits depuis 2018 en France.

     

    ENVIRONNEMENT

    La loi "Climat et résilience" (adoptée le 20 juillet 2021)

    Emmanuelle Ménard s'est abstenue lors de la lecture définitive

    • ce texte devait permettre à la France de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030 par rapport à 1990.

     

    ISLAMISME

    La loi "Séparatisme" contre l'islamisme radical (adoptée le 23 juillet 2021)

    Emmanuelle Ménard a voté contre lors de la lecture définitive

    • Cette loi a accru les contrôles sur le financement des lieux de culte et des associations les gérant. Elle a aussi élargi la liste de motifs pouvant déclencher leur fermeture.

     

    COVID-19

    La loi instaurant le pass vaccinal (adoptée le 16 janvier 2022)

    Emmanuelle Ménard a voté pour en deuxième lecture

    Emmanuelle Ménard n’était pas présente lors de la lecture définitive*

    • Cette loi autorise le gouvernement à conditionner l'accès à certains lieux (restaurants, cinémas, musées, centres commerciaux, transports...) à la détention d'un pass vaccinal.

          . Les députés de La France insoumise et du Rassemblement national ont dénoncé des                   mesures  contraires aux libertés individuelles et critiqué une obligation vaccinale déguisée

    La Pieuvre-Députée sortante.jpg

  • La véritable union des droites

    Profession de foi-1.jpg

    Comme l’a rappelé Valeurs actuelles le 25 mai dernier, Robert Ménard a, dès fin 2018, poussé Éric Zemmour à tenter sa chance lors de l’élection présidentielle.

    Robert Ménard ne rate désormais jamais une occasion de tacler Marine Le Pen et Éric Zemmour. Après avoir rejoint le Rassemblement national puis s’en être éloigné, le maire de Béziers a soutenu le fondateur du parti Reconquête ! avant même que celui-ci ne décide de se lancer en politiqueEn effet, comme l’a rappelé Valeurs actuelles, dans cette même édition, dès le mois de décembre 2018 il a adressé une lettre à l’ancien chroniqueur de CNews pour lui faire part de son admiration à son sujet et "l’implorer" de viser l’Élysée.

    "Cette union des droites, des Républicains au Rassemblement national en passant par Debout la France, peut se faire, à notre sens, derrière une seule personnalité, derrière un homme qui fait la quasi-unanimité chez les sympathisants et militants de toute la droite : Éric Zemmour", a d’abord écrit Robert Ménard, en vantant les mérites de ce dernier. "Sa rigueur et son courage ne sont plus à démontrer. Il sait dire notre attachement à la France, à sa culture, à son histoire, à son ancrage dans notre civilisation chrétienne", a-t-il ajouté, en assurant que le polémiste "est le visage contemporain de ces intellectuels engagés qui ont fait de notre pays ce qu’il est".

    Difficile de dire mieux ! Mais comme le titrait Présent :Souvent Robert varie.jpg

  • Message à tous ceux qui reçoivent cette publication

    3249874711.png

    Nous rappelons aux personnes qui souhaitent s’inscrire à cette lettre et à celles qui souhaitent se désabonner, qu'il est préférable de le faire en adressant un mail à l’adresse suivante :

    aupaysreel@gmail.com

    En effet la désinscription automatique figurant au bas de chaque article n’est pas toujours fiable. Certaines inscriptions ou désinscriptions ne nous parviennent pas toujours. Des lecteurs nous ont fait part de leur mécontentement. Nous les prions de bien vouloir nous excuser.

    Notre publication a désormais pris un développement important (plusieurs milliers de destinataires) ce qui peut entraîner les difficultés classiques inhérentes à tout accroissement d'activité. D'autant qu'elle n'est, bien sûr, élaborée que par des bénévoles.

    Afin d’éviter tout malentendu, nous avons estimé nécessaire de publier cette précision.

  • Emmanuelle Ménard, la tête pensante du clan. Le retour à gauche, c'est elle !

    IMG_0413-1.jpg

    Photo tirée du journal La Pieuvre, montrant Robert Ménard se rendant à Matignon.

    Il n'y a eu aucune contestation ni le moindre démenti

     

    Depuis que le clan Ménard a compris que le clan Macron n'était pas très favorable à ses offres de service, un re-re-re-retournement de veste est en cours. On nous annonce désormais que, tout bien réfléchi, Macron a des cotés négatifs (pas plus quand même, on ne sait jamais !). La candidate à la députation s'est rendue compte que les conseils de rapprochement donnés à son mari ne recevaient pas un accueil enthousiaste et risquaient de lui faire perdre un nombre conséquent de voix. Elle en vient même à laisser entendre que son mari a développé cette stratégie en dehors d'elle. Or, il est plus que de notoriété publique que c'est elle qui conçoit les différentes manœuvres. Le rapprochement avec Macron, c'est elle ! Et la rupture avec Reconquête et le RN, c'est encore elle !

    Aujourd'hui, réalisant que les tentatives ont échoué, elle voudrait bien récupérer les voix du Rassemblement national qui s'envolent. Trop tard !

    Nous n'inventons rien. La presse nationale s'en est faite l'échos à l'instar de l'extrait ci-dessous :

    ***

    Extraits d'un article du Monde du 22 mai 2022

    Le maire de Béziers, passé de la gauche socialiste aux positions les plus extrêmes, brouille les repères en adressant des signes au chef de l’Etat. Et caresse l’espoir d’« aider » au niveau national.

    "Reconvertie dans le journalisme, l’épouse du maire de Béziers conseille son mari, qui ne fait rien sans son aval.

    Robert Ménard aime son épouse. Beaucoup. Il le dit, le lui dit, et le répète sur tous les tons sans craindre de gêner, ni lui, ni elle, ni son interlocuteur. "Elle est toute ma vie. C’est la rencontre de ma vie", avoue-t-il. On pourrait ignorer ces confessions volontairement indiscrètes si la femme du maire de Béziers (Hérault) n’était pas aussi sa conseillère la plus influente. Emmanuelle Duverger, 47 ans, reconvertie dans le journalisme, occupe une place déterminante auprès de son mari. "Je ne fais rien sans elle, et n’ai jamais publié un texte qu’elle n’ait lu. C’est elle qui, de loin, pèse le plus sur mes décisions politiques, assure-t-il. Quand elle désapprouve une de mes idées, je ne la mets pas en œuvre."

    Il reconnaît ainsi que le rapprochement avec Macron n'aurait pas été mis en œuvre  si la candidate aux élections législatives ne l'avait pas suscité...

  • Franck Manogil, suppléant d'Henri Fabre-Luce - Communiqué de presse

    Franck Manogil est conseiller régional d'Occitanie et suppléant d'Henri Fabre-Luce, candidat sur la sixième circonscription de l'Hérault. Il a, pendant six ans occupé les fonctions de Conseiller départemental avec l'efficacité que l'on connaît.

    Ayant donné son parrainage à Marine Le Pen lors de la dernière élection présidentielle, Franck Manogil personnifie l'union des droites que les électeurs attendent. Rien d'étonnant, dans ces conditions que le Rassemblement national n'ait pas présenté un candidat contre lui.

     

    ***

     

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

     

    Manogil.jpgLe service communication de la ville de Béziers, outil de propagande mis à disposition de la candidate Emmanuelle Ménard ?

    Depuis plusieurs semaines, et particulièrement lors des dernières publications sur les réseaux sociaux de la ville de Béziers, la candidate Emmanuelle Ménard est particulièrement mise en avant lors de ses différents déplacements de campagne, profitant des largesses de ses différents statuts : épouse du Président/Maire, député, conseillère municipale et conseillère communautaire.

    Il faut dire que les réseaux sociaux de la Ville de Béziers et de l'Agglomération offrent près de quatre fois plus d’audience et de visibilité que la propre page d'Emmanuelle Ménard ! En pleine période électorale, l'avantage est considérable et semble aller à l'encontre des propres règles édictées par le code électoral, pourtant très clair sur le sujet.

    Les faits sont identiques en ce qui concerne les pages Facebook de l'agglomération et celle du groupe des élus départementaux des cantons de Béziers, administrée, semble-t-il, par une attachée de groupe salariée par le conseil départemental de l'Hérault.

    Il est inacceptable que les pages des différentes collectivités, animées par des agents rémunérés par le contribuable, soient utilisées comme des outils de propagande électorale au service d'une candidate.

    Je demande dès à présent à la candidate Emmanuelle Ménard, ainsi qu'à Robert Ménard, Président de l'agglomération et Maire de Béziers, de mettre fin à ces méthodes du vieux monde.

    Le couple Ménard n'est en aucun cas propriétaire de la mairie et de son agglomération. Les règles doivent être les mêmes pour tous !

    Exemples, non limitatifs bien sûr :

    Sans titre-1.jpg

  • Comprendre la question du Sahel

    sahel-1.jpg

    Par Bernard Lugan

    La fin de l’opération Barkhane ne signifie pas la fin de la dislocation sahélienne car tous les facteurs de crise demeurent.
    Un phénomène aggravé par la proximité de deux grands foyers de déstabilisation situés dans le nord du Nigeria avec Boko Haram, et plus au nord, en Libye, où la disparition de l’Etat donne aux trafiquants et aux terroristes, des opportunités exceptionnelles.

    La crise que traverse la région sahélienne a plusieurs origines et l’on se reportera pour leur étude détaillée à mon livre Les guerres du Sahel des origines à nos jours :

    – L’espace sahélo-saharien, monde de contacts ouvert, a été cloisonné par des frontières artificielles. Le Mali a ainsi plus de 7000 km de frontières avec 7 pays dont 1300 avec l’Algérie, 2200 avec la Mauritanie, 1000 avec le Burkina Faso, 800 avec le Niger. Quant à la Libye, elle en a 4500 km avec 6 voisins. Les groupes terroristes mobiles se jouent donc de ces frontières-passoires.

    – Véritables « prisons de peuples », ces frontières forcent à vivre ensemble des pasteurs nordistes et des agriculteurs sédentaires sudistes historiquement en conflit. Or, l’ethno-mathématique électorale donne automatiquement le pouvoir aux plus nombreux, c’est-à-dire aux sédentaires, ce que les pasteurs n’acceptent plus.

    Aux lignes de fractures sahéliennes inscrites dans le temps long s’ajoutent de nouveaux éléments déstabilisateurs :

    – La région est devenue un relais pour les organisations mafieuses qui prospèrent sur le désordre sahélien et qui se donnent une rhétorique religieuse afin de brouiller les cartes. Les trafics sont nombreux : armes, véhicules, cigarettes, êtres humains, déchets toxiques, médicaments, pétrole, avec une fulgurante montée en puissance du trafic de drogue, cocaïne et héroïne érigeant la ceinture sahélienne en véritable « hub du narcotrafic ».

    – La région est devenue une terre à prendre, ses matières premières (uranium, fer, pétrole etc.) y attirant de nouveaux acteurs comme la Chine, la Turquie ou encore l’Inde.

    – Les sécheresses, la pauvreté, la précarité économique et sociale interdisent toute perspective pour une jeunesse plombée par la suicidaire démographie.

    Tout cela condamne le Sahel au chaos. D’autant plus que la défaillance politique et économique d’États incapables d’assumer les attributs de la souveraineté et de s’ancrer à la modernité ne donne pas des raisons d’espérer.

    Lugan-Blog.jpg

  • "Les silences sont parfois le désespoir des soumis" (Michel Bouthot)

    kyoScan-‎5‎.‎25‎.‎2022-‎20‎.‎20‎.jpg

    Cette excellente caricature résume parfaitement la comédie que nous joue le clan Ménard : l'un parle trois fois par jour sur toutes le chaine pour faire des compliments de Macron et l'autre ne dit rien depuis des mois, tout en ayant suscité ces mêmes compliments. Nous venons de voir dans l'article précédent que ces simagrées sont murement réfléchies et n'ont pour but que d'endormir l'électorat, c'est à dire en termes clairs, se moquer de lui !

  • Aux sympathisants, électeurs, adhérents du Rassemblement National, de Reconquête et autres français soucieux de l'avenir de leur pays

    CE BINOME NE RISQUE PAS DE VOUS DÉCEVOIR !

    Sans titre-1.jpg

       Henri Fabre-Luce , candidat                           Franck Manogil, suppléant

    Tous ceux qui, depuis plusieurs années, reçoivent les publications de ce blog, savent que nous nous sommes toujours attachés à la défense de notre civilisation, de nos libertés, de notre sécurité, en un mot du prestige et de la survie de la France. N’ayant aucun intérêt particulier dans ces élections législatives, c’est uniquement ce même sentiment qui dicte le présent article, pour ne pas dire cet appel pressant.

    Aujourd’hui la situation n’a jamais été aussi critique, aussi chargée de sombres pressentiments. Les derniers événements du stade de France, outre ceux que nous subissons depuis cinq ans, ont montré ce qui nous attend si un sursaut urgent ne se manifeste pas. La situation est trop dramatique pour se laisser aller à des fâcheries de détail qui mobilisent plus les états-majors que les électeurs eux-mêmes.

    Depuis des mois nous assistons à la désertion du clan Ménard. Elle s'est définitivement réalisée par les récentes déclarations au journal Le Monde (voir l’article suivant), qui démontrent le souhait de ces personnes sans foi ni loi de faire passer leur ambition personnelle avant toute idée et a fortiori toute conviction. C'est avant tout la place et ses subsides qui est dans la ligne de mire : rejoindre un gouvernement d’une nocivité telle que la France n’en avait pas connue depuis longtemps. Les critiques virulentes qu’ils ne cessent de lancer à l’encontre du Rassemblement national et de Reconquête les disqualifient définitivement pour pouvoir se recommander d’une quelconque nuance de droite. Et encore moins d'une union des droites qu'ils s'emploient à détruire à longueur de déclaration.

    Henri Fabre-Luce et Franck Manogil sont donc désormais les seuls, sur leur circonscription, pouvant se vanter de représenter la véritable droite française et patriotique. Ils personnifient ce que le pays attend de ses représentants : un engagement professionnel enraciné dans la France réelle, une attitude ferme et énergique, une tenue irréprochable dans la défense de la sécurité et de l’ordre et avant tout une fidélité sans nuance à leurs convictions, dont témoigne toute leur histoire. Ce n’est pas avec eux que nous aurons l’occasion de nous plaindre de la moindre désertion !

    Il est bien évident que passées toutes ces mesquineries petitement politiciennes, les patriotes français se retrouveront parce que la situation va rapidement l’exiger. Leur voix doit être entendue à l'Assemblée.

    Sympathisants, électeurs, adhérents du Rassemblement National et de Reconquête, et nous autres français soucieux de l'avenir de leur pays, ne succombons pas à des réactions superficielles, mais ayons avant tout dans l’esprit l’avenir de cette France que nous aimons tous, qui se délite chaque jour un peu plus.

    Henri Bec

  • Le clan Ménard dans ses dernières œuvres : "ministre, je ne dis pas non"

     

    Le Monde-2.jpg

     

     

     

     

     

    À l'approche des élections législatives, le maire de Béziers Robert Ménard a fait part, dans les colonnes du Monde, le samedi 25 mai 2022, de son désaccord avec ses deux "amis" Marine Le Pen et Éric Zemmour.

    Pourtant longtemps partisan de l'union de la droite, le maire de Béziers Robert Ménard semble aujourd'hui fortement remonté contre ses "amis" Marine Le Pen et Éric Zemmour. C'est en signant une tribune dans Le Figaro, intitulée "Une majorité pour Macron, un moindre mal face à Mélenchon", que les Ménard ont fait savoir leur désaccord croissant avec leurs anciens alliés, qui ont eu l'infortune de lire : "Nous ne voulons pas non plus d’un pays dirigé par ces patriotes de pacotille qui fantasment sur Poutine. Car cette droite confite de nostalgie est un repoussoir qui n’a aucune chance de remporter un jour la majorité des suffrages. Une impasse idéologique. Un désastre politique."

    Et pour cause, des idées qui divergent : Robert Ménard n'a pas toléré l'opposition de Marine Le Pen et Éric Zemmour au passe vaccinal, en faveur duquel son épouse a voté avec la REM (alors que tous les membres des non inscrits ont voté contre) : "Je te les enverrais à Moscou vite fait", s'insurgerait-il, comme révélé par Le Monde ce 25 mai 2022. Désaccords qui concernent également le droit d'asile, le port du voile... Robert Ménard remettrait même en cause ses propres idéaux. Il dit désormais avoir "honte" de certaines de ses idées, notamment sur l'immigration, alors qu'en 2016 il avait placardé sa ville d'affiches montrant des migrants et la mention "Ça y est, ils arrivent...".

    Se rapprocher du pouvoir ?

    Or Robert Ménard est un adepte des positions changeantes : d'abord jeune trotskiste, membre du Parti socialiste jusqu'en 1981, puis du parti centriste, il finit par se tourner vers l'extrême droite. Un nouveau virage à 360 degrés qui laisse entendre la possibilité d'un nouveau rebondissement dans sa carrière politique. À Béziers, la tribune signée dans Le Figaro par le maire de la ville ne passe pas. Depuis le début de l'année, quatre de ses conseillers se sont d'ailleurs retirés, Henri Fabre-Luce, Benoit d'Abbadie (2ème adjoint), Victor Alzingre au lendemain de la publication, et Jean-Louis Respaud (qui a quitté le groupe Ménard au département). Aujourd'hui, le Biterrois se verrait bien ministre... : "Je ne dis pas non, je dis : 'pour quoi faire et avec qui ?'”, répète-t-il au Monde.

    Personne ne peut plus dire avoir confiance dans de telles girouettes !

  • ENFIN ! L'UNION DES DROITES !

    HENRI FABRE-LUCE, titulaire

    FRANCK MANOGIL, suppléant

    La véritable couleur bleu blanc rouge du biterrois

    affiche.jpg

    Nous aurons l'occasion, au cours des prochains jours  de revenir sur la campagne des élections législatives dans le biterrois. Treize candidats se présentent. Les douze autres se partagent entre un patchwork de gauche provisoirement uni, une pseudo droite chamallow, mondialiste et prête à toutes les compromissions et deux candidates macroniennes, le clan Ménard ayant définitivement rejoint l'Élysée. Faute d'avoir pu trouver un volontaire, le RN est absent. 

    Vous trouverez ci-dessous le texte de l'intervention d'Henri Fabre-Luce lors du grand meeting qui a réuni tous les candidats de l'Hérault à Montpellier, sous la présidence de Nicolas Bay, le 18 mai dernier. Elle donne d'ores et déjà la ligne véritablement française,  de droite, patriotique et enracinée  qui n'est partagée, ni même avancée par aucun autre candidat.  

    * * *

    cc06370b-8182-425b-a547-2d6faa29981a.jpg

    J’ai choisi d’être le candidat investi par Reconquête!

    sur la 6ème circonscription de l’Hérault (Béziers)

    pour le retour de la liberté !

    La liberté de penser, sans devenir immédiatement un complotiste, liberté de parler, sans être qualifié de « phobe » ou d’ « anti », liberté de douter, de contredire, d’argumenter, sans être assimilé à un factieux, liberté de recruter, sans être soupçonné de racisme ou de discrimination, liberté de créer, sans être aussitôt emprisonné dans des normes, sans queue ni tête, liberté de manger  selon ses goûts et non  selon une idéologie ou une religion, liberté de circuler, sans craindre pour sa vie ou celle de sa famille … Liberté de vivre, tout simplement, comme on y vivait en France il n’y a pas si longtemps. Bref, j’ai choisi d’être candidat de reconquête! pour que la France reste la France !

    Et puis, parce que je suis un viticulteur non délocalisable, parce que je suis un enraciné, je suis solidaire des jeunes générations. Je veux qu’elles aient un avenir plein de promesse autant que de sérénité. Pour elles, je porterai la vision politique et le projet  de Reconquête  à l’Assemblée Nationale.

    Pour moi, être député, c’est faire des choix clairs et les assumer. Ce n’est pas dire :    

    - Je veux que la droite gagne mais je suis contre l’union des droites !

    Ou bien

    - Je ne suis pas d’accord avec Emmanuel Macron mais il faut absolument lui donner une majorité.

    Et bien Non, il faut absolument lui donner une opposition !

    Il faut s’affranchir des méthodes de député à l’ancienne. Etre député, ce n’est pas serrer des mains et couper des rubans !  c’est être la relation de ceux qui n’en ont pas, c’est rendre possible des choix de niveau national car, pour que la vie des Biterrois et des Héraultais change et s’améliore, c’est la vie de la France qui doit changer et s’améliorer.

    Je suis un Biterrois de naissance et de cœur, je suis un enraciné qui portera à Paris la reconquête de notre identité, de notre souveraineté, de notre économie, de notre sécurité.

    Je veux que nous redevenions des  hommes libres !  J’ai choisi Reconquête !

  • Une belle leçon à tous les incompétents et démagogues, le clan Ménard notamment

    N'oublions pas que la députée E. Ménard, qui ose se représenter, n'a cessé d'appuyer les mesures de confinement et de se déclarer favorable à une OBLIGATION de se faire vacciner. Quand on ne comprend rien à une question, la meilleure solution est de ne rien dire.

    Quand on se prétend défenseur des libertés, la première mesure est d'éviter de les supprimer. On ne l'a pas non plus entendu sur la réintégration du personnel médical, injustement mis à l'écart. Le clan Ménard ne sait plus comment sortir de ses contradictions.

    Nous n'avons plus aucune confiance. Ne repartons pas pour cinq ans d'incohérence

    Le professeur Peyromaure, chef du service urologie à l'hôpital Cochin remet les idées à l'endroit !

     

    image_2022-05-30_084207286.png

  • kissinger : "La Russie ne doit pas être vaincue"

    Kissinger.jpg

    Pour l’ancienne figure de proue de la politique étrangère américaine, la Maison Blanche fait tout de travers, car elle devrait éviter de pousser l’Occident dans un choc frontal avec la Russie. Henry Kissinger ne change pas sa vision historique et pointe désormais du doigt ceux qui tentent d’infliger une défaite à Moscou sur le terrain. Selon lui, un compromis est nécessaire et l’Ukraine doit «entamer les négociations avant que ne surviennent des émeutes et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter» en cédant un certain territoire en échange de la paix. C’est ce qu’a déclaré le très cher ami de 98 ans de Napolitano lors du Forum économique mondial.

    Kissinger : «Une erreur fatale d’isoler la Russie»

    Kissinger a souligné que «idéalement, le point de basculement devrait être un retour au statu quo ante», celui d’avant l’invasion russe. Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne serait plus une question de liberté pour l’Ukraine, mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même», a-t-il souligné. Le diplomate américain a également déclaré que la Russie fait partie de l’Europe et que ce serait une «erreur fatale» d’oublier sa position de force sur le Vieux Continent. «J’espère que les Ukrainiens sauront tempérer l’héroïsme dont ils ont fait preuve par la sagesse», a souligné Kissinger. En soi, en passant sous silence le rôle principal de Moscou pour un instant, les mots de l’ancien secrétaire d’État américain pourraient certainement plaire à ceux qui souhaitent rouvrir la table des négociations.

    Kissinger contre Brzezinski. La gaffe américaine 

    Il y aurait cependant une erreur fondamentale, un champignon hallucinogène que mâcherait l’analyste distrait : croire que Henry Kissinger est le visage angélique des États-Unis, un porteur généreux de bons conseils pour l’Europe, en tant que tel préférable à l’unilatéralisme radical de son rival du vingtième siècle Zbigniew Brzezinski. Évitez les gaffes, s’il vous plaît. Pour les deux grands stratèges américains, accaparer l’Europe, la rendre non pertinente et donc contrôlable, a toujours été l’inévitable objectif. C’est sur la manière de maintenir la vassalité que les deux «âmes sages» de l’Amérique continuent de s’affronter.
    Pour Kissinger, une entente russo-américaine est nécessaire, il l’a réclamée immédiatement après l’effondrement de l’URSS, l’a revigorée à l’époque d’Eltsine et l’a renouvelée sans trop de distinctions avec Poutine. Pour les élèves de Brzezinski, décédé il y a cinq ans, la domination américaine sur le «grand échiquier» doit être maintenue en s’opposant frontalement à la Russie, renforçant dans un système asymétrique la collaboration avec les autres acteurs qui avancent dans le sillage de Washington.
    Méthodologies différentes, même objectif. La politique étrangère américaine, en ce sens, n’a jamais vraiment donné naissance à une troisième ligne «européiste», à l’exception de quelques aperçus fugaces parus dans Foreign Policy. Et nous ne faisons certainement pas référence à celles de son cofondateur Samuel Huntington, qui a trébuché de façon célèbre dans une lecture simpliste - autant que manichéenne - de la dynamique mondiale.

    Eugenio Palazzini

    Source :  https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/kissinger-russia-non-va-sconfitta-non-abboccate-nemico-e-sempre-europa-234472/

  • Le blé et le chaos alimentaire africain

    Famine.jpg

    Par Bernard Lugan

    En 1960, à la fin de la période coloniale, l’Afrique ignorait les famines, elle était autosuffisante et elle exportait des aliments (voir mon livre Colonisation, l’histoire à l’endroit).

    Aujourd’hui, les Africains ne produisent plus de quoi se nourrir. Comment le pourraient-ils d’ailleurs avec un croît démographique annuel de 3% quand les ressources agricoles n’augmentent quant à elles que de 1% ?

    Enorme importatrice de blé et de maïs, l’Afrique est donc à la merci de mauvaises récoltes céréalières européennes, argentines ou australiennes… ou d’évènements imprévus, comme aujourd’hui le conflit ukrainien. 

    La situation est d’autant plus grave qu’en 2021, avant donc cette guerre, une vingtaine de pays africains connaissaient déjà une crise alimentaire permanente, cependant que dix autres étaient au bord de la famine. Toujours en 2021, 282 millions d’Africains étaient sous-alimentés et plusieurs dizaines de millions ne survivaient que grâce à l’aide alimentaire internationale (Source : Etat de la  sécurité alimentaire et de la nutrition, Rapport 2021)

    Dans ces conditions, comment, à l’exception de quelques Etats pétroliers,  les pays africains vont-ils pouvoir faire face à l’envolée actuelle des cours des céréales, et cela, alors que leurs ressources sont faibles ou quasi inexistantes ? 

    Depuis la décennie 1960, année après année, comme les chiffres du commerce des grandes économies mondiales le démontrent, l’Afrique est en effet devenue une composante de plus en plus marginale de la vie économique mondiale : 

    – Economiquement, l’Afrique ne compte pas pour la France. Elle ne représente en effet qu’environ 3,40% de tout le commerce extérieur de la France, 50% étant réalisés avec quatre pays (Maroc, Algérie, Tunisie et Egypte). Quant à la zone CFA si constamment dénoncée par les aboyeurs de la culpabilisation, elle ne pèse que 0,79% du commerce extérieur français… 

    – L’Afrique ne représente que 2,5% du commerce extérieur de la Grande-Bretagne, dont 60% réalisés avec 2 pays seulement, la RSA (35%) et le Nigeria (25%).

    – Le continent africain ne représente que 2% du commerce extérieur allemand.

    – Le continent africain dans son ensemble représente moins de 2% de tout le commerce extérieur américain et à peine 1% du commerce extérieur japonais. 

    – Quant à la Chine, prédateur en quête de ressources naturelles, en 2020, sur environ 6000 milliards de dollars de son commerce extérieur,  l’Afrique en a totalisé 198 milliards, à peine 3,3%…   Colonies.jpg

    le blog officiel de Bernard Lugan

    Lugan.jpg

     

  • Rageusement sereins

    Macron.jpg

    Qu’il s’agisse de la France, de l’Union européenne ou de l’Église, nous assistons à de petites apocalypses qui présentent le double visage de tribulations à venir et d’éclaircissements encore plus lointains. Selon qu’on s’ajuste à l’immédiat ou au futur, on se sentira enragé ou serein. Il va sans dire que ne considérer que le présent est désespérant mais de courte vue, et ne fixer que les horizons est confortable mais lâche. Nous voici donc condamnés à être sereinement enragés ou rageusement sereins.

    Par Philippe Mesnard

    Mesnard.jpgPour ce qui est de la France, nous ne savons que trop à quel point elle paraît s’évanouir, se dissiper, ses vieilles mœurs s’évaporant en même temps que ses vieux murs fondent, ses lois se multipliant en même temps que la Justice se retire, ses forces diminuant en même temps qu’elle refuse une puissance qu’elle prétend restaurer, son influence périclitant en proportion inverse des égosillements de nos dirigeants – curieux capitaines d’un bateau dont ils ont abattu les voiles et scié le gouvernail.

    Mais il reste la quille. Ce peuple qui a bien compris qu’il fallait déclarer être d’accord mais qui en fait n’en fait qu’à sa tête. On lui a dit que voter est la preuve de sa souveraineté ? Il ne vote plus. On lui présente des hérauts et des champions ? Il les dédaigne et porte ailleurs ses faveurs. On lui a dit qu’il pense mal ? Il affirme à chaque sondage ce qu’il pense. On lui supprime toutes ses libertés ? Il applaudit et, en même temps – lumineuse leçon venue d’en haut –, désobéit. Il se débrouille. Certains recréent même des petites patries hasardeuses puisqu’on ne leur parle plus de la grande, à laquelle on a substitué le mot République, comme si ce vocable universel avait absorbé la France. Ils les recréent en dehors de la République, qui a d’ailleurs officialisé la chose : Gérard Collomb avait créé en février 2018 les Quartiers de reconquête républicaine, QRR. L’administration est si contente de la formule qu’elle en a triplé le nombre en deux ans… Ces sécessions sont-elles dangereuses ? Oui, assurément, et en même temps révélatrices : on peut empiriquement vérifier que la République a eu tort et s’enferre dans l’erreur. Ce régime ne peut plus, aujourd’hui, prétendre être le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. La France dérive mais on pourra lui redonner un gouvernail. En attendant, il faut résister à ceux qui préfèrent détruire le vaisseau plutôt que d’infléchir sa route.

    Despotisme de l’UE

    Pour ce qui est de l’Union européenne, elle démontre chaque jour son impuissance extérieure et son despotisme intérieur. La Pologne en est le dernier éclatant exemple. L’UE préfère s’exciter contre un pays martyr du communisme, en lui reprochant son peu de goût pour les libertés ! que de résister aux États-Unis, qui la pillent et la soumettent, financièrement et politiquement, ou à la Chine, qui la pille et l’efface, financièrement et politiquement. Elle refuse, elle aussi, d’être puissante, n’aspirant qu’à être une plateforme ouverte à tous les flux, argent et gens. Mais justement les Hongrois, les Polonais, les Anglais et d’autres, aux marches de l’UE, qui ont des accords avec elle mais refusent ses folies, comme le Danemark, résistent à son expansionnisme légal et culturel et rejettent soit ses politiques, soit son imperium déréglé. L’Union menace de se déchirer de son propre mouvement.

    Quant à l’Église, on voit qu’elle aussi s’efforce de liquider l’héritage millénaire au profit d’un petit troupeau enivré par ses propres vertus et qu’elle nous promet, sur de si beaux décombres, qu’on verra enfin fleurir une humanité nouvelle, amazonienne et fraternelle. Elle aussi a suscité une fière résistance, dont la vigueur l’inquiète au point qu’elle lui réserve toutes ses rigueurs.

    Le point commun à François, Macron et Ursula von der Leyen est qu’ils conjuguent un prophétisme exalté, une incapacité opérationnelle et une mesquinerie active envers leurs contradicteurs. Tout attachés à leurs futurs grandioses et à leurs horizons fuyants, ils s’énervent d’un présent rétif et ne trouvent de satisfaction que dans le châtiment de ceux qui ne partagent pas leurs visions et même, horreur, les dénoncent et s’y opposent. Ces opposants leur sont d’autant plus odieux qu’ils espèrent : au milieu des ruines, alors que les destructions font rage, ils persistent à dire que le spectacle est navrant mais que l’avenir n’est pas écrit. Ils consacrent tous leurs efforts à gêner les destructeurs prophétisant à vide et ils comptent sur le bon sens, la nature, l’ordre des choses et celui de la Providence pour assurer un avenir radicalement différent et meilleur. Rageusement sereins, ils ne sont pas résignés.   

    Article paru dans Politique magazine. Cliquez sur l'image

    PM212-une.jpg

  • Le piétinement par la Russie des fondements éthiques et politiques de l’Occident moderne

    Poutine-Merkel.jpg

    C’était le bon temps où Poutine pouvait croire que l’Allemagne pacifiste et financière allait lui permettre de se raccrocher à l’Europe.

     

    De tels articles nous changent des fatigantes banalités dont la presse nous rebat quotidiennement les oreilles. Celui-ci aborde brillamment la question de fond. À lire.

     

    Par Yves Morel.

    L’Occident s’est toujours rêvé maître du monde. La Révolution française, la Deuxième Guerre mondiale et la création de l’Union européenne ont renforcé cette prétention universaliste… mais le monde multipolaire résiste ou tout simplement esquive. Le nationalisme n’est pas mort, le libéralisme n’est pas embrassé, l’autoritarisme est plébiscité,… L’Occident avait renoncé à lui-même, le reste du monde ne l’a pas suivi.

    Ce qui nous intéresse ici, dans la guerre russo-ukrainienne, est la gifle monumentale que l’Occident tout entier vient de recevoir dans les principes éthiques qui sous-tendent sa civilisation et sa politique.  Depuis 1945, – et cela avait commencé dès le lendemain de la Grande Guerre avec l’absurde reconstruction de l’Europe suivant les Quatorze points de Wilson, et, dans le cas de la France, dès la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 – l’Occident vit sous l’empire d’une éthique prétendument généreuse totalement irréaliste et, par là même redoutablement pernicieuse.

    Une gifle monumentale à l’éthique politique occidentale

    Cette éthique vient de recevoir sa plus grande rebuffade depuis 1945. On peut affirmer, sans exagérer, que jamais, depuis trois quarts de siècle, elle n’avait été à ce point bafouée et démentie, et que nul chef d’État n’avait mis au pied du mur et réduit à l’impuissance les pays et les dirigeants se réclamant d’elle comme vient de le faire Vladimir Poutine en ignorant leurs objurgations, et en envahissant l’Ukraine tout en les prévenant contre les conséquences terribles qui découleraient de leur éventuelle assistance militaire au pays agressé. Les Occidentaux sont placés par le moderne tsar dans une situation cornélienne. Qu’ils secourent militairement l’Ukraine, et le monde s’embrase. Quant à leurs sanctions économiques, si elles incitaient tout de même le maître du Kremlin à composition, ce serait au prix d’une défaite politique sans précédent pour eux. Ils ne parviendraient en effet à assouplir Poutine qu’en acceptant la finlandisation de l’Ukraine et l’installation à Kiev d’un gouvernement fantoche tout dévoué à Moscou. Poutine triompherait, et la bonne morale occidentale serait récusée. Vaincue. Et, dès lors qu’elle est vaincue par la force brutale, la morale perd sa crédibilité comme source d’inspiration et étai de l’action politique. Ce n’est pas à dire qu’elle n’y a pas sa place. Mais le principe de réalité prévaut et l’action politique piétine souvent la morale.

    L’illusion universaliste des démocraties libérales

    La morale politique occidentale est d’ailleurs entachée du péché d’orgueil. W.E. Gladstone, grand Premier Ministre britannique du XIXe siècle, se croyait choisi par Dieu pour faire régner la justice dans son pays. Il semble en aller de même des Occidentaux pour le monde moderne. Eux considèrent leur civilisation et leur système démocratique et libéral comme la norme politique de ce dernier, conforme au Droit et à la Morale universels.

    Les Occidentaux ont toujours pensé que toute l’histoire devait se terminer, en guise de but, par l’extension à la planète entière de leur type d’organisation sociale et politique.  Ainsi, lors de l’effondrement du communisme en Europe orientale et en URSS, Francis Fukuyama, haut fonctionnaire américain de l’administration Reagan, énonça doctement que cet événement marquait l’unification du monde autour du système politique de la démocratie libérale, désormais seule debout dans les pays évolués, et donc triomphante, l’alternative marxiste ayant disparu (ainsi que, beaucoup plus tôt, les nationalismes antilibéraux de type fasciste), et que nous entrions dans un monde sans Histoire, en lequel les nations ne s’affronteraient plus et ne connaîtraient d’autre évolution que celle du marché mondial. Il fit connaître ces vues dans un article intitulé The End of History, dans la revue américaine The National Interest) en 1989, dont il tira un livre, La fin de l’Histoire et le dernier homme, en 1992. Il s’inspirait largement de la théorie de la fin de l’Histoire, développée par Hegel dans ses Leçons sur la philosophie de l’Histoire et La Raison dans l’Histoire (1837).

    Simultanément, Jacques Julliard, historien et journaliste politique français, énonçait hâtivement, en divers articles, l’idée suivant laquelle l’effondrement du communisme russe et européen marquait l’union du monde autour de l’idéal libéral et démocratique étayé sur les Droits de l’Homme. Il affirmait que le XXe siècle était né à l’occasion d’une guerre, celle de 1914, et venait de prendre fin à l’automne de 1989, avec l’écroulement du communisme en Europe orientale et sa libéralisation croissante en URSS, où Gorbatchev, avec sa Perestroïka, l’expurgeait de sa réalité dictatoriale et l’amenait à se renier. Rejoignant Fukuyama, il annonçait le tout proche avènement d’un monde nouveau uni autour de l’ONU et de ses organisations satellites, pour le plus grand bonheur du genre humain.

    La morale politique occidentale démentie par le principe de réalité

    Les trente dernières années ont balayé ces fadaises comme fétus de paille, et l’on a vu l’affirmation des nationalismes en Europe orientale, en Russie, en Chine, suivant des orientations politiques en tous points opposées à celles des démocraties occidentales. La Chine, en particulier, donne aujourd’hui l’exemple d’une grande puissance (peut-être appelée à devenir la première du monde) non démocratique et non libérale, quoique capitaliste. Et nous nous souvenons de la guerre atroce des années 1990 entre les peuples de l’ancienne Yougoslavie. Et nous pourrions cumuler les exemples tendant à montrer que la démocratie libérale de type ouest-européen ou nord-américain est loin de s’être imposée partout sur le globe depuis plus de trois décennies.

    La présente invasion russe de l’Ukraine rappelle aux Occidentaux que la politique relève de la réalité, non du rêve, de l’idéal ou de l’idéologie. Les Européens, les Américains, l’ONU, toutes les organisations internationales, les grands principes libéraux et démocratiques, la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, les assises du Droit, de la Morale et de la Justice viennent de se fracasser contre ce fait terrible de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, avec ses avancées de chars, ses bombardements, ses destructions de villes, ses innombrables tués, ses foules fuyant l’ennemi pour se réfugier à l’étranger, et l’implacable détermination de Poutine à transformer le pays vaincu en protectorat, avant, peut-être, de l’annexer purement et simplement. Tous se révèlent impuissants à l’arrêter. L’ONU a beau condamner ce dernier, elle ne peut rien entreprendre contre lui en raison du droit de veto dont il dispose au sein du Conseil de sécurité. Et les Occidentaux, à commencer par les États-Unis, la super-puissance, ne peuvent se lancer dans une opération militaire contre la Russie sous peine de déclencher une nouvelle guerre mondiale, qui serait sans doute nucléaire.

    Le démenti infligé aux illusions de la dissuasion

    Et là, on voit les bornes de la dissuasion. Cette fameuse dissuasion, considérée par les Occidentaux, depuis la fin des années 1940, comme la garantie suprême du maintien de la paix et du renoncement des dictatures à leurs objectifs bellicistes, ne dissuade aujourd’hui, en fait, que les Occidentaux eux-mêmes. Poutine exerce un chantage aussi évident qu’implicite sur eux, brandissant le risque d’un conflit planétaire au cas où ils interviendraient militairement en faveur de l’Ukraine. Il a parfaitement compris que les Occidentaux reculeront toujours devant un tel risque. L’équilibre de la terreur institué à la fin des années 1940 révèle aujourd’hui son caractère illusoire. Il joue en faveur de la Russie, qui ne redoute pas le risque d’un affrontement avec l’Occident qu’elle sait par principe opposé à toute entrée en guerre, et donc condamnée à reculer devant elle.

    La vanité des alliances défensives occidentales

    L’infériorité des Occidentaux n’est ni militaire ni économique, elle est morale. Depuis le début de la crise des relations entre la Russie et les Occidentaux, ceux-ci répètent à qui mieux mieux, par la voix ou la plume de leurs dirigeants et de leurs médias, que l’OTAN est une alliance militaire purement défensive qui ne menace en rien la Russie aussi longtemps que cette dernière ne manifeste aucune intention belliqueuse à l’égard de ses membres. C’est oublier que l’esprit défensif exclusif annonce déjà une prédisposition au recul lié à la peur de devoir se résoudre à un conflit armé. Les alliances défensives ont toujours entraîné des reculs, des renoncements et n’ont jamais dissuadé des agresseurs résolus, ce qui était pourtant leur raison d’être. Il n’est que de se rappeler, dans l’entre-deux-guerres, la vanité des accords liant les pays de la Petite Entente (Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Roumanie, 1921-1922), du Pacte de Locarno (16 octobre 1925), de la conférence de Stresa (11-15 avril 1935), et du Traité franco-russe (2 mai 1935) pour s’en convaincre. Et nous pourrions citer bien d’autres exemples plus contemporains. On noue et on empile des accords, des traités associant un maximum de partenaires, on se dote des armes les plus perfectionnées et les plus redoutables, dont l’arme nucléaire, et, avec tout cela, on espère dissuader l’adversaire. En un sens on y parvient puisque, en effet, celui-ci ne s’attaque pas à l’un des partenaires de l’alliance ; et, de fait, la Russie n’a agressé ni n’agressera les Pays baltes, membres de l’OTAN (et de l’Union européenne). Et la Biélorussie apparaît comme son fidèle vassal. Mais il n’est pas certain qu’elle ne nourrisse pas de visées annexionnistes sur les autres pays de l’ancienne URSS (Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Ouzbékistan). Ces pays pourraient, à moyenne ou longue échéance connaître le sort de l’Ukraine que les Occidentaux sont incapables de secourir militairement. Ils ne sont d’ailleurs pas tenus de le faire, l’Ukraine n’étant pas membre de l’OTAN (ni de l’UE), et n’osent pas le faire de toute façon, tétanisés par la peur d’une déflagration mondiale où, de surcroît, l’arme nucléaire serait utilisée. Ainsi, s’ils ne risquent rien eux-mêmes, ils ne peuvent paralyser les agressions militaires, les annexions territoriales et les mises sous tutelle forcée entreprises par la Russie.

    La révélation du danger d’une stratégie de simulations

    La guerre est, de toute façon, au rebours de tous leurs principes. Leur stratégie de la dissuasion et leur idéalisme moral étayé sur une idéologie pseudo-humaniste et universaliste les ont amenés à concevoir la guerre et les relations entre les hommes et les peuples sous l’angle de la virtualité. En cela, ils ont une vision baudrillardienne du monde. Des années et des décennies durant, ils ont conçu leur stratégie défensive sur la base de simulations de conflits qui révèlent toute leur inutilité devant la terrible réalité de la guerre déclenchée par un chef d’État qui ne se comporte pas du tout comme ils le prévoyaient dans leurs hypothèses censément les plus sérieuses.

    Poutine savait, depuis longtemps, que ses homologues occidentaux n’envisageaient les relations géopolitiques et stratégiques qu’à l’aune de simulations, et qu’ils n’étaient donc pas prêts à affronter une crise sérieuse. Et il le savait d’autant plus qu’il percevait que cette impréparation découlait de leur éthique universaliste et pacifiste entée sur l’idéologie des Droits de l’Homme.

    Les conséquences de la démission morale de l’Occident

    Cette dernière n’a pas peu contribué à détacher les Occidentaux du réel. Ce, en les convertissant au politiquement correct, à l’individualisme hédoniste et consumériste, à la satisfaction de tous les désirs assimilée à un des droits de l’Homme, et à l’amoralisme ou au relativisme moral généralisé. À tort peut-être (mais, hélas, non sans quelque raison), Poutine perçoit les sociétés occidentales comme décadentes, avachies et incapables de s’opposer à ses projets expansionnistes.

    En définitive, c’est une leçon de réalisme que nous donne le présent conflit russo-ukrainien. Celui-ci nous rappelle que le monde est ce qu’il est et ne s’accommode pas de lubies morales et idéologiques. Ces dernières font marcher les Occidentaux sur les mains (ou sur la tête) quand les Russes, eux, marchent sur les pieds.  

    Article paru dans Politique magazine

  • Voter Macron ? La réponse du sabre au goupillon

    eveque.jpg

    C'est peu de dire que la hiérarchie de l'Église est en dessous de tout. À l'image de la haute administration, sa démagogie est sans limite. 

    Ce dimanche, l’archevêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel, a annoncé qu’il voterait pour Emmanuel Macron.

    Ancien commandant de la brigade parachutiste, le général Emmanuel Maurin lui a répondu dans une lettre qu’il accepte de rendre publique sur L’Incorrect. Il est maintenant nécessaire que les meilleurs officiers leur rappellent le cours élémentaire de catéchisme !

     

    Monseigneur,

    J’ai eu la stupeur de lire dans la presse votre déclaration qui annonce que « le citoyen Ravel votera Emmanuel Macron, bien entendu ».

    Bien entendu, vous voterez pour un candidat qui annonce vouloir inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution.

    Bien entendu, vous voterez pour un candidat dont la majorité entend faire de l’euthanasie la grande cause sociétale du prochain quinquennat.

    Bien entendu, vous voterez pour un candidat qui souhaite légiférer pour la PMA sans père en attendant le trafic des GPA.

    Bien entendu, vous voterez pour un candidat qui trouve beau de rencontrer une femme voilée, préférant manifestement le racolage électoral à la dignité de la femme.

    Bien entendu, vous voterez pour un candidat « plus capable de fédérer » après avoir pourtant fractionné à dessein la société en trois blocs et, accessoirement, avoir « emmerdé » les non-vaccinés (je précise que je suis trois fois vacciné).

    Bien entendu, tout cela vous l’avez longtemps mûri, oint de votre onction ecclésiastique d’évêque et de successeur des Apôtres. Bien entendu, vous le dites en conscience.

    Bien entendu, vous acceptez donc de porter votre part de responsabilité dans ces lois à venir.

    Je pensais pourtant, naïvement sans doute, qu’en qualité de successeur des Apôtres, vous aviez à guider vos fidèles vers le Christ qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Souhaiteriez-vous aujourd’hui les guider vers l’impasse, le Mensonge et la Mort ? Impasse d’un projet de société libertaire qui détruit la famille, arrache l’homme de tous ses racinements comme disait Péguy pour une liberté chimérique et prométhéenne. Mensonge d’un projet de société qui nie la nature essentiellement mixte de l’humanité.

    « Homme et femme il les créa », avez-vous entendu comme moi samedi soir lors de la veillée pascale.

    Culture de mort d’une société qui ne reconnaît plus la dignité des plus fragiles et des plus diminués. Culture de mort d’une société sans Dieu qui dès lors, par peur et refus de la mort, ouvre grand la porte à l’eugénisme et au transhumanisme.

    L’évêque de Carthage, Saint Cyprien disait au IIIe siècle : « Dès le début de mon épiscopat, je me suis fait une règle de ne rien décider d’après mon opinion personnelle sans votre conseil, à vous les prêtres et les diacres et sans le suffrage de mon peuple ». Manifestement dix-huit siècles plus tard, le citoyen-évêque Ravel s’est bien émancipé. Votre « bien entendu » sonne comme l’acte manqué d’un pasteur de l’Église qui préférerait la quiétude de l’approbation des puissants à l’affirmation à temps et à contretemps que la sagesse de Dieu est et reste une folie aux yeux des hommes.

    Votre fallacieuse distinction entre l’évêque et le citoyen a pour seul et triste mérite, au pire de mal masquer une hypocrisie pharisienne, au mieux de voiler difficilement comme une sorte de gêne, une sorte de scrupule, comme un petit caillou dans la conscience d’un homme coincé dans le conformisme de l’entre-soi des gens respectables. Votre « bien entendu » sonne comme une recherche de respectabilité, il est comme l’acte manqué d’un pasteur de l’Église qui préférerait la quiétude de l’approbation des puissants à l’affirmation à temps et à contretemps que la sagesse de Dieu est et reste une folie aux yeux des hommes.

    Je ne sais quel était votre but en faisant cette déclaration malheureuse. Je sais en revanche quel en est d’ores et déjà le résultat : une déchirure plus grande encore dans la tunique du Christ.

    Monseigneur, à la personne que vous êtes, j’adresse l’expression de toute ma profonde considération. À l’évêque que vous êtes et au Pasteur que vous devriez être, l’expression de ma totale incompréhension, de mon entier désaccord et de ma profonde colère.

    Général Emmanuel Maurin

  • Appel lancé par un membre des Républicains

    LR.jpg

    Le communiqué ci-dessous, émanant d'un membre des Républicains montre bien le réalisme et le courage de certains. L'appel lancé aux électeurs LR est sans ambiguïté.

     

    Bravo aux patriotes pour la forte mobilisation au premier tour de l'élection présidentielle 2022 ! En effet, la somme des résultats obtenus par chacun des candidats du camp patriote, national, conservateur et souverainiste confirme la tendance du basculement idéologique vers la droite dite « forte » ou « dure ». On peut le dire aujourd'hui : plus que jamais, le camp patriote est installé dans le paysage politique en France. D'ailleurs, comment aurions-nous pu en douter, puisque depuis des années, toutes les enquêtes d'opinion ne font que confirmer le phénomène de droitisation de la société.

    L'élection présidentielle a permis de développer des idées que les Français ont, dans l'ensemble, validées. On pourra dénoncer a posteriori l'outrance de certaines positions, mais force est de constater que les débats qui s'ensuivirent n'ont pas vraiment choqué. Le camp patriote n'est plus très loin d'accéder au pouvoir.

    Bravo aux électeurs d'Éric Zemmour pour leur courage, bravo à ceux de Marine Le Pen pour leur fidélité, bravo aux électeurs de Nicolas Dupont-Aignan et, de façon générale, bravo à toutes les personnes qui ont effectué leur acte citoyen en pensant d'abord à la France ! J'ai milité 34 ans chez LR, j'y ai même été élu au sein des instances nationales avant de démissionner car refusant clairement la phagocytose du parti par Emmanuel Macron et ses ouailles. Aujourd'hui, je suis un soutien inconditionnel de Marine Le Pen.

    Héritier des valeurs conservatrices qui ont toujours caractérisé la droite, le parti Les Républicains avait le champ libre pour s'installer durablement dans la sphère idéologique du camp patriote et national, mais à force de reniements, de renoncements et d'accumulation de mensonges, LR s'est éloigné de ses fondamentaux. La faute à des cadres qui, depuis quarante ans, promettent aux électeurs le contraire de ce qu'ils font lorsqu'ils arrivent au pouvoir. En 2017, ce sont les cadres LR qui ont facilité l'élection d'Emmanuel Macron comme président de la République puis, durant tout le quinquennat, ces mêmes cadres ont dénoncé la politique de l'exécutif.
    En 2022, ce parti et ses cadres, toute honte bue, appellent à se fourvoyer avec le Président sortant candidat... Ces gens ne retiendront donc rien !

    Emmanuel Macron réélu, le pays ne se relèvera jamais de dix ans, que dis-je, de quinze années (depuis François Hollande) de destruction de notre modèle culturel, social, de nos valeurs et de tout ce qui fait France. Réélire Macron, c'est installer le concept woke, cette dérive progressiste qui tend à effacer la culture millénaire de la France.
    Réélire Macron, c'est ouvrir la porte à l'immigration clandestine et subir le pacte de Marrakech.
    Réélire Macron, c'est imposer le laxisme partout et sur tous les sujets.
    Réélire Macron, c'est accepter de se faire insulter et humilier.
    Réélire Macron, c'est accepter les mensonges de celui qui avait promis, en 2017, de faire de la politique autrement et qui a fait comme avant, en pire.

    Alors oui, j'assume lancer aux électeurs LR l'appel à battre Macron, le battre en votant, quitte à se pincer le nez pour certains, pour Marine Le Pen. Certes, ils peuvent arguer partager peu de choses politiquement avec la candidate issue du RN, mais l'essentiel n'est-il pas de se rassembler face aux mondialistes ? L'heure est grave, le temps de l'hésitation est passé, il faut du courage, il faut oser car le combat pour la France en vaut la peine.

    Article paru dans Boulevard Voltaire le 12 avril 2022

  • ATTENTION !

    Salons.jpg

    Les cinq années du mandat d’Emmanuel Macron ont fait l’objet de multiples critiques toutes plus justifiées les unes que les autres. Comment en effet ne pas évoquer l’abaissement de la France dans de nombreux domaines, la désinstrualisation, la culture, l’éducation, les atteintes multiples à des libertés essentielles, l’appauvrissement d’une immense partie de la population au profit d’une minorité qui lui avait donné mandat… N’oublions pas les lois bien mal nommées « bioéthiques », véritable guerre anthropologique qui n’est pas près de s’éteindre. Ce n’est pas pour rien que la gauche la plus radicale va lui apporter son soutien. Elle sait que sur le sujet il sera au rendez-vous, et au besoin le lui rappellera. Et c’est ainsi qu’une droite libérale ou prétendue telle, s’engagera avec ceux qui ont décidé de la ruiner, puis de la supprimer. Ceux qui ont un minimum de culture historique se souviendront de la lutte menée par la monarchie contre les « libertins » (c’est-à-dire nos bourgeois actuels) et la façon dont tout cela s’est terminé.

     Ils ne pourront pas dire qu’ils n’étaient pas avertis et informés !

     Mais le motif principal qui doit nous convaincre de na pas voter Macron est encore plus fondamental, le risque de guerre.

    Nous savons tous ce qui se passe au centre de l’Europe, une guerre qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Les Américains en sont en très grande partie responsables, eux qui ne cessent depuis des décennies de rêver à la domination du monde. N’a-t-on pas vu le président des États-Unis venir s’immiscer dans cette guerre par une visite très préoccupante en Pologne, et se livrer à des déclarations de va-t-en-guerre, même si elles étaient, en partie, à usage interne, en direction de son électorat qui s’effrite. Ce qui explique que rien n’a été fait pour exiger de l’Ukraine le respect de ses engagements à l’égard de la Russie. Celle-ci, obsédée par sa sécurité depuis l’entrée dans l’OTAN d’anciens pays de la Russie soviétique, a estimé, à tort ou à raison, la question n’est pas là, qu’il lui était vital d’intervenir.

    Or, la quasi-totalité des pays européens, qui sont à la botte de l’Amérique, ne cessent non seulement de multiplier les déclarations hostiles, ce qui, en soi, n’a qu’une importance très relative, mais surtout de livrer des armes à l’Ukraine, véritable participation active à la guerre. C’est beaucoup plus grave. Il suffira maintenant d’une étincelle pour embraser le continent (exemple un convoi anglais rappé par l’armée russe). Et ce ne sont pas les Américains qui souffriront d’un tel conflit, pas plus qu’ils ne souffrent des sanctions qu’ils suscitent.

    Emmanuel Macron ne s’intéresse pas à la France. Son idée fondamentale, c’est l’utopie européenne, et au-delà mondialiste. Il s’est ainsi institué grand patron de la défense de l’Ukraine, alors que ce conflit ne nous concerne pas au premier chef. Il est tenu, sans en être affecté, par l’OTAN, sous direction américaine, que Sarkozy avait eu l’immense tort de rejoindre, pour des raisons identiques d’europhobie. Il lui apporte aujourd’hui, et sans surprise, son soutien.

    Le rôle de la France, son rôle naturel, était, au contraire, de convaincre les belligérants d’arrêter les hostilités par l’institution d’une neutralité de l’Ukraine (à définir bien sûr, c’est le rôle des diplomates), et non de se livrer à des invectives, des critiques, des menaces éminemment dangereuses. Macron n’en a ni l’envie, ni les moyens.

    Remarquons que les prises de positions des occidentaux ne reposent en aucune manière sur des arguments de réalisme politique, sur une analyse rationnelle des rapports internationaux, mais sur des motifs moraux et romantiques, de « débordement émotionnel ». Ce n’est pas de la bonne politique.

    Enfin, comme l’histoire ne cesse, malheureusement de nous le rappeler, la politique extérieure est toujours au service de la politique intérieure. Ce fut, de manière constante, un véritable obstacle au maintien de la paix.

    La situation d’aujourd’hui ne déroge pas à la règle : nous voyons avec un réel souci le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’insérer dans la campagne présidentielle française en suggérant de voter Macon. Il va bien falloir, s’il est élu, qu’il lui renvoie l’ascenseur ! La France, à la remorque de l’Europe et des Etats-Unis, adopte une position très dangereuse, source de tensions pernicieuses. Cette situation est extrêmement préoccupante. Avec Macron à l’Élysée, nos lendemains ne vont pas chanter.

     Personne ne pourra dire qu’il n’était pas averti et informé !

    Henri Bec