Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ils nous ont rappellé "les heures les plus sombres" des IIIe et IVe républiques !

Carte-Cour-PetiteGuerre-(1sur9).jpg

Nos professionnels de la politique piaffaient d’impatience depuis un an. Emmanuel Macron leur avait brulé la politesse. Inconnu, démagogue, sans parti, énonçant "en même temps" une suite d’idées contradictoires, il les avait remisés au fond du placard où finissent les oubliés de l’histoire. Quelle injustice, eux qui travaillaient depuis des années à décrocher une place !

Pourquoi cette aigreur ? Parce qu’ils n’avaient pas compris, et apparemment n’ont toujours pas compris, qu’il n’était pas un candidat puis un président comme les autres, mais un simple instrument aux mains d’une oligarchie financière et mondialiste, maitresse de la presse et donc de l’opinion ; eux qui s'imaginaient et qui s'imaginent peut-être encore que la démocratie est une garantie de la liberté d'opinion ! Certains même en sont venus à admirer sa prise de pouvoir, attirés par les lumières de l’imposture, comme un enfant à qui un pédophile vient de donner un bonbon.

La jalousie, le ressentiment, l’impatience, alimentés par la mécanique du système, les plaçaient à l’affut de l’occasion à saisir.

Ils pensaient l’heure arrivée parce qu’un barbouze maladroit avait malmené un jeune manifestant. Encouragés par la chaudière de l’emballement médiatique qu’ils ont vite alimentée à pleine pelletés de postures choquées et de propos scandalisés, ils ont cru apercevoir le bout du tunnel sans réaliser, ni même soupçonner, le ridicule de la situation. Il suffit de parcourir l’histoire de nos républiques successives pour égrener la liste des véritables affaires d’État qui les ont assombries, du scandale des décorations en 1887, à l’affaire Busines France en 2017, en passant par Panama, Stavisky, les Piastres, la Garantie Foncière, Urba, Broglie, Robert Boulin, Botton, Kadhafi et autres emplois fictifs de la mairie de Paris ou ventes d’armes à l’Angola. L’inventaire est loin d’être limitatif. Mais ce n'est pas cet absurde fait divers qui allongera la liste.

Et que dire du pitoyable spectacle des commissions parlementaires de l’Assemblée Nationale et du Sénat. La première, présidée par une députée manifestement dépassée et incontestablement à l’écoute attentive de l’Élysée et la seconde par un sénateur plus mesquin que pointilleux estimant que sa minute de gloire approchait, chacun donnant la parole à des intervenants aux allures de Raminagrobis distingués, espérant que la subtilité et la perversité de leurs questions feraient la une du Vingt heure. Et le grotesque se termina par des dépôts de motions de censure votées par tous, pour ou contre, dans le joyeux désordre d’une cour de récréation.

Mais furent encore plus plus déplorables les "interrogatoires" de style commissariat de quartier des plus hauts personnages de l’État et des patrons des institutions régaliennes. On peut penser ce que l'on veut de ces ministres et hauts fonctionnaires, et nous ne nous privons pas ici de le dire, le spectacle n'était rien d'autre que dégradant pour le pays lui-même. Quelle image, pour l'étranger, d'une nation qui fut, dans d'autres temps, le phare de la civilisation !

Des danses transgenres de l’Élysée lors de la fête de la musique, au spectacle navrant des parlements, la vie politique sombre, jusqu'à s'y noyer, dans les égouts peu ragoutants de la République.

Avec plus de trois millions de chômeurs, minée par des projets monstrueux de PMA–GPA ou autres desseins eugénistes, dans une situation économique désastreuses menacée par un mondialisme macroniste au service de capitaux étrangers, incapable de déterminer une politique extérieure cohérente, envahie sans résistance par un islam radical déterminé à sa perte, la France mérite mieux que ces pitoyables joutes politiciennes.

 

Henri Bec

____________________________________

 

Pour ajouter à ce qui vient d'être écrit ci-dessus, il est intéressant de prendre connaissance de la tribune de François d'Orcival dans le Figaro magazine du 3 juillet, sur le véritable scandale du 1er mai.

D'Orcival.jpgUn 1er mai peut en cacher un autre. De celui de M. Alexandre Benalla on sait tout, minute par minute, image par image. Mais l'autre 1er mai, le vrai, qu'en est-il ? Pourquoi, le soir de cette journée de défilés, les communistes réclamaient-ils déjà une commission d'enquête ? Parce qu'ils accusaient le ministre de l'Intérieur et le préfet de police de Paris d'avoir, non pas couvert des violences policières, mais laissé le cortège syndical dégénérer en un « 1er mai des black blocs » !

D'avoir sous-estimé la capacité destructrice des 1200 casseurs cagoulés décidés à en découdre, et retenu l'action des CRS devant l'ultra-violence, les feux d'artifice tirés à bout portant et l'explosion des vitrines. Les porte-voix de l'opposition dénonçaient alors ce « jamais vu », cette « faillite de l'État », ce « défi à l'autorité ». Et puis ? Le préfet de police précisait l'autre jour qu'il avait fait procéder à 280 interpellations, à 109 gardes à vue. Pour quelles sanctions ? Il n'y a pas eu de commission d'enquête. On ne le saura pas.

Ce 1er mai a été suivi par une « fête à Macron », le 5, sans « black blocs », puis par d'autres manifestations jusqu'à la « marée populaire » du 26 mai qui faisait pschitt. En était-ce fini des vitrines brisées et des voitures incendiées ? Cela recommençait de plus belle la nuit du 14 juillet, et celle du 15, après la victoire de la Coupe du monde. Malgré un dispositif impressionnant de quelque 110.000 gendarmes et policiers, de 44.000 sapeurs pompiers, on allait dénombrer 845 véhicules incendiés à Paris et en province ; on avait laissé dévaster et piller le Drugstore des Champs-Élysées, le magasin Intermarché de l'avenue de la Grande-Armée, etc...

Le ministère de l'Intérieur annonçait 508 gardes à vue le 14 juillet, 327 interpellations le 15. A quoi cela servait-il d'autre qu'à grossir des fichiers si les individus en cause n'étaient pas dissuadés de recommencer ? Gérard Collomb se félicitait de ce que cela ne concerne qu'une « infime minorité ». Encore heureux !

Mais c'est cette infime minorité dont le citoyen entend être protégé. On a fait un scandale d'État d'une faute grossière commise par un « chargé de mission » de l'Élysée, ce serait un scandale d'État d'une tout autre dimension que l'exécutif ne réponde pas de son impuissance à garantir la sécurité publique. Il paraît que les rappels au règlement des députés l'exaspèrent. En voici un de plus. 

François d'Orcival

Figaro magazine

Commentaires

  • les idiots et idiotes bêtes ont voulu macron même les communistes ! je suis gaulliste mais mon père et mon grand pere qui avait acheté la premiere télévision du village il y a 70 ans pour voir nikita kroutchev à la télé le drapeau sovietique posé dessus n'aurait même pas voté pour 1 socialiste c'était des communistes staliniens pas des épouvantails comme les communistes d'aujourd'hui , je ne pensais pas qu'un communiste pourrait voter capitaliste pierre laurent l'a fait c'était inimaginable fallait voter ni ni faire comme moi ne pas me déranger maintenant on est dans une sacrée merde et leurs enfants la mangeront place aux migrants qui seront de la main d'oeuvre sous payée servable et corvéable à merci

Écrire un commentaire

Optionnel