Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Algérie. Bouteflika vs Tebboune: guerre de tranchées au sommet de l'Etat

Algérie.jpg

Rien ne va plus entre le président algérien, Abdelaziz Bouteflika et son Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier est sur la sellette et ses jours seraient comptés. Sa méthode et ses initiatives déplaisent en haut lieu. Décryptage.

Les médias algériens font leurs choux gras du bras de fer entre le clan Bouteflika, le président Abdelaziz et son frère Saïd en tête, et le Premier ministre Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier, nommé il y a à peine deux mois, a, semble-t-il, voulu imposer son style et une méthode de travail. Et a également entrepris des démarches "courageuses". Il a surtout envoyé des mises en garde aux entreprises d'Ali Haddad, puissant homme d'affaires, réputé proche de Saïd Bouteflika, le frère du président, et bénéficiant des largesses de l'Etat.

En s'attaquant à Haddad, Tebboune a franchi une ligne rouge. Et c'est le président himself qui est intervenu pour calmer ses ardeurs. "Abdelziz Bouteflika serait, ainsi, agacé par les décisions d'Abdelmadjid Tebboune. Le chef de l’Etat considère, selon le même canal, que les missions d'inspection qu’envoie le Premier ministre s'apparentent à des actions de harcèlement à l'encontre des entrepreneurs, donnant, donc, «une mauvaise image du pays à l’étranger", écrit le site algerie-focus.com.

Même son de cloche pour tsa-algerie.com qui se fait l'écho, ce mardi 8 août, de la colère présidentielle contre le chef de l'Exécutif. "Le président Bouteflika est mécontent de l’action et de la méthode de son Premier ministre Abdelmadjid Tebboune. Et il vient de le faire savoir. Selon la chaîne Ennahar TV, le chef de l’État a adressé des instructions urgentes au gouvernement pour lui demander notamment de mettre fin à l’anarchie née des dernières initiatives prises par l’Exécutif, allusion faite aux mesures sur les importations."

Selon le même média, Bouteflika a pris des mesures allant à l'encontre des décisions ordonnées par son Premier ministre. Une sorte de désaveu. Le président, qui a trop limité ses apparitions publiques, serait surtout agacé par la "publicité" faite autour des mesures prises par Abdelmadjid Tebboune.

Pour freiner les ardeurs du Premier ministre "zélé", le clan Bouteflika a ainsi mis en branle sa machine médiatique. L’Expression, Ennahar et la chaîne ENTV ont adopté un ton dur à l'endroit de Tebboune. Aussi, les médias officiels, dont l'ENTV, n'ont-ils pas jugé utile de relayer la rencontre entre Abdelmadjid Tebboune et son homologue français, Edouard Philippe.

Cependant, des observateurs avancent que le président étant malade et peu enclin à suivre ce qui se passe dans son pays, c'est son frère cadet, Saïd, qui serait derrière cette machine à broyer ses détracteurs. D'autant que l'homme a affiché clairement son ambition de succéder à son frère et de se présenter à la présidentielle prévue en 2019.

Par Abdelkader El-Aine

Écrire un commentaire

Optionnel