Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Montpellier. Trafic de drogue et guerre des gangs autour d’un centre d’accueil de migrants à Plan Cabanes

 

P1170613_Flou-660x330.jpg

A Montpellier il ne se passe pas désormais une semaine sans qu’un événement dramatique se produise dans le quartier de Plan Cabanes. En cause, un trafic de drogue particulièrement juteux qui fait l’objet d’une véritable guerre entre deux gangs.

Coups de machette et de couteau à Plan Cabanes, les victimes refusent de porter plainte

Dans la nuit de jeudi à vendredi, trois personnes ont été attaquées à l’arme blanche dans la rue Daru à Plan Cabanes. Les victimes, transportées aux urgences, n’ont subi que des blessures légères et ont pu sortir au bout de quelques heures du CHU de La Peyronnie. Fait troublant, aucune des trois personnes n’a souhaité déposer plainte au commissariat.

Ce nouvel acte violent semble s’inscrire dans une longue liste d’agressions et de bagarres qui se sont déroulées ces derniers mois dans le quartier de Plan Cabanes, à proximité immédiate du centre-ville. La raison de ces violences : une guerre des gangs pour le trafic de drogue et de cigarettes de contrebande.

A Plan Cabanes, l’arrivée des migrants albanais sème la zizanie

Dans ce quartier où une grande partie de la population est originaire du Maghreb (la mosquée El Nour a été la première mosquée de Montpellier), l’arrivée depuis trois ans de migrants albanais soulève d’importants problèmes.

Nouveaux arrivés, certains de ces migrants ont cherché à prendre le contrôle du trafic de cannabis dans le quartier. Une « offensive » qui génère d’innombrables actes de violence.

De son côté, la police intervient régulièrement dans le quartier en menant des opérations anti-drogue sans parvenir pour autant à mettre fin au problème. Certains habitants réclament désormais l’installation d’un commissariat permanent au sein même de Plan Cabanes.

Squats et locaux d’associations pro-migrants, base arrière du trafic de drogue ?

L’arrivée des Albanais dans le quartier de Plan Cabanes n’est pas due au hasard. Ces derniers ont implanté leur « QG » dans un ancien temple protestant, situé au 9 rue Gambetta, qui est désormais transformé en squat. Un « quartier général » qui se trouve à quelques mètres des locaux de l’association Gammes, une association d’aide aux migrants située au 6 rue Saint Barthélémy et présidée par Daniel Constantin, ancien préfet de l’Hérault.

Cette association subventionnée (voir ci-dessous) a en charge un certain nombre de ces migrants originaires d’Albanie et du Kosovo. En novembre 2017, les policiers avaient mené une opération au sein même des locaux de Gammes afin d’interpeller des Albanais accusés d’une attaque à l’arme blanche.

Lengadoc-info.com, 2018

_________________________________________________________

Département de l’Hérault : 110 000 € de subventions supplémentaires pour les migrants

09/12/2016 - Trois semaines après le vote d’une subvention de 2,5 millions d’euros pour les mineurs isolés étrangers, le Conseil Départemental de l’Hérault a  voté de nouvelles subventions afin de venir en aide aux migrants dans le département.

Trois nouvelles subventions pour des associations d’aide aux migrants

Le lundi 12 décembre, les conseillers départementaux ont été appelés à se prononcer sur trois nouvelles subventions pour un montant global de 110 000 €. Ces subventions seront attribuées à des associations.

La première subvention, d’un montant de 90 000 €, est au profit du Réseau Accueil Insertion Hérault, une association chargée d’animer une permanence d’accueil de jeunes mineurs étrangers isolés dans le département.

La deuxième subvention doit être versée à l’association Césam Migration Santé. Cette association située à la Paillade, a pour vocation « de contribuer à la promotion de la santé des migrants, de leurs familles, et de toute personne en situation de précarité ». Le département de l’Hérault devrait lui attribuer la somme de 2 975 €.

Quand à la troisième subvention, elle ne fait pas explicitement référence à la situation des migrants. En effet, 16 150 € doivent être attribués à l’association GAMMES afin de mener des actions de « redynamisation sociale », des actions qui se déclinent en des « ateliers socio-linguistiques et des ateliers de soutien à la parentalité ». En revanche, c’est cette association, présidée par l’ancien préfet de l’Hérault, Daniel Constantin, qui gère à Montpellier le Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) de Mermoz.

Pas de séance publique pour le vote de ces subventions

Ces trois subventions ont été votées en commission permanente , c'est à dire sans la présence du public.

Disposant d’une large majorité à gauche, le président du conseil départemental, Kleber Mesquida (PS) peut également compter sur les voix des élus sauréliens. Les six conseillers départementaux de Défendre l’Hérault se sont opposés à ces subventions , mais non ceux du groupe du Centre et de la Droite. Ces derniers s’étaient abstenus lors du vote de la subvention de 2,5 millions d’euros le 14 novembre dernier.

 ____________________________________________________________________

Montpellier. Les locaux d’une association d’aide aux migrants perquisitionnée par la police

14/11/2017 – Il aura fallu une nouvelle agression au couteau dans la nuit de lundi à mardi pour que les policiers de la Sûreté Départementale de l’Hérault décident de perquisitionner les locaux de l’association Gammes à Montpellier. Une association subventionnée qui vient normalement en aide aux migrants mais qui aujourd’hui semble être le repaire d’un groupe d’Albanais particulièrement dangereux.

Plusieurs attaques au couteau depuis quelques mois

Selon nos confrères de E-Métropolitain, une opération de police a eu lieu ce mardi matin dans les locaux de l’association Gammes, situés au 6 rue Saint Barthélémy, à côté du cours Gambetta, et présidée par Daniel Constantin, ancien préfet de l’Hérault. Une opération qui intervient après qu’un albanais a été poignardé à plusieurs reprises par d’autres albanais durant la nuit du côté du boulevard Louis Blanc.

Si le mobile de l’agression n’est, pour le moment, pas connu, les policiers ont fini par localiser les auteurs présumés dans les locaux même de l’association Gammes. Les forces de l’ordre ont alors procédé à l’interpellation de nombreux albanais logés par l’association.

Cette attaque au couteau n’est pas un fait divers isolé. Dans la nuit du 3 au 4 juillet dernier, une quinzaine d’Albanais avaient attaqué deux militaires de l’opération Sentinelle. L’un des deux soldats avaient alors été poignardé à plusieurs reprises à l’abdomen.

Plus récemment, ce sont plusieurs commerces qui ont été victimes de cambriolage dans le quartier. Là encore, les Albanais du cours Gambetta sont pointés du doigt.

Vers la création d’une enclave albanaise à Montpellier ?

Toutes ces attaques et agressions liées aux Albanais, et qui touchent tout le centre-ville de Montpellier, proviennent de ce petit secteur du cours Gambetta. Un secteur qui s’agrandit de plus en plus et les trafics des Albanais commencent à empiéter sur Plan Cabane où les tensions sont parfois virulentes avec la communauté marocaine.

Depuis cet été, une importante communauté albanaise occupe l’ancienne église protestante du 9 rue Gambetta. Un squat qui donne directement sur… les locaux de l’association Gammes. Ce squat, occupé rapidement en septembre par des africains, a finalement été réoccupé par des Albanais qui n’ont pas hésité à agresser ces derniers, considérant qu’il s’agissait de leur « territoire ». Encore aujourd’hui, ce squat semble toujours être occupé par les Albanais.

Lengadoc-info.com, 2017

Écrire un commentaire

Optionnel