Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conseil départemental. Une discrétion inhabituelle : décryptage

Hémicycle2.jpg

À l’ouverture de chaque assemblée générale du Conseil départemental, le président procède à l’appel des membres présents, pour vérifier notamment si le quorum est atteint. Rien de plus normal.

Lors de l’assemblée du lundi 20 mai il fallait une oreille aiguisée et une attention sans faille pour entendre, à l’appel du nom de Mme Irène Tolleret, l’observation du président : « j’ai reçu ce matin une lettre de démission » prononcée très rapidement et presque à voix basse.

Que s’est-il passé ?

Mme Tolleret était la remplaçante de Mme Marie-Christine Bousquet, maire socialiste de Lodève, décédée le 15 novembre 2018. Elle a, tout naturellement, pris sa place dans l’hémicycle.

Mais Mme Tolleret, qui s’est appliquée pendant six mois à voter toutes les délibérations hostiles à la politique gouvernementale, conformément aux consignes socialistes, s’est brusquement retrouvée en neuvième position, c’est-à-dire éligible, sur la liste de La République en Marche aux élections européennes !

Sa démission du Conseil départemental, tout à fait logique en raison de sa nouvelle orientation, a mis le président dans ce qui n’est rien d’autre qu’une froide colère. On imagine qu’aucun argument n’a été efficace pour la dissuader de renoncer. Lui qui ne manque aucune occasion de se livrer à des commentaires politiques toujours désobligeants, a gardé, pour l’occasion, une discrétion pour le moins embarrassée. Vous ne verrez pas cette information dans la presse aux ordres. Il faut donc la faire connaître.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que cette démission va entraîner, dans les semaines prochaines, une élection partielle sur le canton de Lodève. Et compte tenu de l’évolution de l’opinion, l’élection d’une candidate du Rassemblement National n’est pas exclue et affaiblirait sensiblement la majorité de l’assemblée. Pour peu que dans deux ans cette évolution s’amplifie, on comprend l’embarras, la gêne et certainement la panique qui s’insinue dans les rangs socialistes.

Le pays réel, qui a désormais compris à qui il avait à faire ne manquera pas de donner son point de vue…, dimanche prochain pour commencer.

Henri Bec

 

Et ils ont osé appeler leur liste RENAISSANCE !

Renaissance.JPG

Écrire un commentaire

Optionnel