Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le clan et le "syndrome du caméléon"

Manif anti-vaccin.jpg

Des milliers d'opposants au pass sanitaire défilent en France « pour la liberté » (Le Point)

L’allocution prononcée le 12 juillet dernier par Emmanuel Macron a déclenché une vague de protestations que le pays n’avait pas connue depuis longtemps. On a vu les Villiers, Poisson, Zemmour, Le Pen, Philippot, Marion Maréchal… et nombreux autres proclamer avec force leur hostilité aux décisions liberticides annoncées. C’est en effet, une fois de plus la réalisation de ce que Maurras analysait dans un de ses ouvrages prophétiques De Démos à César : la République balance toujours entre un anarchisme ingérable et un césarisme brutal.

La décision sur l’obligation du pass sanitaire n’a pas arrangé les choses.

Comment, en effet, peut-on tolérer de la part d’un président de la République un air aussi suffisant, une attitude aussi méprisante et des décisions aussi agressives ? Il n’est pas admissible, ce qui, en outre, est vraisemblablement juridiquement infondé, d’imposer à toute une population, l’injection dans le corps d’une substance qui n’est, faut-il le rappeler, qu’au stade expérimental ; et alors que nombre d’éminents professeurs (professeur Éric Caumes, professeur Perronne…), médecins et autres spécialistes émettent de sérieuses réserves, tant sur la cohérence des méthodes employées depuis un an et demie que sur leur efficacité. Sans parler du personnel médical, le mieux placé en principe, qui, dans une forte proportion refuse cette injection… Le professeur Montagnier, prix Nobel, affirmait récemment : « Une science que l’on apprenait autrefois à l’école primaire : on ne vaccine pas en pleine épidémie, ça crée des variants », aussitôt qualifié de complotiste.

Mais force est malheureusement de constater que les adversaires de la vaccination obligatoire sont pratiquement interdits de plateau.

Quant au passe sanitaire, il s’agit d’une atteinte intolérable aux libertés les plus élémentaires. « Nous sommes en dictature » titrait Le Point il y a quelques jours, sous la signature de Franz Olivier Gisbert.

« Quand on importe les méthodes de l’Arabie Saoudite et du Pakistan, seuls pays au monde à avoir osé rendre la vie impossible aux non vaccinés pour mieux les contraindre, quand on singe la Chine qui prévoit d’interdire l’accès à l’hôpital ou à l’université aux non-vaccinés, oui il y a basculement. » (Marion Maréchal)

Seul le clan Ménard fait entendre, comme d’habitude, une voix discordante pour tenter d’attirer à nouveau à lui une attention qui s’en détourne chaque jour un peu plus. Il faut bien se faire remarquer d'une manière ou d'une autre, comme plaider pour le vaccin et le pass sanitaire obligatoires. Il est vrai que ses immenses connaissances médicales sont sans commune mesure avec celles de ces spécialistes !

Devant cette levée de boucliers qu’il n’avait pas prévue, le clan Ménard tente maintenant un rétropédalage qui ne trompera personne. Nécessité fait loi : il ne faudrait pas qu’à quelques mois des législatives, même le carré des derniers et peureux courtisans prenne la poudre d’escampette ! Alors on dépose un amendement à l’Assemblée pour demander que le pass soit limité à la durée de l'épidémie. Ridicule initiative qui consiste à demander la suppression d'une mesure lorsqu’on n’en a plus besoin ! Il n’en reste pas moins qu’E. Ménard n’a pas voté contre cette loi, la seule du groupe des non-inscrits, représentant ce qui reste de droite. Il faudra s’en souvenir…

Oh ! N’allez pas vous imaginer que toutes ces déclarations et manœuvres soient le résultat de savantes réflexions et de convictions profondes. Après avoir joué au yoyo pendant six ans avec le RN (on pense ce qu’on veut de ce mouvement, la question n’est pas là), faisant assaut d’éloges à l’approche des élections, puis le critiquant, parfois violemment, lorsque le risque disparaissait, puis recommençant la comédie, surtout avant les législatives de 2017 (!), il a démontré son absence totale de sérieux et sa grande maitrise du retournement de veste, ce que les plus perspicaces avaient subodorée depuis le début. Les compliments destinés à Marine Le Pen sont d’une bouffonnerie achevée quand on sait qu’il l’avait menacée de monter une liste concurrente aux élections régionales quelques semaines auparavant. Sans compter les qualificatifs plus que désobligeants dont il la gratifiait.

Aujourd’hui, le clan ne dissimule plus la finalité de la stratégie mise en place : le succès lors des prochaines législatives, au prix de tous les renoncements (inauguration il y a quelques jours d’un buste du socialiste Giacomo Matteotti ! – Nous y reviendrons) ou des alliances les plus ambiguës (appel à voter UDI aux élections sénatoriales !)… Nous pourrons dans les jours et semaines suivantes, sans risque de nous tromper, commenter les futurs agissements qui ne vont pas tarder de voir le jour et ne manqueront pas de sel. On voit déjà, avec la prise de position sur le vaccin et le pass obligatoires, que mettre ses pas dans ceux de Macron a dû être jugé électoralement rentable. C’est ce que l’on appelle « le syndrome du caméléon ». Médias-Presse-Info titrait récemment : Robert Ménard rejoint la meute au service de la dictature sanitaire.

Il nous avait berné, la main sur le cœur, avec « l’union des droites ». Elle n’avait en réalité de valeur à ses yeux, que s’il en était le pilote. Lorsque la pantomime de « Oz ta droite » s’est effondrée trois jours après, on n’en a plus entendu parler. C’est désormais à la désunion des droites à laquelle il travaille.

Sachez que nous ne laisserons pas perdurer cette mascarade sans la commenter et la dénoncer.

Henri Bec

PS : si vous souhaitez connaître le nom des députés qui on voté contre le pass sanitaire, cliques ICI

Commentaires

  • Exact Henri. Il semble que notre maire aille en direction du vent qui lui semble le plus favorable au mépris de certaines règles qu'il s'était infligées et de ses convictions de début de mandat. D'ici qu' il carresse Macron dans le sens du poil pour qu'il puisse continuer à jouer son rôle de premier maire opposant, tout comme les ex RN comme moi pensent que Marine s'y emploie pour assurer sa deuxième place poulidorienne.
    Finalement ils sont pareils tous les deux. L'actualité sur les élections et la crise sanitaire nous le démontre.
    Beaucoup de personnes de son entourage d'un avis contraire n'osent pas le défier
    Si j'avais su je n'aurai pas repris mon adhésion tout de suite à Choisir le B.
    J'espère trouver plus de satisfaction auprès des amis de Zemmour.
    Rejoignez nous si ça vous tente en prenant contact avec Nicole Mina.
    Amicalement

  • mais pourquoi avez vous voté pour ce président de PACOTILLE - Vous avez le retour du bâton !!!

    IL FAUT ALLER VOTER JUSTEMENT POUR L'EVINCER

    combien de ministres de Députés des Secrétaires de ministres etc se sont fait virer par macron ? environ une quarantaine bien sûr en leur demandant de prendre leur démission ce qui fait que c'est un innocent et que les Français croit en plus il croit à un banquier qui leur ment depuis le début de son quinquennat et qui continu sur la même lancée qui se prend pour un Napoléon et maintenant qui enfreint les LOIS DE LA LIBERTE ! Mais n'oubliez pas d'aller VOTER pour le VIRER UNE BONNE FOIS POUR TOUTE !!! ce Banquier qui se fait mener comme une marionnette par les grands de ce monde pourri tel Soros qui a parait-il un LABO à WUHAN en Chine ... alors la covid 19 voulu ou pas voulu car à WUHAN ils ne veulent pas que les experts viennent enquêter - donc il y a anguille sous roche -

Écrire un commentaire

Optionnel