Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pays réel - Page 14

  • Réforme de la SNCF : manque de vision globale et à long terme

    TGV-1.jpg

    Le projet de réforme de la SNCF a fait les unes de la presse ces derniers jours. Comme bien souvent sur les sujets d'actualité qui nécessitent réflexion et hauteur de vue, les commentaires ont rarement été ce que l'on était en droit d'en attendre.

    L'association TGV SUD Territoires environnement de Béziers compte dans ses rangs des spécialistes du rail. Ses analyses sont toujours empreintes de bon sens, de compétence et de technicité.

    Elle vient de publier une lettre ouverte sur les rapports Duron et Spintta qui mérite votre lecture et votre attention. C'est, comme dans bien d'autres domaines "le manque de vision globale et à long terme" qui est dénoncé.

    Nous vous recommandons ce texte tout particulièrement.

    Henri Bec

    CLIQUEZ ICI

  • Conseil départemental - Tribune de notre groupe "Défendre l'Hérault"

    CD-007.JPG

    Tous les deux mois, le Conseil départemental publie son journal "Mon Hérault". La loi fait obligation aux collectivités de réserver une partie de leur bulletin à l'opposition. Nos lecteurs se doutent que cette possibilité ne résulte pas d'un revirement soudain de son président ! Nous publions ci-dessous le communiqué de Nicole Zénon pour le bulletin du deuxième bimestre.

     

    « Défendre l'Hérault », des élus toujours en action à très haut-débit !

     

    Zénon Nicole2.jpgJanvier, les cérémonies de vœux se sont multipliées. Nous avons tenus à être présents partout pour saluer les habitants de nos cantons, rencontrer nos électeurs. C'était aussi l'occasion de renforcer le lien avec les associations qui jouent un rôle sur nos territoires.

    Parallèlement à ces temps festifs souvent accompagnés de la galette de l'Epiphanie en l'honneur des rois mages, notre activité départementale a repris avec intensité.

    Le premier dossier de 2018 concerne l'accès au très haut-débit pour 100 % des habitants de l'Hérault.

    Le déploiement de la fibre sur l'ensemble du territoire répond à des enjeux stratégiques dans tous les domaines.

    Qu'il s'agisse de la santé, du développement économique, de la sécurité, de l'enseignement ou encore du grand public, la demande et les attentes sont grandes.

    Malgré quelques questionnements sur l'attribution du marché dont nous avons fait part à l'assemblée, nous avons fait le choix de soutenir ce projet afin que d'ici 2022 l'ensemble de la population puisse bénéficier du très haut-débit.

    Cette évolution est un atout pour notre territoire mais présente aussi des dangers et nous devons aider nos concitoyens à s'adapter. La dématérialisation des dossiers risque d'en laisser un certain nombre dépourvus. Nous devons être à leurs côtés.

    Nous devons aussi accompagner les entreprises afin qu'elles s'adaptent rapidement à la dématérialisation des procédures d'appel d'offres et continuent à gagner des marchés.

    La révolution informatique fera disparaître des emplois, certains évolueront et d'autres apparaîtront.

    La ville de Béziers, dont notre groupe recouvre les 3 cantons, l'a bien compris :

                - en accompagnant les entreprises locales au travers de formations, organisées par les services de la commande publique avec le réseau « APOH ».

                - en investissant dans la formation. Dès 2018 un campus composé de trois écoles dédiées aux métiers du numérique ouvrira ses portes.

    Février, c'est aussi le vote du budget. Nous y reviendrons dans la prochaine tribune, mais soyez sûrs que nous nous opposerons à la hausse de la fiscalité voulue par la majorité socialiste, aux dépenses clientélistes, inutiles qui ne concernent pas l'intérêt général.

    Nicole ZENON.

    « Défendre l'Hérault ».

  • II-Défense et illustration de notre patrimoine

    Nous reprenons l'étude archéologique réalisée par notre ami Jean-Paul Wiegant, ancien responsable du service archéologique de la maie de Béziers. Il s'agit de la deuxième publication relative aux arènes romaines.

    (Cliquez sur les photos et images afin de les consulter plus facilement.)

     

    Les anciennes arènes romaines - 2

    Réhabilitation du site et archéologie (1987à 2005)

     

    Photo-04 : Recherche du sol d'origine de la galerie antique

    Photo-4.jpg

    Archéologue technicien de l'A.F.A.N en cours du dégagement des différentes strates de remblais de terre hétérogènes et superposés couvrant le sol de la galerie antique. Le plus ancien niveau de circulation sera péniblement atteint une quarantaine de centimètres plus bas malgré les infiltrations pluviales.
    Ce sol antique ayant pourtant longuement subit le passage d'une foule d'individus, ne fournira étonnamment que de rares fragments de céramiques, d'éléments ou d'objets antiques identifiables.

     

    Photo-05 : Extension de la fouille et constat du pillage du bâti antique

    Photo-5.jpg

    Le dégagement de cette zone met en évidence la démolition et le dépouillement organisé postérieurement, total ou partiel, des structures antiques à l'abandon définitif de l'amphithéâtre romain pour des raisons inconnues.

     

     Photo-06 : Paroi antique ou réaménagement postérieur ?

    Photo-6.jpg

    Vestige d'une paroi du monument antique d'origine ou réemploi de matériaux récupérés pour un aménagement postérieur (?)
    Cette base de mur rencontrée dans une cave voûtée s'ouvrant au nord de l'arène, elle même, a été utilisée comme soutènement de l'immeuble de l'Hôtel de La Mercy. Cette solide construction repose sur une fondation de galets informels liés au mortier et partiellement superposée d'une enfilade de gros blocs de calcaire (Opus quadratum), eux mêmes rehaussés de plusieurs rangs de petits moellons de calcaire rectangulaires (opus vittatum) assemblés et jointés à la chaux.

     

    Photo-07

     

    Photo-7.jpg

    Photo-07 : Montre l'état général des vestiges de l'amphithéâtre antique dessinés en 1628 par Rulman et Barral, architectes antiquaires mandatés par le roi de France pour inventorier les vestiges antiques ou exceptionnels existants dans les provinces du royaume dont notamment ceux situés en Languedoc.


    La présence de l'amphithéâtre ou des arènes romaines dans le bourg Saint Jacques, (Section LX du cadastre actuel de Béziers), est connue depuis plusieurs siècles ainsi que ses lignes générales classiques qui sont absolument conforment aux règles architecturales romaines de l'antiquité (Dixit C. Olive, D.R.A.C.- S.R.A.)


    Les éléments structurels présentés sur ce superbe croquis sont tous analogues et conformes à ceux observés et vérifiés postérieurement lors des interventions réalisées sur ce grand édifice romain depuis 1991.


    On remarquera plus particulièrement les bases de pilastres dessinées sur ce document du XVIIéme siècle qui correspondent exactement à la seule et unique base de pilastre rescapée, découverte fortuitement en 1990 sous la place du Cirque, enfouie au dessous d'un monceau de ruines et de gravats probablement abandonné sur place lors du démantèlement et de la récupération totale ou partielle des pierres de l'édifice romain représentant une certaine valeur marchande ou économique.

     

     Photo-08

    Photo-8.jpg

    Photo-08 : En été 1990 un suivi de travaux de la Lyonnaise des Eaux intervenant sur les réseaux souterrains parcourant le sous sol de la Place du Cirque est gratifié par la mise à jour, aux environs de -160/-200 cm de profondeur, d'un entassement de gravats, de galets, de nodules de chaux et de moellons de calcaire provenant du démontage ancien du monument antique. Celui-ci sera à moitié dégagé mais mettra en évidence, sur moins de 2 m de longueur et une largeur incertaine, la base d'une section de paroi intérieure, coté est, de l'ambulacre elliptique parcourant autrefois tout le rez de chaussée de l'amphithéâtre.


    Cette portion de mur, haute de quelques 60/80 cm, est construite en petit appareil de calcaire (Opus vittatum) aux joints de chaux ferrés et peints en rouge. Elle forme un angle droit avec une seconde section de mur quasi-écroulé indiquant la proximité de l'embrasure d'un ancien couloir de vomitoire transversal ayant permis un accès aux étages supérieurs et aux gradins.


    Localisé vers environ -230 cm sous le niveau de la place actuelle, l'angle de jonction de ces deux murs ruinés se signale par l'assise carrée et massive, en calcaire monolithe, d'une grosse base de pilastre, restée miraculeusement en situation et portant sur trois de ses cotés plusieurs rangs superposés de moulures en cordon. Exacte réplique des bases de pilastres représentées en 1628, elle est posée sur une épaisse dalle de calcaire carrée fixée sur un sol en béton de tuileau portant des traces d'usures laissées par de nombreux passages de piétons.

     

    Photo-09 : Traces d'habitations rudimentaires médiévales

    Photo-9.jpg

    Photo-09 : Cliché exposant l'extension de la surface des fouilles accolée à l'est des ruines de vomitoires récemment mis à jour et à l'arrière de la bordure sud de l'arène, effectuée pour une appréciation des risques de possibles autres vestiges antiques éventuellement enfouis dans ce secteur bouleversé et encore inobservé.


    Dans ce secteur, il sera constaté une absence totale de restes de constructions antiques incluant une importante partie du mur podium qui pourrait confirmer un pillage organisé méticuleusement sur le monument romain après son abandon présumé autour de la seconde moitié du IIIéme siècle après J.C.


    Le retrait de 150 à 200 cm de remblais, plus ou moins anciens, révélera des stigmates de murs agencés avec des galets et des fragments ou éclats de calcaire liés avec de l'argile et associés à des armatures de cloisons en torchis indiquant une petite concentration d'humbles habitations, d'enclos, d'ateliers, de fosses ainsi que des petits fours à céramique et de métallurgie effondrés sur place.


    **Notes : Ces indices de bâtis rudimentaires laissent entrevoir plusieurs périodes d'occupations épisodiques du haut moyen-âge, regroupant, peut être, un petit nombre d'artisans et leurs familles, mais ne fourniront que peu d'indice permettant d'obtenir une chronologie fiable et des précisions sur les occupants de cette zone.

    à suivre ...

  • Les doublons de l’Etat en région épinglés par la Cour des comptes

     

    Préfecture.jpg

    Les Sages de la rue Cambon pointent les lacunes du transfert des compétences aux collectivités territoriales dans un rapport rendu lundi 11 décembre sur les “services déconcentrés de l’État”. La Cour des comptes critique les nombreuses structures en doublons et invite l'Etat à clarifier ses missions.

    Un gros coup de balai à mettre dans le mille-feuilles territorial… c’est ce qui ressort des recommandations du rapport rendu lundi 11 décembre par la Cour des comptes sur les services déconcentrés de l’État. Dans ces 270 pages, les Sages de l'institution fustigent l’Etat qui persiste à “vouloir conserver une présence et un rôle" dans des domaines qu’il a pourtant confiés aux collectivités, engendrant doublons de structures et gaspillages de moyens. Logement, routes, jeunesse, tourisme, formation, activités sportives... la liste dressée par les magistrats de compétences où coexistent des offices locaux et publics est longue. En matière de logement par exemple, le nombre élevé d’administrations déconcentrées de l’État - Préfectures, DREAL, DRJSCS, DDTM, DDCSPP, ARS - recensés par la Cour des comptes font ainsi doublons avec les acteurs locaux. Une confusion des rôles qui nuit à l'efficacité des moyens alloués au service rendu, comme l’ont constaté les magistrats pour la dégradation des routes nationales.

    Le rapport pointe également la mauvaise répartition des services et des effectifs dans les régions. Ainsi malgré la réforme territoriale, les sites des anciens chefs-lieux des régions fusionnées ont été conservés et aucune mutation géographique n’a été imposée aux agents publics. Dans les DRAAF (Direction régionale de l’agriculture, de l’alimentation, et de la forêt) des régions fusionnées, “la quasi-totalité des chefs de service et leurs seconds doivent gérer des équipes réparties entre plusieurs sites éloignés de 100 à 300 km et comptant souvent moins d’une dizaine de personnes dans chaque site”, souligne la Cour des comptes. Quant aux universités, de nouveaux postes de recteurs de grande région ont été créés sans supprimer les anciens… En égrenant 48 recommandations, les sages de la rue Cambon appellent l’Etat à clarifier ses missions et à revoir en profondeur son organisation territoriale.

  • Bruno Mégret : "La question identitaire et la question européenne sont désormais liées"

    Europe.jpg

    Maigret.jpgLors de l'édition 2017 du Forum de la dissidence, Bruno Mégret a développé un discours novateur sur la politique européenne en essayant de proposer une troisième voie entre l'européisme fédéraliste ambiant et le souverainisme intégral. Une position qu'il avait déjà défendue en 2005 au MNR. Extrait :

    "(...) Si la droite, que dis-je, si les droites françaises sont en ruine, alors un grand travail de refondation est maintenant à réaliser. Et ce travail voyez-vous, il ne passe pas d’abord par la rénovation des appareils, par des manœuvres de personnes ou des regroupements de circonstances. Il passe par les idées. C’est par les idées que les uns et les autres ont échoué. Et c’est par les idées que la droite se relèvera. Car il est aujourd’hui nécessaire de sortir des habitudes idéologiques et programmatiques qui ont été celles des partis de droite au cours des dernières années. Non pas bien sûr pour mettre en cause nos valeurs et nos convictions, mais pour les adapter au monde d’aujourd’hui, pour montrer qu’elles sont plus que jamais d’actualité et que, si nous les défendons depuis longtemps, elles sont plus neuves que jamais (...)

    La position des Républicains était de soutenir l’Europe de Bruxelles, conformément aux injonctions du système. La position du Front National était d’en sortir conformément à ses principes souverainistes. Or, ces deux options sont des impasses et l’électorat l’a senti confusément qui les a rejetées l’une comme l’autre. Et ce double refus, celui de l’Europe bruxelloise comme celui de la sortie de l’Europe, nous amène, me semble-t-il au cœur des enjeux d’aujourd’hui. Car je suis convaincu que la question européenne est désormais la pierre angulaire du renouveau de la droite. Pourquoi ? Pour une raison fondamentale. Parce que la question identitaire et la question européenne sont désormais liées. Aujourd’hui on ne peut plus les séparer. Et quand on les sépare, ça ne marche pas ! Bruxelles qui prétend unir l’Europe mais qui refuse de défendre nos identités, ça ne marche pas. Le FN, qui prétend défendre nos identités et qui tourne le dos à l’Europe, ça ne marche pas non plus. Et il y a à ceci une explication simple : notre identité est nationale mais aussi civilisationnelle et notre civilisation est européenne ! (...)

    Une réalité que l’on côtoie tous les jours avec l’immigration par exemple. Car cette immigration massive et incontrôlée qui déferle sur notre sol et qui compromet notre identité, c’est à un antagonisme de civilisation qu’elle conduit. Le problème ne vient pas de la nationalité des migrants ou de celle des populations chez qui ils s’installent. Peu importe que ce soient des Tunisiens, des Turcs ou des Soudanais ! Peu importe qu’ils se rendent en France, en Allemagne ou en Italie ! Le problème vient de ce qu’ils appartiennent à la civilisation islamique ou africaine et qu’ils s’implantent dans des pays de civilisation européenne et chrétienne !

    Et cette réalité, chacun la vit au quotidien. Car ces migrants qui nous imposent leur présence quasiment de force, nous sont totalement étrangers. Avec eux, nous ne partageons rien, nous n’avons pas la même religion, ni les mêmes racines, ni les mêmes valeurs, ni le même mode de vie. Une configuration qui crée sur notre sol un antagonisme civilisationnel, un choc des civilisations entre la nôtre et la leur (...)

    Qu’est-ce que le terrorisme islamique, sinon l’une des formes les plus violentes du choc des civilisations ? Et qu’est-ce que la concurrence sauvage que nous impose la Chine si ce n’est une guerre économique sans merci et une autre forme également agressive du choc de civilisation ? (...) La plupart des maux que nous endurons viennent de l’agression que subit notre civilisation sur notre sol comme à l’échelle du monde. Une agression d’autant plus dommageable que nos dirigeants semblent l’ignorer complètement. Ils l’ignorent s’agissant de l’immigration. Ils l’ignorent s’agissant du terrorisme islamique. Ils l’ignorent s’agissant de la guerre économique. Ils l’ignorent s’agissant des antagonismes géopolitiques. Résultat : dans ce monde multipolaire et dangereux, l’Europe reste là, faible, décadente et divisée. Politiquement éparpillée, sans force armée conséquente, progressivement dépossédée de son appareil industriel, rongée par la haine d’elle-même et la repentance, elle ne se préoccupe que de moralisme et de bien-pensance. Et comment en serait-il autrement, avec des dirigeants qui réduisent l’identité de l’Europe à de prétendues valeurs comme le refus des discriminations ou le vivre ensemble ? (...)

    Et pour ouvrir cette voie, il faut répondre à deux impératifs.

    Le premier est d’ordre idéologique et concerne notre identité.Avec cette affirmation fondamentale que notre identité n’est pas seulement nationale, elle est civilisationnelle. Elle n’est pas seulement française, elle est européenne (...) Dans cet esprit il faut maintenant militer, au-delà de la préférence nationale, pour une préférence civilisationnelle qui donne la priorité aux nationaux mais aussi aux Européens. Il faut également, au-delà du patriotisme français, œuvrer à l’émergence d’un patriotisme européen qui en plus de la fierté nationale exalte aussi celle d’appartenir à notre civilisation européenne et chrétienne (...)

    Il faut ériger l’Europe en un pôle de puissance ! (...) Cela veut dire qu’il faut créer une Union nouvelle, radicalement différente de l’organisation bruxelloise. Une Europe qui rendrait aux États l’essentiel de leurs prérogatives ordinaires et qui se libérerait de toutes les structures bureaucratiques de Bruxelles. Une nouvelle Europe qui serait dirigée, selon le principe confédéral, par les seuls États membres et qui, forte de cette direction allégée, transparente et respectueuse des nations, se consacrerait exclusivement à l’essentiel, c’est-à-dire à l’identité, à l’indépendance et à la puissance collective des peuples européens.

    Cette Europe-là aurait pour mission de protéger ses frontières et de stopper l’immigration, de réguler les échanges économiques avec le reste du monde et de réindustrialiser le continent, de faire de l’euro une monnaie de change et de réserve qui serve l’Europe comme le dollar sert les États-Unis. Cette nouvelle Union serait aussi dotée d’une Alliance militaire européenne qui libèrerait l’Europe de l’Otan et de la tutelle américaine. Car il s’agirait dorénavant de traiter d’égal à égal avec les États-Unis et de nouer une alliance stratégique avec la Russie. Bref, il s’agirait de rendre à notre civilisation son autonomie, sa force et son rayonnement (...)

    Avec cette ligne politique la droite réconcilierait construction européenne et défense de notre identité. Pour la première fois elle aurait un projet qui s’enracinerait dans la fidélité à nos valeurs mais qui, dans le même temps, répondrait aux réalités du monde aujourd’hui. Le projet d’Europe puissance, c’est pour la droite la synthèse féconde entre tradition et modernité (...) Avec cette ligne civilisationnelle et européenne, la droite trouverait la crédibilité gouvernementale et le positionnement à la fois moderne et antisystème qui lui sont nécessaires pour répondre aux défis du siècle. Elle pourrait alors retrouver une dynamique de succès et assurer enfin sa mission au service de notre peuple et de notre civilisation (...)

    Cela étant dit, j’entends déjà l’objection : tout ça c’est bien beau mais ce projet, c’est impossible. Eh bien non, ce n’est pas impossible, c’est nécessaire ! Et si c’est nécessaire, il y a une voie pour le rendre possible et, je vous l’affirme, cette voie existe. D’abord si ce projet paraît impossible, c’est uniquement parce que tout le monde le considère comme tel. Et cette unanimité n’est pas un hasard, elle a été forgée par le Système. Le Système qui naturellement est foncièrement hostile à l’Europe puissance. Et il a si bien réussi à l’occulter que personne ne le propose. Selon la pensée unique, il n’y aurait en effet qu’une seule alternative : ou on soutient l’Europe de Bruxelles ou on milite pour la sortie de l’Union.

    Mais la réalité c’est précisément qu’il y a une autre voie qu’il nous faut maintenant faire connaître. Et telle devrait être la démarche de la droite : il faut qu’elle se fasse le héraut de cette Europe puissance. En politique, avant de se concrétiser, un projet doit d’abord exister par le verbe. La droite doit donc porter cette ligne politique nouvelle et en assurer la promotion.

    Aujourd’hui la droite, qu’elle soit républicaine ou nationale, est en plein désarroi et s’enlise dans les questions du quotidien et les débats politiciens. Si elle veut se relever, elle doit entreprendre une grande rénovation idéologique et, dans la fidélité à nos valeurs, elle doit porter une vision d’avenir pour notre civilisation. En clair, le moment est venu pour elle de faire bouger les lignes et d’incarner ce projet identitaire européen (...) nous sommes à la croisée des chemins : ce sera le déclin ou le renouveau. Et le renouveau c’est le projet d’Europe puissance, celui qui sauvera notre identité et nos valeurs, celui qui redonnera à notre civilisation sa place dans l’histoire et dans le monde."

  • Une droite en recomposition

     

    Leclerc G..jpg

    Par Gérard Leclerc

    La France Catholique

    L’étonnante victoire d’Emmanuel Macron doit-elle être interprétée à l’aune d’un progressisme revivifié, ou comme le veut le politologue Philippe Raynaud [1], d’un centrisme enfin assumé au sein de la Ve République ? Ce n’est qu’à l’épreuve du temps que pourra se confirmer la volonté de dessiner une voie originale, qui concilie «  en même temps  » des inclinations contrastées. Ce qui est sûr, c’est que la droite et la gauche, qui ont assumé alternativement le pouvoir depuis 1958, se trouvent l’une et l’autre «  à la ramasse  » et dans la nécessité d’une refondation. Du côté socialiste, cette refondation est d’autant plus problématique qu’aucun leader n’apparaît encore sur la scène publique, capable de fédérer les énergies et d’apporter une impulsion idéologique pour marquer un espace de gauche entre le réformisme macronien et le gauchisme mélenchoniste. La droite a trouvé, elle, en la personne de Laurent Wauquiez un authentique chef de file, en dépit de l’opposition directe des principales figures de l’ancienne UMP juppéiste. Mais la volonté farouche de se revendiquer d’une droite décomplexée n’est pas indemne d’ambiguïtés intellectuelles et de difficultés stratégiques.

    Le principal reproche adressé au nouveau président des Républicains consiste dans la proximité de sa thématique avec celle du Front national. Son insistance sur l’angoisse identitaire, ses réserves prononcées sur le fonctionnement des institutions européennes, et plus encore son inflexibilité sur les flux migratoires le placeraient sur le même terrain que Marine Le Pen, dans une sorte de rivalité directe. L’objection est d’autant plus recevable que la dirigeante du Front national est elle-même dans un processus de refondation de son parti, pour parachever sa rupture avec l’extrémisme provocateur de son père et passer d’une posture contestataire à une position d’accession aux responsabilités. L’échec cuisant du face-à-face avec Emmanuel Macron entre les deux tours de la présidentielle a imposé la nécessité d’une métamorphose décisive, qui place le Front national dans une situation stratégique où il ne peut que disputer le leadership de la droite aux Républicains. Sauf à envisager une alliance avec eux, qui apparaît d’autant plus improbable que Laurent Wauquiez y perdrait toute chance d’affirmer son orthodoxie farouche.

    Le fait de ne pas être aux affaires du pays laisse plus de possibilité de redéfinition intellectuelle, le pouvoir obligeant le plus souvent à privilégier le pragmatisme face aux problèmes concrets à résoudre dans l’urgence. La droite est-elle disposée à se remettre en cause, en participant notamment à la réflexion de tout un secteur en effervescence, où s’affirment singulièrement les jeunes talents ?

    La Manif pour tous, de ce point de vue, a constitué un choc moral qui a désinhibé une pensée, jusqu’ici interdite d’expression publique du fait d’une hégémonie de gauche, singulièrement de ce que Jean-Pierre Le Goff appelle «  le gauchisme culturel  », tel qu’il s’est façonné depuis 1968. Cette effervescence se manifeste de diverses manières, dans des cercles de pensée, dans des publications périodiques, dans des ouvrages qui révèlent des personnalités. C’est à un point tel qu’on a pu dire que le mouvement des idées en France, défini par Albert Thibaudet (comme «  sinistrogyre  », c’est-à-dire inéluctablement tiré vers la gauche) s’était inversé pour devenir «  dextrogyre  ».

    Quoi qu’il en soit, une des manifestations de cette tendance dextrogyre, s’est traduite dans la publication d’un Dictionnaire du conservatisme [2], qui a le mérite d’approfondir une pensée de droite, au-delà des clichés et des stigmatisations. Le principal avantage d’une telle entreprise est de montrer, en effet, la complexité d’une histoire qui ne se ramène pas aux réflexes primaires que l’on reproche aux adversaires prétendus du progrès. Y a-t-il un raccord possible entre cette réflexion dévolue aux spécialistes proches des cercles universitaires ou familiers de certains cénacles avec le monde de la politique pratique ? Oui, sans doute, mais il n’est pas totalement avéré. Dans la vaste recomposition actuelle, il reste une hypothèse qui pourrait prendre corps.

    [1] Philippe Raynaud, Une révolution bien tempérée, DDB, 200 pages, 16,90 €.

    [2Dictionnaire du conservatisme, sous la direction de Christophe Boutin, Frédéric Rouvillois, Olivier Dard, Cerf, 1 072 pages, 30 €.

  • La Nouvelle Revue de Presse

     Images7.jpg

    Valras-cancer.JPG

    1-Bande verte.jpg

    Valras-Maquette.JPG

    1-Bande verte.jpg

    Voeux-1.JPG

    Voeux-4.JPG

    Voeux-2.JPG

    Voeux-3.JPG

    1-Bande verte.jpg

    Police-1.JPG

    Police-5.JPG

    Police-2.JPG

    Police-3.JPG

    Police-4.JPG

    1-Bande verte.jpg

    Marché-La Deveze.JPG

    1-Bande verte.jpg

    Moustique-1.JPG

    Moustique-4.JPG

    Moustique-1-1.JPG

    Moustique-1-2.JPG

    Moustique-3.JPG

    1-Bande verte.jpg

    Maroc : Les antennes paraboliques

    sur les façades des bâtiments désormais interdites

    Antennes.jpg

    Un décret qui vient d'être publié au bulletin officiel du 1er janvier (n°6635) interdit l'installation des antennes paraboliques sur les façades et les balcons des bâtiments.

    Fixant les conditions de la copropriété, le décret sur le statut de la copropriété des immeubles bâtis interdit dans son article 13 l'installation des différents appareils, dont les climatiseurs et les paraboles sur les façades des bâtiments.

    L'article 11 dudit décret, dont la mise en œuvre est attribuée au ministère de l'Aménagement du territoire national, de l'urbanisme, de l'habitat et de la politique de la ville, interdit les tâches ménagères, tels que le dépoussiérage des tapis sur les terrasses ou dans les couloirs. Tandis que l'article 12 du même décret relatif aux règles de santé et d'hygiène souligne la nécessité de respecter les espaces verts et les règles d'hygiène.

    Figurent également parmi les conditions de la copropriété, l'interdiction du lavage des voitures, l'usage des klaxons dans les lieux communs et l'évacuation des couloirs et des entrées, consacrés uniquement aux piétons.

    Concernant les animaux domestiques, l'article 19 interdit la possession d'animaux dangereux qui troublent la quiétude, la propreté et la sécurité des habitants.

    Le360

  • Clinton, Obama et le parti démocrate ont mis l’équipe Trump sur écoute

    Trump-Dreuz-2.jpg

    Après l’explosive publication, vendredi 2 février, du mémo du Congrès révélant comment Obama a fait mettre Donald Trump sur écoute durant la campagne présidentielle, mémo que je déplore d’avoir été le seul journaliste à traduire, parce que les lecteurs de Dreuz info sont avides de vérité, la puanteur du marécage de Washington est remontée à la surface, et un tremblement de terre a commencé à secouer nos institutions, malgré le déni et les cris de vierges effarouchées de la presse.

    Le mémo le FBI et le département de la Justice de l’administration Obama de corruption et de grave délit pénal pour avoir détourné la loi FISA (qui permet au FBI d’obtenir d’un tribunal secret la possibilité d’espionner un citoyen américain soupçonné d’espionnage), et mis la campagne de Trump, en la personne de Carter Page, sur écoute de ses communications téléphoniques, de ses emails, SMS et toutes ses communications électroniques, en présentant aux juges un faux dossier de collusion entre Trump et les Russes secrètement financé par Hillary Clinton et le parti Démocrate.

    Les journalistes américains, quasiment tous de gauche, ont évoqué pendant 10 jours, la gorge serrée et le ton menaçant, la probable parution du mémo.

    Devin Nunès : « En résumé, le FBI a déclenché une enquête de contre-espionnage contre la campagne Trump durant l’élection de 2016 »

    Le mémo a été rendu public, et je me devais de vous tenir informé, vu la gravité de ce scandale, des derniers développements, et apporter quelques commentaires.

    • Premier fait très important, je veux rappeler ici que Sara Carter et John Sullivan, les formidables journalistes d’investigation dont je vous parle depuis plusieurs mois et qui sont à l’origine de la découverte du scandale, ont révélé l’affaire du détournement du FISA le 8 mars 2017, il y a presque un an. Aucun média n’a voulu alors enquêter, car les journalistes sont presque tous de gauche, activistes de gauche pourrait-on ajouter sans risque excessif, et ils protègent les leurs impliqués dans les scandales, c’est la nouvelle façon de faire leur métier.
    • Second fait important, Sara Carter a déclaré hier soir que les révélations du mémo ne couvrent que 10% du scandale, et que le meilleur est à venir.
    • Devin Nunès, le président de la Commission d’enquête du Congrès qui a mené l’enquête, vient de déclarer, après avoir rendu public le mémo accusateur, que la gauche et les médias inventent des rumeurs pour discréditer le dossier, par exemple le fait que sa commission aurait volontairement ignoré des documents embarrassants.
    • Nunès a indiqué, contrairement à la propagande avancée par la presse, qu’il est tout à fait disposé à rendre publique la version préparée par les Démocrates d’un mémo sur le même sujet, tout en précisant que ce mémo ne vient pas « d’intervenants honnêtes », car ce sont ces mêmes Démocrates qui ont d’abord refusé de lancer une enquête sur l’abus de la loi FISA par le FBI, puis qui ont tenté de bloquer les réquisitions de documents de la commission d’enquête faite au département de la Justice, et qui ont tenté d’empêcher la commission de se procurer les archives et les relevés bancaires de Fusion GPS qui ont permis de voir que Clinton et le parti Démocrate ont financé le dossier sur la Russie.
    • Nunès a totalement rejeté l’affirmation de la gauche que le FBI aurait signalé à la Cour secrète que le dossier Steele utilisé pour obtenir la mise sur écoute a été financé par Hillary Clinton. « Si le FBI avait dit au juge que le dossier sur lequel il s’appuie pour demander d’espionner Trump avait été financé par Clinton », explique Nunès, « le juge n’aurait évidemment jamais autorisé le FBI à mettre Trump sur écoute ».
    • Devin Nunès, pour décrire le mémo, a déclaré qu’en résumé, « le FBI a déclenché une enquête de contre-espionnage contre la campagne Trump durant l’élection de 2016 ».
    • Le contenu du mémo montre que le FBI a menti lorsqu’il a dit que la publication du mémo met en danger la sécurité nationale : vous l’avez lu comme moi, et avez constaté comme moi, que rien dans ce rapport ne met en danger la sécurité nationale ni celle de ma grand-tante du Colorado ou de son caniche.
    • Le FBI a ensuite demandé que le nom des personnes citées dans le mémo soit caviardé. Dans quel but ? En quoi pouvons-nous profiter du fait que les noms des personnes impliquées dans la corruption nous soient cachés ? La réponse, que nous connaissons maintenant, est que les dirigeants du FBI et du département de la Justice qui ont demandé au Congrès de cacher les noms, sont précisément les personnes dont les noms sont cités : ce ne sont pas les citoyens américains que le FBI a voulu protéger, mais lui-même.
    • Suite à la publication du mémo, des législateurs ont demandé que des dirigeants du FBI et du département de la Justice soient mis en accusation pour trahison. Jeff Sessions, le secrétaire d’Etat à la Justice qui vit la plupart du temps tremblant et caché sous son bureau, examine sérieusement ces demandes (et je préfère à tout choisir un ministre poltron qu’un corrompu comme ses deux prédécesseurs nommés par Obama).
    • La Maison-Blanche a demandé au département de la Justice d’annuler les poursuites judiciaires contre Paul Manafort, ex-directeur de campagne de Trump mis en accusation pour fraude fiscale par Robert Mueller, puisque la base de la commission d’enquête sur le dossier russe est entachée d’illégalité. Une demande similaire concernant Michael Flynn, l’ex-conseiller politique étrangère de Trump, également inculpé par Mueller pour avoir donné au FBI deux versions différentes d’une rencontre banale avec les Russes, devrait suivre.
    • Ce samedi, un des directeurs du FBI a donné sa démission au prétexte de « l’agression acharnée contre le FBI à des fins politiques ». Retenez son nom : Josh Campbell. Je ne serais pas excessivement étonné d’apprendre qu’il pourrait bien apparaître dans la seconde partie du volet de la commission d’enquête du Congrès– car l’enquête n’en est qu’à ses débuts.
    • Le 10 janvier dernier, le sous-directeur du département de la Justice Rod Rosenstein, qui est déjà mal en point car mis en cause dans le mémo, a utilisé le pouvoir de son bureau pour faire chanter et menacer d’assigner à comparaître les membres de la commission d’enquête du Congrès, afin d’obtenir qu’ils arrêtent leur enquête sur le ministère de la Justice et le FBI. Il s’agit d’un abus de pouvoir et d’une obstruction. Bien entendu, ce volet n’intéresse pas les médias, qui pour Trump se disent scandalisés qu’il ait pu faire obstruction à la justice : si la gauche n’avait pas deux poids deux mesures, elle n’aurait ni poids ni mesure.
    • Le même jour où le Président Trump a autorisé la publication du mémo, un juge fédéral a interdit la divulgation aux membres de la commission d’enquête du Congrès des notes de l’ex-directeur du FBI James Comey, qui se trouve au centre du scandale.
    • La semaine dernière, une silhouette trouble liée aux Clinton est soudainement apparue dans le dossier russe, au travers d’une liste de 40 noms communiquée à la commission d’enquête du Congrès. Il s’agit de Cody Shearer, un proche de Bill et Hillary Clinton, et collègue de travail du farouche défenseur des Clinton Sidney Blumenthal. Selon The Guardian, Shearer aurait lui aussi rédiger sa version d’un dossier de collusion entre Trump et la Russie, ce qui laisse supposer, si les révélations du Guardian se confirment, que le FBI a enquêté sur la base de deux dossiers et non un, rédigés sous l’impulsion d’Hillary Clinton (source : Washington Times.com).

    Conclusion

    1. Adam Schiff, le principal Démocrate de la commission d’enquête, est à lui seul l’auteur de la plupart des intox concernant le mémo. Il a successivement déclaré que,
      1. le mémo, s’il était publié, mettrait en danger la sécurité nationale. Nous l’avons tous lu, et nous pouvons constater que ce n’est pas du tout le cas.
      2. Il a dit ensuite, pour justifier qu’on ne le publie pas, qu’il contenait des sources et des méthodes qui ne pouvaient pas être divulguées. Sa lecture montre clairement qu’il mentait.
      3. Il a dit que le mémo avait subi des modifications matérielles. Ce n’était pas vrai non plus.
      4. À maintes reprises, Schiff a alimenté les médias avec ses Fake news, et ces derniers les ont allègrement repris sans la moindre vérification.
    2. La semaine dernière, les médias étaient vent debout pour exiger que le mémo ne soit pas publié, arguant qu’il mettait en danger la démocratie, la Constitution, les administrations, et la sécurité nationale. Aujourd’hui que le mémo est publié, les mêmes médias affirment que le mémo est vide, que c’est du vent et qu’il ne contient rien d’intéressant.
    3. Il y a bien eu interférence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016– mais ce n’est pas Donald Trump qui en a profité et mérite d’être sur le banc des accusés, mais Hillary Clinton. Ce sont les Russes qui ont fourni à Christopher Steele la propagande qui lui a permis de fabriquer son dossier pour Fusion GPS payé par la campagne Clinton et le parti Démocrate. C’est le dossier Steele qui a servi à accuser Trump de collusion avec la Russie, et c’est donc Clinton qui est coupable de collusion avec les Russes pour remporter la présidentielle– précisément ce dont Trump est accusé depuis un an– (notez qu’à ce jour, personne n’a présenté la plus petite preuve de collusion ou d’obstruction contre Trump).
    4. En réalité, et ceci a été confirmé il y a deux mois lorsque Facebook a examiné les publicités diffusées et payées par des officines russes durant la campagne américaine, les Russes sont intervenus dans l’élection de 2016, mais ils se contre-fichaient de savoir qui serait le prochain président américain. Ce qu’ils voulaient, et qu’ils ont parfaitement réussi je dois le reconnaître, c’était déstabiliser l’Amérique, secouer nos fondements démocratiques, et nous faire perdre confiance dans nos institutions. En ce sens– et je le déplore– ils ont réussi à détruire la réputation du FBI, l’un des corps en lequel nous avions une grande confiance. En même temps, les Russes nous ont rendu un immense service sans le vouloir, en exposant au grand jour la façon dont Barack Obama, en bon agitateur gauchiste formé par l’idéologue extrémiste Saul Alinsky, a perverti son administration comme jamais l’Amérique ne l’a connu, et ce pour atteindre des objectifs politiques et détruire l’opposition – un procédé hérité des régimes communistes et de leurs polices politiques.
    5. La prochaine phase de l’enquête du Congrès, a déclaré Nunès, sera le département d’État : tout doucement, le scandale se rapproche de Barack Obama.

    Phil Mudd, un ancien responsable de la lutte antiterroriste de la CIA, a menacé Trump hier sur CNN :

     » Les agents du FBI sont remontés et ils vont dire à Trump : ‘Vous êtes là depuis 13 mois. On est là depuis 1908’. Je sais comment ce jeu va se jouer. Nous allons gagner. »

    Chuck Schumer, le chef de file du parti Démocrate, a également menacé la commission d’enquête du Congrès, sur MSNBC :

    « Laissez-moi vous dire, si vous vous en prenez à la communauté du renseignement, ils ont six façons de se venger ».

    John Latimer, journaliste, a violemment attaqué sa consœur Sara Carter, parce qu’elle est à l’origine de la révélation du scandale :

    « Vous vous dites juste et honnête ? Vous n’avez plus de crédibilité pour produire de rapports sur cette Administration. Allez vous asseoir au dernier rang. Ecrivez des articles sur les courses de voiture ou les chiens écrasés, parce que vous êtes maintenant la définition de #FakeNews. »

    La gauche a une longue tradition de défense des droits civiques et de la vie privée contre les pouvoirs excessifs du gouvernement. Elle a toujours honoré les lanceurs d’alerte qui dénoncent la corruption. Elle a dénoncé avec force les écoutes de la NSA, et applaudit Edward Snowden lorsqu’il a mis sa liberté en danger pour les exposer. Elle a manifesté contre l’installation des premières caméras de surveillance dans les villes. Elle a réclamé plus de transparence pour plus de démocratie. Elle a demandé, dans le dossier d’accusation de Trump, que toute la lumière soit faite sur ses liens avec la Russie au motif que « le public a le droit de savoir ».

    Dans le cas présent, c’est le Président américain et non les journalistes qui a demandé à rendre public le rapport confidentiel de la commission d’enquête du Congrès, et c’est la gauche, assistée de sa chambre d’écho médiatique, qui a hurlé pour qu’il ne soit pas publié.

    L’histoire nous a constamment appris que chaque fois qu’un président est impliqué dans une affaire difficile ou un scandale, le gouvernement fait tout son possible pour bloquer la divulgation des faits – pas les médias.

    Il y a tout juste un an, le Washington Post, qui mène avec CNN et le New York Times le combat pour détruire Donald Trump, adoptait un nouveau et magnifique slogan : « Avec l’obscurité, la démocratie meurt ». Et c’est le Washington Post qui a demandé que le mémo ne soit pas publié.

    De toute évidence, la gauche aime cette obscurité, elle ne veut pas de transparence, lorsqu’elle peut révéler ses vices et sa perversion.

    La gauche, comme le poisson, pourrit par la tête. Et là, qu’est-ce qu’elle pue !

    © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info

  • Suite au Brexit, faisons du français la langue commune de l'Union européenne

    Académie française.jpg

     5 questions du Salon beige à Arnaud-Aaron Upinsky, Président de l’Union nationale des Ecrivains de France (UNIEF)

    Upinsky Arnaud-Aaron.jpg1) Vous proposez de profiter du Brexit pour faire du français la langue de l’Europe. Pourquoi ?

    Mon appel du 20 novembre 2017 au Président Macron, Protecteur de l’Académie française, pour qu’il engage la « Reconnaissance du français comme la langue commune de l’Europe », est parti de trois constats :

    1. De son Discours de la Sorbonne du 26 sept. 2017 : « Pour une Europe souveraine, unie, démocratique », visant à faire de l’Europe une Puissance ;

    2. Du « cri d’alarme[1] » que l’Académie française vient de lancer au monde dans sa déclaration du 26 octobre 2017 en déclarant : « la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui redevable devant les générations futures[2] » ;

    3.  Du Brexit faisant que l’anglais n’est plus une langue de l’Union européenne. Désormais l’Europe, la première puissance économique au monde, visant à cesser d’être un nain politique, ne saurait parler la langue du « concurrent » sans trahir son impuissance et son asservissement. « Unie » pour parler au monde d’une seule voix, elle doit nécessairement disposer de sa propre langue. A tous égards, le français, ce « latin des modernes » porteur du creuset grec, est la seule langue européenne à pouvoir remplir pleinement ce rôle de langue commune. « Contrairement à l’anglais [qui] n’est pas un outil de communication international fiable[3] ", le français possède les trois caractères du latin ayant permis à l’empire romain d’exercer un gouvernement international durable – économique, politique et spirituel –, sur des peuples les plus divers, en constituant une langue qui soit à la fois : "universelle, immuable, non vulgaire[4]" ». Ma lettre ouverte au Président Macron précise les trois leviers multiplicateurs de puissance que le français doit donner à l’Europe en termes :

    1. De « Rayonnement linguistique et culturel » pour permettre au marché européen de 510 millions de personnes de supplanter celui des 320 millions du marché américain ;

    2. De « Compétitivité Économique », en stimulant ses flux commerciaux d’environ 33 % ;

    3. De « Puissance politique ». Ce n’est pas l’épée, mais le Verbe qui est l’axe du monde ! Entre le « modèle européen » et le « modèle anglo-saxon », c’est une lutte à mort. Le « Softpower » anglo-saxon est en train d’imposer ses « standards » de prêt-à-penser au monde entier. « La Renaissance ou la mort de la langue française ! », il n’y a pas de troisième voie. La jeune génération est en train de passer à l’anglais et la seule manière de sauver le français est de lui offrir une sortie par le haut : en le faisant reconnaître comme la langue commune de l’Europe. Ce choix du français universel comme langue commune est également la seule manière de sauver l’Europe de son statut de nain politique ! Le Brexit est donc une chance historique « unique » à ne pas manquer !   

    2) Ne craignez-vous que cette proposition se heurte aux autres pays de l’Union, notamment ceux qui parlent une langue répandue dans le monde ?

    Au contraire. Il faut une langue commune « européenne » à l’Europe-Puissance, et l’anglais est désormais une langue étrangère. Quant à l’espagnol et à l’allemand, ils ne peuvent ni l’un ni l’autre rivaliser avec la langue française, langue diplomatique internationale par excellence qui fut, depuis le 17ème siècle, la langue commune naturelle de l’Europe : jusqu’au milieu de la construction européenne, avant de décliner après la rentrée de la Grande Bretagne en 1973. Parlée sur les cinq continents, elle est, après l’anglais, la langue la plus utilisée dans les organisations internationales, elle est une des trois langues de travail de l’union européenne, avec l’allemand et l’anglais ; elle est la plus claire et la plus prestigieuse, au point d’être la langue unique dans les délibérés de la Cour de justice européenne. Un des buts de notre pétition en ligne « Pour la reconnaissance du français comme langue commune de l’Europe ! » est précisément de manifester le soutien des autres pays européens. A l’inverse de vos craintes, nous avons actuellement plus de soutiens de la part des autres pays de l’Union européenne que des Français, avec en second les Espagnols dont pourtant la langue est quantitativement plus répandue dans le monde. Tous les Européens comprennent, notamment les Italiens envahis par l’anglais, que faire du français la langue commune de l’Europe est le seul moyen de mettre un coup d’arrêt au rouleau compresseur du « Tout-anglais » : de préserver la diversité et le génie propre de toutes les langues en Europe.

    3) De façon générale, la stratégie des défenseurs de la francophonie semblait plutôt, jusqu’ici, consister en une alliance avec d’autres espaces linguistiques pour éviter l’hégémonie de l’anglais. Vous opposez-vous à cette stratégie et, si oui, pourquoi ?

    Il n’y a pas de véritable stratégie des « défenseurs de la francophonie ». On juge un arbre à ses fruits. Lorsque l’État français a pris la tour Eiffel pour y illuminer son slogan en anglais pour les JO de Paris 2024, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) n’a rien dit. Seules trois associations de Défense de la langue française, dont la nôtre, sont allées au procès, en faisant disparaître le slogan anglais ! Qui dénonce la réduction des textes en français à 5 % à la Commission européenne ? Qui a dénoncé la non-réponse du Président de la République à l’appel solennel de l’Académie française, du 5 décembre 2013, lui demandant de faire de 2014 l’année de la « Reconquête de la langue française » ? Qui a demandé de mettre la langue française au cœur des Présidentielles 2017 ? Qui demande au chef de l’État de parler au monde en français et non en anglais ? Qui lui demande, aujourd’hui, de faire du français la langue de l’Europe et d’en faire la première langue véhiculaire internationale au monde ?     

    4) Le ministère russe des Affaires étrangères semble suivre avec intérêt votre démarche. Pouvez-vous nous en dire davantage sur la vision russe du sujet ?

    Ce sont les Russes qui, les premiers, après la publication de ma lettre au Président de la République,  m’ont demandé de publier  un entretien dans le magazine officiel (Interaffairs.ru) du chef de la Diplomatie russe, Sergueï Lavrov. Le titre choisi – « Le français doit devenir la langue intercommunautaire de l’Europe au grand dam de l’anglais » – fait apparaître d’évidence le remplacement de l’anglais par le français, à la tête de l’Union européenne, comme la « nouvelle » doctrine de la diplomatie russe. La raison géopolitique en est simple, comme l’a mis en lumière la Table ronde organisée, le 9 janvier 2017 à Paris, par le Mouvement européen, réunie sous le titre : « Relation Russie et UE ; je t’aime, moi non plus ? » Tandis que les Russes sont hostiles à 80 % à l’Union Européenne, ils sont fascinés par la France. Et la diplomatie russe, pour le tricentenaire du voyage de Pierre le Grand en France, voit donc dans l’adoption de la langue française comme langue commune de l’UE, le puissant levier de solidarité et de reconstruction de l’Europe, chère à De Gaulle, qui s’impose pour rétablir un langage « diplomatique » commun de l’Atlantique à l’Oural, sur la base culturelle d’une Civilisation partagée dont la France est la figure emblématique.

    5) Vous vous présentez une nouvelle fois à l’Académie française. Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle campagne ?

    C’est l’académicien Philippe Beaussant, Président de la Défense de la Langue française (DLF), mort à la tâche, qui m’a demandé de me présenter à l’Académie pour répondre à l’appel que M. Maurice Schumann avait lancé, le 30 janvier 1975, d’une totale actualité : « Le temps n’est plus où l’Académie française régnait sur un héritage. L’attrait du français est intact, son rayonnement et son cheminement sont contrariés. Il nous faut maintenant forger pour la défense et l’illustration de la langue les armes d’une vraie reconquête. » Mon objectif est d’appliquer le plan dont Philippe Beaussant m’a fait le légataire et dont j’ai exposé les grandes lignes dans ma lettre au Secrétaire perpétuel du 19 octobre 2016, sous le titre éloquent : Plan de bataille « A la reconquête de  langue française  » ! A ce jour, je suis le seul candidat ayant cette Reconquête pour objectif de campagne.

    [1] Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite « inclusive », du 26 octobre 2017.

    [2] Idem.  

    [3] L’anglais correct pour les nuls, Claude Raimond, First Editions, 2004, p. 25.

    [4] Le latin langue de l’Église, Bernadette Lécureur, Spses, 1964, p. 153.

  • I-Défense et illustration de notre patrimoine

    Anciennes arènes.jpg

    Nous avons l'immense plaisir de vous présenter une étude archéologique réalisée par notre ami Jean-Paul Wiegant, ancien responsable du service archéologique de la maie de Béziers.

    Cette étude fera l'objet de plusieurs publications, tant sont importants la documentation et les commentaires. Il est en effet indispensable d'en prendre connaissance avec soin et attention. Compte tenu de leur intérêt, ces différentes publications ne seront pas intégrées dans les envois hebdomadaires que nos lecteurs connaissent bien, mais feront l'objet de tirages à part.

    Trois sites de Béziers sont étudiés : les anciennes arènes, la place de la Citadelle et la basilique Saint Aphrodise. Chaque étude sera diffusée en huit publications environ chacune.

    (Cliquez sur les photos et images afin de les consulter plus facilement.)

     

    Les anciennes arènes romaines - 1

    Réhabilitation du site et archéologie (1987à 2005)

     

    Les indispensables interventions de sauvetage ou archéologiques menées sur les arènes romaines (l'Amphithéâtre) de Béziers et le quartier Saint-Jacques ont été réalisées dans le cadre du projet de mise en valeur des vestiges du monument romain, suivi de la restructuration du quartier en amont des travaux et, pour ce faire, il était nécessaire d'inventorier chronologiquement les structures caractéristiques existantes ou cachées du monument, dans un but de conservation et d'informations historiques supplémentaires.


    Ce travail sera réalisé en collaboration avec les architectes des Bâtiments de France et du Secteur Sauvegardé, la S.E.B.L.I. Des fouilles seront exécutées sous le contrôle de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (D.R.A.C.) - Service Régional de l'Archéologie du Languedoc-Roussillon (S.R.A.) et celui scientifique de Christian Olive, responsable du secteur de Béziers ouest pour l'état.


    Pour ce faire, C. Olive fera appel à l' Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales (A.F.A.N. qui deviendra l'I.N.R.A.P. Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) conduite par Olivier Ginouvez, responsable scientifique d'opération A.F.A.N. et son équipe, Daniella Ugolini, spécialiste en céramique protohistorique, le Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S,), la Mission Archéologique de la Ville de Béziers (M.A.V.B.) administrée par Jean-Paul Wiegant, archéologue auxiliaire chargé de la coordination entre les intervenants et la précieuse collaboration de bénévoles assidus et d'agents des services municipaux.

     

    Plan 01 - Situation des arènes antiques de Béziers

    Plan 1.jpg

    Présentation du monument antique

    L'amphithéâtre est un monument politiquement romanisé dédié aux spectacles et jeux divers offerts à la population par les dirigeants romains locaux. Il a été construit vers l'an 80 de notre ère, sa forme elliptique est, pour moitié, adossé à la colline St Jacques et il a été majoritairement bâti avec de petits blocs de calcaire (Opus vittatum) dont les joints ferrés semblent avoir été  peints en rouge.


    Les quelques gros blocs de calcaire taillés sous forme de parallélépipède rectangle trouvés sur le site ont été principalement employés pour asseoir les fondations des murs porteurs, des bases de pilastres, des plafonds et des arcades voûtés.


    Hors le bandeau sculpté courant en sailli au dessus de la moitié supérieure de la galerie principale de circulation de l'ambulacre et les moulures de la seule base angulaire de pilastre qui sera découverte postérieurement aucun autre décor lithique intéressant n'a été remarqué pendant toutes les investigations. 

       
    L'arène centrale était entourée d'un mur podium qui protégeait les premières rangées de gradins recouvrant des vomitoires et la galerie elliptique (Ambulacre) qui parcourait tout le rez de chaussée sur une hauteur de 5,60 m et une largeur de 3,78 m pour faciliter la circulation interne dans le bâtiment. La façade extérieure, elle aussi elliptique, de l'amphithéâtre (Peut être percée d'arcades ouvertes ?) devait approcher, par endroit, les 17 m de hauteur. Les dimensions approximatives de l'édifice, hors tout, sont de 108,3 m de longueur sur 88,60 m de largeur.

     

    Plan 02 -  L'amphithéâtre et les vestiges confirmés

     

    Plan 2.jpg

    Textes explicatifs du Plan 02 précédent

    Le plan 02, réalisé en 1999 par C. Olive, D.R.AC.- S.R.A du Languedoc-Roussillon et O. Ginouvez, archéologue, responsable scientifique de l'opération de terrain pour l'A.F.A.N., présente les structures de l'amphithéâtre antique attestées ou présumées contenues dans la parcelle cadastrale LX de Béziers et met en évidence, rehaussés en noir, les éléments ou vestiges de bâtis confirmés par la synthèse des résultats des opérations de fouilles ainsi que des longues recherches accumulées de 1991 à 1999, dans les rez de chaussées et caves des immeubles du moyen âge, difficilement accessibles, bordant encore actuellement l'arène centrale de l'amphithéâtre. Il sera précisé que la superficie totale de l'amphithéâtre antique de Béziers représentant environ 2051 m2 ne semble pas avoir pu contenir plus de 13700 spectateurs.


    C'est probablement suite à une extension de la population et du commerce dans la cité avant l'an 80 de notre ère, qu'après avoir profondément entaillé le flanc est de la colline, fut construit cet amphithéâtre comprenant une arène centrale type au monde romain. D'après certains indices cet édifice parait avoir été délaissé autour du IIIéme ou début du IVéme siècle après J-C jusqu'à une nette réoccupation du secteur du XI au XIVéme siècle par une modeste population accompagnée d'artisans divers (Potiers, métallurgistes, etc...) qui sera suivie postérieurement d'une forte urbanisation, incluant bâtiments religieux et laïcs, formant aujourd'hui l'ossature actuelle du quartier.

     

    Explication des photos suivantes :

     

    Photo-1

    Image-1.jpg

    Photo 01 : 1991 / 1992, nettoyage et débarras de l'ancien ambulacre des divers détritus entreposés avec démolition des niches à chien, poulaillers, cabanons parasites obstruant son accès et toutes possibilités d'entreprendre les futurs sondages archéologiques confiés par la D.R.A.C. Service Régional de l'Archéologie du Languedoc-Roussillon à O.Ginouvez, archéologue scientifique de  l'A.F.A.N. et à son équipe de techniciens.

     

    Photo-2

    Image-2.jpg

    Photo 02 : Premier sondage profond dirigé en 1992 et 1993 par O. Ginouvez (A.F.A.N.) à l'arrière des garages modernes en béton et à l'aplomb de la paroi intérieure sud, encore en élévation, du vestige de galerie de circulation antique accolée contre le flanc nord de la colline St Jacques. La finalité de ce sondage étant de vérifier l'existence et le niveau d'enfouissement du sol de circulation d'origine dans la galerie principale.


    Trois mètres de remblais hétérogènes successifs seront péniblement retirés malgré les contraintes apportées par les infiltrations permanentes d'eaux d'infiltration avant de pouvoir enfin atteindre le plus ancien sol de circulation antique, très compacté et parsemé de rebouchages d'entretiens.

     

    Photo-3

    Image-3.jpg

    Photo 03 : Courant 1993, la Municipalité de Béziers, devenue propriétaire, lance la démolition des garages en béton qui défiguraient l'aspect du site et interdisaient l'accès de cette partie des anciennes arènes romaines pour les recherches archéologiques, la création du jardin public municipal et une future ouverture du site aux divers publics.

    A suivre ...

  • 2018

    LES CONSEILLERS DÉPARTEMENTAUX

    DU BITERROIS VOUS  SOUHAITENT

    UNE BONNE ET HEUREUSE ANNÉE

    DSC_0017.JPG

    Photo Christophe Lescoutra

  • RESERVEZ VOTRE SOIREE

     

    Le samedi 27 janvier 2018 à 18 h 00

    Colonie espagnole

    1, rue vieille citadelle, 34500 BEZIERS

     

    Soirée organisée par l'association AEDE

     

    cadre-2-A3.gif

    Musique traditionnelle d'Espagne et d'Amérique du sud

    Une chanteuse, un guitariste et un accordéoniste

    Un régal pour les amateurs

     

     

    AU PROGRAMME

     

    L’AUTRE BOUT DU MONDE

    DE COLORES 

    BLOWIN’ IN THE WIND

    MARJOLAINE

    JOLIE LOUISE

    MOLLY MALONE

    VALSE POLONAISE

    GRACIAS A LA VIDA

    HEGOAK

    CLAVELITO

    SOKOLY

    DIMANCHE

    BALCON DE SANTIAGO

    L’HERBE TENDRE

    MY HOME IS NOWHERE WITHOUT YOU

    CLANDESTINO

    SUZANNE

    UN DIA A LA VEZ

    LILI MARLEEN

    LOS PECES

    LE LAC BIJOU

    THE CIRCLE

    DIRTY OLD TOWN

  • L’Euro-Illusion

     POLITIQUE MAGAZINE

     

    Emmanuel Macron et Angela Merkel - Politique Magazine

    Comment oser affronter la question monétaire et toutes les questions connexes qu’elle entraîne ? Macron, comme ses prédécesseurs, en est réduit à tenter de ne corriger que les conséquences.

     

    Clemenceau, conscient du danger de l’armée en politique, aimait à rappeler qu’on peut tout faire avec les baïonnettes sauf s’asseoir dessus. N’en va-t-il pas de même de la monnaie ?

    Depuis des millénaires, cet instrument indispensable, omniprésent dans la société, courroie de transmission de la prospérité, mène à la ruine s’il est mal géré. La monnaie est asymétrique, limitées sont ses vertus, grands les troubles qu’elle peut engendrer.

    L’histoire prégnante

    Les Français entretiennent un rapport compliqué avec la monnaie. Ils préfèrent les « valeurs sûres ».

    Il y a de quoi, ils ont connu le meilleur et, souvent, le pire. Au XVIIIe siècle deux tentatives de monnaie- papier se traduisent par des échecs cuisants pour les épargnants. Le « système » de Law, pourtant novateur, se termine en banqueroute. Les assignats émis par la République, gagés sur les biens nationaux spoliés, perdent toute valeur en quelques années…

    Le XIXe, siècle d’argent s’il en fut, va mieux. La stabilité du franc germinal dure plus d’un siècle.

    Dès le début du XXe siècle, un tiers de l’épargne française disparaît dans les obligations russes, le reste finira dans les emprunts nationaux de la grande guerre. Entre les deux guerres le président Poincaré rétablit la valeur du franc, tandis qu’en Allemagne l’hyperinflation faisait rage, compromettant le paiement des dommages de guerre.

    Les trente glorieuses seront une période de reconstruction mais aussi de forte inflation jusqu’à la fin des années 80.

    Faut-il s’étonner de l’attachement des Français à la pierre et de l’habitude de la République de contracter des dettes dont l’inflation, impôt déguisé, allège le fardeau ?

    Las ! L’inflation a disparu et notre jeune président explique aux épargnants qu’ils sont de vils rentiers.

    Débat télévisé - Election présidentiel 2017 - Politique Magazine

    Un débat qui a mal tourné

    Pas étonnant qu’une bonne partie du débat télévisé ait porté sur la monnaie unique. Au cours de cet affrontement digne de David et Goliath, Madame Le Pen entendait « solutionner » les maux de la France par un retour au franc. Il me semble qu’elle avait à la fois raison et tort.

    Elle a raison, car si la monnaie unique rassure les épargnants proches de la retraite, Français comme Allemands, qui craignent à juste titre la dépréciation monétaire, elle garantit aux exportations allemandes un débouché à l’intérieur de la zone euro. Elle permet à l’industrie manufacturière allemande d’importer à bon compte les matières premières et les produits de base, sans que, forte de son efficacité, ses parts de marché soient mises en péril par une monnaie surévaluée. Elle met hors-jeu les concurrents de la zone euro, notamment les entreprises françaises qui, ne pouvant plus compenser par la dévaluation leur manque de compétitivité, sont condamnées à mourir ou à se délocaliser.

    Cette situation est la conséquence des choix passés. Pour la France, celui d’une industrie de main-d’œuvre qui compense son manque de productivité par une politique de monnaie faible, une inflation entretenue par l’indexation des salaires, des dévaluations récurrentes pour limiter le déficit du commerce extérieur. Tout l’opposé de l’Allemagne, où industrialisation, gains de productivité, monnaie forte et excédents sont les maîtres mots.

    Cette situation a été aggravée par la loi Aubry de 1998, limitant à 35 heures la durée hebdomadaire du temps de travail. Fruit de la conviction naïve que l’économie est un jeu à somme nulle, qu’en limitant le temps de travail, on « forcera » les entreprises à embaucher. Mais le travail de l’homme n’est pas une simple variable. En tout cas pas la seule, et les entreprises censées embaucher ont fait différemment. Les meilleures ont compensé par des gains de productivité, les autres ont diminué les services rendus ou sont parties. Quant aux salariés, ils ont pris goût aux loisirs et considèrent désormais qu’ils « ont droit » à la réduction du temps de travail.

    La monnaie unique, contemporaine de cette contrainte, a été la courroie de transmission de la machine à détruire les emplois, les PME françaises ne pouvant plus compenser la hausse des coûts salariaux par la dépréciation de la monnaie. Résultat, la France a le temps de travail le plus faible de tous les pays européens.

    Les choix qui pèsent

    Autre choix, l’ISF, promesse électorale de l’ère Mitterrand, qui frappant le capital, pousse, dès le début des années 80, les « riches » mais aussi les entrepreneurs à quitter le territoire. L’État, piètre investisseur et mauvais gestionnaire, n’a pas su les remplacer, la courbe du chômage est là pour le prouver.

    À 57% du PIB (Produit Intérieur Brut, le chiffre d’affaires du pays), les dépenses publiques françaises battent un record. La moyenne des pays développés est à 45%.

    La progression des dépenses publiques depuis cinquante ans provient à 90% des prestations sociales, des transferts sociaux et de la rémunération des fonctionnaires ; mais la majorité (70%) vient des deux premiers postes. En clair, des retraites, allocations familiales, RSA, allocations chômage et des aides (logement, santé et éducation). L’État, impuissant à résorber le chômage, s’est transformé en organisme de sécurité sociale. Les dépenses salariales de la fonction publique ont augmenté certes, mais moins vite que le nombre des fonctionnaires. Le but n’est plus d’assurer la qualité du service public mais de limiter le chômage. Les autres dépenses, éducation, sécurité, justice ont peu progressé.

    Les emplois publics représentent 22% de la force de travail contre 11% en Allemagne et 18% en Grande-Bretagne. Comment ces dépenses sont-elles financées? Les prélèvements obligatoires s’établissent en France à 45% du PIB contre une moyenne de 34% dans les pays de l’OCDE. Mais ce n’est pas suffisant, et l’endettement de l’État continue à augmenter, proche maintenant de 100% du PIB tandis qu’il diminue en Allemagne, tendant désormais vers 70% du PIB.

    Un illogisme radical

    Pourquoi, dans ce contexte avoir voulu faire entrer la France dans la monnaie unique ?

    Côté « politique », espoir naïf d’arrimer l’Allemagne à l’Europe et surtout méconnaissance des mécanismes monétaires.

    Côté « autorités monétaires », la volonté dune telle idée se fait jour dès avant la création de la zone euro, à l’époque du « Serpent Monétaire Européen » et de Monsieur Trichet à la Banque de France : une monnaie forte, interdisant les dévaluations, obligeant la France à entreprendre les nécessaires réformes. Ça passe ou ça casse. Eh bien, ça a cassé ! Toujours le jeu technocratique à somme nulle et la confusion des paramètres. Au lieu d’affronter syndicats et fonctionnaires, les entreprises se sont délocalisées, laissant les chômeurs à la charge de la collectivité.

    Est-ce que, par un coup de baguette magique, la sortie de la monnaie unique ramènerait en France les emplois perdus, les entreprises délocalisées, les patrimoines qui ont fui ? Peut-être, mais pas immédiatement et pas complètement !

    Une dépréciation de 20 à 30% de la nouvelle monnaie permettrait un gain de compétitivité de même proportion. Mais les produits français intègrent désormais des composants extérieurs qui seront renchéris dans la même proportion. Le véritable gain de compétitivité ne porterait que sur la seule valeur ajoutée française. Par ailleurs, cet avantage ne serait pas immédiat, il faudrait le temps que les acheteurs comprennent que le produit est moins cher et décident de l’acheter. Les effets positifs d’une dévaluation ne sont pas immédiats. Contrairement aux effets négatifs, l’augmentation du coût des importations touchant autant, voire plus, les consommateurs de produits de consommation courante que les acheteurs de cylindrées allemandes. Certes, la valeur de la dette française, désormais remboursable en francs, baisserait ; avantage illusoire pour l’État français dont les rentrées seront elles aussi, en francs. Ce ne sera pas le cas des porteurs étrangers d’obligations de l’État français (60% de l’en-cours) qui, eux, subiront la dévaluation de plein fouet et hésiteront à revenir.

    Mais quand bien même cet avantage serait effectif, n’inciterait-il pas à retomber dans les errements anciens des dévaluations compétitives et ne retarderait-il pas d’autant la mise en œuvre des réformes ? Domaine où la France a un retard de vingt ans par rapport à l’Allemagne où elles furent entreprises par le chancelier Schröder à la fin des années 90.

    Mario Draghi et Angela Merkel - Politique Magazine

    Mario Draghi, président de la BCE, et Angela Merkel, les deux maîtres de l’Europe.

    La zone euro n’est pas non plus la panacée. L’ancien directeur du commerce international, Monsieur Lamy, reconnaît que l’euro est un demi-échec et il craint pour son avenir. Il déplore l’absence d’un véritable prêteur de dernier ressort. En effet, l’activisme de la BCE, non conforme aux traités, est mal supporté par les Allemands qui continuent à jouer « national ». Aucun constructeur étranger n’était présent aux réunions secrètes du cartel de l’industrie automobile allemande. Peut-être avaient-ils décliné l’invitation ?

    Le Président Macron, ancien banquier d’affaires, est familier des entreprises qui, dans un laps de temps court, peuvent changer produits, clientèle, sièges sociaux, fiscalité, dirigeants et employés. Il en va bien différemment des États qui ne peuvent changer qu’à la marge, et encore très peu. Il n’est que de voir les réticences soulevées en Allemagne par la politique d’immigration proposée par la chancelière Merkel.

    Peut-on, dans cette entreprise ardue de réforme économique de la société française, attendre de l’aide de la part de l’Europe ? Gageons que, le risque d’un éclatement de la monnaie unique désormais écarté, les autorités de Bruxelles seront promptes à exiger de la France qu’elle respecte ses engagements, notamment en matière de rigueur budgétaire. Angela Merkel réélue ne se laissera pas séduire par Macron. Elle le dominera.

  • 2018 : La vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Lugan B..png

    L'Afrique Réelle N°97 - Janvier 2018

    Editorial de Bernard Lugan

    Dans les pays du nord où priment l’économique et l’idéologie, l’analyse de la situation africaine est désespérément simple, pour ne pas dire simpliste : si le continent est sinistré, c’est par manque de développement. Voilà pourquoi, durant plus d’un demi-siècle, des sommes considérables y furent déversées. En vain.


    L’échec des politiques de développement étant évident, le marasme africain fut ensuite attribué à l’absence de démocratie. Le continent se vit alors imposer la suppression du parti unique qui maintenait un semblant de cohésion des mosaïques ethniques locales. La conséquence d’une telle politique hors sol se lit aujourd’hui à travers l’émiettement politico-ethnique, l’ethno-mathématique et l’anarchie.

    Toujours imbus de leurs principes démocratiques et porteurs de l’arrogant néo-colonialisme des « droits de l’homme » archétypiquement incarné par la CPI, les idéologues des pays du nord, ne voient pas qu’une révolution a commencé au sud du Sahara. Et qu’elle se fait précisément au nom de la contestation de leurs dogmes. Nous sommes en effet en présence de la première véritable tentative de décolonisation en profondeur du continent à travers le rejet global de l’universalisme des Lumières et du contrat social. Contrairement à ce que veulent nous faire croire la plupart des intellectuels africains installés en Europe ou aux Amériques et qui sont tout à la fois des déserteurs du développement et de modernes « Oncles Tom » n’ayant que les mots de démocratie et de développement à la bouche, leur continent d’origine n’accepte en effet plus la doxa occidentale.

    Mais une fois la greffe politico-morale européo-américaine rejetée, les Afriques n’entreront pas pour autant dans le cycle des félicités. Les futures élites africaines devront en effet trouver des solutions urgentes au suicide démographique continental tout en définissant de nouveaux rapports politiques entre les diverses composantes ethniques de leurs pays respectifs.

    A cet égard, la situation du Sahel résume les problèmes du continent. Ici, à partir de la révolution néolithique, les sédentaires sudistes ont vécu dans la terreur des raids lancés contre leurs villages par les nomades nordistes, qu’il s’agisse, d’ouest en est, des Maures, des Touareg, des Toubou ou encore des Zaghawa. La colonisation libéra les premiers, puis elle inversa le rapport des forces en leur faveur.

    Avec les indépendances, l’espace sahélo saharien fut ensuite cloisonné par des frontières artificielles. Pris au piège de l’Etat-nation, sudistes et nordistes furent alors forcés de vivre ensemble. Le traumatisme fut d’autant plus fort qu’après la fin du parti unique, la démocratie électorale ethno-mathématique donna le pouvoir aux plus nombreux, c’est-à-dire aux sudistes qui n’ont pas boudé leur revanche historique. Voilà qui explique d'abord les évènements actuels de cette région, et non le manque de développement ou le « déficit démocratique ».

  • SDF : Sébastien, 46 ans, mort à Calais, Fred, 48 ans, à Arcueil, Jean, 66 ans, à Drancy …

    SDF.jpg

    La misère française indiffère nos politiques, Macron ne voit que la détresse des migrants.

    Ce malheureux fait partie de nos 140 000 SDF et de nos 9 millions de pauvres.

    La préférence étrangère est devenue la norme puisqu’un sans papiers a une couverture santé à 100%, alors que 5 millions de Français n’ont pas de mutuelle et diffèrent leurs soins faute de moyens.

    L’AME soigne 300 000 sans papiers pour un coût d’1 milliard par an, budget qu’Emmanuel Macron s’est empressé d’augmenter malgré les innombrables abus et fraudes que connaît cette aide médicale, largement dénoncés par certains médecins, mais volontairement ignorés par le pouvoir.

    La préférence étrangère est la norme puisqu’un étranger n’a pas besoin d’avoir travaillé ni cotisé pour percevoir à 65 ans 800 euros par mois de retraite mensuelle, ou 1250 euros pour un couple, soit bien davantage que bon nombre de nos paysans qui crèvent de faim avec 350 euros par mois, en travaillant 15 heures par jour, 7 jours sur 7 et 365 jours par an, sans repos ni vacances.

    Pendant que les enfants de nos paysans n’ont jamais vu la mer, sachez qu’un migrant mineur isolé coûte 50 000 euros par an au contribuable. Ils sont 25 000 mineurs arrivés en 2017 pour un coût d’ 1,250 milliard.

    La préférence étrangère est la norme puisque les migrants sont logés en priorité, alors que de jeunes couples français attendent depuis 8 ans un logement social afin d’avoir leur premier enfant.

    Dans notre France de 2017, il faut mieux être clandestin que Français modeste.

    En effet, nos 140 000 SDF sont abandonnés au froid et meurent par centaines chaque année dans l’indifférence générale, pendant que les migrants sont logés à l’hôtel et même dans des châteaux réquisitionnés.

    Selon le ministère de l’Intérieur, entre 15 000 et 25 000 clandestins sont logés à l’hôtel !!

    On se souvient que lors d’un débat entre les candidats de la campagne électorale, Léa Salamé avait évoqué le cas de 3  SDF morts de froid, et avait avancé le chiffre de 454 SDF morts dans la rue en 2016.

    Sébastien, 46 ans, mort à Calais. Fred, 48 ans, mort à Arcueil et Jean, 66 ans, mort à Drancy.

    En fait, ces exemples tirés des chiffres du Collectif Les morts de la rue, n’étaient que partiels et correspondaient uniquement aux morts signalés.

    En 2014 ce sont 2908 SDF qui sont morts dans la rue et en 2015, ils étaient 2838 à avoir perdu la vie, abandonnés par la République.

    Il faut être un clandestin pour avoir le droit d’être logé à l’hôtel aux frais du contribuable…

    Emmanuel Macron, comme il fallait s’y attendre après sa campagne présidentielle tiers-mondiste, a fait le choix de faciliter l’accueil des migrants et d’augmenter de 30% le budget alloué à cette politique.

    Dans le même temps il diminue de 8% le budget de la lutte contre les clandestins.

    Rappelons que le nombre d’éloignements est tombé de 36822 en 2012 à 28000 en 2017, alors que les chiffres de l’asile ont doublé et que le tsunami migratoire s’amplifie.

    Il suffit de voir l’explosion des camps sauvages qui transforment Paris en ville du tiers-monde et détruisent la vie des riverains, pour comprendre que l’Elysée n’a aucune intention de régler le problème.

    Certains quartiers de la Ville Lumière, n’ont rien à envier à Soweto ! La presse étrangère en reste consternée et multiplie ses reportages sur cette tiers-mondisation acceptée et assumée par les politiques.

    De nombreux riverains, n’en pouvant plus de vivre dans la crasse et l’odeur des bidonvilles, vendent leur appartement à perte et les petits commerçants envisagent de fermer boutique avec un chiffre d’affaires en chute libre. Mais cette détresse 100% française n’intéresse pas les médias et nos élites, qui n’ont toujours pas compris que le raz de marée migratoire va les atteindre aussi, transformant leur quotidien en enfer. Question de temps.

    Alors que l’Inde s’enrichit et devrait devenir la 5e puissance économique du monde en 2018, dépassant la France et l’Angleterre, Paris se transforme peu à peu en Calcutta des années cinquante.

    C’est ça la politique de Macron qui refuse de fermer les frontières.

    Jacques Guillemain

    Riposte Laïque