Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pays réel - Page 12

  • Jean-Luc Coronel de Boissezon : « Nous sommes offerts en boucs émissaires par un gouvernement acculé à donner des gages à ses plus violents opposants ».

    Coronel.jpg

    Au mois de février débutait un mouvement de contestation contre la « nouvelle loi d’accès aux études universitaires », rejetée par les principaux groupes de gauche au Parlement national. Rencontre avec Jean-Luc Coronel de Boissezon, professeur d’histoire du droit à l’Université de Montpellier, accusé d’avoir laissé se dérouler une action punitive contre des activistes violents.

    Monsieur le professeur, vous avez accepté de répondre à nos questions. Pouvez-vous nous aider à y voir plus clair sur les événements qui ont eu cours à la faculté de droit de Montpellier ? Depuis combien de temps l’établissement est-il pris en otage par des « bloqueurs » ?

    Tout a commencé par la très imprudente autorisation, manifestement imposée à notre doyen Philippe Pétel par sa hiérarchie, de ce qui lui avait été présenté comme une « réunion d’information » dans l’enceinte de notre faculté, organisée par quelques collègues syndiqués FSU de la Faculté des Sciences (ex-Université de Montpellier 2), qui appartient comme la Faculté de Droit (ex-Université Montpellier 1) à ce qui est désormais, depuis leur « fusion », l’Université de Montpellier.

    Fac.jpg

    Manifestation des bloqueurs évacués, le 25 mars à Montpellier @DR

    En fait, la FSU locale avait, de son côté, annoncé la veille dans un communiqué passé relativement inaperçu qu’elle organiserait une « Assemblée Générale étudiants et personnels de l’Université de Montpellier sur le site de la faculté de droit ». Il y eut donc malentendu, sinon manœuvre, dès le départ ; tardivement informé de cela, notre doyen a demandé à des membres du corps enseignant d’être présents pour prendre la mesure de ce qui pourrait se passer. La réunion eut lieu à 18h dans un amphi du bâtiment 2. Dès l’arrivée, nous avons tous pu constater qu’il était empli d’une large majorité d’individus complètement extérieurs. Le caractère par suite illégitime de cette « AG » a été dénoncé par nos étudiants, minoritaires mais ayant si abondamment pris la parole pour s’opposer à tout blocage que l’AG n’a pas osé le proposer, peut-être eu égard également à la présence d’un certain nombre de professeurs. En outre, nos étudiants ont réussi à faire adopter le principe d’un vote électronique et non à main levée à l’avenir, ce qui bien évidemment invalidait toute future tentative comparable à celle de ce soir-là.    

    Tout a commencé par la très imprudente autorisation, manifestement imposée à notre doyen Philippe Pétel par sa hiérarchie, de ce qui lui avait été présenté comme une « réunion d’information » dans l’enceinte de notre faculté, organisée par quelques collègues syndiqués FSU.

    Néanmoins, le lendemain jeudi 22 mars, journée de manifestation où quelque 4 500 personnes défilèrent à Montpellier, une imprudence plus grave encore a été commise, celle d’imposer à notre doyen une seconde « réunion d’information » à l’issue du défilé, cette fois dans l’enceinte principale de la faculté, le bâtiment 1. Un groupe de syndicalistes quarantenaires, d’étudiants en Lettres et d’activistes, quasiment tous extérieurs à la fac cette fois encore, s’y sont installés vers 14h. En fin d’après-midi, ils ont unilatéralement décidé de voter l’occupation de l’amphi jusqu’au lendemain matin.

    La presse n’a pas indiqué qui étaient les personnes à l’origine du blocage. Des étudiants de la faculté de droit ? Des personnes venues de l’extérieur ?

    Il s’agissait de personnes non seulement extérieures à la Faculté de Droit, mais même à l’Université de Montpellier, puisqu’il s’agissait d’étudiants issus de la Faculté des Lettres (Université Montpellier 3, dite Paul-Valéry, non fusionnée avec les deux autres et située à 2,5 km de la nôtre), encadrés par des représentants du syndicat d’extrême gauche « Solidaires Etudiant.e.s » dont trois membres tenaient seuls la tribune – en dehors de toute représentativité et de toute légitimité – ainsi que d’éléments extérieurs au monde universitaire tout court, des activistes politiques connus dans Montpellier, comme M. Jules Panetier, animateur du site d’ultra-gauche « Le Poing », déjà condamné à de la prison ferme en juillet 2016 et placé ultérieurement sous contrôle judiciaire, qui était présent dans l’amphi du mercredi soir et y a pris la parole pour dénoncer violemment « les bourgeois » qu’étaient selon lui les étudiants en droit.

    La page Facebook de l’événement intitulé « Occupation de la fac de droit et sciences politiques », créée par les bloqueurs le jour-même, a publiquement pour « organisateur » la page « Le Royal Occupé ». Cette dernière fait référence à l’occupation illégale, par les mêmes personnes que celles qui ont constitué le noyau dur des bloqueurs, d’un cinéma montpelliérain, Le Royal, squatté par force en plein centre-ville pendant neuf mois entre 2016 et 2017, lequel avait été dégradé, couvert de tags, et était devenu un lieu de marginalité ; un viol y avait été commis en février 2017, précipitant la fin du squat.

    Que s’est-il passé durant le blocage ? Des rumeurs font état de violences, d’agressions ayant visé des étudiants qui entendaient pouvoir continuer à étudier, ou bien encore de faits de vandalisme. Vous confirmez ?  

    Il s’agissait bel et bien, en effet, d’une occupation illégale et par la force. Vers 16h, comme on le voit sur une vidéo de France-Info, des bloqueurs montent sur la chaire de l’amphithéâtre, puis sur le bureau lui-même, sur lequel ils sautent en hurlant : « Et la Fac elle est à qui ? Elle est à nous ! ». Ils ont fait adopter à main levée la « reconstruction visuelle » (sic) de la Faculté, c’est-à-dire notamment sa dégradation par des tags, sur le modèle du « Royal Occupé ».

    Visite.jpg

    Le professeur Coronel de Boissezon faisant visiter le cloître de la Faculté de Droit @DR

    C’est un aspect particulièrement grave, car notre établissement est sis dans l’ancien couvent des Visitandines, un patrimoine architectural exceptionnel datant du début du XVIIe siècle, dont un cloître remarquable ; j’y suis particulièrement sensible, étant chargé depuis plusieurs années des visites de la Faculté lors des Journées du Patrimoine. De même l’« AG » illégitime a voté, je cite encore, « l’occupation totale de la Fac », c’est-à-dire la prise par force de l’ensemble de nos bâtiments. Pendant toute la soirée du 22 mars, sur les réseaux sociaux, les différents groupements d’extrême gauche montpelliérains ont appelé à converger vers la faculté pour renforcer les effectifs des bloqueurs et étendre l’occupation.

    A partir de là, tout n’a été qu’intimidations, insultes, puis finalement coups. Le doyen qui essayait de prendre la parole a vu le micro lui être arraché ; des étudiantes en droit qui protestaient ont été victimes d’attouchements sexuels ; plusieurs étudiants ont reçu des insultes et des crachats ; des chargés de T.D. ont été pris à partie et molestés ; enfin plus tard dans la soirée c’est l’un de mes collègues, le professeur François Vialla, qui a été frappé au visage et a eu la lèvre inférieure ouverte.


    Dans une vidéo diffusée sur internet, par les occupants eux-mêmes, on peut voir des jeunes filles agiter des tampons usagés et des serviettes hygiéniques pleines du sang des menstruations, sous le nez du doyen Philippe Pétel. Des actes habituels ?

    Cette scène est particulièrement représentative des humiliations endurées par le doyen Pétel pendant des heures. Les jeunes femmes en question lui reprochaient d’avoir fait fermer les toilettes, dans le but de favoriser leur départ. Certaines d’entre elles ont fini par jeter sur lui ces serviettes hygiéniques et tampons maculés. Pendant ce temps, certains bloqueurs urinaient dans des bouteilles en plastique et les apportaient au doyen ; d’autres les ont utilisées pour asperger d’urine des étudiants juristes.


    Vous êtes la cible d’une virulente campagne de presse, semble-t-il orchestrée par des activistes.  Avez-vous la sensation d’être victime d’une forme de harcèlement médiatique ? Qui est à la manœuvre ?  

     

    Cette campagne de presse calomnieuse est emblématique de la fin dramatique de la déontologie journalistique, déjà constatée depuis plusieurs décennies dans notre pays. Dans cette affaire, des images de téléphone portable fournies par des bloqueurs, unanimement engagés à l’extrême gauche, ont été relayés par des organes et des journalistes de même orientation politique, puis finalement repris de façon grégaire par les médias grand public, sans aucune prise de distance et aboutissant à une hystérie collective, qui restera comme l’un des moments les plus orwelliens de l’histoire de la presse française.

    Comme dans l’œuvre  d’Orwell, « 1984 », ont été ainsi mises en place « les deux minutes de la haine », cette projection quotidienne, sur des écrans obligatoires, du visage d’un ennemi fantasmatique chargé de tous les maux et désigné à la vindicte des masses. Il y eut une première « minute de la haine » contre le doyen Pétel, puis une seconde contre moi. Presque aucun journaliste ne s’est déplacé. Ceux qui l’ont fait ont opportunément supprimé au montage les témoignages adverses, spécialement ceux de nos étudiants.

    Bienheureusement, le travail de réinformation commence, grâce à de courageux médias indépendants locaux et nationaux, ainsi qu’à quelques très rares journalistes de la grande presse qui sortent enfin de la sidération orchestrée. Savoir qui est à la manœuvre n’est guère difficile. Il s’est agi dans un premier temps des différentes organisations d’extrême gauche et de gauche, occupées à entraver par des rapports de force parfois violents la réforme de l’Université proposée à juste titre par M. le ministre Blanquer. Les autorités de l’Etat ont su raison garder dans les premiers jours ; mais, après la multiplication des foyers de contestation exprimée par des mouvements sociaux – chez les cheminots, les avocats, les magistrats, les greffiers, les personnels d’Air France ou encore les éboueurs – le gouvernement a paniqué et résolu d’éteindre au moins l’un des incendies, celui du mouvement étudiant ayant utilisé l’épisode montpelliérain pour se radicaliser.

    Deux victimes expiatoires ont été alors brutalement sacrifiées à cette fin, par la suspension et la mise en examen : le doyen Pétel et moi-même. Nous sommes offerts en boucs émissaires par un gouvernement acculé à donner des gages à ses plus violents opposants. Il n’est pas moins évident que notre mise au pilori permet d’évacuer la question de la responsabilité du préfet de l’Hérault, qui a refusé de faire intervenir les forces de l’ordre, dont le doyen Pétel n’avait cessé de demander instamment l’intervention tout au long de la soirée.

     

    Il se dit que vous avez été, à plusieurs reprises, désigné comme l’un des professeurs les plus aimés de la faculté de droit de Montpellier. Quel est le ressenti des étudiants après ces tristes événements ?

    Je dois commencer par vous répondre que c’est pareillement le cas du doyen Pétel, qui est une sommité du monde juridique universitaire, l’un des plus savants et des plus fins juristes de notre faculté, un homme faisant l’objet d’un immense respect en France comme à l’étranger.

    Les attaques abjectes dont il a été l’objet sont un scandale quand elles viennent des médias, et un déshonneur quand elles viennent de rarissimes collègues consumés par le ressentiment ou les ambitions torses. Sur un plan bien plus modestement estudiantin, en ce qui me concerne, c’est à l’occasion de nos galas annuels – où c’est au tour de nos étudiants de décerner des « diplômes » à leurs professeurs – que les étudiants ont bien voulu m’honorer, dès la première année de ma prise de fonction et pendant sept années consécutives jusqu’à aujourd’hui, des titres de « Professeur le plus charismatique » ou « le plus passionnant » ou encore « le plus sympathique ». Je les en remercie et espère qu’ils observent avec toute la distance critique dont je les sais coutumiers les attaques orchestrées contre moi. 

    Manif.jpg

    Manifestation anti-blocage du 26 mars @DR

    Je crois qu’un grand nombre de nos étudiants sont frustrés par la monopolisation de la parole médiatique. Beaucoup se sont plaints d’avoir longuement répondu aux rares journalistes ayant fait le déplacement, mais pour voir leurs témoignages disparaître entièrement au montage ! Les étudiants ont dû s’organiser de leur côté pour faire entendre leur parole sur les réseaux sociaux (voir notamment leurs pages Facebook « Rassemblement contre le blocage de la faculté de Droit&SciencePo » et « Rendez-nous notre fac »), avant d’organiser une manifestation hostile à toute perspective de blocage, qui a eu lieu lundi 26 mars, rassemblant plusieurs centaines d’étudiants.

    Les militants de gauche accusent régulièrement les étudiants en droit d’être des « fachos », un mot qui revient dans les slogans. Pourtant, la faculté de droit est une faculté publique, fréquentée par des étudiants issus de l’ensemble des catégories sociales du pays. Au fond, ne leur en veut-on pas de se destiner aux professions du droit, c’est-à-dire de l’ordre ?

    Votre observation sociologique est très juste. Qu’il y ait dans notre faculté tous les milieux sociaux, c’est ce qui est clairement ressorti des prises de parole de nos étudiants, pourtant en minorité, lors de la première « AG » organisée par les bloqueurs le mercredi 21 mars. Aux étudiants de la Faculté des Lettres, qui tenaient des discours sur la nécessité de l’absence totale de sélection et sur celle de « désembourgeoiser » l’université – qui selon eux ne devrait pas mener à un métier mais à une sorte de fête intellectuelle gratuite -, les jeunes juristes ont répondu que beaucoup d’entre eux étaient les vrais fils d’ouvriers et de petits employés, et que c’était pour cela même qu’ils voulaient une fac leur apprenant un métier et susceptible de leur offrir ainsi un « ascenseur social » de qualité.

    Il semble ne leur avoir pas échappé que le profil sociologique de la majorité des étudiants anarcho-libertaires à la manœuvre est celui d’enfants de la moyenne et grande bourgeoisie. C’est la même inversion que l’on constate s’agissant du « fascisme ». Nombre d’occupants de notre Faculté ont eu immédiatement ce qualificatif à la bouche envers toute personne qui contestait leurs vues, tant mercredi soir que dans toute la soirée du jeudi. On l’entend dans les différentes vidéos qui circulent. La vérité est malheureusement que les méthodes du fascisme sont celles des militants pro-blocage les plus extrémistes, adeptes du visage masqué – capuche et foulard, ou cagoule – et armés de bâtons qui ne sont pas toujours des supports de banderoles.

    Ces éléments font régner un climat violent à la Faculté des Lettres, insultant et parfois frappant des étudiants qui s’en sont plaints auprès de la presse locale. Un certain nombre de ces individus étaient présents le 22 mars à l’intérieur comme à l’extérieur de la Faculté de Droit, comme en témoignent plusieurs vidéos. Dans les sacs à dos de certains occupants laissés dans l’amphi évacué, ont été retrouvés des cagoules et des armes, confiées à la police.

    Le paradoxe est que si l’on parle évidemment, à propos du petit groupe de personnes qui sont intervenues avec le visage couvert pour faire fuir les occupants, d’intrusion illégale dans un établissement d’enseignement, on n’en parle curieusement pas s’agissant des bloqueurs qui ont provoqué ce désordre particulièrement dangereux, qui eût risqué de se conclure, s’il s’était prolongé, par un tout autre bilan que celui de trois occupants très légèrement blessés. Pourtant, le délit d’intrusion dans un établissement scolaire dont se sont rendus coupables les occupants, en tant qu’éléments extérieurs, est puni, aux termes des articles 431-22 et 431-23 du Code pénal, d’un an de prison et 7 500 € d’amende, et de 3 ans et 45 000 € en réunion, sans même mentionner les dégradations, injures et violences ayant accompagné cette occupation et constituant des délits supplémentaires.

    Il est donc temps que prenne fin l’occultation de ces faits, en attendant que, prenant la suite du hâtif tribunal médiatique, les membres des instances chargées des suites de cette affaire, à savoir les professeurs des universités et les magistrats, puissent témoigner de toute l’indépendance qui caractérise leur statut et honore leurs traditions.

    Gabriel Robin  (L'incorrect)

  • Youtube censure TV Libertés ! Réagissons !

    Mobilisation.png

    Comment faire face à la censure que subit TV Libertés ?

     
    Madame, Monsieur,

    A tous ceux qui se mobilisent pour nous venir en aide financièrement depuis l'annonce de la censure de la chaine TV Libertés, merci infiniment.

    A cause de la suppression brutale de la chaine youtube TVL, sans les habituels avertissements, sachez qu'à l'heure actuelle, plus de 100 000 de nos téléspectateurs ont perdu le contact avec votre chaine préférée.

    Youtube a décidé de les abandonner, mais nous, nous n'allons pas les abandonner : pour cela nous avons  besoin de votre mobilisation à tous.


    TOUT D'ABORD, FAITES PASSER LE MESSAGE : LE POINT DE RALLIEMENT POUR TOUT LE MONDE SE NOMME WWW.TVLIBERTES.COM :  c’est le site de TV Libertés.

    Nous vous appelons  à former une immense chaine de la complicité et de la solidarité.

    Pour ce faire, c'est très simple :

    Vous allez inciter massivement vos proches, vos familles, vos amis, vos réseaux sociaux, à s'inscrire à la lettre d'information de TV Libertés, et à rentrer leurs coordonnées pour qu'ils gardent le contact avec la première chaine de réinformation en France.

    IL SUFFIT DE LEUR FAIRE PARVENIR LE LIEN CI-DESSOUS, ET DE LEUR INDIQUER DE RENTRER LEURS COORDONNÉES ET AINSI DE DONNER LEUR ACCORD  POUR QU’ILS REÇOIVENT TOUT COMME VOUS, NOS INFORMATIONS QUOTIDIENNES.


    https://www.tvlibertes.com/abonnement-lettre-information-tv-libertes (lien à diffuser)

    Toutes les équipes de TV Libertés qui s'activent activement sur le front de la lutte contre la censure vous remercient d'avance et comptent sur vous.
     

    Ils veulent tuer TV Libertés

    45a77cd7-d3f0-4641-b3db-a75c2a723fef

    Message de TV Libertés suite à la censure de Youtube :"Vous l'avez sans doute constaté hier soir, la chaine Youtube de TV Libertés a purement et simplement été supprimée suite à des plaintes, émises bien évidemment par nos ennemis.

    L'heure est grave, mais nous ne lâcherons rien et à la fin, nous remporterons ce combat médiatique, soyez en certain.

    La décision de clôturer la chaîne Youtube intervient au même moment que le grand lancement lundi de notre grande campagne TVL pour lutter contre le plan anti-fake news et contre le Ministère de la Vérité ; TVL étant honteusement assimilé à un site diffusant de fausses informations car non conformes au politiquement correct.

     

    Martial Bild explique : 

     

    « YouTube a bloqué la diffusion du Journal Télévisé du jeudi 14 juin pour atteinte aux droits d’auteur. Une mesure inédite et fausse. En effet, nous pouvons aisément faire valoir le droit de citation, argument juridique incontestable. Avant même de procéder aux recours et aux modifications nécessaires, la chaîne TVLibertés a été tout bonnement supprimée. Une décision unilatérale, arbitraire et sans aucun avertissement préalable. À partir d’un argument juridique dérisoire à été prise une décision politique majeure spoliant les 100 000 abonnés de la chaîne de la presse alternative. C’est au moment où TVLibertés entamait une campagne de dons cruciale et s’imposait définitivement comme la chaîne de la presse alternative et de contre-pouvoir, que ce sale coup lui est porté.»

    Nos équipes ont travaillé toute la nuit pour vous permettre de visionner le journal de TV Libertés via notre chaine Youtube de secours (rendez-vous sur www.tvlibertes.com). Nous nous activons actuellement par ailleurs pour rechercher une solution, forcément très coûteuse, qui nous permettra de ne plus être à la merci de Youtube et de ces GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon ...) qui nous veulent du mal, et qui obéissent aux ordres de la galaxie Soros.

    Cette solution ne nous sera accessible que par vous tous qui vous mobilisez déjà depuis plusieurs jours massivement pour TV LIbertés. C'est le moment d'appuyer sur l'accélérateur. C'est le moment de faire front, tous ensemble, pour remporter la bataille médiatique. Mobilisez-vous, mobilisez autour de vous, dans vos familles, chez vos proches. Et donnez à TV Libertés, soutenez le combat pour un audiovisuel libre et à contre courant du politiquement correct. Plus que jamais, chaque téléspectateur doit soutenir financièrement TVL. Les téléspectateurs qui n'ont jamais fait de don sont fortement incités à rejoindre la communauté de résistance des donateurs de TVL."

  • Maître du monde ?

     

    PM170-une.jpg

     

    Par Hilaire de Crémiers

    H de C- Liberes-vous des partis.jpg

    Il serait temps de sortir des rêves conceptualisés par des théories fumeuses pour voir la réalité en face. Oui, le monde change mais pas comme on le prétend.

     

    Donald Trump est-il le maître du monde ? Une sorte de fou narcissique tel que le dépeint la presse occidentale, qui se livre à des impulsions sans cohérence et qui risque de faire exploser la planète ? Cette explication simple, et sans doute trop simpliste, ne rend pas compte, sinon du personnage, du moins de son action. L’observateur attentif et qui tient compte de ce qu’il dit et de ce qu’il fait, ne peut que constater que l’homme ne cherche pas, mais absolument pas, à être le maître du monde. À la vérité, il s’en moque, il l’a assez proclamé. Il a même affirmé le contraire. America first, l’Amérique d’abord, c’est son unique ligne de conduite ; et le reste est traité en conséquence . Les fortes personnalités qu’il a choisies et qui forment son entourage, agissent dans la même perspective. Aucune idéologie. Des choix pratico-pratiques assaisonnés de chantages, tels qu’en fait un patron d’affaires, et toujours aux limites de l’inconvenance. C’est pourquoi on s’acharne sur sa vie privée pour le faire tomber.

    Trump veut et fait

    Pour chaque dossier, il sait ce qu’il veut…et il l’obtient. Du moins, jusqu’à présent. Il dit, il fait et, pour le moment, il gagne…avec des risques qui peuvent être terribles mais qui sont toujours calculés.

    Pour la Corée du Nord, quelle que soit la rencontre du 12 juin, il est impossible de nier que par ses agitations il a fait bouger les lignes, plus que tous ses prédécesseurs qui les ont plutôt figées. C’est son pays qui en tirera profit à tout point de vue. La Chine traite : elle accepte finalement les conditions imposées par les États-Unis, pour compenser le déficit de la balance commerciale. Elle tient, certes, la dette américaine, en partie, mais cette dette la tient pareillement. Canada et Mexique devront suivre ; leurs ripostes n’auront pas d’effets véritables.

    Quant à l’Europe, elle n’a pas connu de moratoire à l’augmentation des droits de douane ; il est vrai que pour le moment – et pour ce premier essai, car il y aura des suites – c’est de peu de conséquence, mais la Commission européenne en est à imaginer quelques mesures de rétorsion sur des produits de luxe ou des produits alimentaires ciblés, de peu de conséquence aussi. Cependant l’Europe a tout à craindre, du coup, de la surproduction chinoise et mondiale en acier et en aluminium qui cherchera à s’écouler sur les pays sans défense.

    Emmanuel Macron en a appelé à l’OMC en dénonçant une illégalité internationale dont Trump « se fiche » complètement. Ce sera l’OMC qui sera obligée de réviser ses règles pour donner satisfaction à Trump qui ne veut plus voir son pays pillé par les Chinois – entre autres sur les brevets –, envahi par les produits étrangers, déstructuré par une concurrence sauvage. Qui ne lui donnerait raison ? Son action ne tend qu’à restituer tous les atouts aux États-Unis. Sa politique budgétaire, économique et commerciale a relancé avec vigueur la croissance américaine ; il n’y a pas de chômage aux USA et il est le maître du dollar, de sa monnaie qui est encore la monnaie du monde – et donc, comme disait l’autre, le problème des autres – et ce par quoi il le tient dans son étreinte. Éternelle Amérique ! Rien ne change depuis 50 ans !

    Le maître des USA

    Et donc Trump, par le moyen du dollar, dicte sa politique au Moyen-Orient. Son but est de coincer l’Iran, de forcer la République islamique à se désengager des pourtours d’Israël et de la péninsule arabique ; il n’est pas le maître du monde, mais il est le maître des sanctions. Et l’Europe et la France et l’Allemagne seront obligées de se courber devant sa décision. Peugeot, Total se retirent d’Iran. Que s’imagine Macron ? Trump s’est laissé caresser par le président français mais, en tant que président de l’Amérique, il ricanait intérieurement : il n’a pas changé sa politique d’un iota. Ce qu’il veut, c’est précisément désengager les forces américaines du Moyen-Orient et n’agir que par les ressorts dont il est sûr. Il ne veut plus de dépenses qu’il juge inutiles afin de renforcer, au contraire, les dépenses qu’il sait demain être utiles à la puissance de son pays. America first ! Ce comportement est peut-être idiot au jugement de Macron, mais il est à peu près sûr que Trump, en dépit de toutes les attaques dont il est l’objet, a rendu fierté et assurance de prospérité à ses compatriotes de toutes catégories sociales. C’est un gage pour les fameuses élections intermédiaires de l’automne 2018 et qui sait…Car s’il ne se conçoit pas comme le maître d’un monde où il ne songe qu’à faire triompher les intérêts américains, il est encore et incontestablement, en dépit de l’envie, le maître des USA. Ce n’est pas rien, président des États-Unis !

    Macron et l’Europe

    Et Macron ? Lui qui, sans doute, souriait de Trump et de Poutine tant il était sûr de sa vision du monde qu’il croyait supérieure à la leur, évidemment !

    Car il avait, il a encore une vision du monde dont il se croit le penseur et le maître. C’est un projet où il ne conçoit la France que dans l’Europe et dans une Europe de plus en plus européenne et donc intégrée, et cette Europe dans un monde de plus en plus mondialisé et donc uni.

    Tous ses discours portent depuis le début de son quinquennat la marque de cette obsession visionnaire ; ils ont été analysés dans ces colonne, un à un : homélie sur la Pnyx, cours à la Sorbonne, exhortation à Davos ; « nouveau contrat » français de société, « contrat européen », « contrat mondial » ! Ce sont ses mots.

    Et puis voilà que tout change autour de lui. L’Angleterre, contrairement à ce qu’il pense, ne reviendra jamais dans l’Union européenne ; elle en sort définitivement et vraisemblablement à son avantage. Les pays de l’Est font sécession ou pratiquement ; ils sont en conflit avec la Commission européenne dont ils refusent directives, règlements et décisions. La Slovénie vient, elle aussi, de voter « populiste ». L’Autriche prend la tête de l’Union européenne en juillet. L’Italie de Giuseppe Conte, de Matteo Salvini, de Luigi Di Maio est décidée à l’affrontement. Devant le sénat italien, le président du Conseil a défini la nouvelle politique italienne ; il n’y est pas allé de main morte ; il s’est déclaré ouvertement anti-système : « Si le populisme est la capacité d’écouter les besoins du peuple, alors nous nous en revendiquons ». Tout sera remis en cause : les budgets, la zone euro sinon la monnaie unique, les directives qui nuisent aux intérêts nationaux italiens, la politique migratoire européenne dont « le système de Dublin » qui pénalise effroyablement l’Italie et dont elle veut se libérer pour mener comme elle l’entend sa propre politique. Il n’est pas jusqu’à la politique étrangère où l’Italie ne souhaite retrouver son indépendance en annulant, quant à elles, les sanctions contre la Russie. Qui ne lui donnerait raison ?

    L’Allemagne, elle-même, maintenant, doute de l’Europe et pas seulement l’Afd. Merkel recule devant les propositions de Macron ; elle sait fort bien où en est l’opinion allemande. Toutes les contorsions de Macron qui fut le conseiller de Hollande, visent à une plus grande intégration budgétaire et financière pour, au final, davantage répartir les charges et les risques de la dette. Eh bien, l’Allemagne n’en veut pas et si FME il y a, il sera à ses ordres.

    Ce n’est pas seulement le monde qui échappe à Emmauel Macron, c’est bien l’Europe sur laquelle il a tout misé et qui ne répond plus à aucune de ses conceptions, qu’il croyait naïvement progressistes comme les lui avaient enseignées ses professeurs, et qui sont toutes dépassées. Il est probable que ses réformes en France qui chamboulent tout, en perdront leur sens.

    Les élections européennes de 2019 où il pense rebondir à la manière de la présidentielle française de 2017, seront un enjeu crucial. Il le sait. Mais la volonté ne suffit pas. C’est d’abord un jugement politique droit dont l’homme d’État doit être doté.

  • Bernard Lugan : « L’Afrique va continuer à se déverser inéluctablement en Europe … »

    Lugan1.jpg

    Parmi les spécialistes francophones de l’Afrique se trouve Bernard Lugan, directeur de la revue L’Afrique réelle, qui vient de publier son 100e numéro. Une revue lue attentivement chaque mois par de nombreux militaires, officiers et personnalités français qui s’intéressent de près au continent africain.

    L’actualité de ce continent étant chargée, et lourde de conséquence pour l’avenir de l’Europe, nous l’avons sollicité pour une interview, dans laquelle nous évoquons sa revue, la situation au Mali, le sort des  Blancs en Afrique du Sud, la démographie, l’immigration en Europe.

    Avant de conclure par une allusion sur son dernier ouvrage, « Mai 68 vu d’en face », qui devrait faire grincer les dents (il leur en reste sûrement quelques-unes) des gauchistes que Bernard Lugan a affrontés en mai 68.

    Entretien accordé au site Breizh-info.com

    Breizh-info.com : L’Afrique réelle sort son centième numéro. Quel bilan tirez-vous jusqu’ici de votre revue, unique en son genre, et de son lectorat ?

    Bernard Lugan : Le bilan est particulièrement positif, notamment en raison du grand nombre et de la fidélité des lecteurs (80 % de réabonnement). Un public de très haute qualité, qui demande des informations précises. Moi je ne donne pas des informations de première main, pour cela il y’a les agences, les journaux… Moi ce que je donne ce sont des éclairages. Je donne des explications qui ne vont pas dans le sens de la doxa. Des explications qui parlent du réel, de la géographie, des ethnies, et des véritables rapports humains.

    Breizh-info.com : La situation au Mali — thème de votre 100e numéro — est elle inquiétante ? Quelles répercussions possibles dans toute la région ?

    Bernard Lugan : Oui c’est un gros numéro d’une quarantaine de pages uniquement consacrées au Mali. Je ne me contente pas d’expliquer la situation actuelle, comme dans tous les numéros de l’Afrique Réelle. Je pars de très loin. Je pars de quasiment la préhistoire, je remonte à travers le temps long africain, je montre que les phénomènes que nous observons aujourd’hui sont la résultante de constantes historiques présentes depuis 2000/2500 ans. Avec notamment la question du rapport entre les populations du Nord, prédatrices, et les populations du Sud, souvent victimes.

    Je montre que la colonisation avait mis entre parenthèses ces rapports conflictuels et que depuis la fin de la colonisation, les grandes constantes (les marxistes auraient dit les lignes de force) historiques reviennent.

    Je montre surtout que le djihadisme n’est qu’un aspect totalement secondaire de la question. Selon une formule que j’utilise régulièrement, je dis que le djihadisme n’est que la surinfection d’une plaie ethnoraciale.

    Imaginons que nous puissions détruire tous les groupes islamistes, cela ne résoudra absolument pas la question du Mali, car la question du Mali n’est pas une question djihadiste. Elle réside dans l’impossibilité de faire vivre dans le même État des nordistes qui ont une tradition prédatrice et des sudistes qui ont une tradition victimaire. À partir de ce moment là, même si les djihadistes étaient éliminés, le problème touareg continuerait de se poser.

    Breizh-info.com : Quid de la situation des fermiers blancs en Afrique du Sud ? Il semblerait que contrairement à l’Australie, l’Europe ne jette même pas un coup d’œil dans le pays de Nelson Mandela ?

    Bernard Lugan : L’Afrique du Sud est sortie de l’histoire, elle n’intéresse plus personne. Le pays n’est plus un pays stratégique et ne se trouve plus pour le moment sur un axe stratégique sauf si bien sûr demain les rapports devenaient conflictuels avec la Russie et la Chine et que le contrôle des mers soit de nouveau important. Quant aux Blancs ils sont sortis totalement de l’histoire.

    Mais les Blancs d’Afrique du Sud sont responsables de ce qui leur arrive. Dans les années qui ont précédé la remise du pouvoir à l’ANC, le président De Klerk, qui a trahi son peuple, avait donné une dernière chance à son peuple de s’exprimer à l’époque où seuls les blancs pouvaient voter. Il avait organisé un référendum en demandant aux blancs d’Afrique du Sud : « Voulez-vous que je continue le processus de discussion avec l’ANC — qui aboutira à leur prise du pouvoir — ou alors êtes-vous opposé à cela ? » Si les blancs avaient voté non, le processus aurait été différent de celui qui s’est produit. Ils ont voté majoritairement pour que De Klerk continue à négocier. Ils ont mathématiquement aujourd’hui les résultats qui se produisent.

    Il était évident qu’un jour ou l’autre, l’ANC dont le programme contenait la reprise des terres allait reprendre les terres. C’était inéluctable. Je l’ai annoncé depuis 1985.

    Breizh-info.com : Mais qu’est-ce qui explique que les Pays-Bas, l’Angleterre, ferment les yeux sur le sort de ceux qui, génétiquement, appartiennent à leurs peuples ?

    Bernard Lugan : Nous vivons dans le monde de la repentance, de la culpabilité. Ce terme génétique, pour les Européens, ne veut rien dire. L’Afrique du Sud est un nouveau paradis par définition. C’est le pays arc-en-ciel, celui de Mandela, nouveau Dieu vivant, nouveau Gandhi, donc rien ne peut arriver. Nous vivons dans un monde d’aveugles, d’idéologues et d’ethnomasochistes.

    Breizh-info.com : La démographie de l’Afrique est un des enjeux majeurs du 21e siècle. Est-ce que cela vous inquiète ? Quelles solutions pour éviter l’explosion démographique qui pourrait conduire à la ruée vers l’Europe ?

    Bernard Lugan : Il n’y a pas de solution. Absolument aucune. Les résultats de la médecine coloniale et de la coopération ont fait que la démographie africaine a bondi. La planète entière a fait sa mutation démographique sauf l’Afrique. L’Afrique continue à faire des enfants comme dans les conceptions que l’on pourrait qualifier d’Ancien Régime d’un point de vue démographique.

    Elle avait par le passé des enfants pour compenser une mortalité très importante. Aujourd’hui la mortalité infantile a diminué, les Africains continuent à faire des enfants. La situation va aller en s’aggravant à partir du moment où le vaccin contre la Malaria va être répandu. L’Afrique va doubler sa population. À l’heure actuelle, le seul frein à la surpopulation africaine, c’est la Malaria qui tue, malheureusement des jeunes enfants. Mais le vaccin est quasiment prêt à sortir, et mis dans les 10 années qui viennent sur le marché et distribué par les ONG, ce qui fait que l’Afrique va encore doubler sa population.

    Donc il n’y a pas de solution, car l’Afrique est partagée entre deux grandes religions, l’Islam et le Christianisme, qui sont deux religions contre les politiques de natalité, de contrôle.

    Breizh-info.com : Mais justement, est-ce qu’écologiquement parlant, puisqu’il s’agit d’écologie humaine mondiale, une politique de l’enfant unique imposée à l’Afrique ne pourrait pas être envisageable en persuadant les gouvernants africains ?

    Bernard Lugan : C’est impossible, car il n’y a pas un État africain, mais 52 États. Chacun a sa politique. Dans les pays musulmans par ailleurs, le poids de la religion est tel que ce n’est même pas envisageable. Dans les zones chrétiennes idem.

    Nous sommes enfin dans des sociétés africaines d’ethnomathématique électorales, donc il est bien évident qu’aucune ethnie ne va accepter de diminuer sa population, ce qui la mettrait en faiblesse par rapport aux ethnies qui ne la contrôleraient pas. Donc tout concourt pour la course à la démographie.

    Ajoutez à cela les catastrophes écologiques, il n’y a pas de solution. Un pays comme le Niger, qui est un désert total, avait moins de 500 000 habitants en 1900, moins de 800 000 à l’indépendance, et bientôt 40 millions d’habitants. Et c’est un désert, sans production ni rien. Où vont aller ces gens ? Pas vers le sud, forcément vers le Nord. Donc la seule solution, et nous n’avons qu’une seule marge de manœuvre, c’est d’établir des partenariats avec les pays d’Afrique du Nord, qui eux, sont en première ligne. Ce n’est pas l’Europe qui est en première ligne, mais bien eux.

    Ces pays sont des pays que nous devons renforcer au maximum. C’est pour cela que la guerre déclarée par Sarkozy et Bernard Henry Levy contre la Libye est une entreprise profondément criminelle, car la seule lucarne d’émigration qui soit véritablement généralisée en Afrique du Nord, c’est la Libye. Alors que du temps de Khadafi, cette émigration était contrôlée. L’Afrique va continuer à se déverser inéluctablement en Europe avec la complicité des autorités européennes.

    Méditerranée.jpg

    Breizh-info.com : Vous avez évoqué la Libye, mais ne doit-on pas s’inquiéter également de l’Algérie à la chute de Bouteflika ?

    Bernard Lugan : Oui et non. Il n’est pas sûr que le pire arrive en Algérie. Il y’a un an je vous aurai dit que le pire allait arriver, maintenant je suis à 50/50. Parce que les oligarques qui tiennent le pays n’ont pas intérêt à ce qu’il y’ait anarchie, ce serait mauvais pour leurs affaires, pour leurs trafics. Il est possible que la situation — bien que ce pays s’enfonce dans le néant — ne soit pas dans le futur apocalyptique comme elle l’est en Libye.

    En plus, l’Algérie sort d’une guerre civile, je la vois mal replonger dedans.

    En revanche, le danger serait une guerre avec le Maroc. On sent à l’heure actuelle une crispation très forte sur la frontière à propos du Sahara occidental et il ne serait pas impossible que l’Algérie ait besoin d’un dérivatif guerrier pour ressouder sa population. Il y’a ce danger qui est latent, qu’il ne faut pas grossir, mais qu’il faut avoir à l’esprit. L’Algérie se surarme. Et pas avec du matériel pour lutter contre sa guérilla islamiste résiduelle. Elle s’arme avec des armes lourdes. Du blindé, de l’aviation… C’est forcément pour lutter contre le Maroc.

    Breizh-info.com : Ce n’est pas réjouissant pour l’Europe à moyen terme tout cela.

    Bernard Lugan : Non d’autant plus que nous n’avons plus de Marine. La priorité des priorités à l’heure actuelle c’est d’en recréer une. C’est fondamental, car tout va se passer sur la Méditerranée. Nous allons devoir défendre nos positions avancées dessus. Ce n’est pas avec le Charles de Gaulle qui est en réparation six mois par an que nous allons faire quelque chose. Il nous faudrait plusieurs porte-avions, une Marine puissante pour pouvoir aider éventuellement tel ou tel point d’appui sur le littoral nord-africain.

    Il y’a une véritable politique méditerranéenne à avoir, et nous ne l’avons pas.

    Breizh-info.com : Un peu plus positif, et pour sortir de l’Afrique, vous revenez du colloque de l’Iliade, qui a attiré plus de 1000 personnes, vos impressions ?

    Bernard Lugan : C’est remarquable. On sent un immense courant d’air, un grand nettoyage intellectuel. Nous sortons de la vieille politique, des vieux combats obsolètes. Moi qui ai une grande expérience de ce genre de chose, j’ai eu l’impression d’avoir l’élite de notre famille qui était là. Une élite qui comprit le problème, qui réfléchit. La qualité des interventions était remarquable, le sérieux du public, tout était étonnant. C’est monté en puissance par rapport à il y a deux années quand je m’y étais rendu.

    Breizh-info.com : Vous sortez par ailleurs un ouvrage sur Mai 68, « vu d’en face ». Parlez-nous de votre livre et de votre expérience de mai 68 ?

    Bernard Lugan : Oui c’est un ouvrage différent de ceux que j’écris d’habitude. Rédigé, car nous arrivons à l’anniversaire de ce stupide mai 68 qu’on nous présente comme un évènement considérable. Il a eu des conséquences considérables, mais l’évènement en lui même était d’une nullité, d’une platitude, c’était une révolte de petits bourgeois nantis. Je savais qu’il y aurait des dizaines de bouquins écrits et évoquant la même chose, donc ce que j’ai voulu faire, c’est raconter des souvenirs montrant qu’il y a eu une guérilla, menée par des groupes minoritaires — j’étais responsable de l’un d’entre eux. Je raconte comment nous avons essayé de mener notre petite guerre face à la marée montante du conformisme et de la moutonnerie de tout ce mouvement.

    Je raconte mai 68 à travers une dizaine d’anecdotes, d’épisodes assez décalés. Ce n’est pas du tout un livre d’ancien combattant. Je montre surtout à quel point ce mouvement n’a rien représenté sur le terrain. Si le gouvernement avait voulu le stopper, il l’aurait fait immédiatement. Il n’y a jamais eu d’affrontements directs entre la police et les manifestants, ils se battaient à distance — pavés contre gaz lacrymogène — il n’y a pas eu de prise d’assaut de barricades, il y a eu la volonté du gouvernement de ne pas intervenir en force contre ces gauchistes.

    Au bout de quelques semaines, les syndicats et les partis de gauche ont voulu eux tenter la prise de pouvoir, mais ça, c’est une autre histoire.

    Propos recueillis par Yann Vallerie

  • La France est proche d’une explosion islamique

    Islam.jpg

    Le texte que vous allez lire n’a pas été écrit par un Français mais par un journaliste italien, Giulio Meotti.

    Il n’a pas été écrit pour un média français mais israélien, Arutz sheva 7.

    C’est toute son importance.

    L’observateur extérieur a un double atout : il ne subit pas les pressions politiquement correctes de la presse française, et il a le recul et la distance que n’ont pas ceux qui marinent dans la bobosphère parisienne – Albert Bertold.

    La guerre ouverte avec les musulmans français n’a pas encore éclaté, mais les événements récents la rapprochent.

     

    En 1961, alors que le sort de l'Algérie n'était pas réglé, les idées sur la partition de ce pays d’Afrique du Nord s’épanouirent. L’une d’entre elles, qui a été sérieusement envisagée, suggérait la création d’une réserve pour les Blancs et les Harkis autour de la ville d’Oran, alors qu’Alger aurait été, comme Berlin, une ville divisée en deux parties.

    Le général de Gaulle finit par rejeter le plan d’Alain Peyrefitte. Mais il s’est produit ailleurs. La Grèce et la Turquie ont échangé leurs populations en 1922 pour mettre fin à une guerre qui a duré 100 ans et, par conséquent, la guerre à Chypre a pris fin. Le Soudan a fermé la page sur sa guerre civile en accordant l’indépendance au sud du pays. La même chose s’est produite en Irlande du Nord.

    La « guerre de France » n’a pas encore commencé. De nombreuses attaques islamistes meurtrières ont eu lieu et de vastes territoires sont déjà hors du contrôle de la République française.

    Même si le conflit n’en est qu’à ses prémisses, la notion de « partition » ou sécession progresse dans l’opinion publique. C’est pourquoi dans le mensuel Causeur, une publication respectée éditée par Elizabeth Levy, un long article vient de soutenir l’idée d’une division de la France.

    un territoire, un gouvernement, mais deux peuples : les Français avec les lois habituelles et les musulmans avec un statut coranique

    « Tout le monde se rend compte qu’un second peuple s’est formé en France, une branche qui veut définir sa vie sur les valeurs religieuses, et s’oppose fondamentalement au consensus libéral sur lequel notre pays a été fondé », écrit Christian de Moliner. « Mais une nation repose toujours sur un pacte fondamental, un minimum de lois que tous approuvent. Ce n’est plus le cas ».

    Alors que la France n’est pas encore en guerre ouverte, les fidèles du Prophète sont déjà regroupés dans des domaines régis par des règles particulières (voile obligatoire, antisémitisme, vie conjugale régulée selon les principes coraniques). « Par crainte de paraître ‘islamophobes’ et pour satisfaire cette frange naissante des musulmans, les gouvernements français sont prêts à accepter la diffusion de pratiques radicales dans tout le pays: le voile à l’école et au travail, l’obligation de viande halal dans toutes les cantines. »

    Il n’ y aura pas adhésion de tout le pays à l’Islam comme dans la « Soumission » de Michel Houellebecq, mais simplement la situation où une minorité religieuse impose ses règles à une grande partie de celle-ci.

    « L’expulsion des extrémistes, que l’on appelle élégamment ‘remigration’, est impossible si l’on garde un cadre démocratique.

    Déporter les descendants d’immigrés serait brutal et intolérable et il suffit pour en être convaincu d’observer le sort terrible des Rohingyas. Une séparation totale, territoriale et politique, est impossible. Aucune nation viable ne peut être formée à partir de multiples ghettos musulmans qui n’ont pas d’unité géographique.

    La seule solution qui me semble convenir aux différentes tendances de la société actuelle serait un territoire, un gouvernement, mais deux peuples :

    • les Français avec les lois habituelles et les musulmans avec un statut coranique.
    • Un conseil des oulémas fixera la loi religieuse, mais l’autonomie s’arrêtera là.

    Il est évidemment hors de question qu’un gouvernement musulman embryonnaire s’installe en France. L’idée apporterait la paix en France, briserait les excès de l’islam et préserverait un cadre démocratique pour 95% de la population » .

    La proposition pratique de Moliner est clairement utopique, mais le simple fait que des écrivains et des journalistes en France essaient d’imaginer de telles solutions à la situation actuelle du pays vous donne une idée de ce qui se passe à Paris.

    C’est la panique.

    • Les extrémistes musulmans et les voyous musulmans ont pris le contrôle de nombreuses régions françaises interdites.
    • Les Juifs quittent leurs régions historiques pour se regrouper en zones plus sûres.
    • Le magazine Charlie Hebdo subit une nouvelle vague de menaces de mort.
    • Emmanuel Macron vient de rentrer d’un voyage à Abu Dhabi et Ryadh où il a loué l’islam, et
    • les combattants étrangers français rentrent dans leur pays après la défaite d’ISIS en Syrie.
    • [et partout les Français marchent la tête basse pour éviter les « regards de travers » prétextes à de violentes agressions]

    Tout revient maintenant à sa place. Prêt pour une future explosion islamiste.

    Publié par Dreuz Info

  • Charles Maurras, à lire avant de juger

    Maurras-Académie-3.jpg

    Par Jean Sévilla dans Figaro magazine

    Sévilla.jpgLe 28 janvier dernier, le ministère de la Culture annonçait le retrait de la notice consacrée à Charles Maurras, né il y a cent cinquante ans, dans le Livre des commémorations nationales de 2018, à la suite de protestations contre la mention dans ce document officiel d'un écrivain réputé pour son antisémitisme. « Commémorer Maurras, ce n'est pas le célébrer », répliquaient les historiens du Haut Comité des commémorations nationales, avant que dix des douze membres de ce comité ne présentent collectivement leur démission. Pendant plusieurs semaines, le nom de Maurras alimenta la polémique. « Doit-on republier l'infâme ? », s'interrogea Libération (2-3 février 2018), à propos de la parution d'une anthologie de Maurras. Dans Le Nouveau Magazine littéraire (mars 2018), Claude Askolovitch vitupéra sur quatre pages « le retour d'une icône fasciste ».

    Déroulées mécaniquement, ces charges laissaient cependant l'impression que certains se donnaient bonne conscience en vilipendant un personnage dont, en réalité, ils ne savaient rien. Peu après l'entrée de François Hollande à l'Elysée, en 2012, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui avait été la porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, avait déjà fait le coup en mettant en cause Patrick Buisson, le conseiller du candidat battu, l'accusant d'avoir travaillé non au succès du président sortant, mais d'avoir voulu « faire gagner Charles Maurras ». Si on avait demandé à l'ancienne ministre d'expliquer en détail qui était celui-ci, sans doute aurait-elle été embarrassée.

    Dans Le Monde du 18 novembre 1952, deux jours après la mort de Maurras, André Fontaine écrivait ces lignes : « Devant cette tombe ouverte, devant le corps d'un homme qui, cinquante ans durant, a honoré les lettres et le génie français, ne serait-il plus possible de tenter d'être juste ? » Pour le centième anniversaire de sa naissance, le même journal, le 20 avril 1968, consacrait une double page à Charles Maurras, avec un article critique de l'académicien Pierre-Henri Simon (« Puissance et fissures d'une pensée »), et un autre de Gilbert Comte, un journaliste maison, qui invitait à redécouvrir, au-delà du « Maurras intraitable des quinze dernières années, durci par le malheur, figé dans son orthodoxie », le « jeune prophète conquérant du renouveau royaliste ». En 2018, là est le paradoxe : l'aversion à l'égard de Maurras est inversement proportionnelle à son éloignement dans le temps.

    Admiré par Proust, Bergson, Péguy, Bernanos, Lacan

    Journaliste, philosophe politique, critique littéraire et poète, Maurras a été pendant la première moitié du XXe siècle une figure de la vie intellectuelle française. Proust, Apollinaire, Péguy, Malraux, Gide, Claudel ou Montherlant ont salué son talent. Outre Léon Daudet et Jacques Bainville, ses compagnons de l'Action française, la liste est longue de ceux qui ont été un jour maurrassiens : les philosophes Jacques Maritain, Gustave Thibon, Louis Althusser et Pierre Boutang, les historiens Pierre Gaxotte, Philippe Ariès et Raoul Girardet, les romanciers Georges Bernanos, Roger Nimier, Michel Déon et Jacques Laurent, les acteurs Pierre Fresnay et François Périer, le psychanalyste Jacques Lacan ou le linguiste Georges Dumézil. Si Maurras avait incarné le mal absolu, pourquoi ces esprits brillants se seraient-ils reconnu une dette envers lui ?

    Tout penseur doit être soumis à un bilan critique, ce qui suppose de connaître son œuvre. Entreprise malaisée, dans le cas de Maurras, auteur de milliers d'articles et d'une centaine de livres introuvables ailleurs que chez les bouquinistes. Or, voici enfin la possibilité de le lire grâce à la publication, dans la collection « Bouquins » de Robert Laffont, d'un volume de près de 1300 pages reprenant un choix de ses textes philosophiques, littéraires et politiques, et de ses poèmes. Cette édition, établie et présentée par Martin Motte, directeur d'études à l’École pratique des hautes études, est préfacée par Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint de la rédaction du Figaro Magazine, qui signe une utile introduction à la vie et à l'action d'un homme souvent cité, mais si peu connu.

    Simultanément, les Editions Pierre-Guillaume de Roux rééditent un essai du journaliste Jacques Paugam, L'Age d'or du maurrassisme, centré sur les débuts de Maurras. Dans ce livre, initialement paru en 1971, l'auteur, gaulliste et chrétien-démocrate, faisait « une formidable démonstration d'honnêteté intellectuelle », observe Michel De Jaeghere, directeur du Figaro Hors-série et du Figaro Histoire, qui préface cette réédition en ne négligeant chez Maurras « ni les zones d'ombre ni - c'est plus exceptionnel - les traits de lumière ».

    Né à Martigues, près de Marseille, en 1868, dans une famille de petite bourgeoisie, Charles Maurras, orphelin de père à 6 ans, grandit avec sa mère et son frère à Aix-en-Provence où il entreprend ses études au collège catholique. A 14 ans, atteint d'une surdité incurable, il est tenté par le suicide et perd la foi. Un de ses professeurs, l'abbé Penon, futur évêque de Moulins, prend en charge la direction morale du jeune homme : leur correspondance est une clé indispensable pour comprendre la vérité personnelle et privée de Maurras. Après son baccalauréat, en 1885, il gagne Paris où, sa surdité lui interdisant l'université, il passe des heures dans les bibliothèques et se lance dans la critique littéraire, se liant avec Maurice Barrès, Anatole France, Frédéric Mistral.

    Au cours des années 1891-1895, ayant vaincu son nihilisme, il fonde sa pensée sur l'idée que l'homme n'est pas la mesure de toute chose : il y a un ordre du monde auquel il doit se soumettre. Parallèlement, fondateur en poétique de l'Ecole romane, avec Jean Moréas et Raymond de la Tailhède, il élabore une esthétique classique. A travers le cas de George Sand et Alfred de Musset, Maurras dénoncera, dans Les Amants de Venise, l'amour romantique, dérèglement d'un sentiment qui n'a d'autre fin que lui-même.

    En 1896, il visite la Grèce et l'Italie. De ce voyage, il retient que la beauté n'est pas dans le nombre, qui peut s'accroître à l'infini, mais dans la composition. Le jeune écrivain, dont les racines sont méditerranéennes, voit a contrario dans la philosophie allemande la source des barbaries modernes. Contre Luther, Maurras pense que le libre examen est un principe anarchique ; contre Kant, que la loi morale ne peut être déterminée par la conscience individuelle ; contre Rousseau, que la base de la société n'est pas l'individu, mais la famille. Agnostique, il loue le catholicisme qui, selon lui, organise l'idée de Dieu, l'Eglise catholique restant à ses yeux un fondement de la civilisation occidentale.

    L'affaire Dreyfus

    Dès son arrivée à Paris, ayant souffert de la séparation d'avec la Provence, il avait fondé le Jeune Félibrige avec son ami Frédéric Amouretti, affirmant sa première idée politique : la nécessité de la décentralisation pour libérer le pays du carcan parisien. De Grèce, il était revenu avec deux certitudes. Primo, puisque la lutte des partis a précipité la fin d'Athènes, la démocratie n'est pas le meilleur des régimes. Secundo, le XXe siècle sera celui des nationalismes qui se sont exprimés aux nouveaux Jeux olympiques auxquels il a assisté à Athènes.

    L'affaire Dreyfus est la première bataille politique à laquelle Maurras prend part. Persuadé de la culpabilité du capitaine et de la régularité de sa condamnation, il estime que la France, son armée et ses lois doivent être au-dessus des malheurs d'un individu. Il résumera son sentiment par une boutade : « Si Dreyfus est innocent, il faut le faire maréchal de France, et fusiller ses dix premiers défenseurs.»

    En 1899, il rejoint L'Action française, une revue mensuelle au sein de laquelle il prend l'ascendant, gagnant ses fondateurs à ses propres idées. Devenu royaliste, Maurras entreprend en 1900 une Enquête sur la monarchie, d'abord auprès des représentants du prétendant au trône, le duc d'Orléans, puis auprès de personnalités nationalistes, recevant des adhésions, comme celle de Jacques Bainville, ou échouant à convaincre d'autres amis, comme Maurice Barrès, qui restera républicain.

    Pour Maurras, la République parlementaire, jouet des groupes de pression et de la démagogie électorale, n'assure pas le bien commun de la nation, instituant un Etat faible autour du personnel du régime, le «pays légal», qui se superpose au «pays réel» dont la représentation devrait être assurée au sein d'instances régionales, professionnelles et morales diversifiées. « L'autorité en haut, les libertés en bas », assure le nouveau théoricien royaliste.

    Désormais, la doctrine de Maurras est fixée, et sa vie se confond avec l'Action française, mouvement politique et journal quotidien à partir de 1908. Le volume de la collection « Bouquins » permet de suivre l'approfondissement de cette pensée, notamment ses points forts, comme L'Avenir de l'intelligence, essai où Maurras médite sur la situation des intellectuels à « l'âge de fer » du XXe siècle, ou Kiel et Tanger, livre qui inspirera la politique étrangère du général de Gaulle et que citera Georges Pompidou lors d'un discours à Sciences-Po, en 1972, et dans lequel Maurras expliquait que le rôle de la France était de fédérer les nations petites et moyennes pour équilibrer les coalitions réalisées autour des grandes puissances.

    Lire Maurras, cependant, c'est aussi rencontrer ses limites, ses apories, ses aveuglements et ses mots qui choquent, part indéfendable dont l'anthologie « Bouquins » ne dissimule rien. Elu à l'Académie française en 1938, n'ayant cessé de mettre en garde contre l'Allemagne (« Le racisme hitlérien nous fera assister au règne tout-puissant de sa Horde », avertissait-il en 1939), Maurras se ralliera au maréchal Pétain en 1940, persuadé que le maintien d'un État français laissait la possibilité d'un relèvement futur. Mais, enfermé dans cette position au fur et à mesure que Vichy perdait les éléments de souveraineté que lui avait laissés l'armistice, mal informé de la marche du monde, le vieil homme allait se discréditer en paraissant passif devant une occupation allemande qui lui faisait pourtant horreur, quand nombre de ses disciples s'engageaient dans la Résistance. Ces années noires vaudront à Maurras, en 1945, d'être condamné à la réclusion à perpétuité, arrachant ce mot au gaulliste François Mauriac : « Intelligence avec l'ennemi ? C'est bien la seule forme d'intelligence qu'il n'ait jamais eue

    Les préfaces respectives des deux ouvrages qui paraissent aujourd'hui analysent l'antisémitisme de Maurras qui, pour n'être pas stricto sensu racial - en octobre 1918, l'écrivain s'inclinera devant le sacrifice de Pierre David, « héros juif d'Action française » - et si peu consubstantiel à son système politique qu'il est absent de la pensée de son ami l'historien Jacques Bainville (mort en 1936), n'en relève pas moins, écrit Michel De Jaeghere, « d'un préjugé étrange, qu'on s'étonne de trouver si persistant et si vivace dans un esprit aussi large, aussi profond.»

    Mort en 1952, Maurras s'éloigne. Le lire, c'est distinguer chez lui l'essentiel et l'accessoire, l'inacceptable et ce qui, dégagé de la gangue de son temps, pourrait être fécond s'il était accordé aux enjeux de notre époque. Jean-Christophe Buisson souligne que Maurras est « un prophète du passé », mais que la modernité n'a pas englouti celui-ci puisque certains sujets qu'il a abordés « résonnent dans notre monde contemporain avec une troublante familiarité ».   

  • Au coeur des cités interdites de Marseille

    Marseille nord.jpg

    Tenus en coupe réglée par les petits caïds de la drogue, toujours plus violents, les quartiers nord de Marseille souffrent en silence. La paix sociale prime sur l’ordre public. Reportage.

    En haut de la colline, on n’a guère le temps d’apprécier la vue sur la rade, pas si lointaine. Le “checkpoint”, à l’entrée de la cité de La Savine, dans les quartiers nord de Marseille, contrôle un par un les visiteurs “extérieurs” : livreurs, médecins, artisans… C’est un passage obligé. Le “douanier” du jour, un jeune homme, torse nu, vêtu uniquement d’un short et de claquettes de plage, est en train de siroter un soda à la paille, à l’ombre d’un parasol.

    Un visage inconnu, dans une voiture immatriculée dans un autre département, et voilà qu’il saute de sa chaise en plastique et se met à courir derrière le véhicule. « Eh, eh, toi, là ! Arrête-toi ! » Dans le rétroviseur, il a déjà disparu. Deux cents mètres plus loin, la voiture est rattrapée par deux scooters… Puis bloquée devant une entrée d’immeuble. Impossible de continuer son chemin sans renverser un de ces vigiles du deal de shit.

    « Oh, gros ! Pourquoi tu t’es pas arrêté plus haut quand on te l’a demandé ? » Dans cet ensemble HLM plutôt propre, construit au début des années 1970 et récemment rénové, dans le XVe arrondissement, on est prié d’obtempérer. Le conducteur du scooter, un jeune Noir tout en muscles, vient de ranger son talkie-walkie à la ceinture de son bermuda. C’est muni de cet appareil qu’il communiquait avec le premier barrage. L’incident est quasi clos.

    « T’es journaliste ? Dégage, on n’a rien à te dire. Allez, fous le camp ! » Impossible de parlementer. Et inutile : à La Savine, on caillasse, on tabasse, on tue même, parfois. La reconduite aux frontières extérieures de la cité s’opère sous cette improbable escorte motorisée, jusqu’au pied de la colline. On se quitterait presque en bons termes.

    Car la visite des quartiers nord — plus d’une trentaine sur un territoire qui correspond grosso modo au tiers de la superficie et de la population de Marseille — se passe souvent plus mal. À La Solidarité — surnommée par les locaux “La Soli” —, toujours dans le XVe arrondissement, l’accueil est moins chaleureux, le décor aussi : les façades des immeubles sont davantage abîmées, plus crasseuses également. Le linge pend aux balcons, hérissés d’une multitude de paraboles. Une petite bande de jeunes, assis à un arrêt de bus, lance des cailloux en direction du véhicule. Un projectile rebondit sur le capot d’une autre voiture, posée sans roues sur des parpaings. À la pharmacie du coin, littéralement cernée par les guetteurs, on minimiserait presque : « Ah, tant qu’ils ont l’impression qu’on les laisse faire leur business, ils nous laissent tranquilles ! » C’est pourtant un pan entier de la ville qui est pris en otage, verrouillé de l’intérieur par cette voyoucratie toute-puissante.

    Un jeune qui contrôle l’entrée de la cité gagne 100 euros par jour

    Habitude, omerta, peur des représailles : les quartiers nord sont taiseux. Dans une boulangerie qui fait face à “La Soli”, la jeune vendeuse a son explication sur ce silence, loin de la faconde méridionale habituelle : « Peuchère, les gens, tant qu’ils habitent ici, ils ne parlent pas, ils ne dénoncent pas… Faut dire que ce sont souvent leurs minots qui font des conneries. »

    Les crimes et la délinquance baignent pourtant toujours le nord de la cité phocéenne. Ils s’affichent à longueur des colonnes des faits divers dans la Provence. Les règlements de comptes s’opèrent à balles réelles et de préférence à la kalachnikov, les morts se comptent par dizaines et, pourtant, les habitants veulent donner l’impression que “tout va bien” ou que “tout est exagéré”.

    Sur des chaises d’école, un groupe de quatre personnes s’occupant de l’Association sportive La Delorme — dans la cité Bassens, en plein XVe arrondissement — est plus bavard. Le quartier est connu comme un des “plans stup” les plus chauds de Marseille. L’un des plus mortels aussi : trois personnes sont mortes l’année dernière lors d’une fusillade. Un classique.

    L’endroit est encore désert. À cette heure matinale, seuls les anciens prennent le café, en face de leur local, non loin de quelques petites maisons mitoyennes qui tranchent avec les barres HLM avoisinantes et à quelques mètres d’un terrain de jeux pour enfants abandonné à la poussière. Non sans quelques réticences, ils consentent à parler : « Valeurs actuelles ? Vous tombez bien, ici, on n’a plus de valeurs ! » Son voisin lui dit de se taire : « Tu vois bien qu’il est là pour dire du mal des cités… » Un « mélenchoniste » — c’est ainsi qu’il se présente d’emblée — se lance : « Va falloir parler du chômage. 40 %, ici ! La vérité, monsieur, c’est que personne n’en a quelque chose à foutre de la jeunesse. Quant aux vieux, ici, ils sont déjà morts. Aucun CDI pour les Arabes, tous discriminés, et on s’étonne qu’ils basculent dans la délinquance… Et puis, vous allez commander, vous, à des jeunes de 16 ans ? »

    Les jeunes, justement. Ceux-là mêmes qui contrôlent les accès des principales cités, à raison de 100 euros par jour de “chouf”, vigies travaillant pour des “gérants”, véritables startuppers du marché de la drogue. Combien sont-ils à tenir en coupe réglée les quartiers nord ? Entre les fixes et les ponctuels, ils seraient plusieurs centaines. De vrais petits contrats de travail. Avec certains avantages : tel guetteur obtiendra de se faire livrer sa nourriture. De jour, comme de nuit.

    La Castellane, cité où a grandi Zinédine Zidane, ne dort quasiment jamais, surtout en été. Dans ce labyrinthe de béton où survivent quelque 7 000 personnes, les sentinelles sont partout et assurent aux trafiquants un chiffre d’affaires pouvant aller jusqu’à 60 000 euros par jour ! Sur les toits, la nuit, encagoulés, dominent les plus agiles d’entre eux.

    Aux abords des rues, sur les trottoirs, ils gardent en main des lampes torches, vautrés dans des canapés crevés et fumant parfois la chicha pour tuer le temps. Défense absolue, là aussi, de pénétrer dans les cages d’escalier où, en plus du deal de drogue, on propose quelques produits d’épicerie : colas, chips, baguettes de pain ! Un univers parallèle où les policiers ont, également, du mal à pénétrer. La moindre incursion des forces de l’ordre et ce sont les “arah”, hurlés à travers les fenêtres d’immeuble, qui retentissent. Un cri emprunté aux fellaghas qui avertissaient ainsi de l’arrivée des militaires français pendant la guerre d’Algérie.

    « Quand ils ne mettent pas carrément le feu à des voitures pour faire diversion », témoigne un fonctionnaire du commissariat de la division nord de Marseille. Des policiers qui ne sont pas à armes égales avec les voyous. Véhicules ayant dépassé les 200 000 kilomètres devenus des épaves, sous-effectif qui ne permet pas d’intervenir en sécurité… Leur témoignage se fait anonymement, « pour ne pas se mettre à dos la hiérarchie ». « C’est simple, nous n’intervenons presque plus que pour des différends familiaux… Quand vous interpellez quelqu’un, d’un coup 20 autres personnes débarquent. Nous, on regarde en l’air car on nous jette des rochers et on nous tire dessus au pistolet à plomb. » Inutile de faire du zèle, ce n’est pas bien vu.

    Le banditisme d’antan a disparu

    Pas étonnant que la plupart des jeunes des cités marseillaises roulent sans casque sur leurs cyclomoteurs : « La direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône nous interdit de prendre en chasse les gens à deux-roues… Il faut éviter la “saucisse”, c’est-à-dire l’incident. Officiellement, l’administration nous dit que c’est pour nous protéger… On nous explique que la justice ne nous couvrira pas s’il y a un accident. » Résultat : « Les jeunes s’imaginent qu’on les craint. »

    Ce sentiment de paralysie, l’ex-major de la Bac (brigade anticriminalité) Gilles Tachon le connaît bien. Ce gaillard de 61 ans, sorte de Serpico local qui a balancé sur les policiers ripoux marseillais en 2012, a procédé au démantèlement, parfois musclé, de plusieurs réseaux de trafic de stupéfiants. Il s’est taillé une réputation de dur à cuire et d’encyclopédie vivante des quartiers nord, où il réside toujours. L’homme est intarissable : « Tenez, ici, c’est là que sont notées les plaques d’immatriculation des véhicules banalisés de police… Ah, j’aurais pu faire guide touristique ici… J’y ai pensé ! » Derrière la bonhomie du personnage, se cache aussi l’exaspération d’un type qui trouve qu’à Marseille, « on veut à tout prix acheter la paix sociale ». « Quand on fait tomber un réseau, les loyers des bailleurs sociaux ne sont pas payés le temps que se remette en place un autre réseau. Si on supprime cette économie parallèle, que reste-t-il ? Quelques allocations. »

    La violence, elle, s’est accentuée. Le banditisme à la papa, qui respectait un certain code d’honneur, a disparu. « Avant on se faisait la guerre entre cités. Maintenant on la fait bloc contre bloc, cage d’escalier contre cage d’escalier », note Gilles Tachon. Avec toujours davantage d’horreur… Quand on ne tue pas, il arrive qu’on torture.

    « La jeunesse délinquante s’est choisi un modèle : Scarface. Il n’est pas rare qu’on retrouve le poster de ce film dans les chambres des délinquants qui veulent une vie courte, pleine d’adrénaline, avec de la dope et des armes. C’est vrai, il y a un seuil d’acceptation de la violence ici qui n’existe pas ailleurs en France », observe Me Victor Gioia, avocat qui plaide régulièrement pour les victimes des criminels des quartiers nord. « Des victimes de guerre, en fait », souffle le pénaliste. La “guerre” : le mot est souvent employé par les habitants. Une grand-mère, dans une maisonnette près de la cité des Lauriers, se désole que la carcasse d’une petite Citroën, brûlée dix jours auparavant, soit encore dans la rue. « C’est la guerre, ici. Alors, que voulez-vous… On prie pour que les bombes tombent à côté. C’est pas glorieux mais c’est comme ça qu’on survit. Et les politiques s’en foutent ! »

    En vacances dans le très chic quartier du Roucas-Blanc, le président de la République n’aura, c’est vrai, quasiment rien vu des quartiers nord. Sinon, peut-être, au travers des vitres fumées de sa voiture. Emmanuel Macron est allé, dans le plus grand secret, s’entraîner plusieurs fois dans la salle de sport du Raid, située dans les locaux du commissariat de la division nord. À l’abri de la presse. Et de la réalité des cités marseillaises.

    Source : MetaTv

  • IV-Défense et illustration de notre patrimoine

    Nous poursuivons l'étude archéologique réalisée par notre ami Jean-Paul Wiegant, ancien responsable du service archéologique de la mairie de Béziers. Il s'agit de la quatrième publication relative aux arènes romaines.

    (Cliquez sur les photos et images afin de les consulter plus facilement.)

     

    Les anciennes arènes romaines - 4

    Réhabilitation du site et archéologie (1987à 2005)

     

    Photo 17 - Ancien vomitoire utilisé comme égout (?)

    Photo-17.JPG

    Photo 17 : La section de l'ambulacre antique située au sous sol de l'immeuble, cadastré LX 1001, dévoile incluse sur la paroi interne nord, l'ouverture, en anse de panier, d'un large passage antique qui parait sortir de la colline.


    Ce passage, aujourd'hui insalubre, maintes fois modifiés dans le temps et plus récemment réutilisé comme égout, pourrait être un ancien couloir de vomitoire rampant sous l'édifice. Il est actuellement obstrué 5 mètres plus au nord par des tuyaux d'évacuation d'eaux usées, des gravats et des blocs de calcaire de tailles diverses (Effondrement, gravats d'anciens travaux ?) entre lesquels dégouline une eau usée brunâtre, polluée et nauséabonde qui ne permettra pas une expertise plus poussée.

    Plan 03 - Récapitulatif des observations récentes attestées

    Plan-3.JPG

    Plan 03 - Plan comprenant les situations de la salle basse, du passage vomitoire faisant fonction d'égout, de la Place du Cirque d’où provient la base de pilastre prélevée et le secteur des fouilles de l’Îlot Médiéval réalisées, à partir de 1993, sur les parties hautes de la colline St Jacques formant une terrasse surplombant le sud-ouest de l'arène antique, baptisée « îlot médiéval » du fait qu'elle regroupe plusieurs grands immeubles datés majoritairement du XII au XIVéme s.)

    **Notes : Les recherches effectuées sur l'Îlot Médiéval ont apporté de nouvelles données concernant la protohistoire de Béziers et son étendue extra-muros des V et IVéme s. av. J.C., ainsi que sur les différentes étapes des réoccupations de la colline et des ruines de l’amphithéâtre romain après son abandon supposé du Bas Empire Romain.

     

    (Interventions au niveau de l’Îlot Médiéval)

     

    Photo-18 - Curetages des immeubles vétustes

    Photo-18.JPG

    Photo 18 : Au premier plan, entassement de gravats résultant de la démolition et du curetage des vieux logements dégradés, insalubres et inhabitables qui avaient été occupés de manière désordonnée et chaotique dans les bâtiments médiévaux froids et obscurs délaissés par des propriétaires réinstallés au centre ville ou dans la proche campagne certainement plus agréable à vivre. Au second plan on peu remarquer, en cours de travaux, les murs des logements, maintenant évacués qui avaient été antérieurement récupérés à la sauvette dans les anciens bâtiments civils ou religieux du moyen-âge dont les crépis disparus dévoilent encore des arcatures romanes ou gothiques.

     

    Photo 19 - Nettoyage au niveau des gradins en amont des relevés

    Photo-19.JPG

    Photo 20 - Sondages et nouvelles fondations antiques

    Photo-20.JPG

    Photos 19 et 20 : De 1993 à 1996, l'équipe de l'A.F.A.N, assistée par des agents détachés de la Mission Archéologique de la ville de Béziers, effectuent le nettoyage, le relevé du bâti et vérifie la stabilité des parties hautes des gradins (Cavea), toujours étonnamment soutenues par la demi-voûte conservée en haut de la section de paroi sud de l'ambulacre.


       Plusieurs sondages et nettoyages, fractionnés dans le temps, seront effectués afin d'apporter de nouvelles informations sur la conception des structures antiques allégées, autrefois porteuses des étages supérieurs et des gradins disparus, toujours présentes entre le bord de la terrasse dominant de quelques mètres le sud de l'arène centrale et la solide fondation elliptique du grand mur arrière sud de l'amphithéâtre démonté lors de l'épierrement du monument romain.

    à suivre ...

  • Livre - Notre sélection : Charles Maurras

     

    Charles Maurras-2.jpg

    L’œuvre de Maurras est aussi vaste que diverse. Outre la politique abordée sous l'angle d'une anthropologie fondamentale -notamment dans la Politique naturelle- ou dans les commentaires au jour le jour de l'Action française, elle comprend des essais critiques littéraire et philosophique, des récits autobiographiques, des récits de voyage, des nouvelles, un roman, de la poésie...

       Ce volume réunit les textes fondamentaux du directeur de l'Action française.

        Le choix opéré a été guidé par l'ambition de couvrir le champ le plus large possible, des textes fédéralistes de jeunesse à la somme de références que constitue Mes idées politiques (reprises presque in-extenso) en passant par la réflexion sur les rapports entre littérature et politique (L'Avenir de l'intelligence, Trois idées politiques) en philosophie et politique (Auguste Comte), mais aussi la politique étrangère et la géopolitique, avec de larges extraits de Kiel et Tanger, et le testament politique constitué par Votre bel Aujourd'hui, dans lequel Maurras revient sur la Seconde Guerre mondiale et adapte sa pensée au contexte de la guerre froide naissante, de la dissuasion nucléaire... Quant à la vingtaine d'articles de L'Action Française retenue, elle couvre les moments forts de l'analyse maurrassienne et en montre tant les grandeurs -dont la dénonciation du péril nazi dès le milieu des années 1920, non seulement comme menace géopolitique mais aussi comme aberration mentale- que les idées moins enthousiasmantes... Des extraits du procès de Maurras viennent compléter ce point.

       La partie autobiographique comprend les Quatre Nuits de Provence où Maurras conte à la fois son enfance et son initiation métaphysique, la préface à Sans la muraille des cyprès, confession d'une expérience traumatique qui lui inspire une leçon politique, la Confession de Denys Talon et des extraits d'Au signe de Flore, autobiographie politique où il explique la naissance de l'Action française.

    On trouve aussi dans le volume des textes consacrés aux arts et à la critique d'art, des récits de voyage, des méditations sur l'évolution du paysage à l'ère industrielle, de larges extraits des Amants de Venise (livre sur l'amour romantique appréhendé à travers la liaison de Musset et George Sand et même un long texte sur la cuisine provençale, et enfin la monographie consacrée à Frédéric Mistral dont il a été le maître et l'ami....

  • Le divorce est consommé entre Macron et la CFDT

    Macron-Salon.jpg

    © SIPA

    Le patron réformiste de la CFDT est un déçu du macronisme. L'absence d'écoute du pouvoir l'inquiète et son diagnostic sur la méthode du président est sévère.

    Ce vieux continent de petits bourgeois se sentant à l'abri dans le confort matériel entre dans une nouvelle aventure où le tragique s'invite." Depuis son irruption sur la scène politique, Emmanuel Macron se plaît à émailler ses discours de formules cinglantes ou provocantes. Il y avait eu les analphabètes avant son élection, puis les fainéants, les somnambules et maintenant " les petits bourgeois ", référence évidente au roman de Balzac et au mépris que l'auteur de La Comédie humaine manifestait à l'endroit de cette classe. Nul doute d'ailleurs que le chef de l'Etat souhaite que cette phrase frappe les esprits et soit retenue : ne la prononce-t-il pas dans un entretien accordé à la très prestigieuse revue La NRF à paraître au mois de mai ! Autant dire qu'elle est gravée dans le marbre d'un texte où le président, par ailleurs, se considère "comme l'émanation du goût du peuple français pour le romanesque ". Il n'est pas sûr que les 87 millions d'Européens vivant sous le seuil de pauvreté, les 18 millions de sans emploi du vieux continent et les peuples européens dans leur ensemble goûtent le romanesque de son propos balzacien.

    Petits bourgeois ", donc, tous nos voisins et les Français eux-mêmes. A commencer sans doute par tous ces représentants du vieux monde que le président, nouveau riche du pouvoir, ne semble guère considérer au terme de sa première année de mandat. Emmanuel Macron, qui déclare, toujours dans La NRF, qu'il est " une aberration " pour " le système politique traditionnel ", tient en effet à distance tous les interlocuteurs " traditionnels " des gouvernants. Un homme est en train d'en faire l'amère expérience : Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT depuis 2012. Tout devrait pourtant les rapprocher. Ils sont de la même génération, l'un, Berger, né en 1968, l'autre, Macron, en 1977. Le président, tout au long de sa conquête, s'est battu, et se bat encore, sur la nécessaire transformation du pays pour faire face aux mutations considérables du monde. La CFDT version Berger est aussi sur cette ligne de la transformation nécessaire. Certes, les rôles de chacun sont différents mais ils ont en commun de comprendre l'obligation de ne pas rester immobile sauf à se perdre.

    "On est reçu mais rarement écouté"

    Emmanuel Macron avait aussi mis au cœur de sa campagne " la bienveillance " et la réconciliation des Français, des thèmes chers depuis toujours à la CFDT, syndicat faut-il le rappeler aux racines chrétiennes. Bref, la convergence était une évidence. Or, de manière délibérée, le chef de l'Etat tient à distance ce partenaire qui paraissait tout naturel pour conduire et construire ses réformes. Il ne s'agissait pas de faire partition commune mais, par le dialogue avec le premier syndicat de France, fort de plus de 800.000 adhérents, de déminer le terrain social. La partie était d'autant plus facile que la CFDT souhaitait jouer le jeu et tendait la main au pouvoir.

    Rien pourtant ne s'est passé ainsi. C'est ce que déplore aujourd'hui Laurent Berger en dressant le bilan de la première année du quinquennat Macron. " On ne peut pas dire qu'on n'est pas reçus, confiait-il ce dimanche sur Europe 1, mais on est rarement écoutés. " La CFDT est-elle suspecte d'avoir trop dialogué avec François Hollande et toujours trouvé ouverte la porte de l'ancien président ? En tout cas, même s'il salue la volonté maintenue de transformation du pays, le patron de la CFDT constate, d'une part, qu'elle se fait sans qu'on en comprenne le sens, d'autre part, que la bienveillance a disparu en chemin. Est-il en effet bienveillant de traiter les Européens de " petits bourgeois " ? Mais le constat va plus loin. Laurent Berger dénonce à présent " la logique de centralité " du Président et sa volonté d'organiser un débat " bloc contre bloc " qui fasse émerger les extrêmes et conduise les gens raisonnables à toujours se retrouver autour de lui, incarnation de la " centralité ". Dans ce schéma présidentiel, la CFDT, de fait, ne trouve plus sa place et rien n'est fait pour qu'elle y parvienne. Alors qu'elle préfère le dialogue à la grève et l'affrontement, elle est rejetée dans le camp des syndicats purement revendicatifs. D'où cette autre critique de la stratégie du président : " Il y a une forme de négation des corps intermédiaires qui est beaucoup trop forte et dangereuse, déclarait-il encore ce dimanche sur Europe 1. Le chef de l'Etat considère qu'il peut tout et que les corps intermédiaires sont un supplément d'âme qui n'est  pas forcément nécessaire [...] C'est une profonde erreur. "

    La main tendue de Laurent Berger

    Et un mystère. Pourquoi tenir à l'écart un syndicat qui, par exemple, dans le conflit actuel d'Air France, prend résolument le parti de la direction qui, face au blocage par le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) de la négociation salariale, a décidé d'en appeler à un vote de tous les salariés sur le projet de la direction. Non seulement Laurent Berger a appelé à voter " oui " au plan salarial présenté par le patron de la compagnie, Jean-Marc Janaillac, qui a mis sa démission dans la balance, mais il fustige aussi le SNPL, son président Philippe Evain, " qui se prend pour le lider maximo ", s'alarme des 300 millions déjà perdus à cause de la grève des pilotes et critique des revendications qui mettent en péril l'avenir Air France dans la compétition aérienne mondiale. Des propos carrés qui démontrent un esprit de responsabilité et une grande lucidité sur la concurrence dans le monde actuel.

    Emmanuel Macron, qui aurait pu les tenir dans les mêmes termes, les entendra-t-il ? Répondra-t-il à la demande de Laurent Berger d'un vrai dialogue qui permettrait de sortir de la grève de la SNCF ? « On n'a pas besoin de gens qui se montrent les muscles, a-t-il dit dimanche. On a besoin de gens qui discutent du fond des sujets. » Cette rencontre sera un test pour le syndicat réformiste. On saura à cette occasion si Emmanuel Macron accepte la main tendue de Laurent Berger et si la verticalité du pouvoir qu'il revendique n'est pas, bien qu'il s'en défende dans La NRF, l'expression de son autoritarisme contre ces petits bourgeois qu'il voit partout.

  • Edition spéciale : Robert Ménard agressé physiquement. Honteux !

    menard_1-3642653.jpg

    Il y a quelques jours, nous rappelions dans ce blog que « certains, toujours les mêmes n’acceptent le suffrage populaire que lorsqu’il leur donne raison. »

    Nous ne pensions pas si bien dire.

    Aujourd’hui nous avons la démonstration que les mêmes ne réclament la liberté d’expression que lorsqu’ils sont les seuls à s’exprimer.

    Robert Ménard était invité samedi 5 mai 2018 à participer à une réunion à Saint-André-de-Cubzac (Gironde). Ç’en était trop pour les censeurs professionnels. Un certain nombre d’élus et militants de LREM, du MODEM, du PS et d'EELV  ont appelé publiquement à la mobilisation pour s’opposer à cette réunion.

    La main d’œuvre classique, composée de voyous de service, s’en sont pris physiquement au maire de Béziers qui a été projeté au sol. Les blessures sont, fort heureusement sans gravité.

    Bien entendu, aucun membre des forces de l’ordre, qui, rappelons-le, sont sous l’autorité du préfet et donc de l’État, n'est intervenu. La manifestation ayant été annoncée, c’est en toute connaissance de cause que l’ordre public, et la protection d’un élu, n’ont pas été assurés, au risque de conséquences plus graves.

    Tout cela est inadmissible et démontre, s’il en était encore besoin que tous ceux que nous appelons couramment dans ce blog les « Démocrates-Républicains-Donneurs de leçons », sentant la fin de leur pitoyable hégémonie, tirent leurs dernières cartouches. L’histoire nous a toujours montré qu’ils ne savaient le faire que dans la violence.

    Les conseillers départementaux ont immédiatement assuré Robert Ménard de toute leur sympathie et la renouvellent ici.

    Toutes les marques d’estime que vous pourriez lui témoigner dans les commentaires de ce blog lui seront, bien sûr, retransmises.

    Henri Bec

    Pour visionner la vidéo, cliquez ICI

  • Canton : cela devient intolérable !

    Certains, toujours les mêmes, n'acceptent le suffrage populaire que lorsqu'il leur donne raison ! Depuis les élections cantonales du 29 mars 2018, ils s'ingénient à ignorer les conseillers départementaux qui ne reçoivent aucune information, pas plus que la moindre invitation à participer aux manifestations de leur canton. C'est une volonté délibérée de porter atteinte, non seulement à vos élus, à l'assemblée départementale, mais surtout à la grande majorité des habitants de nos cantons. Républicains, démocrates, donneurs de leçons, les déclarations d'intention sont loin de leur mise en œuvre.

    Prenez connaissance de la lettre adressé au président de la communauté de communes La Domitienne et diffusez si vous en avez les moyens.

    Auront-ils la simple correction de répondre ou plus simplement le courage de se justifier ? Tous les doutes sont permis ...

    Henri Bec

    Cliquez sur l'extrait ci-dessous.

    Capture.JPG

  • Notre sélection : "Réflexions sur la création théâtrale en France, 1981 - 2016". Un livre à ne pas laisser passer !

    Pelaez-Création théâtrale-RV.jpg

     

    RÉFLEXIONS SUR LA CRÉATION THÉÂTRALE EN FRANCE 1981-2016 
     
    Pour une renaissance du drame
     
    Jean-Pierre Pelaez
    Préface de Christian Combaz
    LITTÉRATURE  ÉTUDE THÉÂTRALE 
     
     
    Dans cet ouvrage, à la fois essai, pamphlet et réflexion sur le théâtre de ces trente-cinq dernières années, l'auteur décrit les dérives d'une politique ministérielle technocratique, idéologiquement sectaire et qui a transformé le théâtre en un refuge pour une pseudo-élite. De faux iconoclastes et vrais carriéristes qui ont oublié que le vrai théâtre, fondé sur le drame, s'adresse à des publics, naïfs ou éclairés, plutôt qu'à des adeptes culturels.

    Jean-Pierre Pelaez, auteur dramatique, chroniqueur, a écrit de nombreux ouvrages dont Le Barillet qui a fait l'objet de milliers de représentations en France et dans une dizaine de pays étrangers. Plus récemment Le Tartuffe nouveau a été l'un des grands succès du Festival d'Avignon 2014.

    Création théâtrale.jpg

    Nous avons le plaisir de vous informer de la parution du dernier livre de Jean-Pierre Pelaez sur le théâtre actuel : c'est à la fois un pamphlet sur ses institutions, leur politisation et la censure qu'elles pratiquent, un essai et un plaidoyer pour un théâtre populaire et une renaissance du drame, étouffé par le culte de la mise en scène, et un témoignage sur le métier d'auteur dramatique aujourd'hui...
     
    Disponible directement sur commande aux Éditions de l'Harmattan - Paris (lien ci-dessous), ou en librairie (à Béziers, Librairie Clareton des Sources)
     
    http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=59341

    Broché - format : 13,5 x 21,5 cm

     

     

    ISBN : 978-2-343-14364-4 • 26 mars 2018 • 210 pages 
    EAN13 : 9782343143644

     

     

     Deux pages d'extrait. Cliquez ci-dessous

    Extraits.png

  • L'Afrique continue à se déverser sur la France

    Migrants.jpg

     

    Mais, curieusement, les médias français préférant ignorer les sujets qui fâchent, ne parlent plus des dizaines de milliers de ces clandestins qui continuent d’arriver sur les côtes européennes.

    Pourtant, ce ne sont pas nos proches voisins italiens ou espagnols qui s’en plaindraient. Parce que ces deux pays, situés à quelques encablures des côtes nord-africaines, subissent, journellement, les assauts des « migrants ».

    Dans un article du 20 novembre, Le Figaro révèle que ces nouveaux arrivants ne viennent pas de l’Afrique subsaharienne, mais directement d’Algérie. Et ce ne sont pas les meilleurs puisqu’il s’agirait de repris de justice renvoyés de leur pays et qui refusent catégoriquement toute inspection ou vérification d’identité.

    Ainsi donc, l’Algérie se met également à suppurer du clandestin pendant que le gouvernement français multiplie les visas pour les demandeurs de ce pays dont plus de six cent mille ont été délivrés pour la seule année 2017.

    Mais les Algériens n’entrent pas seulement par la porte italienne. L’Espagne, à portée des côtes algériennes, voit depuis quelques mois une hémorragie de clandestins se déverser sur les plages de Murcie.

    Selon un article de tsa-algerie.com, plus de 13.533 harraga sont arrivés en Espagne depuis janvier dont un millier pour le seul mois d’octobre, à bord de 824 bateaux. Le 19 novembre, sur le site espagnol ABC opinion, le journaliste Hermann Tertsch se dit horrifié par le silence des médias espagnols qui commentent ce qu’il appelle le débarquement algérien comme un vulgaire événement.

    Ce sont en effet 44 bateaux qui ont abordé, en 24 heures, vendredi dernier, déversant quelque 500 hommes, tous de jeunes arabes, sur les côtes de Murcie.

    Non. Ils n’ont plus le droit de nous taire la vérité. La Libye et son marché aux esclaves ne doivent pas cacher la réalité de l’intensification de l’invasion arabe que nous subissons.

    Et cette nouvelle invasion nous vient des pays anciennement français, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. Que ce soient les présidents des deux premiers ou le roi du troisième, aucun d’eux n’a la volonté réelle d’empêcher ces hommes de partir de leur pays. Au contraire, nous dirons qu’ils les encouragent à émigrer dans la clandestinité sachant que les pays européens les garderont.

    Mais, alors, que font les dirigeants européens ? Que fait la France ?

    Ils sont les complices des dirigeants africains et nord-africains. Ils sont les complices de tous ces clandestins qui débarquent chez nous. Mais ils ne veulent pas l’avouer. Ainsi, nous devrons nous laisser envahir par ces hordes de Maghrébins et Africains dont nous savons tous, pour les avoir depuis plus de 40 ans chez nous, qu’ils sont inassimilables dans notre société.

    Des dizaines de millions de ces gens-là y vivent déjà. Le chômage est toujours en hausse. Nous n’avons quasiment plus d’industrie. Nous ne pouvons pas leur offrir du travail. Le ministère de l’Immigration (et de l’Intégration !) voit son budget 2018, réduit de 1,4%.

    Qui financera et avec quoi ces charges supplémentaires ? Parce qu’il faudra les nourrir, les loger et… les subir. Nous devons nous rendre à l’évidence. Les dirigeants européens sont décidés à remplacer la race blanche par une race indéfinie, un peu africaine, un peu arabe, un peu de tout mélangé.

    Et, finalement, nous n’aurons plus de pays. Donc, plus d’identité. Rien.

    Seulement des gens pauvres et des gens riches. Les riches sont et resteront les décideurs d’aujourd’hui. Les pauvres seront plus pauvres encore parce qu’ils ne seront rien que des sujets malléables à souhait puisqu’ils seront sans race, sans identité, sans origine.

    Comment en sommes-nous arrivés à ce stade-là ? Comment avons-nous pu accepter cette déchéance ? Nous avons manqué de courage.

    Dans l’état actuel de sa situation, la France est vouée à disparaître en tant que Nation. Elle a été détruite par ceux qui ont eu la charge de la diriger. Le dernier n’étant pas le moindre artisan, elle lui devra sa disparition inexorable dans les quelques années à venir.

    © Danièle Lopez pour Dreuz.info.

  • La nouvelle génération européenne. On va finir par y arriver mais ... on en est toujours au même point !

    Giscard.jpg

    "Une bande de vieux européistes, avec à leur tête Valéry Giscard d’Estaing, 92 ans, lance aujourd’hui à Bruxelles une initiative intitulée « Re-imagine Europa ». (Bien sûr c’est en anglais et le site internet est uniquement en anglais. Un hommage au Brexit, sans doute…) Le titre du discours de VGE est : « Europa : the last chance for Europe ». De son vivant, sans aucun doute. Mais comment peut-on… imaginer lancer une nouvelle initiative avec comme tête d’affiche un politicien de 92 ans ?!!!

    Bien entendu il s’agit d’une énième resucée de la propagande en faveur d’une « Europe plus intégrée ». Mais, concrètement, on apprend seulement que « Re-imagine Europa » va travailler sur deux questions clefs : « un système économique plus loyal et plus compétitif pour l’Europe », et « la démocratie dans une réalité post-factuelle ». Sic. En anglais dans le texte : « Democracy in a Post-Factual Reality ».

    Ah si, attendez, il y a aussi deux vieux dans un coin qui radotent : « Nous sommes dans une nouvelle phase de l’intégration européenne - qui appartient à une nouvelle génération - plus active, plus inventive et plus unie - qui entre dans la vie active. »

    Au fait, l’autre signataire de la bafouille, c’est Helmut Schmidt. Il est mort en 2015 (à 96 ans : même la photo est très vieille). Quelqu’un pourrait leur dire, à « Re-imagine Europa », que ça ne va pas faciliter la discussion ?

    Le problème de ces ringards, morts ou pas encore morts, c’est que ceux qui inventent l’Europe de l’avenir sont ailleurs et ont, eux, un véritable dynamisme. Et que leur vision de l’Europe est à l’opposé de leur super-Etat centralisé qui finira immanquablement dans la poubelle de l’histoire. La véritable Europe on la prépare à Budapest, à Varsovie, à Prague, à Visegrád, et à Vienne et à Milan, et à Londres... Une Europe des Etats, une Europe des nations, une Europe de la libre coopération dans le respect de l’histoire et des traditions."

  • III-Défense et illustration de notre patrimoine

    Nous poursuivons l'étude archéologique réalisée par notre ami Jean-Paul Wiegant, ancien responsable du service archéologique de la mairie de Béziers. Il s'agit de la troisième publication relative aux arènes romaines.

    (Cliquez sur les photos et images afin de les consulter plus facilement.)

     

    Les anciennes arènes romaines - 3

    Réhabilitation du site et archéologie (1987à 2005)

     

    Photo 10 - Chantier de fouilles inondé et détrempé

    Photo-10.jpg

    Photo 10 : Inondation des vestiges récemment nettoyés suite aux violentes averses d'automne 1998 qui ont obligé à une consolidation des ruines devenues instables.

     

    Phot 11 - Aménagement du jardin public

    Photo-11.jpg

    Photo 12 - Aménagement du jardin public (Suite)

    Photo12.jpg

    Photos 11 et 12 : Extension mécanique de l'excavation existante en direction du centre de l'arène afin d'organiser le futur jardin public et un circuit piétonnier sécurisé autorisant la visite des vestiges antiques de l'amphithéâtre récemment sortis de terre. Le tractopelle creusera parfois bien au delà de 2,50 mètres de profondeur tout en aménageant de solides paliers dans les parois destinés à éviter l'effondrement de celles-ci sur les divers intervenants.
       
    Malgré trois semaines de fouilles dans cette zone aucun renseignement nouveau ne sera apporté en dehors de ce qui avait déjà été constaté lors d'un modeste sondage exécuté manuellement dans le sol de l'arène, au sud du mur podium en octobre 1998.

     

     Image 13 - Nouvelle inondation du chantier archéologique

    Photo-13.jpg

    Photo 13 : Le chantier de fouilles ayant déjà subi de grosses pluies en automne 1998 et en mai 1999 connaîtra encore une fois une détérioration des espaces fouillés complétée par une importante inondation au niveau de l'arène due à un système de pompage du pluvial, tout juste installé, mais rapidement obstrué par un afflux de graviers, de petits galets, de sable boueux produisant ainsi une forte concentration des eaux de pluies sur plus de 45 cm de hauteur qui ne disparaîtra qu'après plusieurs semaines en laissant une surface boueuse longtemps inaccessible.

     

    Photo 14 - Bague et monnaie en bronze

    Photo-14.jpg

    Photo 14 : Les pluies conséquentes survenues brutalement en mai 1999 obligeront à un nouveau nettoyage complet du site et du sol de la galerie qui fournira, sur quelques mètres, de minuscules éclats de sigillée éparpillés, une monnaie romaine et une petite bague en bronze en mauvais état dont le chaton est malheureusement illisible.

     

    Image 15 - Monnaies du bas empire romain

    Photo-15.jpg

    Image 15: Petites monnaies romaines oxydées prélevées lors du nettoyage d'un gros bloc de calcaire parallélépipède rectangle abandonné dans l'angle d'une alvéole technique et d'un couloir de Vomitoire qui desservait autrefois la galerie principale du rez de chaussée jusqu'au mur podium. Ces monnaies étaient dissimulées dans une couche d'argile enfoncée dans une encoche taillée (Trou de louve) pour y placer une pince de levage en fer et sembleraient y avoir été cachées autour du IVéme s. après J.C.

    **Notes : Il est possible que ces petites monnaies usagées témoignent du séjour d'individus ou d'ouvriers ayant participé à la récupération des pierres du bâti de l'amphithéâtre

     

    Image 16 - Extrados de la petite salle basse voûtée

    Photo-16.jpg

    Photo 16 : Le dégagement d'une section de l'ambulacre antique, utilisée ici comme fondation de l'immeuble médiéval dit « Hôtel de Gineste », fera apparaître à la base de sa paroi nord-ouest et à environ 1 m au dessus du sol, non encore dégagé, l'extrados voûté de l'entrée d'une petite salle aveugle ayant de faibles dimensions et comblée de gravats la rendant inaccessible pour le moment. Ses dimensions et sa destination d'origine resteront donc hypothétiques (Lieu de culte, réserve, pièce de repos ?)

    à suivre ...

  • Université de Montpellier : des bloqueurs aux méthodes de voyou

    Fac.jpg

    Témoignage d'une étudiante

    au bord de la crise de nerfs

     

    Étudiante depuis neuf ans à la faculté de droit et de science politique de l’Université de Montpellier, je me sens légitime à réagir aux événements de ces derniers jours auxquels j’ai moi-même pris part. Que s’est-il passé ? Mercredi 21 mars, nous apprenons qu’une « réunion d’information » doit se tenir à la faculté de droit au sujet du projet de loi Vidal « Orientation et réussite des étudiants ». En fait de réunion, je découvre une Assemblée générale (AG) que les syndicats des personnels de l’université ont organisée en sous-main pour s’élever contre cette réforme.

    La lettre de motivation, discriminant social ?

    Personnellement, je suis farouchement opposée à la loi Vidal qui, sous prétexte de sélection, aggrave la compétition entre facs. Cette réforme vise à modifier les règles d’inscription dans les formations initiales du premier cycle de l’enseignement supérieur. Elle prévoit la pré-inscription obligatoire des candidats sur la plateforme nationale « Parcoursup » et contraint chaque établissement à estimer sa capacité d’accueil. C’est si et seulement si le nombre de candidatures dépasse la capacité d’accueil de la faculté qu’un début de sélection pourra s’opérer en fonction du profil des candidats. Depuis un mois, la faculté de lettres Paul Valéry de Montpellier fait grève au prétexte qu’une sélection par lettre de motivation serait un facteur de discrimination sociale. Autant prétendre l’orthographe bourgeois et supprimer les notes…

    Mais là n’est pas le problème. Quel que soit mon opinion sur la loi Vidal, je suis atterrée par les méthodes autoritaires des syndicats. Au cours de l’AG, les personnels nous ont ainsi traités avec condescendance, tentant d’imposer leurs vues à un amphithéâtre majoritairement composé d’étudiants extérieurs à la fac. Ces derniers ont voté les décisions de l’AG comme un seul homme, sans craindre de s’ingérer dans les affaires de notre université.

    Une A.G. très contrôlée

    Le lendemain matin, jeudi 22 mars, aussi peu informés que la veille, nous découvrons qu’une Assemblée générale étudiante se tient, cette fois-ci, dans le grand amphi. Les grévistes crachent (littéralement) sur les étudiants qui tentent d’aller en cours. Une pluie d’insultes se déverse sur les « jaunes » que nous sommes : « sales bourgeois », « fascistes », « S.S. », « pauvres merdes de gosses de riches », et j’en passe ! Les murs de la fac ne sont pas plus épargnés que nous. Et les perturbateurs, parfois lycéens, de marcher sur les tables de l’amphi dont ils décident l’occupation nocturne. Concerts et crêpes partys sont organisés dans la faculté, sans qu’une majorité d’étudiants n’ait pu se prononcer démocratiquement sur l’occupation.

    Nous avions parfaitement le droit de ne pas être d’accord avec les actes accomplis et les propos tenus par cette minorité agissante. Il nous semblait légitime de nous défendre face à l’irrespect, l’impudence et la violence. Comme l’avait noté notre doyen Philippe Pétel, la plupart des individus cagoulés et violents qui ont semé la zizanie appartenaient au camp des bloqueurs. Arrivés en terrain conquis, ils n’ont pas hésité à piétiner nos opinions et nos lieux de travail, à insulter et à ridiculiser professeurs et doyen, par des moyens que je préfère taire.

    Haro sur les non-grévistes !

    Mais jamais au grand jamais nous n’avons usé de violence pour exprimer notre mécontentement face aux grévistes. Ces derniers nous en accusent, menacent ou molestent nos représentants étudiants en les amalgamant à la milice inconnue qui s’est introduite dans la fac la nuit du 22 au 23 mars. Cette irruption violente a abouti à l’hospitalisation de plusieurs grévistes frappés à coups de Taser et de lattes en bois. Aussi graves et consternants  soient-ils, ces faits ne sauraient justifier les accusations infondées lancées contre les autorités et le personnel de la faculté. Le doyen Pétel a été jeté en pâture puis contraint à la démission et mis en garde à vue, son nom figurant dans le top des hashtags les plus utilisés sur Twitter France. Des affiches incitant à la haine contre certaines personnes hostiles au mouvement social ont même été placardées dans l’université, les noms de mal-pensants tagués sur les murs et attaqués sur les réseaux sociaux. Traumatisés, certains doctorants, au statut matériel précaire, restent cloîtrés chez eux pour échapper aux menaces.

    Cette situation chaotique aurait dû amener la police à se rendre dans notre faculté livrée à la tyrannie de quelques-uns. Or, le préfet a refusé toute intervention. Il est tout aussi étonnant qu’aucun organe médiatique, à l’exception du Figaro, n’ait contesté la version manichéenne des bloqueurs qui nous traînent dans la boue à longueurs de presse. Dans ces conditions, beaucoup d’étudiants montpelliérains se sentent abandonnés aussi bien par les médias que par l’Etat.

    Laure Estaque pour Causeur