Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Pays réel - Page 11

  • V-Défense et illustration de notre patrimoine

    Pour cette rentrée, revenons à notre patrimoine. Il nous rappelle constamment que nous sommes une nation à l'histoire ancienne et glorieuse, et que nous avons le devoir de le préserver. Tous les jours les signes de sa disparition sont de plus en plus précis.

    Nous poursuivons ainsi l'étude archéologique réalisée par notre ami Jean-Paul Wiegant, ancien responsable du service archéologique de la mairie de Béziers. Il s'agit de la quatrième publication relative aux arènes romaines.

    (Cliquez sur les photos et images afin de les consulter plus facilement.)

     

    Les anciennes arènes romaines - 5

    Réhabilitation du site et archéologie (1987à 2005)

     

    Photo 21 - Fondation de la façade extérieure ouest de l'amphithéâtre

    Photo-21.JPG

    Photo 22 - Observation de l'assise de l'arcade ogivale médiévale

    Photo-22.JPG

    Images 21 et 22 : Au niveau des sous sols de ce secteur de la terrasse de l’îlot médiéval les vestiges antiques les plus significatifs se résumeront principalement par la mise à jour du soutènement d'une courte section de la fondation, en gros appareil, de l'ancienne façade externe de l'amphithéâtre antique sur laquelle s'appuie une double arcature ogivale médiévale en cours de dégagement pour une compréhension des méthodes employées par les bâtisseurs médiévaux.

    Photo 23 - Observation de l'assise de l'arcade ogivale médiévale

    Photo-23.JPG

    Photo 23 : Vue d'ensemble des zones de sondages et de recherches effectuées, en 1999, entre les immeubles médiévaux conservés en élévation et en cours de réhabilitation dans le respect de leurs constructions et allures d'origines sous le contrôle de plusieurs architectes spécialisés.


    De rares indices de constructions antiques, essentiellement enfouis au dessous d'humbles restes d'habitations ou d'enclos médiévaux, parsemant les alentours, seront observés dans cette zone lors des fouilles et des sondages archéologiques.


    **Notes : La rareté des éléments architecturaux antiques observés dans l'ensemble de ce secteur de la colline Saint Jacques témoignent, ici encore, d'une longue durée de pillage des matériaux pouvant être réemployés ou vendus pour bâtir ou entretenir les remparts, bâtiments civils ou religieux, notamment pendant les diverses poussées d'extensions économiques qu'a connu la cité fortifiée du moyen-âge.

    Photo 24 - Fin de la première phase de sondages sur l’Îlot Médiéval

    Photo-24.JPG

    Photo 24 : Cliché des premiers sondages et fouilles archéologiques exécutés dans la zone de la terrasse de Îlot médiéval, localisée entre le niveau supérieur de la bordure des gradins surplombant l'arène elle même et deux arcades ogivales, toujours en élévation, derniers témoignages d'un ancien grand immeuble médiéval.
    Ces interventions vont nous apprendre qu'une occupation humaine de la préhistoire n'est que très peu représentée sur cette partie de la colline St Jacques, jusqu'à l'arrivée, aux alentours du Véme siècle avant J.C., d'une population inconnue ou indigène qui occupera ce secteur pendant un temps indéterminé.

    Photo 25 - Observations des traces d'habitats protohistoriques

    Photo-25.JPG

    Photo 25 : La fouille méticuleuse entreprise sur l'espace laissé par la démolition des bâtiments parasites et vétustes apporte les premières preuves attestant la présence d'un peuplement protohistorique, à cet endroit précis, par la trouvaille de divers fragments de céramiques attestés du Véme siècle avant J.C. et mêlés de déchets culinaires étalés parmi les nombreuses traces d'habitations et de silos affleurant le centre d'un large fossé elliptique.


    **Notes : Il sera également encore confirmé que les indices d'habitations antiques autres que les ruines de l'amphithéâtre, sont généralement étonnamment absents de ce secteur.

    Photo 26 - Finalisation des relevés archéologiques sur l'Îlot Médiéval

    Photo-26.JPG

    Photo 26 :   Relevés et mesures effectués par l'équipe des archéologues après un nettoyage méticuleux afin de mettre plus clairement en évidence et en relation l'ensemble des structures et indices mis à jour.  
    En raison de la complexité des enchevêtrements chronologiques des vestiges et indices existants au milieu des bouleversements successifs du terrain, l'opération sera longue et délicate pour établir une interprétation fiable de l'ensemble des découvertes.

    Photo 27 - État des sondages en cours en septembre 1999

    Photo-27.JPG

    Photo 27 : Cliché du 22 septembre 1999 rassemblant, sur un même niveau de l'îlot médiéval, un amalgame d'empreintes et de diverses fondations de murs, d'enclos, de silos, de foyers et fosses de déchets culinaires échelonnés sur plusieurs siècles incluant la protohistoire, l'antiquité, le moyen-âge ainsi que le XIXéme siècle

    Photo 28 - Vue panoramique de l'arène antique et du jardin en 2006

    Photo-28.JPG

    Photo 28 :  Cliché de 2006 exposant la partie basse du coté ouest de l'ambulacre elliptique de l'amphithéâtre formant l'assise des immeubles médiévaux qui bordent l'ouest de l'arène et qui, à ce moment, est encore momentanément inaccessible car en attente d'une consolidation avant une réhabilitation interne permettant une future ouverture sécurisée au public en relation avec le musée du Bitterrois et l'Office du Tourisme qui, nous l'espérons, devrait être effective d'ici quelques mois.

     

    Récapitulatif des interventions majeures

    sur les arènes romaines et l'Îlot Médiéval

     

    - 1841, E. Sabatier entreprend les premières fouilles fournissant une base sérieuse pour les  études postérieures des vestiges de l'ambulacre.


    - 1952, J. Gondard fait réaliser des tranchées de sondage sous la partie basse des gradins.


    - 1984, C. Martinez, procède à une enquête minutieuse des sous sols alentours et propose un premier plan de masse ovulaire des structures de l'amphithéâtre


    - 1987, Suivi de travaux Place du Cirque, par J-P Wiegant, responsable de la Mission Archéologique de la ville de Béziers, et découverte de portions ruinées de la galerie principale dont une base de pilastre angulaire monolithe en calcaire finement agencé.


    - 1991, C. Olive, ingénieur archéologue D.R.A.C-S.R.A du Languedoc-Roussillon, réalise un sondage rue du Moulin à l'Huile sur la parcelle LX 320 située à l'est de l'assiette déjà repérée de l'amphithéâtre ou des ruines de démolitions sont atteintes vers 3,50 m de profondeur.


    La D.R.A.C-S.R.A, fait réaliser une série de sondages électromagnétiques laissant apparaître des portions de structures encore non répertoriées, C. Olive et J.-L Massy, direction du S.R.A, effectuent des investigations dans les caves et les rez-de-chaussées des immeubles médiévaux ceinturant le centre de l'arène et situent ou confirment l'existence de structures antiques. A. Levin, élève géomètre et C. Olive (S.R.A), réalisent un relevé topographique des structures visibles.

    - 1992/1993, O. Ginouvez archéologue, (Responsable scientifique d'opération pour l'A.F.A.N) et son équipe réalisent une série de sondages archéologiques pour repérer l'impact et le niveau d'enfouissement des vestiges éventuels. Devenue propriétaire, la Municipalité de Béziers fait démolir les garages modernes présents au sud-ouest de l'arène et au devant de l'ambulacre.


    - 1993/1994, O. Ginouvez (A.F.A.N) et son équipe entreprennent le relevé et la vérification de la stabilité des parties hautes des gradins (Cavea) surmontant la paroi de l'ambulacre.  

     
    - 1997/1998, O. Ginouvez (A.F.A.N) et son équipe dégagent les fondations des gradins (Cavea) situés au dessus de la paroi sud de l'ambulacre restée en élévation en limite de la terrasse en surplomb regroupant plusieurs immeubles du moyen-âge. Intervention suivie d'une série de fouilles et de sondages archéologiques préalables à l'aménagement du jardin destiné au public depuis la partie sud de l'arène centrale, elle même, jusqu'à la base de la paroi du mur intérieur sud-ouest en élévation de l'ambulacre.


    - 1999, Une équipe d'archéologues dirigée par C. Olive, (S.R.A.) réunissant D. Ugolini (C.N.R.S.) spécialiste des céramiques protohistoriques, O. Ginouvez et des agents de l'A.F.A.N., J-Paul Wiegant de la Mission Archéologique de la Ville de Béziers, appuyé  d'emplois jeunes en collaboration amicale avec plusieurs collègues des Services Techniques Municipaux de la Ville de Béziers, entreprend les sondages sur les parcelles LX 274, 283 et 286 libérées suite au curetage des immeubles vétustes par la S.E.B.L.I.


    ________________________________


    Documents réalisés d'après des archives rassemblées par J-Paul Wiegant (2017)

     

     

     

     

  • Ils nous ont rappellé "les heures les plus sombres" des IIIe et IVe républiques !

    Carte-Cour-PetiteGuerre-(1sur9).jpg

    Nos professionnels de la politique piaffaient d’impatience depuis un an. Emmanuel Macron leur avait brulé la politesse. Inconnu, démagogue, sans parti, énonçant "en même temps" une suite d’idées contradictoires, il les avait remisés au fond du placard où finissent les oubliés de l’histoire. Quelle injustice, eux qui travaillaient depuis des années à décrocher une place !

    Pourquoi cette aigreur ? Parce qu’ils n’avaient pas compris, et apparemment n’ont toujours pas compris, qu’il n’était pas un candidat puis un président comme les autres, mais un simple instrument aux mains d’une oligarchie financière et mondialiste, maitresse de la presse et donc de l’opinion ; eux qui s'imaginaient et qui s'imaginent peut-être encore que la démocratie est une garantie de la liberté d'opinion ! Certains même en sont venus à admirer sa prise de pouvoir, attirés par les lumières de l’imposture, comme un enfant à qui un pédophile vient de donner un bonbon.

    La jalousie, le ressentiment, l’impatience, alimentés par la mécanique du système, les plaçaient à l’affut de l’occasion à saisir.

    Ils pensaient l’heure arrivée parce qu’un barbouze maladroit avait malmené un jeune manifestant. Encouragés par la chaudière de l’emballement médiatique qu’ils ont vite alimentée à pleine pelletés de postures choquées et de propos scandalisés, ils ont cru apercevoir le bout du tunnel sans réaliser, ni même soupçonner, le ridicule de la situation. Il suffit de parcourir l’histoire de nos républiques successives pour égrener la liste des véritables affaires d’État qui les ont assombries, du scandale des décorations en 1887, à l’affaire Busines France en 2017, en passant par Panama, Stavisky, les Piastres, la Garantie Foncière, Urba, Broglie, Robert Boulin, Botton, Kadhafi et autres emplois fictifs de la mairie de Paris ou ventes d’armes à l’Angola. L’inventaire est loin d’être limitatif. Mais ce n'est pas cet absurde fait divers qui allongera la liste.

    Et que dire du pitoyable spectacle des commissions parlementaires de l’Assemblée Nationale et du Sénat. La première, présidée par une députée manifestement dépassée et incontestablement à l’écoute attentive de l’Élysée et la seconde par un sénateur plus mesquin que pointilleux estimant que sa minute de gloire approchait, chacun donnant la parole à des intervenants aux allures de Raminagrobis distingués, espérant que la subtilité et la perversité de leurs questions feraient la une du Vingt heure. Et le grotesque se termina par des dépôts de motions de censure votées par tous, pour ou contre, dans le joyeux désordre d’une cour de récréation.

    Mais furent encore plus plus déplorables les "interrogatoires" de style commissariat de quartier des plus hauts personnages de l’État et des patrons des institutions régaliennes. On peut penser ce que l'on veut de ces ministres et hauts fonctionnaires, et nous ne nous privons pas ici de le dire, le spectacle n'était rien d'autre que dégradant pour le pays lui-même. Quelle image, pour l'étranger, d'une nation qui fut, dans d'autres temps, le phare de la civilisation !

    Des danses transgenres de l’Élysée lors de la fête de la musique, au spectacle navrant des parlements, la vie politique sombre, jusqu'à s'y noyer, dans les égouts peu ragoutants de la République.

    Avec plus de trois millions de chômeurs, minée par des projets monstrueux de PMA–GPA ou autres desseins eugénistes, dans une situation économique désastreuses menacée par un mondialisme macroniste au service de capitaux étrangers, incapable de déterminer une politique extérieure cohérente, envahie sans résistance par un islam radical déterminé à sa perte, la France mérite mieux que ces pitoyables joutes politiciennes.

     

    Henri Bec

    ____________________________________

     

    Pour ajouter à ce qui vient d'être écrit ci-dessus, il est intéressant de prendre connaissance de la tribune de François d'Orcival dans le Figaro magazine du 3 juillet, sur le véritable scandale du 1er mai.

    D'Orcival.jpgUn 1er mai peut en cacher un autre. De celui de M. Alexandre Benalla on sait tout, minute par minute, image par image. Mais l'autre 1er mai, le vrai, qu'en est-il ? Pourquoi, le soir de cette journée de défilés, les communistes réclamaient-ils déjà une commission d'enquête ? Parce qu'ils accusaient le ministre de l'Intérieur et le préfet de police de Paris d'avoir, non pas couvert des violences policières, mais laissé le cortège syndical dégénérer en un « 1er mai des black blocs » !

    D'avoir sous-estimé la capacité destructrice des 1200 casseurs cagoulés décidés à en découdre, et retenu l'action des CRS devant l'ultra-violence, les feux d'artifice tirés à bout portant et l'explosion des vitrines. Les porte-voix de l'opposition dénonçaient alors ce « jamais vu », cette « faillite de l'État », ce « défi à l'autorité ». Et puis ? Le préfet de police précisait l'autre jour qu'il avait fait procéder à 280 interpellations, à 109 gardes à vue. Pour quelles sanctions ? Il n'y a pas eu de commission d'enquête. On ne le saura pas.

    Ce 1er mai a été suivi par une « fête à Macron », le 5, sans « black blocs », puis par d'autres manifestations jusqu'à la « marée populaire » du 26 mai qui faisait pschitt. En était-ce fini des vitrines brisées et des voitures incendiées ? Cela recommençait de plus belle la nuit du 14 juillet, et celle du 15, après la victoire de la Coupe du monde. Malgré un dispositif impressionnant de quelque 110.000 gendarmes et policiers, de 44.000 sapeurs pompiers, on allait dénombrer 845 véhicules incendiés à Paris et en province ; on avait laissé dévaster et piller le Drugstore des Champs-Élysées, le magasin Intermarché de l'avenue de la Grande-Armée, etc...

    Le ministère de l'Intérieur annonçait 508 gardes à vue le 14 juillet, 327 interpellations le 15. A quoi cela servait-il d'autre qu'à grossir des fichiers si les individus en cause n'étaient pas dissuadés de recommencer ? Gérard Collomb se félicitait de ce que cela ne concerne qu'une « infime minorité ». Encore heureux !

    Mais c'est cette infime minorité dont le citoyen entend être protégé. On a fait un scandale d'État d'une faute grossière commise par un « chargé de mission » de l'Élysée, ce serait un scandale d'État d'une tout autre dimension que l'exécutif ne réponde pas de son impuissance à garantir la sécurité publique. Il paraît que les rappels au règlement des députés l'exaspèrent. En voici un de plus. 

    François d'Orcival

    Figaro magazine

  • Il y a vingt-sept ans, le régime des mollahs tuait Chapour Bakhtiar en France

    Chapour Bakhtiar.jpg

    Chapour Bakhtiar. Wikipedia. Ali Khamenei, successuer de Khomeyni et Guide de la Révolution iranienne. Sipa. Feature Reference: 00171027_000007.

    Le 6 août 1991, l’assassinat en France de l’ancien Premier ministre du chah Chapour Bakhtiar enterrait l’opposition iranienne. Depuis qu’il a sapé toute opposition crédible, le régime des mollahs survit aux différentes crises qu’il traverse. Rappel des faits. 

     

    Par Lina Murr Nehmé

    Causeur

    L’islamisation massive des Iraniens commença à Paris, le 6 octobre 1978, quand l’ayatollah Khomeyni s’installa à Neauphle-le-Château. On l’a reproché au président Giscard d’Estaing. À tort : il a reçu l’ayatollah en accord avec le chah d’Iran, qui négociait alors avec son opposition. Mais en autorisant l’installation de Khomeyni si près de Paris, l’État français facilitait ses contacts avec la presse et lui procurait ainsi une tribune de premier plan. Et la proximité de l’aéroport d’Orly permettait à Khomeyni de recevoir des agents et de leur distribuer les consignes, les bakchichs et la littérature incendiaire qui étaient propagés dans les mosquées.

    Khomeyni chouchou des médias tricolores

    Plus grave, la couverture que les médias publics français procurèrent à Khomeyni fut si démesurément favorable et contraire à la réalité du terrain qu’elle s’apparentait à de la propagande. Ils lui consacrèrent une large portion de leurs journaux, même aux heures de grande écoute. Ils le présentèrent comme un héros romantique représentant le peuple iranien face à un chah dictatorial. L’effet de cette propagande était si fort que la plupart des étudiants qui défendaient le chah en arrivant d’Iran, se mettaient à défendre Khomeyni après avoir passé quelques semaines à Paris.

    En Iran, en tout cas, Khomeyni était très minoritaire : lui et les communistes rassemblaient quelques centaines de manifestants sur 37 millions d’Iraniens. Et malgré toute la publicité mondiale dont il bénéficia durant des semaines (notamment de la part de la BBC qu’on captait en Iran), son retour au pays rassembla un million de personnes — badauds et communistes compris. Un événement historique et politique de cette envergure aurait pu attirer bien plus de monde : Téhéran, le bastion de l’opposition, comptait alors 8 millions d’habitants.

    Bakhtiar et Bazargan, destins croisés

    Khomeyni bénéficia aussi des trahisons de personnalités iraniennes qu’il acheta pour des prix divers. Il réussit même à faire tomber Mehdi Bazargan qui, avec Chapour Bakhtiar, était un des piliers de l’opposition laïque. Les deux hommes avaient fait leurs études en France : Bazargan était centralien, et Bakhtiar, titulaire de plusieurs doctorats de la Sorbonne. Tous deux avaient, durant la Seconde Guerre mondiale, milité dans les rangs de la Résistance française contre les nazis. Ils avaient ensuite servi le gouvernement de Mossadegh, et tenu tête au chah Mohamed Reza Pahlavi. Tous deux avaient été plusieurs fois emprisonnés par ce dernier, et ils pensaient le plus grand mal de Khomeyni, que Bazargan qualifiait d’« animal féroce ». Ce dernier passa pourtant dans le camp de Khomeyni, auquel il fournit un brevet en droits de l’homme.

    Le chah demanda à Chapour Bakhtiar, fin 1978, d’être son Premier ministre. Celui-ci exigea une liberté de gouvernement totale. Le chah accepta et quitta le pays. Bakhtiar tira des dossiers des oubliettes et fit voter un grand cycle de réformes par le Parlement. Il donna liberté aux journalistes d’écrire ce qu’ils voulaient et de refuser l’entrée de leurs locaux à tout policier qui voudrait contrôler leurs publications. Il fit dissoudre la terrible police secrète (Savak) et libéra les 900 prisonniers politiques.

    Le retour de Khomeyni

    Mais l’ampleur des manifestations ne diminua pas. Les islamistes s’étaient alliés aux nombreux hommes politiques et marchands corrompus auxquels nuisaient les réformes. Tout ce monde avait des moyens de propagande formidables, notamment les mosquées et le bazar de Téhéran, par le biais desquels ils pouvaient propager des rumeurs… et distribuer des pourboires. Bakhtiar fut ainsi renvoyé de son parti pour avoir accepté de participer au gouvernement — alors qu’il appliquait les réformes réclamées par ledit parti.

    Après le départ du chah, Khomeyni annonça qu’il allait revenir en Iran. Bakhtiar ne pouvait matériellement pas s’y opposer, à moins de provoquer un carnage. En outre, Khomeyni était citoyen iranien, et à ce titre, il avait droit à résider dans le pays : « S’il se conduit mal, il sera jugé par un tribunal compétent… [et] subira sa peine comme tout autre citoyen », dit Bakhtiar, qui affirme avoir seulement « sous-estimé sa férocité ».

    Khomeyni revint le 1er février 1979, et une foule en délire l’accueillit à l’aéroport. Mais quand on lui demanda quelle impression cela lui faisait de revenir au pays après tant d’années d’exil, il répondit : « Rien. »

    Deux gouvernements iraniens en même temps !

    Le 5 février, il nomma Mehdi Bazargan Premier ministre du gouvernement islamique qui accepta de lui servir de caution contre son le gouvernement laïque dirigé par son ami Bakhtiar. Cela faisait deux Premier ministres, et chacun des deux était hors-la-loi pour une partie de la population. Et les intrigues se poursuivaient dans les coulisses : le 10 février, le commandement de l’armée informa Bakhtiar que l’armée resterait neutre face à une tentative de coup d’État de Khomeyni. Donc la grande manifestation que celui-ci avait organisée pour ce jour serait aussi celle de l’avènement de l’État islamique.

    « Je suis convaincu, écrit Bakhtiar dans son livre Ma fidélité, qu’avec deux ou trois semaines d’appui de l’armée, Khomeyni aurait été prêt à transiger et j’en ai une preuve : mes amis décidèrent d’organiser des contre-manifestations. La première fois, il vint 5 000 personnes ; la semaine d’après, malgré les voyous de Khomeyni, les Palestiniens et les Libyens qu’il avait introduits, malgré les assassins qui infestaient les rues, il y en avait 20 000. La troisième contre-manifestation rassemblait 50 000 personnes. Ce sont des faits que tout le monde a pu vérifier. »

    L’exfiltration de Bakhtiar

    Bakhtiar céda la place et quitta le palais gouvernemental. Mais Bazargan ne put pas y arriver dans le calme : la populace prit le palais d’assaut, tua les domestiques et jeta les automobiles dans la piscine. Bakhtiar demeura caché pendant six mois chez des amis. Pendant ce temps, Khomeyni faisait arrêter tous les officiers supérieurs qui lui avaient livré leur pays, et il les tua presque tous. Bazargan couvrit tous les assassinats de Khomeyni, mais s’arrêta à la prise d’assaut de l’ambassade des États-Unis. N’ayant pu libérer les otages américains, il démissionna le 6 novembre 1979.

    De sa cachette, Bakhtiar avait entre-temps pris contact avec le gouvernement français, qui accepta de l’aider. Il quitta l’Iran sous un déguisement et s’installa à Paris, où des policiers furent chargés de sa protection. Il voulait organiser une résistance à partir de la France, comme l’avait fait Khomeyni. Mais l’ayatollah avait réussi grâce aux bakchichs, à la propagande dans les mosquées, à la complicité de la presse et du monde politique en Occident, et aux trahisons. Bakhtiar ne disposait de rien de tout cela. Il ne disposait même pas de l’appui de l’ensemble de l’opposition à Khomeyni. Les partisans du chah salissaient sa réputation en prétendant qu’il était à la solde des Anglais et que Khomeyni l’était aussi. Si Bakhtiar avait été à la solde des Anglais, la BBC l’aurait aussi bien traité que Khomeyni…

    Deux tueurs à Suresnes

    Les partisans du chah prétendent aussi que Bakhtiar a permis la Révolution islamique en autorisant le retour de Khomeyni et en libérant les prisonniers politiques. C’est un moyen de cacher la responsabilité que le chah, durant des décennies, a eue dans la montée de Khomeyni. Enfin, c’est le chah et non Bakhtiar qui a autorisé l’installation de l’ayatollah en France où il pouvait être interviewé directement par la BBC que captaient les Iraniens. Auparavant, Khomeyni ne pouvait atteindre ces derniers que par le biais d’enregistrements ou d’imprimés. Et à partir du moment où Khomeyni pénétrait ainsi dans des millions de foyers iraniens, les 900 opposants politiques libérés par Bakhtiar ne pesaient plus très lourd. Surtout que nombre d’entre eux étaient des laïques et non des islamistes. Et il était impensable d’arrêter Khomeyni au milieu d’une foule d’un million de personnes.

    Bakhtiar s’installa à Suresnes, dans une villa dont l’État français assura la protection. Mais Khomeyni avait acheté l’Iranien qui avait installé le réseau électrique de la demeure — et qui, après une semaine de travail, connaissait la villa par cœur. Il accepta de collaborer avec la police secrète de Khomeyni, et elle lui envoya deux tueurs pour lesquels il obtint un rendez-vous avec l’ancien Premier ministre.

    Mort par strangulation

    Le 6 août 1991, les deux agents furent fouillés par les policiers qui gardaient Bakhtiar. S’étant assurés qu’ils n’étaient pas armés, les policiers téléphonèrent pour avertir de leur venue. Bakhtiar déclara qu’il les attendait.

    Les deux agents traversèrent quelques mètres et pénétrèrent dans la propriété. Quand ils furent reçus dans le salon de l’ancien Premier ministre iranien, ils l’étranglèrent et tuèrent aussi son secrétaire. Puis l’un des assassins alla chercher des couteaux à la cuisine. Avec un couteau à viande, il larda le corps de Bakhtiar de 13 coups. Puis il lui coupa la gorge et le poignet avec le couteau à pain. Ensuite, les meurtriers s’emparèrent de la main coupée, et s’en allèrent après avoir décroché le téléphone.

    Ils passèrent devant les policiers français qui ne remarquèrent pas leurs vêtements pleins de sang. Puis ils allèrent se changer derrière les arbres au bois de Boulogne, et jetèrent leurs vêtements ensanglantés dans une poubelle.

    Pendant 36 heures, il n’y eut aucun signe de vie dans la demeure de Bakhtiar. L’écran géant de sa télévision ne s’éclaira pas aux heures du journal télévisé, dont il poussait habituellement le son très fort. Aucun repas ne fut livré chez lui, et aucune lumière ne s’alluma. Il y eut un orage la nuit, et la porte battit au vent, mais personne ne la ferma.

    Inquiète de ne pas l’avoir au bout du fil, la famille vint frapper à sa porte de la victime, mais personne ne lui ouvrit. Elle exigea de faire forcer la porte, et c’est alors qu’on découvrit l’horrible spectacle.

    Petits arrangements diplomatiques

    Remonter au commanditaire de l’assassinat n’arrangeait pas le gouvernement français, qui avait reconnu la République islamique. Il ne le fit donc pas. Pourtant, fait remarquer le petit-fils de Bakhtiar, « le ministre [iranien] des Renseignements Ali Fallahian… ne cache pas la politique de liquidation menée à l’égard des membres de l’opposition par la Vevak [police secrète ayant remplacé la Savak] qu’il dirige. Lors d’une interview à la télévision d’État iranienne le 30 août 1992, il se vante : “Nous les traquons également à l’extérieur du pays. Nous les maintenons sous surveillance. L’année dernière, nous sommes parvenus à infliger des coups fondamentaux à leurs plus hauts dirigeants”. »

    Ainsi disparaissait dans la violence et le sang, le dernier espoir d’une opposition iranienne laïque libre, pour trente ans au moins.

    Les années 2010 ont vu le tchador laisser place au voile en Iran, le voile tomber peu à peu, et les femmes dévoilées parler à visage découvert devant caméra. La police sévit parfois, arrêtant des dizaines de personnes. Mais le mouvement d’opposition est large et populaire. Le jeûne du ramadan lui-même est de moins en moins bien observé. Le pouvoir préfère souvent laisser faire pour ne pas avoir une nouvelle révolution sur les bras.

    Voyant tout cela, on reste rêveur quand on imagine ce qu’aurait été l’Iran si Chapour Bakhtiar était resté au pouvoir, ou si, réfugié en France, il avait réussi son come-back à la manière de Khomeyni, au lieu d’être assassiné par ce dernier à Paris, le 6 août 1991, dans un silence général.

  • Montpellier. Trafic de drogue et guerre des gangs autour d’un centre d’accueil de migrants à Plan Cabanes

     

    P1170613_Flou-660x330.jpg

    A Montpellier il ne se passe pas désormais une semaine sans qu’un événement dramatique se produise dans le quartier de Plan Cabanes. En cause, un trafic de drogue particulièrement juteux qui fait l’objet d’une véritable guerre entre deux gangs.

    Coups de machette et de couteau à Plan Cabanes, les victimes refusent de porter plainte

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, trois personnes ont été attaquées à l’arme blanche dans la rue Daru à Plan Cabanes. Les victimes, transportées aux urgences, n’ont subi que des blessures légères et ont pu sortir au bout de quelques heures du CHU de La Peyronnie. Fait troublant, aucune des trois personnes n’a souhaité déposer plainte au commissariat.

    Ce nouvel acte violent semble s’inscrire dans une longue liste d’agressions et de bagarres qui se sont déroulées ces derniers mois dans le quartier de Plan Cabanes, à proximité immédiate du centre-ville. La raison de ces violences : une guerre des gangs pour le trafic de drogue et de cigarettes de contrebande.

    A Plan Cabanes, l’arrivée des migrants albanais sème la zizanie

    Dans ce quartier où une grande partie de la population est originaire du Maghreb (la mosquée El Nour a été la première mosquée de Montpellier), l’arrivée depuis trois ans de migrants albanais soulève d’importants problèmes.

    Nouveaux arrivés, certains de ces migrants ont cherché à prendre le contrôle du trafic de cannabis dans le quartier. Une « offensive » qui génère d’innombrables actes de violence.

    De son côté, la police intervient régulièrement dans le quartier en menant des opérations anti-drogue sans parvenir pour autant à mettre fin au problème. Certains habitants réclament désormais l’installation d’un commissariat permanent au sein même de Plan Cabanes.

    Squats et locaux d’associations pro-migrants, base arrière du trafic de drogue ?

    L’arrivée des Albanais dans le quartier de Plan Cabanes n’est pas due au hasard. Ces derniers ont implanté leur « QG » dans un ancien temple protestant, situé au 9 rue Gambetta, qui est désormais transformé en squat. Un « quartier général » qui se trouve à quelques mètres des locaux de l’association Gammes, une association d’aide aux migrants située au 6 rue Saint Barthélémy et présidée par Daniel Constantin, ancien préfet de l’Hérault.

    Cette association subventionnée (voir ci-dessous) a en charge un certain nombre de ces migrants originaires d’Albanie et du Kosovo. En novembre 2017, les policiers avaient mené une opération au sein même des locaux de Gammes afin d’interpeller des Albanais accusés d’une attaque à l’arme blanche.

    Lengadoc-info.com, 2018

    _________________________________________________________

    Département de l’Hérault : 110 000 € de subventions supplémentaires pour les migrants

    09/12/2016 - Trois semaines après le vote d’une subvention de 2,5 millions d’euros pour les mineurs isolés étrangers, le Conseil Départemental de l’Hérault a  voté de nouvelles subventions afin de venir en aide aux migrants dans le département.

    Trois nouvelles subventions pour des associations d’aide aux migrants

    Le lundi 12 décembre, les conseillers départementaux ont été appelés à se prononcer sur trois nouvelles subventions pour un montant global de 110 000 €. Ces subventions seront attribuées à des associations.

    La première subvention, d’un montant de 90 000 €, est au profit du Réseau Accueil Insertion Hérault, une association chargée d’animer une permanence d’accueil de jeunes mineurs étrangers isolés dans le département.

    La deuxième subvention doit être versée à l’association Césam Migration Santé. Cette association située à la Paillade, a pour vocation « de contribuer à la promotion de la santé des migrants, de leurs familles, et de toute personne en situation de précarité ». Le département de l’Hérault devrait lui attribuer la somme de 2 975 €.

    Quand à la troisième subvention, elle ne fait pas explicitement référence à la situation des migrants. En effet, 16 150 € doivent être attribués à l’association GAMMES afin de mener des actions de « redynamisation sociale », des actions qui se déclinent en des « ateliers socio-linguistiques et des ateliers de soutien à la parentalité ». En revanche, c’est cette association, présidée par l’ancien préfet de l’Hérault, Daniel Constantin, qui gère à Montpellier le Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) de Mermoz.

    Pas de séance publique pour le vote de ces subventions

    Ces trois subventions ont été votées en commission permanente , c'est à dire sans la présence du public.

    Disposant d’une large majorité à gauche, le président du conseil départemental, Kleber Mesquida (PS) peut également compter sur les voix des élus sauréliens. Les six conseillers départementaux de Défendre l’Hérault se sont opposés à ces subventions , mais non ceux du groupe du Centre et de la Droite. Ces derniers s’étaient abstenus lors du vote de la subvention de 2,5 millions d’euros le 14 novembre dernier.

     ____________________________________________________________________

    Montpellier. Les locaux d’une association d’aide aux migrants perquisitionnée par la police

    14/11/2017 – Il aura fallu une nouvelle agression au couteau dans la nuit de lundi à mardi pour que les policiers de la Sûreté Départementale de l’Hérault décident de perquisitionner les locaux de l’association Gammes à Montpellier. Une association subventionnée qui vient normalement en aide aux migrants mais qui aujourd’hui semble être le repaire d’un groupe d’Albanais particulièrement dangereux.

    Plusieurs attaques au couteau depuis quelques mois

    Selon nos confrères de E-Métropolitain, une opération de police a eu lieu ce mardi matin dans les locaux de l’association Gammes, situés au 6 rue Saint Barthélémy, à côté du cours Gambetta, et présidée par Daniel Constantin, ancien préfet de l’Hérault. Une opération qui intervient après qu’un albanais a été poignardé à plusieurs reprises par d’autres albanais durant la nuit du côté du boulevard Louis Blanc.

    Si le mobile de l’agression n’est, pour le moment, pas connu, les policiers ont fini par localiser les auteurs présumés dans les locaux même de l’association Gammes. Les forces de l’ordre ont alors procédé à l’interpellation de nombreux albanais logés par l’association.

    Cette attaque au couteau n’est pas un fait divers isolé. Dans la nuit du 3 au 4 juillet dernier, une quinzaine d’Albanais avaient attaqué deux militaires de l’opération Sentinelle. L’un des deux soldats avaient alors été poignardé à plusieurs reprises à l’abdomen.

    Plus récemment, ce sont plusieurs commerces qui ont été victimes de cambriolage dans le quartier. Là encore, les Albanais du cours Gambetta sont pointés du doigt.

    Vers la création d’une enclave albanaise à Montpellier ?

    Toutes ces attaques et agressions liées aux Albanais, et qui touchent tout le centre-ville de Montpellier, proviennent de ce petit secteur du cours Gambetta. Un secteur qui s’agrandit de plus en plus et les trafics des Albanais commencent à empiéter sur Plan Cabane où les tensions sont parfois virulentes avec la communauté marocaine.

    Depuis cet été, une importante communauté albanaise occupe l’ancienne église protestante du 9 rue Gambetta. Un squat qui donne directement sur… les locaux de l’association Gammes. Ce squat, occupé rapidement en septembre par des africains, a finalement été réoccupé par des Albanais qui n’ont pas hésité à agresser ces derniers, considérant qu’il s’agissait de leur « territoire ». Encore aujourd’hui, ce squat semble toujours être occupé par les Albanais.

    Lengadoc-info.com, 2017

  • Livre - Notre sélection : Roger Nimier. Masculin, singulier, pluriel

    Nimier Roger.jpg

    « Nimier écrit en français direct vivant, pas en français de traduction, raplati, mort » proclamait Céline dans une lettre à un confrère et néanmoins ami, pour dire son estime à l’égard d’un cadet.

    Il est vrai que Roger Nimier (1925-1962), disparu comme Albert Camus ou Jean-René Huguenin dans un accident de voiture, s’était démené sans compter pour sortir Céline du purgatoire. C’est l’une des nombreuses facettes de cet écrivain attachant qu’étudie avec rigueur et sympathie Alain Cresciucci dans une biographie qui est aussi et surtout le portrait d’« une génération heureuse qui aura eu vingt ans pour la fin du monde civilisé ».

    Nimier.jpgGénie littéraire à la monstrueuse précocité, dont son condisciple Michel Tournier a témoigné, Roger Nimier publia sept livres, cinq romans (dont Le Hussard bleu) et deux essais (dont Le Grand d’Espagne), en cinq ans, avant même d’atteindre la trentaine. Un météore donc, lui aussi, qui, en quelques années, s’impose comme le chef des Hussards, ces impertinents qui se rebellent contre le règne des idéologues marxistes et des pions humanitaires – Sartre et tutti quanti. « Libertin du siècle », comme il se définissait lui-même, Roger Nimier fut le fils spirituel de Georges Bernanos, qu’il rencontra lors de son retour d’exil. Mais aussi de Malraux et de Drieu la Rochelle, et, bien plus haut, de Retz et de La Rochefoucauld. Romancier mélancolique, critique implacable, éditeur d’élite chez Gallimard (Céline et Morand lui doivent leur renaissance), dialoguiste de cinéma (entre autres pour Louis Malle dans le sublime Ascenseur pour l’échafaud), Nimier aurait pu devenir, sans cet accident stupide au volant d’une Aston Martin, l’un des maîtres de sa génération.

    Quinze ans après sa mort, son ami Pol Vandromme, inconsolable, le saluait en ces termes : « Son existence est humble et aristocratique. Il a découvert le rugby dont le goût rejoint bientôt chez lui celui des armes anciennes, du dessin, de la papeterie, des condiments, du champagne et de l’eau fraîche, tout ce qui brûle ou ce qui glace, tout ce qui fait la vie plus sage et plus virile, plus fidèle et plus forte. »

    Christopher Gérard

    Metamag

  • Conseil départemental : il y a quelques fois de bons moments ! Les colères désopilantes du président Mesquida

    CD-006.JPG

     

    Madame LOISEAU, ministre des affaires européennes était à Montpellier le 19 juillet dernier. Elle a donné un déjeuner à la préfecture. Jusque-là rien de plus normal. Pas pour tout le monde cependant, tout au moins pour ceux que nous appelons désormais les grands « Démocrates-Républicains-Donneurs de leçons »

    Dictateurs-Mesquida-Haddock.jpgKleber Mesquida, président du Conseil départemental, s’est fendu d’un courrier adressé au Président de la République, pas moins, pour se plaindre de « la présence en nombre au côté de la ministre de militants du parti La République en Marche [ce qui] a pour le moins choqué certains participants, dont mon vice-président Renaud Calvat qui s’en est ouvert à la ministre ». Déjà empêtré dans l’affaire Benalla, voilà le pauvre Emmanuel Macron rattrapé par un dossier autrement plus grave, la dépression de MM. Mesquida-Calvat !

    À première lecture on aurait pu penser qu’il s’agissait d’une plaisanterie, une « lettre cachée », comme il y a des « caméras cachées », que notre naïveté ou notre crédulité ne nous aurait pas permis de déceler. Ou d’un trait d’humour du Président qui, emporté par la détente des vacances, avait imaginé cette farce comme celle d’un premier avril. Mais, réflexion faite et sachant par expérience que l’humour n’est pas son fort, ni celui des socialistes, on se dit qu’il n’aurait pas pu aller jusque-là et que réellement, le malheureux Renaud Calvat s’est senti isolé au milieu d’un nombre trop important de représentants d’un parti qui n’est pas le sien. Il avait peut-être oublié que notre système politique ne se nourrit que de luttes partisanes !

    Réalisant donc qu’il ne s’agissait pas d’une plaisanterie, qui ne nous aurait d’ailleurs pas fait beaucoup rire, nous n’avons pas pu nous retenir d’un grand éclat de rire.

    Nos lecteurs connaissent bien maintenant le sort qui nous est réservé au département, les refus, mises à l’écart, absences d’informations et autres amabilités que nous subissons depuis plus de trois ans.

    Nous ne nous plaignons pas des discriminations que nous supportons régulièrement à l’occasion d’une réception ou d'une manifestation où nous nous retrouvons quelque fois seuls, à peine salués, quelque fois pas du tout, et mis à l’écart. Nous mettons ces médiocres attitudes sur le compte d’une piètre éducation ou sur l’amertume ressentie à la pensée que nous ayons pu être élus par une belle majorité de nos concitoyens, et ainsi mettre fin à un monopole de direction départementale, source de dangereuses opacités. Mais il ne nous est jamais venu à l’idée d’écrire au président de la République !

    Ce dont nous nous plaignons et le répétons sans cesse, c’est d'être écartés systématiquement de toute décision, de toute participation au fonctionnement des instances départementales et de toute présence dans les différents organismes de nos cantons. Ceci est autrement plus grave que le vague à l’âme ou la mélancolie de Messieurs Meskida et Calvat dans un déjeuner préfectoral... C’est d’une toute autre nature que la présence, jugée excessive, de sympathisants d’un parti différent. Sont-ils d’ailleurs si différents ? Ce n’est rien d’autre qu'un intolérable mépris à l’égard d'une grande partie de nos concitoyens et de nos cantons. C’est la mise en œuvre d’une gouvernance autocratique destinée ni plus ni moins qu’à bâillonner toute voix discordante. Tout cela, systématiquement enrobé de "valeurs de la République", "liberté d'expression", "vivre ensemble" et autres poncifs.

    C’est la raison pour laquelle la (fausse) grosse colère du président n’a pas manqué de nous amuser.

    Mais au-delà, cet exercice ridicule démontre, soit l’aveuglement du président quant à ses méthodes de direction, l'habitude du césarisme se prend vite, soit un magistral cynisme assumé et mis en œuvre de longue date, par habitude également. Je me suis laissé dire que ceux qui le connaissent bien opteraient pour la deuxième hypothèse...

    Henri Bec

  • Tout est à vendre ... car tout s'achète !

    Tout est à vendre.jpg

     

    Par François Reloujac

    Journaliste, spécialiste des questions économiques

    Politique magazine

     

    Economie. La société issue des principes de la Révolution touche aujourd’hui à son terme. La seule valeur qui reste est « l’argent ». Balzac l’avait bien vu. Même les bons sentiments se monnaient à prix d’or. Le bétail humain fait partie du marché !

     

    Dans la société d’aujourd’hui où les quatre libertés fondamentales sont la libre circulation des biens, des services, des hommes et des capitaux, seul compte désormais le prix à payer. Et, sous l’impulsion de l’Union européenne, l’État se voit réduit au rôle de simple agent économique qui doit privilégier soit le « moins disant » quand il s’agit d’acheter quelque chose, soit celui qui propose le prix le plus fort quand il s’agit de vendre les « bijoux de famille ». Dans ce contexte, les missions d’ordre public, l’unité nationale et la dignité des personnes ne pèsent pas lourd. Il est vrai qu’aucun système matérialiste et individualiste n’est propice à la solidarité qui doit caractériser la vie en société.

    La loi Pacte

    Comme toutes les lois depuis une trentaine d’années, il s’agit d’une loi fourre-tout dans laquelle, sous prétexte de réformer, on vient agiter dans tous les sens l’organisation du cadre économique du pays au point que plus personne n’est capable de mener une politique à long terme. Constatons que cette loi de 74 articles – l’un d’eux ayant pour but de ratifier 23 ordonnances différentes – est soumise à la procédure d’urgence. Or, le projet de loi présenté aux députés et sénateurs s’étend sur 962 pages ! On se demande quel parlementaire est capable d’avoir en aussi peu de temps un avis valable sur tous les articles du texte, encore moins sur son intérêt général.

    Parmi les multiples mesures-phares que contient ce texte indigeste, il est question de « privatiser » : privatiser les ex-Aéroports de Paris, devenus le groupe ADP et dont une partie du capital se trouve déjà entre des mains étrangères, la Française des jeux et le groupe énergétique aujourd’hui baptisé Engie. En soi, une telle mesure n’est pas choquante, car ce n’est pas le rôle de l’État que de gérer des aéroports – y compris à l’étranger – ou de se conduire en tenancier de machines à sous. Quant à l’accès à l’énergie, l’État doit plus veiller à ce que l’énergie en question soit disponible toujours et partout au moindre coût plutôt que de gérer directement la société qui la distribue. Mais le motif pour lequel ces mesures sont prises est d’obtenir – dans le respect des règles imposées par l’Union européenne – le bénéfice le plus important possible, pour « financer l’innovation de rupture ».

     

    L'Aquarius : pour les passeurs, un chiffre d'affaires de plusieurs millions d'euros. Pour les « humanitaires » aussi, un marché lucratif.

    L’Aquarius : pour les passeurs, un chiffre d’affaires de plusieurs millions d’euros. Pour les « humanitaires » aussi, un marché lucratif.

     

    L’accord sur les « prêts non performants »

    Le président Macron et la chancelière Merkel se sont mis d’accord pour relancer l’intégration bancaire européenne en limitant les « prêts non performants » à 5 % de l’encours de crédit global des banques. Cela tombe bien puisque les banques françaises et allemandes ont réussi à brader auprès de fonds de pension américains la plupart de leurs créances douteuses, se déchargeant en fait sur ces fonds du soin de les recouvrer à l’échéance. Grâce à ce subterfuge, leur ratio est ainsi passé à moins de 4 % ; les pertes générées par l’opération ayant été masquées par la spéculation financière. Mais les banques italiennes, irlandaises, portugaises, chypriotes, espagnoles et grecques ne peuvent respecter cette nouvelle obligation, compte tenu de l’état de délabrement de leur système économique. Si le projet franco-allemand est adopté, ces banques n’auront qu’à vendre – au rabais – les créances qu’elles détiennent sur leurs entreprises nationales à des fonds de pension étrangers qui, eux, ne manqueront pas de faire jouer les privilèges attachés à ces créances au moment de l’échéance finale. Et nombre d’entreprises endettées passeront ainsi sous contrôle étranger sans que personne ne s’en offusque.

    Les tribulations migratoires

    Au début de l’été, divers bateaux de « migrants » ont occupé les titres des journaux. Dans quel port allaient-ils pouvoir débarquer les passagers recueillis au milieu de la mer Méditerranée, sur de frêles esquifs où ils avaient été entassés par des passeurs sans scrupules ? On a dit à ce propos qu’un bateau comme l’Aquarius – celui qui a fini à Valence – représentait pour les passeurs qui lui avaient confié ces clandestins, un chiffre d’affaires de plusieurs millions d’euros. Mais il faut voir que ce bateau qui a ainsi pris le relais des passeurs, appartient à une société qui ne vit pas que de l’air du temps, qu’il avait été affrété pour l’occasion par des associations sans lien avec la première – il faut bien diviser les risques –, pour lesquelles cette opération est onéreuse, que le personnel à bord ne se nourrit pas uniquement du poisson pêché en mer pendant son temps libre. Or comme le nombre des bateaux qui remplissent ce type de missions « humanitaires » ne fait qu’augmenter, c’est bien qu’il y a là un nouveau marché lucratif. On constate d’ailleurs que ces bateaux savent très exactement où aller récupérer ces « migrants » ; c’est d’ailleurs la raison qui a conduit ledit Aquarius à faire une « escale technique » à Marseille fin juin : « l’escale doit être faite le plus près possible de la zone de sauvetage », comme l’a précisé son capitaine.

    Les réformes sociétales

    Dans la logique des « réformes sociétales » imposées en France, sous l’égide de l’ONU et avec le soutien de la Cour européenne des droits de l’homme (sic), après le « mariage » homosexuel (lui-même préparé par le PACS), la France se dirige vers l’adoption de ce que l’on appelle pudiquement la PMA et la GPA et qui constituent, faut-il le préciser, le pendant obligatoire de ce que l’on appelle hypocritement l’IVG. Désormais tout le monde aura le droit de « supprimer un fœtus », d’acheter un enfant ou de louer un ventre. Mais si l’enfant acquis dans le cadre de ce nouveau « droit » ne répond pas aux attentes (au cahier des charges initial) ou s’il cesse de plaire à l’acquéreur, il faudra bien organiser un « marché de l’occasion »… sinon ces « déchets » humains, pour reprendre l’expression mise en avant par le pape François mais déjà utilisée par son prédécesseur, seront abandonnés.

    Les élections présidentielles

    Le 17 juin, le journal italien Il Populista a annoncé que, pour son élection, le président Macron aurait bénéficié de divers prêts venus de la part de personnes qui ne sont pas réputées pour leur désintéressement le plus total (Crédit Agricole, David de Rothschild, George Soros et Goldman-Sachs). Au moment où ces lignes sont écrites, l’information n’est encore pas vérifiée. Mais, une plainte a été déposée contre l’ancien maire de Lyon pour avoir fait bénéficier le candidat Macron de finances obtenues auprès des citoyens pour un tout autre objectif. Et cela vient après la révélation des rabais obtenus par le même candidat pour la location de certaines salles de réunion. Quoi qu’il en soit de la réalité profonde de ces accusations, le fait même qu’il y soit fait référence et que les médias officiels y donnent un certain écho, montre bien que les démocrates français vivent avec l’idée que leurs voix peuvent être vendues et donc achetées.

    Une société de spéculation

    Ces quelques exemples, mais la liste est loin d’être exhaustive, montrent qu’aujourd’hui tout se vend car tout s’achète. Hélas, là où un gouvernement devrait exercer ses fonctions régaliennes pour protéger l’ordre public et promouvoir le bien commun, où il devrait respecter les difficultés de ses partenaires européens et s’en montrer solidaire, où il devrait, avec prudence, aider ceux qui en ont besoin et dont le premier droit est celui de pouvoir vivre dignement chez eux, où il devrait se préoccuper du droit des enfants à vivre normalement et être éduqués et aimés par un père et une mère, on constate qu’il introduit partout la spéculation. On spécule sur l’économie du pays, sur les créances internationales, sur la misère des peuples, sur la détresse affective des populations, sur les résultats des élections. Les marchandises d’aujourd’hui ne sont plus des biens de première nécessité que recherchaient les Anciens mais des personnes morales ou, pire, des personnes physiques. Les réfugiés, les enfants, les femmes sont les nouveaux produits que l’on trouve sur ces marchés « réformés » par ceux que saint Augustin désignaient comme appartenant à une « bande de brigands ».

    Tout est à vendre-2.jpg

    Tout se vend et s’achète, même les gosses. Ô démocratie !

  • Livre, notre sélection : "Manuel de l'anti-tourisme"

     

    « Le tourisme représente

    la fin de l’aventure »

     

    Entretien avec Rodolphe Christin, auteur du "Manuel de l'anti-tourisme"

     
     

    Dans son dernier livre Manuel de l’anti-tourisme, Rodolphe Christin s’en prend avec témérité à ce qui est devenu l’horizon indépassable de l’accomplissement de nos sociétés occidentales ou économiquement bien portantes : le tourisme.


    Matthieu Delaunay. Pourquoi prendre à rebours la marche du monde qui tend à rendre accessible chaque recoin de la planète qu’on appelait encore récemment ses « confins » ?

    Rodolphe Christin. Ce livre est né du constat, agacé tout de même, de l’ampleur de la mise en ordre touristique du monde. Je tente de comprendre pourquoi et comment le tourisme est devenu la première industrie mondiale. Les Français sont bien placés pour être confrontés à ce genre d’interrogation puisque la France reste une destination de choix. L’objectif du Manuel de l’anti tourisme, est de sortir du consensus dont bénéficiait la machine touristique, y compris dans les milieux les plus contestataires. Le géographe Philippe Bourdeau explique à juste titre que le tourisme, comme industrie du « bien », qui prétend faire du bien, a longtemps été une machine à dépolitiser les réalités qu’elle produit. Je suis tenté de parler au passé car il semble que, depuis quelques temps, les choses changent : on observe ici et là des mouvements d’opposition à des projets touristiques (comme dans la forêt des Chambarans, en Isère, contre l’implantation d’un Center Parcs), ou bien des vagues de contestation dans des grandes villes sur-fréquentées comme Venise, Barcelone ou Dubrovnik. Ces villes n’en peuvent plus : le tourisme rend trop souvent les territoires invivables. Les zones les plus touristiques tendent à se refermer sur elles-mêmes et leurs habitants sont contraints de fuir.

    Depuis que le tourisme existe, le monde n’est pas devenu meilleur.

    Pourquoi les gens voyagent-ils ? Est-ce que c’est seulement à cause de la publicité, ou est-ce que ça a remplacé autre chose ? Comment inciter à voyager moins ? Peut-on voyager mieux ?

    Le voyage est une structure anthropologique de l’imaginaire, pour parler comme l’anthropologue Gilbert Durand. Il signifie une logique du désir fortement enracinée qui pousse certains individus ou groupes à vouloir explorer ce qui existe au-delà de la montagne, de la vallée, de l’océan. Cette pulsion, ancienne comme l’humanité, traverse les époques et les cultures et révèle une disposition humaine au déplacement, à l’acquisition de connaissances et de nouvelles expériences, à l’exploration de nouveaux territoires de vie. Le tourisme, en tant que phénomène historique et social, est plus récent : pour aller vite, il a eu besoin de la révolution industrielle et de la généralisation du salariat pour devenir une modalité incontournable de la société de consommation. Le tourisme est le pur produit du capitalisme. Pour se déployer, ce phénomène a nécessité la création d’infrastructures et de technologies facilitant les déplacements. Pour que le tourisme se développe, le déplacement ne doit plus être une épreuve physique et psychologique. Sur ce plan, le tourisme représente la fin de l’aventure.

    Croyez-vous que la masse de touristes, chaque année plus grande, apprend de ses voyages ?

    Toutes les expériences enseignent quelque chose, les touristes apprennent comme tout le monde. Touristes et opérateurs de tourisme sont beaucoup plus opportunistes et tacticiens qu’idiots.

    Qu’est-ce que le monde peut gagner avec le tourisme ?

    De l’argent. Mais la manne est loin de bénéficier à tout le monde de manière équitable. Le tourisme brasse de l’argent grâce à des flux exogènes aux territoires d’accueil, ce qui rend l’économie touristique fragile et dépendante. Quant à la prétendue ouverture d’esprit que permettrait l’accès touristique au monde, sur ce plan rien n’est prouvé : la Méditerranée, première région touristique mondiale où la culture de l’accueil et de l’échange pourrait en conséquence être forte, est une région où la répression des migrants sait se faire impitoyable. Depuis que le tourisme existe, le monde n’est pas devenu meilleur. Le touriste sait profiter de son prochain en vacances aussi bien qu’au travail. Cette prétendue industrie du bien est une industrie aussi toxique que d’autres cracheuses de fumées.

    Quelle nuance faites-vous, si nuance vous faites, entre le voyage et le tourisme ?

    Le tourisme est le produit d’une époque tandis que le voyage relève d’une dimension anthropologique de l’esprit. Une quête le motive. On ne le trouve plus qu’en creux, au hasard de certaines expériences. En revanche, le tourisme est un acte marchand aujourd’hui incontournable. Aucun voyageur n’y échappe et le voyage n’existe plus que dans le secret de la conscience.

    Que répondez-vous à ceux qui considèrent le tourisme comme un moyen de développement sûr, rapide et efficace des populations pauvres ?

    Le tourisme n’a pas éradiqué la pauvreté, nous le saurions déjà. Son économie est fragile pour la raison avancée plus haut : trop dépendante de flux exogènes, l’économie touristique n’est pas autonome. En outre, son personnel souffre d’une indéniable précarité. Le tourisme est un anti-voyage.

    Vous écrivez que le tourisme est une « modalité du management du monde ». Pouvez-vous l’expliquer ?

    Le tourisme est une manière de faire de l’argent qui intéresse autant les opérateurs privés que les pouvoirs publics. Il est d’ailleurs étonnant de voir comment l’argent du contribuable peut être mis au service d’intérêts particuliers, sans que cela ne provoque le scandale. Le tourisme suppose une modélisation des territoires de manière à les rendre touristiquement accueillants, c’est-à-dire rentables. Le tourisme exige donc un type d’aménagement du territoire adéquat, de manière à les rendre attractifs et achetables, fréquentables pour des nombres importants de visiteurs. Si les touristes s’émancipaient de l’enchantement qui recouvre d’illusions leurs pratiques, s’ils voulaient avoir accès au dessous des affaires, s’ils découvraient qu’ils ne sont que des pions inclus dans des flux qu’il faut gérer pour faire un maximum de profit, il est probable que le plaisir du tourisme s’évanouirait aussitôt. Avec lui, la liberté des vacances est illusoire.

    N’y-a-t-il pas un paradoxe dans le terme « tourisme enfermé » que vous utilisez ?

    Vous avez raison. Si au départ le désir touristique rejoignait le désir de découvrir l’altérité, bien souvent celui-ci s’est retourné sur lui-même : le tourisme devient désir de tourisme qui adore les lieux clos où l’on vit entre soi, à l’écart des autochtones qui ne peuvent intervenir que s’ils sont au service du touriste. Voilà pourquoi je répète que le tourisme est un anti-voyage.

    Considérez-vous qu’il n’est aujourd’hui plus possible de vagabonder librement à travers le monde ? Croyez-vous qu’un voyage gratuit et pur dans ses fondements est encore possible ?

    Le voyage « pur dans ses fondement » n’existe pas, le voyage est le résultat d’un travail philosophique sur le sens de la vie, une mise en interrogation du monde. Quant à la liberté de vagabonder, cela devient difficile de la trouver dans un monde qui préfère faire circuler les marchandises que voir « librement » circuler les individus, à une exception près : tout est possible pour qui possède suffisamment d’argent, et qui donc en rapporte à d’autres.

    Causeur

  • Politique magazine de juillet est paru - Lisez l'entretien avec Emanuelle Ménard

     

    PM171-une.png

     

    Entretien avec Emmanuelle Ménard,

    député de la 6e circonscription de l’Hérault

     

    Ménard.E.jpgQuelles sont les affaires de liberté d’expression, récentes ou non, qui vous ont le plus étonnée ?

    Je voudrais rappeler un point très particulier : lorsque j’ai défendu la liberté d’expression dans l’hémicycle, l’été dernier, je me suis retrouvée toute seule… Souvenez-vous de cet article 1er de la loi sur la confiance dans la vie politique, qui menaçait d’inéligibilité quiconque aurait été condamné pour diffamation ou pour discrimination. Seule députée à dénoncer la véritable forfaiture qu’allait constituer une telle disposition à l’égard de la liberté d’expression – heureusement retoquée ensuite par le Conseil constitutionnel –, je n’ai pas entendu une voix pour me soutenir. Bien au contraire, mon intervention a été chahutée, à commencer par l’extrême gauche de l’Assemblée. Rendre inéligibles des hommes ou des femmes politiques qui se sont rendus coupables de délits financiers ou de conflits d’intérêts, en clair, qui ont commis des infractions liées à la probité, rien de plus normal ! En revanche, tout ce qui concerne des faits de discriminations, d’injures et de diffamation publiques, cela peut évidemment glisser très rapidement vers une condamnation politique. Vous savez bien que lorsqu’on ne se fond pas dans le moule du politiquement correct, il n’est rien de plus facile en France que de poursuivre des élus. De nombreuses associations – je peux vous en citer toute une liste – font cela très bien. Si cet article n’avait pas été retoqué par le Conseil constitutionnel, ces personnes seraient devenues inéligibles. Un moyen très efficace de se débarrasser de ses opposants !

    Quel est, pour vous, le rôle d’un journal et d’un journaliste : rendre compte, prendre position, certifier la vérité, mettre en garde…?

    Informer, tout simplement. Les éditorialistes sont là pour donner leur opinion. Les journalistes doivent rendre compte. Ils sont de moins en moins nombreux à le faire sérieusement en France. C’est dommage…

    Comment expliquer que certains médias prétendent être objectivement neutres tout en étant objectivement partisans dans le choix des sujets, des angles d’attaque, des vocabulaires employés ?

    Vous avez toujours intérêt à vous prétendre neutre et objectif pour votre image. Mais quand ce n’est pas le cas, il ne faut pas bien longtemps pour être démasqué, fort heureusement. Prenez Le Monde, un journal qui se prétend tellement « objectif » qu’il s’arroge le droit de délivrer des « pastilles » de sérieux aux autres médias. Ce même journal, il faut le rappeler, dont un des propriétaires s’est affiché en soutien d’Emmanuel Macron durant la dernière campagne présidentielle… Eh bien, c’est Le Monde qui a créé et mis en ligne le Decodex, cet « outil pour vous aider à vérifier les informations qui circulent sur Internet et dénicher les rumeurs, exagérations ou déformations ». Un journal qui s’érige en arbitre des vraies et des fausses informations, des bons et des mauvais journalistes, et qui s’auto-congratule. Car Le Monde est « en principe plutôt fiable » si l’on en croit ce même Décodex. Le Monde adoube Le Monde. On n’est jamais si bien servi que par soi-même… Plus besoin de censure, les journalistes sont véritablement conditionnés à être dans « le camp du bien », sans se poser la question de la véracité de l’information…

    Pensez-vous qu’il existe vraiment une caste médiatico-politique ?

    Oui. Il n’y a qu’à voir le décalage entre les discours politiques, relayés par les médias, et la réalité que vivent les Français au quotidien. On a parfois l’impression de deux mondes radicalement différents…

    L’État a-t-il un rôle à jouer dans la « gouvernance de l’information » : éduquer aux médias à l’école, encadrer la liberté d’expression, autoriser ou interdire une opinion, un journaliste, un média, posséder des médias d’État, etc. ?

    Lénine expliquait qu’il fallait « forcer à être libres » ces pauvres masses qui, décidément, ne comprenaient rien à rien, avaient besoin d’être mises sur le bon chemin. Vous comprenez le danger qui existe dès lors que l’État est tenté de dire, de décréter, d’imposer, à la place de ces « benêts de citoyens », ce qui est acceptable et ce qui doit être interdit… Trop stupides pour juger par eux-mêmes du caractère « vraisemblable » de telle ou telle information, nos concitoyens auraient donc besoin que nous pensions à leur place ? Je fais, moi, bien au contraire, le pari de l’intelligence.

    Est-ce à l’État de définir la vérité ?

    Poser la question, c’est y répondre. Est-il besoin de vous rappeler les grandes heures du communisme, où la vérité ne pouvait venir que de l’État ? C’est au nom de l’ordre public ou de la sécurité nationale que des États – pour le moins autoritaires – musellent la presse à l’étranger. C’est au nom de la morale ou des bons sentiments, qu’on risque, ici, chez nous, de criminaliser certaines opinions.

    Pourquoi les Français, dans leur ensemble (voir l’enquête du Cevipof) semblent si défiants vis-à-vis de la presse ?

    N’est-ce pas Xavier Niel lui-même, propriétaire du Monde, qui explique que lorsqu’un journal le dérange, il le rachète, et après « les journalistes lui foutent la paix » ? Comment voulez-vous que les Français aient confiance dans les médias dans ces conditions ?

    Est-il possible de définir précisément une fake news, ou l’imprécision du mot et la curieuse définition qu’en donnent les députés ne sont-elles pas le signe qu’il s’agit surtout d’intenter des procès d’intention ?

    Pour moi, une « fake news » est tout simplement une fausse information, un bobard. Elles ont malheureusement toujours existé ! Rappelez-vous Colin Powell, à la tribune des Nations Unies, mentant effrontément – jusqu’à montrer une pseudo-preuve de la présence d’armes biologiques en Irak – pour justifier l’invasion militaire de ce pays ? Rappelez-vous, quelques années plus tôt, l’affaire des couveuses qui a en partie justifié l’intervention occidentale pour défendre le Koweit des prétendues atrocités de Saddam Hussein ?

    Deux épisodes regrettables mais qui montrent qu’un État aussi peut être à la source de fausses informations ! Alors, qui va dire que l’information est vraie ou fausse ? Non, vraiment, il ne faut en aucun cas légiférer en la matière. Surtout avec une définition aussi floue que celle proposée par les députés de La République en Marche. Définition tellement mal préparée qu’elle a été modifiée en plein examen à l’Assemblée… Je le redis, la loi de 1881 suffit amplement. Elle permet déjà de sanctionner la diffusion de fausses nouvelles. Il est même possible de le faire en référé concernant Facebook et Twitter depuis la loi pour la confiance dans le numérique de 2004. Mais les politiques ne peuvent s’empêcher de faire voter les lois qui les arrangent et qui les servent, sans trop se préoccuper des conséquences qu’elles auront sur le long terme…

    Les Français sont de plus en plus nombreux à dénoncer les propos des autres Français : le CSA n’a jamais reçu autant de signalements que ces deux dernières années, dans des proportions qui explosent ; tous les sites d’information proposent de signaler les commentaires qui heurtent le lecteur, etc. Ce n’est pas que l’État qui cherche à museler les expressions différentes, ce sont les Français eux-mêmes qui veulent étouffer le débat ?

    La plupart du temps, il s’agit de signalements de commentaires sur Internet. Et il ne faut pas le nier, ils peuvent être problématiques : orduriers, injurieux, menaçants. Nous en avions pris la mesure quand je dirigeais Boulevard Voltaire. Et nous avons finalement fait le choix de les supprimer. Cela n’a en rien nui à notre audience…

    Facebook, Twitter, YouTube décident unilatéralement de fermer des comptes, sans que les politiques paraissent s’émouvoir de cette justice privée et orientée : l’Assemblée nationale compte-t-elle s’emparer du sujet ?

    C’est ce qui est arrivé tout récemment à TV Libertés… Non, aucune réaction à attendre de l’Assemblée. Les députés ne semblent s’émouvoir des atteintes à la liberté d’expression que lorsque ce sont leurs idées qui sont en danger… Autant dire jamais dans le système actuel. Sans vouloir se rendre compte que c’est précisément cela, la liberté d’expression : être capable de la défendre même lorsque des propos ou des opinions vous choquent…

    Quelle serait, selon vous, la bonne politique à avoir en matière d’information, à court terme et à plus long terme ?

    L’indépendance des médias et la qualité de l’information sont deux problèmes bien réels et étroitement liés. Au nom de la liberté de la presse, nous devrions supprimer toutes les aides directes et indirectes dont bénéficie la presse écrite et en ligne. Pourquoi cette presse ne fait-elle pas le pari de la qualité, qui lui permettrait de vivre… de ses lecteurs tout simplement ? Je suis toujours étonnée d’entendre des journalistes s’égosiller au nom de la liberté de la presse qui serait bafouée dès qu’on les critique, mais qui ne disent pas un mot sur leurs médias qui vivent pourtant sous perfusion des aides et subventions de l’État. Un seul chiffre : toutes subventions confondues, aides directes et indirectes, taux de TVA…, les aides de l’État représentent 32 % du chiffre d’affaire des grands groupes de presse en France ! Comment peut-on parler d’indépendance dans ces conditions ?

    Lisez la suite du magazine en cliquant ici

  • Hommage au Tsar

    Procession-Tsar-1.jpg

    Ekatérinbourg, vous connaissez ? C'est là où le 21 juin dernier l'équipe internationale et multiculturelle dites "des bleus" jouait contre celle du Pérou. Et pendant que quelques milliers de décérébrés hurlaient devant leur poste, la Russie réelle, fière de son passé, elle qui sait ce qu'est un épouvantable régime dictatorial, rendait un magnifique et émouvant hommage à son dernier tsar et à sa famille. Une telle procession aurait du faire la une de nos journaux. Mais nos journalistes aveugles, muets et analphabètes connaissent-ils cet épisode majeur de l'histoire ?

    Une procession a réuni à Ekatérinbourg près de 100.000 personnes pour commémorer le centenaire de l'assassinat par les bolchéviques du dernier tsar Nicolas II et des membres de sa famille.

    Procession-Tsar-2.jpgUne divine liturgie a été célébrée par une quarantaine d’évêques devant l’église de Tous-les-Saints, construite entre 2000 et 2003 - les Russes l’appellent l’église « sur le sang versé », son nom complet est : « église sur le sang versé en l'honneur de tous les Saints resplendissants dans la Sainte Russie », son autel se trouvant juste au-dessus de la cave où furent fusillés Nicolas II et sa famille.

    A partir de 2h00 du matin, le patriarche Cyrille a conduit la procession jusqu’au monastère « des saints martyrs impériaux » de Ganina Iama, à 21 km de là, construit près du fossé où l’on retrouva les restes de la famille impériale (ce que vient de confirmer, ce lundi, une analyse ADN).

    Procession-Tsar-3.jpg« Nous devons vraiment résister à toute idée ou dirigeant qui nous propose, via la destruction de notre vie, de nos traditions et de notre foi, d'adopter un soi-disant nouvel avenir inconnu et heureux », a notamment déclaré Cyrille.

  • Allo ! Hillary, on n'entend rien !

    Lewinsky Monica.jpg

    Des dizaines de milliers de femmes s’arment de courage et révèlent sur Twitter, avec le hashtag #MeToo (#moi aussi) les agressions sexuelles dont elles ont été victimes, et pas seulement à Hollywood : à la radio, à la télé, dans les entreprises, dans les administrations…

    Mais une femme en particulier a attiré l’attention des observateurs, et c’est Monica Lewinsky, qui a rejoint le mouvement et a tweeté ces deux mots : #MeToo, moi aussi j’ai été sexuellement harcelée, en retweetant un message qui  dit ceci :

    « A toutes les femmes qui ont subi des histoires d’agressions sexuelles et de harcèlement sexuel, merci de votre bravoure en prenant la parole. Vous n’êtes pas seules. #MeToo. »

    Le Tweet de Lewinsky a de quoi surprendre.

    Elle a eu une aventure sexuelle avec le président Bill Clinton alors qu’elle était stagiaire à la Maison-Blanche dans les années 1990, et elle n’avait jamais livré de détails sur cette expérience. Plusieurs femmes ont accusé Clinton d’agression sexuelle, remontant à son mandat de gouverneur de l’Arkansas. Clinton a seulement admis avoir eu une relation consensuelle avec Lewinsky et Gennifer Flowers.

    C’est la version couramment admise.

    Le tweet que Lewinsky a posté indique le contraire. Elle aussi a donc été sexuellement weinsteinisée par le président Clinton.

    Comment va réagir Hillary Clinton qui à l’époque avait traîné dans la boue les femmes qui avaient accusé son mari, mais soutient maintenant, dans sa « lutte » pour la cause des femmes, qu’il faut encourager les femmes qui révèlent avoir été sexuellement agressées (bien qu’il lui ait fallu 5 jours pour réagir aux accusations contre son ami Weinstein et qu’elle ait accepté des millions de dons de pays arabes pour sa fondation en échange de son silence sur le traitement qu’ils réservent aux femmes).

    © Hervé Stammers pour Dreuz.info.

  • Hongrie : l’arrêt à l’islamisation migratoire plébiscité. L’Europe une fois de plus protégée par l’Autriche-Hongrie

    Orban Viktor.jpg

    Viktor Orban n’a jamais fait mieux. Il est conforté. C’est le triomphe de l’anti-Merkel et du défenseur proclamé de l’Europe des Européens face à la submersion islamiste. Il a bénéficié d’une mobilisation plus grande des électeurs hongrois. Car depuis 2002, jamais les Hongrois, qui d’ordinaire sont peu enclins à se précipiter dans l’isoloir, n’auront été aussi nombreux à se déplacer pour voter. Le taux de participation, à 69,41 %, a fait un bond de sept points par rapport au scrutin de 2014.

    On remarquera que nos médias, avant les résultats, avaient analysés cette mobilisation comme le signe d’un sursaut des démocrates contre le méchant xénophobe. Le Figaro grâce à un envoyé spécial particulièrement inspiré titrait même au lendemain du vote sans attendre les résultats «Orban perd de sa superbe » !

    Et dire que certains lecteurs croient que Le Figaro est à droite. Non ! Il est du centre le plus mou qui soit et mondialiste compatible bien sûr par nécessité financière. Il participe à la désinformation volontaire des Français et de ses lecteurs. Il le fait, comme le titre sur la Hongrie le prouve en tentant comme les autres gros médias aux ordres, d’imposer une réalité réinventé qui est bien pire que la Fake news.

    Mais la vérité est ailleurs.

    Le Premier ministre hongrois va  pouvoir bénéficier d’un troisième mandat consécutif, lui laissant toute latitude pour amplifier la centralisation des pouvoirs et poursuivre ses passes d’armes avec l’Union Européenne. Le succès du Premier ministre le plus controversé d’Europe est sans appel : sur la quasi-totalité des bulletins dépouillés et avec une forte mobilisation des électeurs, le parti Fidesz a obenu 48,8 % des voix, avec près de trente points d’avance sur le Jobbik, formation d’extrême droite. C’est l’Autriche en pire donc pour l’idéologie médiatique.

    C’est une autre Europe qui se rêve en orange aux couleurs d’Orban

    Lui qui a érigé dès 2015 des centaines de kilomètres de clôture barbelée pour bloquer les réfugiés qu’il assimile à des « terroristes » en puissance, s’estime conforté par le durcissement perceptible de la politique migratoire de plusieurs capitales européennes. Déjà allié avec plusieurs pays d’Europe centrale – dont la Pologne – dans sa croisade souverainiste, il a affirmé vouloir travailler avec l’Italie et l’Autriche à une alliance de pays hostiles à l’immigration musulmane.

    Orban, de plus, a bien ciblé l’ennemi principal, la collaboration mondialiste qui favorise l immigration pour ses intérêts financiers. Un nouveau paquet de mesures, prévu pour l’après-législatives et baptisé « Stop Soros », envisage de taxer les ONG “qui soutiennent l’immigration”. De quoi “écrire l’histoire”, selon Zoltan Kovacs, le porte-parole du gouvernement, car le Fidesz devient ainsi le premier parti en Hongrie à gagner des élections trois fois de suite, depuis le début de la transition démocratique.

    L’Europe des Européens a trouvé son champion au cœur de l’Europe, cette Hongrie et cette Autriche qui nous ont sauvé des Turcs et qui pourraient faire de même face à une immigration de peuplement.

    Quoi de neuf en Europe : l’Autriche – Hongrie bien sûr !

    Jean Bonnevey
    Journaliste.

    Site : Metamag

  • Livre - Notre sélection : "Eric Zémour - Itinéraire d'un insoumis"

    Eric Zémour.jpg

     

    Par Hilaire de Crémiers

    Politique magazine

    Eric Zemmour a la simplicité du courage vrai, avec en plus ce courage moral qui est devenu aujourd’hui une vertu si rare. Son talent, c’est l’écriture et la parole, une parole qui n’est chez lui qu’une autre forme d’écriture. Tout ce qu’il dit, même à l’emporte-pièce, a déjà été pensé, travaillé dans son esprit et c’est pourquoi il est toujours pertinent. Il l’est même de plus en plus ; c’est le fruit d’une expérience soutenue avec constance, d’une activité intellectuelle continue, d’un souci permanent de l’exactitude et de la justesse, tant dans la connaissance et le jugement que dans l’expression pour la meilleure des compréhensions. Lire ou entendre un billet de Zemmour est un régal pour un Français cultivé, honnête et de bonne foi. Inutile de qualifier ce qui caractérise ses ennemis, ceux qui ne peuvent supporter sa personne ni ses propos.
    Il déplaît comme il plaît et pour les mêmes raisons.

    Alors, pourquoi plaît-il ? Cette question suffit et la réponse vaudra de même pour l’interrogation contraire. Pour le savoir il suffit de lire le remarquable essai que Danièle Masson lui consacre. C’est plus et mieux qu’une biographie, avec ces mêmes qualités d’intelligence, de clarté, de style juste et direct pour analyser ce qu’il convient d’appeler « le cas Zemmour ». En chapitres rapides, précis, elle traite de son sujet qui l’a, par sa singularité, « interpellée » pour reprendre le mot du jargon actuel, en fait étonnée, intéressée, à la vérité captivée. La vie et l’œuvre de Zemmour passent sous son regard attentif, aigu et bienveillant, aussi admiratif qu’amusé. Danièle Masson est philosophe sans le dire ; elle a côtoyé Gustave Thibon et Maurice Clavel ; nul mieux qu’elle ne connaît Simone Weil et, élève de Jacqueline de Romilly et de Pierre Grimal, rien de la pensée antique ne lui échappe – « rien de ce qui est humain ne lui est étranger » – , pas plus que de la pensée moderne qu’elle a analysée et critiquée. C’est toute notre tradition helléno-latine et française qui, en quelque sorte, à travers elle, regarde Zemmour, et qui se réjouit finalement du seul fait qu’il existe et tel qu’il est. Il fallait rien moins qu’un fils de famille juive d’Algérie, né à Montreuil, grandi dans le peuple et avec le peuple, au milieu des Français de souche et des Maghrébins, qui sait donc tout de la société en vérité et qui n’a cessé d’approfondir comme naturellement, mais en une longue persévérance, son amour de la France, de l’histoire, de la littérature, de la vie de son pays.

    C’est ce qui fait toute la force de son jugement qui n’en devient que plus redoutable. Il dit tout haut ce que la France, la vraie France, pense tout bas. Et toute la bande des bourgeois qui prétendent mener la France, gouverner les Français, penser pour eux, tous élevés dans les bonnes écoles, tous profiteurs de la société, tous renégats de leur religion, de leur histoire, de leurs familles, de leur patrie, ne peuvent pas le supporter, évidemment. Il leur dit la vérité, leur vérité. Il les a dépeints tels qu’ils sont : répugnants et ridicules. Tous amis de la trahison, au cours des quarante dernières années de décadence où ils se sont servis !

    Et, cependant, Zemmour n’est pas un bloc figé de pensées et d’attitudes : son œuvre et sa vie en témoignent. Il aime Napoléon qui a pu incarner – mais trop à sa manière – une force et une gloire françaises ; et de Gaulle pareillement ; mais, il aime de plus en plus, à l’école de Bainville, les quarante rois qui, en mille ans, ont fait la France. Danièle Masson, dans les derniers chapitres de son essai, note sa réflexion religieuse. Éric Zemmour est si français qu’il attache la plus extrême importance à la conservation du catholicisme traditionnel qui est l’âme de la France. Il se désespère de voir l’islam conquérir peu à peu et inexorablement notre pauvre pays avec la complicité active de dirigeants politiques et religieux d’une lâcheté et d’une imbécillité inqualifiables. Il est triste pour la France. Il voit, il dit, il prédit : il y a du prophète chez Zemmour.

    Éric Zemmour, Itinéraire d’un insoumis, Danièle Masson, Essai, Pierre Guillaume de Roux, 258 p, 23 €
  • Conflit d’intérêt : les magistrats devant le conseil de discipline

    CdeC.jpg

     

    C’est un nouvelle déflagration dans le milieu très feutré de la magistrature. Face aux soupçons de conflit d’intérêt entourant l’arrêt rendu par la Cour de Cassation dans le litige les opposant à leur employeur, les organisations syndicales représentant les salariés de Wolters Kluwer France (WKF) ont décidé de saisir le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), l’organisme chargé de garantir l’indépendance des magistrats, de formuler des propositions de nomination et de prononcer des sanctions disciplinaires.

    En février dernier, au terme d’un feuilleton judiciaire de plusieurs années, les juges de la chambre sociale de la Cour de cassation avaient donné raison au groupe néerlandais Wolters Kluwer, propriétaire dans l’Hexagone des publications de Liaisons sociales et de Lamy, contre ses salariés français dans une affaire concernant la participation. Or, comme l’ont révélé Alternatives Economiques et le Canard enchaîné, sur les six juges ayant voté dans cette affaire, trois d’entre eux – dont le président de la chambre sociale, Jean-Yves Frouin – participaient alors régulièrement à des formations ou bien rédigeaient des articles pour le compte de WKF, activités pour lesquelles ils étaient rémunérés. De quoi jeter un doute sur leur impartialité dans cette affaire.

    Manque d’impartialité

    Face à ces révélations, la Cour de Cassation, par la voix de son premier président Bertrand Louvel, s’était fendue d’un communiqué destiné à éteindre la polémique. Les arguments qu’il y développait faisaient cependant débat jusque chez les juristes spécialistes du droit du travail et n’ont guère convaincu les salariés de WKF. C’est pourquoi leurs organisations syndicales saisissent le CSM.

    Selon nos informations, la plainte que le CSM a reçue le 4 juillet demande des sanctions disciplinaires à l’encontre des trois magistrats pour avoir violé les règles déontologiques de leur corporation et le droit à un procès équitable et impartial. A l’appui de cette demande, elle met en avant principalement trois arguments. D’abord, le manque d’impartialité des trois juges incriminés : en raison des liens qu’ils entretenaient avec la société Wolters Kluwer, ils auraient en effet dû demander à « se déporter », c’est-à-dire à ne pas juger cette affaire et être remplacés par d’autres magistrats. En second lieu, il est reproché à ces juges de ne pas avoir respecté leur statut, en travaillant comme salariés sans l’avoir expressément déclaré. Enfin, c’est la décision prise par ces magistrats elle-même qui ne respecterait pas la procédure.

    Selon l’ancien président de la chambre sociale, l’arrêt WKF « méconnaît les exigences du procès équitable »

    Sur ce dernier point, l’avocat des syndicats de WKF reprend l’argumentation développée par Pierre Sargos, ancien président de la chambre sociale de la Cour de cassation. Dans un article paru le 11 juin dernier dans La Semaine juridique, le prédécesseur de Jean-Yves Frouin estime que l’arrêt rendu en février « méconnaît les exigences du procès équitable ». Le motif invoqué par la Cour pour motiver sa décision (voir plus loin) n’ayant pas été soulevé par Wolters Kluwer lors de son pourvoi, les juges auraient alors dû « inviter les parties à s’expliquer » sur ce « moyen relevé d’office ». Faute de l’avoir fait, les juges ont porté « atteinte aux droits de la défense », juge Pierre Sargos, pour qui cette atteinte est « aggravée par le fait que la cassation est prononcée sans renvoi ». Il existe en effet deux procédures. Lorsque les magistrats de la Cour de cassation se prononcent sur le droit – ils ne tranchent pas le fond d’un litige – , l’affaire est ensuite rejugée par une cour d’appel de renvoi, qui dans la grande majorité des cas, rend une décision conforme à celle de la Haute Cour. Mais les magistrats peuvent aussi rendre un arrêt sans renvoi, décision plus rare qui ferme définitivement la porte à toute contestation.

    Pavé dans la mare

    Jusqu’ici, les spécialistes du droit du travail ne se risquaient pas à critiquer ouvertement la décision de la Chambre sociale – hormis l’analyse du professeur de droit Gilles Auzéro dans Les Cahiers Sociaux. Ils commentaient encore moins l’attitude des juges, si ce n’est sous couvert d’anonymat. La prise de parole de l’ancien président de la chambre sociale est un pavé dans la mare. D’autant que ce dernier ne se contente pas de désavouer ses pairs sur la forme, mais également sur le fond de la décision.

    Le cœur du litige entre l’entreprise et ses salariés porte sur leur participation aux résultats de l’entreprise. A la suite d’un emprunt réalisé par la filiale française auprès de la maison-mère aux Pays-Bas à un taux très élevé, la participation des salariés de WKF, calculée sur le bénéfice net, avait en effet été réduite à néant. La cour d’appel de Versailles en a conclu qu’il y avait eu fraude de la part de l’entreprise. C’est cette décision que la Cour de cassation est venue casser, considérant que le calcul du bénéfice, qui avait été certifié par un commissaire aux comptes, ne pouvait être remis en cause. Quand bien même l’action des syndicats étaient fondée sur la fraude ou l’abus de droit de la part Wolters Kluwers.

    La Cour de cassation a rendu un arrêt similaire dans une affaire opposant le groupe Xerox à ses salariés dans l’Hexagone

    Pour Pierre Sargos, il ne s’agit rien de moins que « d’un revirement total par rapport à une jurisprudence ininterrompue depuis plusieurs siècles quant à l’application universelle de l’exception de fraude ». Cette règle, selon laquelle l’acte reposant sur une fraude est soit nul, soit inopposable, est apparue dans le droit français au moyen âge et n’avait souffert aucune exception jusqu’ici, rappelle le magistrat. Et de conclure : « On veut espérer que la Cour de cassation aura la sagesse de revenir sur cette régression de l’effectivité du droit ».

    Certes, on ne peut que constater une jurisprudence constante – et dure – à l’égard des salariés sur la participation. Le 6 juin dernier, soit quelques jours avant la parution de l’article de Pierre Sargos, la chambre sociale a rendu un arrêt similaire dans une affaire opposant le groupe Xerox à ses salariés dans l’Hexagone. Comme pour Wolters Kluwer France, les salariés de Xerox demandaient le recalcul de la participation. Comme pour Wolters Kluwer, la Cour a opposé une fin de non-recevoir à cette demande, au motif qu’il n’était pas possible de remettre en cause des comptes certifiés par un inspecteur des impôts ou un commissaire aux comptes. Alors que les débats autour de la loi Pacte portent sur une meilleure répartition de la valeur ajoutée, les salariés et leurs représentants attendent une ligne plus progressiste de la part des juges du Quai de l’Horloge. Mais encore une fois, le « cas WKF » est allé plus loin en donnant raison à l’employeur, « quand bien même l’action des syndicats étaient fondée sur la fraude ou l’abus de droit » justifient les magistrats.

    Conflit d’intérêt dans le conflit d’intérêt

    Reste à savoir quelle suite donnera le Conseil supérieur de la magistrature à la saisine initiée par les syndicats de WKF. Cette procédure devrait cependant plonger le conseil de discipline des magistrats dans une situation inédite. Son président n’est en effet autre que… Bertrand Louvel, le premier président de la Cour de cassation. Il y aurait donc un potentiel conflit d’intérêt dans le conflit d’intérêt ! Autre source d’embarras ou hasard malencontreux du calendrier, le CSM doit proposer fin juillet une nomination au poste de président de la chambre sociale de la Cour de cassation, qui est ensuite soumise au président de la République. Le CSM auditionne en effet les prétendants – dont Jean-Guy Huglo, le doyen de la chambre sociale mis en cause par les syndicats de WKF – à la succession de Jean-Yves Frouin qui cèdera son fauteuil dans les prochaines semaines.

    Du côté des salariés de WKF, une chose est sûre pour l’heure, ils ont peu de chances d’obtenir réparation, puisqu’il n’existe dans le système judiciaire français plus aucune voie de recours légale après une cassation sans renvoi.

    Les salariés de WKF devraient également saisir la Cour européenne des droits de l’homme

    Les salariés de WKF ne devraient pas se contenter de saisir le CSM. Ils ont également l’intention d’ici la rentrée de se tourner vers la Cour européenne des droits de l’homme, qui s’est souvent prononcée sur l’impartialité des magistrats.

    La défense des salariés lésés par le montage financier mis en place par Wolters Kluwer devient de plus en plus complexe, du moins en interne. Anne de Haro, déléguée syndicale CGT à Wolters Kluwer France en pointe dans cette lutte, a fait l’objet au printemps d’une procédure de licenciement pour faute grave. Procédure finalement autorisée par l’inspection du travail. Il ne reste aujourd’hui chez WKF plus aucun des syndicalistes qui avaient porté cette affaire devant la justice.

    Marc Chevallier 06/07/2018

    Alternatives économiques

  • La voiture du Prince William lapidée par les Palestiniens aux cris d’Allahu Akbar lors de sa visite à Ramallah

    Prince W.jpg

    Vous ne la lirez nulle part l'information qui suit ; elle est soigneusement cachée du grand public. Les musulmans palestiniens ont bombardé la voiture du Prince William de jets de pierres près de Ramallah lors de sa visite pour rencontrer le leader palestinien Abbas.

    Un média arabe (qudsn.co) rapporte qu’un certain nombre de musulmans palestiniens, criant « Allahu Akbar », ont jeté des pierres sur la voiture du prince William alors qu’il se trouvait près de Ramallah.

    Alors que le convoi du Prince William traversait le camp de réfugiés de Jalazun au nord de Ramallah, des enfants ont jeté des pierres sur sa voiture. Cet événement a été très embarrassant pour le dirigeant de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et l’Autorité palestinienne. L’excuse officielle pour cette lapidation du Prince William a été qu’ils n’avaient pas « préparé » les résidents du camp de réfugiés à l’arrivée du Prince. Cela en dit long sur la reconnaissance de ces Arabes qui vivent grassement aux frais des Européens et leur crachent dessus – en l’occurrence leur jettent des pierres – lorsqu’ils leur rendent visite.

    Selon le Centre Jalazun, les résidents du camp n’ont pas souhaité participer à la réception du prince.

    Le Prince William était accompagné de personnalités officielles de l’Autorité palestinienne et d’autres de l’UNRWA, tandis que le Comité populaire, qui représente les résidents du camp ni aucune personnalité officielle du camp, ne faisait partie de la visite.

    Des témoins oculaires ont dit à Qods News qu’un certain nombre de membres du Comité Populaire étaient présents dans la région pendant l’arrivée du Prince William, mais ils ont boycotté la réception, n’ont pas serré la main du prince William et n’ont représenté les gens du camp dans aucun message. Ils sont restés à côté des spectateurs de la visite.

    Pendant ce temps, le président du Comité populaire Mahmoud Moubarak a dit à Quds News que les résidents du camp ont boycotté la visite et n’ont pas participé à la réception, disant seulement qu’ils étaient par hasard dans la région pendant la visite.

    Vous ne verrez certainement pas cette information dans vos journaux grand public. Ni Le Monde, ni France télévision ne vous montreront les images. Les médias refusent de rendre compte d’incidents qui pourraient nuire à l’image de l’Islam.

    Et si nous n’avions pas mentionné la source d’un média arabe, les médias nous attaqueraient – encore – pour Fake News.

    © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  • Anne Hidalgo envisage de débaptiser la rue « Alain » à Paris pour antisémitisme. Les plaques de rues de la capitale seraient peuplées d’antisémites et d’islamophobes notoires

    hidalgo-antisemitisme-rue-alain.jpg

    Madame la maire, chère Anne Hidalgo,

    C’est l’un de vos plus fervents admirateurs qui vous écrit.

    J’apprends que la mairie de Paris se donne le temps de la réflexion pour savoir s’il faut débaptiser la rue Alain, dans le 14e arrondissement. Le journaliste et philosophe, qui n’était pas un grand résistant si vous voyez ce que je veux dire, aurait gribouillé des lignes teintées d’antisémitisme dans son journal intime.

    Ne réfléchissez pas trop longtemps et foncez madame la maire, comme vous savez si bien le faire. Enfin, « foncez » est un bien grand mot car il est désormais rare de dépasser les 12 km/h dans notre belle ville, grâce à votre politique volontariste et courageuse. N’écoutez pas tous ceux qui vous critiquent, essentiellement parce que vous êtes une femme, comme vous le martelez à juste titre. Certains membres de votre majorité réclament depuis des années qu’une rue de Paris porte enfin le nom de Robespierre. C’est l’occasion ou jamais. Une artère parisienne au nom de l’Incorruptible, du chantre de la Vertu pour remplacer la rue Alain, ça aurait de la gueule non ?

    Mais il ne faut surtout pas s’arrêter en si bon chemin, si j’ose dire. Car Alain est hélas l’arbre qui cache la forêt. D’innombrables rues de Paris portent encore aujourd’hui le patronyme de personnalités qui se sont fourvoyées dans l’antisémitisme. Jean Jaurès, par exemple, écrit en 1898 : « La race juive (…) toujours dévorée par une sorte de fièvre du gain quand ce n’est pas par la fièvre du prophétisme, manie avec une particulière habileté le mécanisme capitaliste, mécanisme de rapine, de mensonge, de corruption et d’extorsion. » Je propose donc fort logiquement que l’avenue Jean Jaurès (19e) soit aussitôt rebaptisée avenue du Vivre-ensemble.

    Changeons aussi le nom de la rue Pierre Leroux (7e), cet autre socialiste ayant notamment écrit que le juif est « odieux par son esprit de lucre et de spoliation ». Ou encore la rue Joseph Proudhon (12e), lequel évoque en son temps « cette race qui envenime tout, en se fourrant partout (…) Le juif est l’ennemi du genre humain. Il faut renvoyer cette race en Asie, ou l’exterminer ».3 Même sort pour la rue George Sand (16e), la place Jacques Bainville (7e), la rue Charles Fourier (13e), la rue Gustave Le Bon (14e), l’avenue Pierre Loti (7e) ou encore le boulevard Auguste Blanqui (13e). Tous ont flirté avec l’antisémitisme, au même titre que Georges Bernanos, dont l’avenue dans le 5e arrondissement pourrait du coup être renommée avenue du Bouchon.

    La rue des Goncourt (11e) est un trop bel hommage à ces deux grands amis d’Edouard Drumont, fondateur de la Ligue antisémitique de France, à qui l’antidreyfusard Alphonse Daudet prête de l’argent afin qu’il publie à son compte le pamphlet La France Juive. Je suggère par conséquent que la rue Daudet (14e) s’appelle désormais la rue de la double file. Pas de quartier non plus pour le dialoguiste Michel Audiard, qui écrit des textes antisémites dans des revues collabos. On pourrait rebaptiser la place qui porte son nom dans le 14e : place des Cons qui osent tout.

    Que penser de cette statue qui trône sur le Sacré-Cœur, celle de Saint-Louis, le roi de France qui impose en 1269 le port de la rouelle, ce sinistre avant-goût de l’étoile jaune ? Ou encore du lugubre boulevard Voltaire (11e), futur Boulevard de l’heure de pointe ? En plus d’être antisémite, l’auteur de Candide devient à l’âge de 50 ans l’amant de sa nièce et affiche pleinement ses préjugés homophobes, assimilant la pédérastie à « un attentat infâme contre la nature », « une abomination dégoûtante » et une « turpitude ». Bel exemple pour notre jeunesse ! Pour couronner le tout, Voltaire est aussi férocement islamophobe et traite Mahomet d’« imposteur », de « fanatique » ou encore de « faux prophète ».

    A ce sujet, j’ai le regret de vous informer que les rues de Paris sont pavées d’islamophobes en tout genre. C’est notamment le cas des rues de Tocqueville, Flaubert et Alfred de Vigny, toutes situées dans le 17e arrondissement. Pourquoi ne pas les rebaptiser rue Edwy Plénel, rue Caroline de Haas et rue Clémentine Autain, des personnalités progressistes peu suspectes d’islamophobie ? Pour les mêmes raisons, changement de nom impératif pour le lycée Condorcet (9e), l’école primaire Bossuet (6e), la rue Chateaubriand (8e), l’avenue Winston Churchill (8e), la rue Ernest Renan (15e) ou encore la promenade Claude Levi-Strauss (13e).

    Ce funeste catalogue est encore long, car Alain n’est pas le seul à s’être acoquiné avec l’occupant sous le régime de Vichy. Jean Cocteau et le sculpteur Paul Belmondo ont chacun leur rue dans la capitale. Non loin de la rue Pavée (4e), que l’on pourrait renommer rue Pavée de bonnes intentions, Tino Rossi dispose d’un jardin à son nom, quai Saint-Bernard (5e). Maurice Chevalier, qui chante pour les troupes de Vichy à Tunis et régulièrement pour Radio Paris (avec Fernandel) possède une place éponyme dans le 20e. Tout comme Edith Piaf, qui chante à l’ambassade d’Allemagne et part même faire entendre sa voix dans le Reich hitlérien en compagnie de Charles Trénet, lequel porte le nom d’un jardin du 13e. A la Libération, l’interprète de « Douce France » se voit d’ailleurs infliger dix mois d’interdiction professionnelle par les comités d’épuration.

    Toujours dans le 13e arrondissement se trouve la rue Jean Giono, une des voix de Radio Paris, célèbre pour avoir déclaré : « Je préfère être un Allemand vivant qu’un Français mort. » A la Libération, l’auteur du Hussard sur le toit est inscrit sur la liste noire du Comité national des écrivains, issu de la Résistance. Je propose que cette rue soit illico rebaptisée rue des travaux permanents. La rue Louis Lumière (20e) pourrait devenir la rue du Point mort. L’un des précurseurs – avec son frère Auguste – du cinéma n’a jamais caché sa sympathie pour Mussolini et pour le Maréchal, ce qui lui vaut d’être décoré de la Francisque. D’ailleurs, puisqu’on évoque le sujet, la plus grande bibliothèque de la capitale porte le nom d’un autre décoré de la Francisque aux amitiés parfois douteuses. Trouvez-vous cela normal madame la maire ?

    Un grand coup de balai est nécessaire, comme vous pouvez le constater. Mais à l’heure où la colonisation est « un crime contre l’humanité », dixit notre président de la République, comment expliquer que Jules Ferry soit sur le fronton de tant de nos écoles ? Surnommé « Tonkinois » par ses adversaires politiques, ce colonialiste déclare en juillet 1885, à l’Assemblée nationale : « Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. » Je suggère que le boulevard Jules Ferry (11e) s’appelle désormais sobrement le boulevard des Rats et que l’avenue Victor Hugo (16e) – qui soutient la politique coloniale au nom des droits de l’homme – soit rebaptisée avenue de l’Asphyxie.

    La place Che Guevara – je sais que vous l’aimez bien madame la maire – pourrait remplacer dans le 11e la place Léon Blum, lequel déclare en 1925 à la Chambre des députés : « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture. » Il est également choquant, en 2018, que nos anciens gouverneurs ou administrateurs coloniaux (Armand Rousseau, Doumer, Dupleix, Faidherbe, Lyautey ou encore Gallieni, qui instaure le travail forcé des indigènes à Madagascar) soient autant mis à l’honneur à travers nos rues, avenues, stations de métro, édifices publics et statues. Il existe même une avenue (13e) et un stade (16e) au nom de Pierre de Coubertin, ce baron réactionnaire et misogyne (il est opposé à la participation des femmes aux JO) qui affirme : « Dès les premiers jours, j’étais un colonialiste fanatique. » Ou encore : « Les races sont de valeur différente et à la race blanche, d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance. »

    Pour les mêmes raisons, il semble urgent de renommer le lycée (14e) et la rue (11e) Paul Bert, ainsi que la Place Edouard Herriot (16e). Celui qui est à l’origine de l’expression « Français moyen » se prononce contre l’égalité des droits politiques pour les populations de l’Empire, en août 1946 : « Si nous donnions l’égalité des droits aux peuples coloniaux, nous serions la colonie de nos colonies ! » Pour des raisons évidentes, je préconise aussi que la rue de la Pompe (16e) soit déplacée dans le 15e, à la place de la rue Félix Faure, qui meurt dans des conditions scabreuses quelques années après avoir participé à l’expansion coloniale, notamment à Madagascar.

    Dans la foulée du Cran, qui appelle à déboulonner les statues de Colbert, lequel élabore en son temps la première mouture du Code noir, il me semble judicieux d’en faire de même pour le monument du 12e qui célèbre, en face de l’ex-musée des colonies (heureusement débaptisé depuis) Jean-Baptiste Marchand, ce lieutenant qui participe à la conquête coloniale du Soudan français (Mali) et commande la mission Congo-Nil. Idem pour la statue de Napoléon Bonaparte qui s’affiche fièrement aux Invalides. Dans une ville qui s’honore de servir les valeurs humanistes de paix, de fraternité et de vivre ensemble, vous m’accorderez que célébrer ainsi un tyran qui met l’Europe à feu et à sang et rétablit l’esclavage fait un peu désordre.

    Au XXIe siècle, pourquoi cette capitale mondiale du progressisme que vous incarnez si bien, madame la maire, est-elle toujours parsemée de noms d’artères célébrant des maréchaux ou généraux d’Empire, tous complices de cette boucherie morbide ? Certains de vos amis politiques ont bien compris que commémorer, c’est aussi quelque part un peu célébrer, comme la récente polémique sur Charles Maurras l’a souligné. Du coup, que penser de toutes ces rues ou stations de métro qui portent le nom de batailles sanglantes. C’est en assistant à l’horrible carnage de Solferino (7e) qu’Henri Dunant a l’idée de créer la Croix Rouge. Je vous laisse toutefois le soin de débaptiser ou non le centre de gérontologie du 16e qui porte le nom de ce Suisse illustre, Dunant ayant été condamné pour faillite frauduleuse en 1867…

    L’exigence d’exemplarité qui est la vôtre doit aussi vous interroger sur la pertinence de la place Paul Verlaine (13e), un soudard névropathe qui tire à bout portant sur Rimbaud et tente plusieurs fois d’étrangler sa mère. Le boulevard Beaumarchais célèbre un marchand d’arme, la rue François Villon un voleur et le meurtrier d’un prêtre, et Gustave Courbet fait abattre la colonne Vendôme durant la Commune. Par souci de simplification administrative je propose que cette rue du 16e soit rebaptisée rue Julien Courbet.

    Une rue Jean Bart (6e) et une rue Surcouf (7e) célèbrent des corsaires. Pourquoi pas une rue du capitaine Crochet et une impasse Barberousse pendant qu’on y est ? La rue Jean-Jacques Rousseau (1er) porte le nom d’un homme qui abandonne tous ses enfants à la naissance, la rue Jean Mermoz (8e) rend hommage à l’un des dirigeants des Croix de Feu (du colonel de la Rocque) qui sera même célébré par le régime de Vichy. Sigmund Freud, ce psy cocaïnomane qui signe une dédicace personnelle à Mussolini porte le nom d’une rue du 19e, que je vous propose de renommer rue Gérard Miller. Enfin, quelque part entre la rue Brisemiche, la rue de la Grande Truanderie et la rue des Deux Boules se trouve la rue de Turenne (3e-4e), responsable notamment du Ravage du Palatinat en 1674. La rue du Camion de livraison me semble plus appropriée.

    Ne prêtez pas attention, madame la maire, à tous ces pisse-froid qui vous désapprouvent (parce que vous êtes une femme), qui prétendent que vous allez encore trop loin, que vous ouvrez la boîte de Pandore, que la vertu est moins le contraire d’un vice qu’un juste milieu entre deux vices opposés. Vous avez maintes fois démontré que vous n’étiez pas du genre à transiger et vous avez de nouveau l’occasion de marquer de votre empreinte l’histoire de notre belle ville. Je compte sur vous, les Parisiens aussi.

    Franck Crudo Journaliste. Il a notamment participé au lancement du quotidien 20 Minutes en France début 2002 et a récemment écrit pour Contrepoints

     Site : Causeur
  • Emmanuel Macron, dhimmi et falsificateur de l’histoire

    Macron-Eurabia.jpg

    Emmanuel Macron n’a cessé d’avoir une attitude douteuse vis-à-vis de l’islam, comme la plupart des dirigeants politiques français. C’est, hélas, logique.

    La France est un pays en voie de soumission, et le mouvement s’accélère

    L’accroissement du nombre de Musulmans en France fait qu’il va devenir impossible, dans ce pays, de se faire élire à quelque position politique que ce soit, sinon, peut-être, maire d’un village rural, sans compter sur le vote musulman.

    Les investissements du monde musulman en France représentent par ailleurs des sommes très importantes dont le pays désormais dépend. La France est un pays en voie de soumission, et le mouvement s’accélère.

    Emmanuel Macron a, dans ce cadre et ce contexte procédé déja à des déclarations nauséabondes. Qu’il soutienne le terrorisme “palestinien”, comme ses prédécesseurs, est une chose (répugnante), qu’il puisse recevoir Mahmoud Abbas en le remerciant pour son action au service de la non-violence est une toute autre chose, et constitue un pas de plus en direction de ce qui est répugnant, et fait d’Emmanuel Macron un propagandiste de la pire espèce.

    Les propos qu’Emmanuel Macron a récemment tenus à Abu Dhabi lui ont fait franchir un grand pas en direction de quelque chose d’autre encore : la falsification de l’histoire.

    Et le fait qu’il venait signer des contrats et inaugurer un musée qui va faire rentrer de l’argent dans les caisses (très vides) de l’État français n’excuse rien.

    • Avoir déclaré que le Proche-Orient est la “région ou tous les grands monothéismes sont nés” est admissible, et exact.
    • Avoir ajouté, je cite, “l’islam est né de ce palimpseste de cultures et de civilisations qui font que, de manière indétricotable, irréductible, nos religions sont liées, nos civilisations sont liées”, implique l’usage d’un mot adéquat, et l’ajout tout aussitôt d’une affirmation gravement fausse, et absolument scandaleuse.

    Le mot palimpseste décrit l’action consistant à effacer sur un parchemin un texte antécédent pour écrire ensuite à la place du texte concerné un autre texte: l’islam a effectivement voulu effacer ce qui l’avait précédé pour inscrire sa propre narration.

    • Il a, cela dit, mis en place un étrange “lien” avec le judaïsme et le christianisme, qui a consisté, tout en voulant les effacer, à réécrire leur propos en les déformant monstrueusement et en les accusant, eux, de déformer le vrai message (celui de l’islam). Traiter cet étrange “lien” comme l’a fait Emmanuel Macron est une imposture.
    • Ajouter que ce lien est “indétricotable” est une imposture supplémentaire, qui équivaut à considérer que les déformations du judaïsme et du christianisme par l’islam font désormais partie de leur message, et que les déformations et accusations inhérentes à l’islam sont valides et légitimes.
    • La phrase la plus falsificatrice et la plus immonde qu’Emmanuel Macron ait prononcée est, cela dit, celle qui sa suivi immédiatement : “ceux qui veulent faire croire, où que ce soit dans le monde, que l’islam se construit en détruisant les autres monothéismes sont des menteurs et vous trahissent”.

    En prononçant cette phrase, Emmanuel Macron s’est plié totalement et pleinement au “palimpseste” islamique et a insulté tous ceux qui sont morts tués par l’islam conquérant au fil des siècles, tous ceux qui ont combattu l’avancée de l’islam, tous ceux qui ont voulu que leur propre civilisation, juive, chrétienne, vive malgré l’avancée sanglante de l’islam, tous ceux, en outre, qui ont fait scrupuleusement leur travail d’historien.

    L’islam a constitué son empire sur des millions de cadavres, un plus grand nombre encore d’êtres humains réduits à l’esclavage ou à la servitude qu’est la condition de dhimmi. Il s’est construit, précisément, par la destruction, par la prédation et par le pillage de ce qui n’est pas lui.

    Il a reflué parce que le monde occidental lui a résisté. Il est reparti à l’assaut dès qu’il en a eu les moyens et les possibilités.

    Ceux qui ont écrit l’histoire de l’islam et qui n’étaient pas musulmans ont écrit des centaines de livres sur le sujet. Les traiter de menteurs et de traîtres tout en énonçant une fausseté absolue est d’une gravité infinie et constitue un immense mensonge, et une trahison de la civilisation occidentale, du judaïsme, du christianisme et de l’histoire elle-même.

    Macron pouvait être poli à Abou Dhabi. On peut être poli quand on est dans le besoin, qu’on signe des contrats, et qu’on reçoit un chèque. On peut, quand on dirige un pays en voie de soumission, faire un geste de soumission: c’est honteux, certes.

    Mais parler comme l’a fait Emmanuel Macron est bien davantage que honteux.

    Que quasiment personne en France ne se soit indigné montre où en est la France, hélas.

    Quelques jours plus tard, Emmanuel Macron, l’air hilare et niais, lâchait des ballons à Paris en souvenir des morts du 13 novembre 2015. Il posait des fleurs sur les lieux des attentats et massacres. Il manquait des ours en peluche et des bougies.

    Sur les plaques commémoratives des attentats et massacres, on lit que les victimes du terrorisme ont été “assassinées”. Les mots attentats, massacres ou terrorisme ne figurent nulle part. Le mot “islamique” ne figure nulle part non plus. C’est ainsi que la soumission avance.

    Depuis, Emmanuel Macron a réaffirmé son soutien au terroriste anti-juif Salah Hamouri et aux suppôts du terrorisme anti-juif soumis à l’islam radical et adeptes de l’assassinat de Juifs israéliens qui voulaient se rendre en Israël pour rendre visite à un terroriste islamique tueur de Juifs.

    Depuis aussi, Macron a prononcé un discours dans lequel il a parlé de “radicalisation” : voulait-il parler de Juifs et de Chrétiens radicalisés ? Il ne l’a pas dit, mais au point où il en est, c’est possible. Il a parlé de “représentants d’une religion déformée » : j’ai voulu songer qu’il faisait allusion aux déformations inhérentes à son discours d’Abou Dhabi. Ila souligne que “la République a démissionné” : il incarne la démission de l’Occident dans toute sa laideur, et j’aimerais penser qu’il parlait de lui-même et de ce qu’il incarne.

    Que les Français aient pu porter ce personnage à la présidence continue à me faire horreur.

    Des dirigeants du monde musulman peuvent faire preuve d’infiniment plus de courage qu’Emmanuel Macron, Abdel Fattah al-Sissi, par exemple. Extraits d’un discours tenu à al Azhar en 2014 :

    “ Est-il concevable que 1,6 milliard de personnes puissent penser qu’ils doivent tuer les autres membres de l’humanité aux fins de pouvoir vivre ?… Nous sommes face au besoin d’une révolution religieuse… La communauté des croyants est ravagée, détruite.”

    Emmanuel Macron fait preuve d’infiniment de lâcheté.

    © Guy Millière pour ;Dreuz.info

  • Vous avez dit UMPS ? La réalité dépasse la fiction !

    ripou.png

     

    Ce n'est pas notre habitude de diffuser cette publication en milieu de semaine, au surplus avec un seul article. L'incident nous a cependant paru suffisamment significatif pour ne pas tarder à vous en faire part.

     

    C'est le 29 mars 2015 que se sont tenues les élections cantonales. Dans l'Hérault les résultats ont configuré l'assemblée départementale en quatre groupes bien distincts ainsi dénommés :

    - Groupe majoritaire gauche républicaine : 28 conseillers. Il s'agit ni plus ni moins que le groupe du Parti Socialiste.

    - Groupe Hérault citoyen : 8 conseillers revendiquant un positionnement à gauche. On pourrait le nommer "Groupe Sorel" du nom du maire de Montpellier auquel ces conseillers se rattachent directement. On connait les querelles qui opposent de manière récurrente d'une part le PS et Kléber Mesquida, le président du département et d'autre part Philippe Sorel, l'actuel maire de Montpellier, querelles qui ont amené ce dernier à présenter une liste municipale "dissidente" en 2014. Depuis ces conseillers se sont rapprochés de La République en Marche.

    - Union de la Droite et du Centre, (8 conseillers) composée de LR et d'UDI.

    - Notre groupe Défendre l'Hérault : 6 conseillers en majorité sans étiquettes, soutenus par le FN, Debout la France, le Rassemblement Bleu Marine, le maire de Béziers …

    Nos lecteurs savent le sort qui nous est réservé depuis le début, mis à l'écart de toute responsabilité, empêchés de pouvoir recourir à un assistant malgré nos demandes réitérées et le vote unanime de l'assemblée pour son financement, refus de toute permanence dans la quasi-totalité des villages de nos cantons, refus de nous convier à la plupart des manifestations, sans compter les déclarations insultantes qui dépassent souvent l'acceptable !

    En revanche le groupe majoritaire et le groupe Sorel n'ont pas manqué, dès le début du mandat, de se répartir les sièges dans les différentes instances départementales (plus de 300). Nous en avions demandé 14, en vain.

    La situation est ainsi restée figée depuis trois ans et semblait devoir perdurer.

    C'était sans compter sur les capacités de cabriole et de revirement des Républicains et autres élus dits de droite.

    Tout a commencé le 14 février dernier à l’issue des trois jours marathons consacrés au budget : fidèle à sa position, notre groupe s’est abstenu sur le vote global. Nous votons en effet certaines délibérations et d’autres non. Il ne serait pas très cohérent de voter NON pour le tout, lorsque en fin de cession intervient le vote général sur le budget. Depuis le début du mandat, la Gauche républicaine et le groupe Sorel votaient le budget et L'Union de la droite s’abstenait.

    Renversement de situation en 2018 : le groupe Sorel s’est abstenu sur le budget et le groupe LR-UDI l’a voté (!) à l’exception d’un de leur membre dont nous devons relever le courage.

    Nos lecteurs savent également que le président du département, autocrate impénitent, ne supporte ni la contradiction que nous lui opposons souvent, ni la moindre contestation émanant de ses affidés. En l’espèce le crime de lèse-majesté était consommé. Ceux qu'il avait mis en place dans la structure départementale avaient osé le défier !

    La réaction ne s’est donc pas faite attendre : lors de l’assemblée du 25 juin tous les membres du groupe Sorel ont été démis de leur mandat de représentation et remplacés … devinez … par les représentants LR-UDI qui ont accepté avec un enthousiasme non dissimulé.

    Dans un raccourci incongru dont il a le secret, le président a estimé qu'il y avait désormais dans l'hémicycle deux groupes extrémistes. Nous avons été ravis de ne plus être seuls et honorés d'être rejoints par les représentants du maire de Montpellier !

    Nous le savions tous, nous le disions depuis longtemps et nous avons aujourd’hui la démonstration concrète et désormais incontestable de la collusion de la pseudo gauche et de la pseudo droite.

    Cette information a été, bien sûr, remisée dans les tiroirs de la honte, comme l’est systématiquement tout ce qui pourrait ouvrir les yeux de nos concitoyens sur les misérables manœuvres de nos politiciens, plus préoccupés de leurs prébendes que du bien commun. Ce n’est pas Midi Libre qui se risquerait à informer nos concitoyens de la réalité du vice inhérent au système ! Il s'agit pourtant d'un événement important qui bouleverse les rapports de l'assemblée départementale. Comment les électeurs trompés de la "droite" vont-ils qualifier l'attitude de ceux qu'ils n'avaient certainement pas élus pour appliquer une politique de gauche, avec tout ce que cela comporte de subventions "culturelles", d'aides au migrants, ou d'aides à des associations triées sur le volet ...

    Ceux qui auraient pu un moment se sentir appâtés par les propos d’un Wauquiez sur les graves sujets du moment, comme beaucoup l’ont été, en leur temps, par ceux de Sarkozy, savent désormais que la totale connivence, la misérable complicité est réalisée. Elle ne se cache même plus.

    Au département de l'Hérault, il sera intéressant d’examiner le travail commun et le "vivre ensemble" de ceux qui se nomment la gauche républicaine et l'union de la droite. Peut-être vont-ils former un nouveau groupe qu'ils pourraient dénommer la gauche droitisée ou la droite gauchisée ou plus simplement l'Union de la droite et de la gauche (l'UDG !) Nous faisons confiance à leur imagination débordante en la matière.

    Toutefois, l'opportunité de cet incident n'échappera à personne. Il vient à point nommé se glisser dans les vagues européennes successives que nous connaissons depuis plusieurs semaines et qui donnent désormais la priorité à la défense et la protection des identités nationales. Nous savons que nous ne pouvons pas compter sur ceux qui sont actuellement aux manettes pour une représentation ferme et constante de ces intérêts fondamentaux. Il est fort probable que les prochaines élections européennes donnent l’opportunité au peuple français de faire connaître son point de vue !

    Henri Bec